Jean-Claude Dutto a lu pour vous le livre de Patrice Brun “L’invention de la Grèce”

► ὁ λύχνος n° 160, novembre 2021, article dix.

LU POUR VOUS : Patrice BRUN, L’invention de la Grèce, éditions Odile Jacob, Paris, 2021, 286 pages, 23,90 €.

 

Tête d’une figurine féminine, Cycladique Ancien II (2700–2300 av. J.-C.), Musée du Louvre (wikimedia)

 

Qu’on se le dise, cet ouvrage s’adresse à tous les tenants d’une Grèce miraculée (le légendaire « miracle » grec), avec son décor de marbres blancs éclatants, de ciel bleu immaculé et d’aurores aux doigts de rose bonbon !

Et à la lecture de cet essai, tous ceux qui ont encore la foi en une Grèce ancienne, « berceau » de notre conception occidentale du monde, et notamment de nos systèmes démocratiques postcoloniaux, devront se faire une raison et accepter de tomber dudit berceau !

Patrice Brun, professeur d’histoire grecque à l’université Bordeaux-Montaigne et membre de l’Institut universitaire de France, est certes un amoureux de la Grèce, il l’avoue lui-même, mais sa passion se teinte d’une lucidité implacable ! Un amoureux lucide, quel joli oxymore ! C’est en tout cas ainsi qu’il convient de qualifier notre auteur.

Quant au titre du livre : L’invention de la Grèce, il est parfaitement évocateur du propos de l’ouvrage. Il s’agit en effet de faire le point sur une certaine idée de la Grèce, la plupart du temps éloignée de la réalité historique, bref une Grèce « inventée », imaginaire, fantasmée même, tirée à hue et à dia pour la faire coller aux divers préjugés historiques et nationaux, pour ne pas dire idéologiques et nationalistes…

L’ouvrage se subdivise en trois parties. La première, « Le monde perdu des Grecs », est consacrée à la vision très dichotomique, binaire, en somme assez réductrice à nos yeux de modernes, que les anciens Grecs avaient du monde, du « cosmos ». Et dans ce cadre de binarité, l’auteur examine en particulier l’érotisme grec, éloigné de notre conception contemporaine occidentale, dans la mesure où la norme en la matière était essentiellement fondée sur l’opposition « dominant/dominé ».

La deuxième partie, de loin la plus dense, s’intitule « Un éloignement nécessaire : démocratie antique et démocratie moderne ». Il s’agit, pour Patrice Brun, de déconstruire le mythe de la démocratie grecque antique, en particulier athénienne, comme fondement de nos régimes démocratiques actuels, en montrant notamment que le système grec, établi sur la base d’un cercle réduit de citoyens mâles, était de type impérialiste et expansionniste, et que la violence guerrière ainsi que la capture et la traite des esclaves y jouaient un rôle non négligeable, sinon crucial. L’impérialisme athénien, tout démocratique qu’il se prétendît, n’hésitait pas une seconde à écraser dans le sang la moindre opposition à sa domination, ce qui évidemment n’est plus du tout en phase avec nos régimes démocratiques depuis la décolonisation.

L’auteur insiste par ailleurs sur le fait qu’il s’agissait d’une « démocratie de l’exclusion », le principe absolu propre à la conception du temps étant celui du « droit du sang ». Il ne faut pas oublier en effet que l’Athènes de Périclès, sur la proposition de ce dernier, restreignit encore davantage les possibilités d’ouverture de la citoyenneté, en imposant que les mères fussent aussi filles de citoyen. Au passage est également évoquée, bien entendu, la place si réduite des femmes dans le processus politique grec.

En outre, Patrice Brun invite les tenants actuels de la « démocratie directe », qui brandissent à tout-va l’exemple grec, à prendre en compte le fait que ladite démocratie directe athénienne était, sur le plan législatif, extrêmement encadrée et limitée par le Conseil dit « des Cinq-Cents », la Boulè.

Il s’agissait en fait d’un régime hyper-contrôlé, où les magistrats, à leur sortie de charge, avaient obligation de rendre des comptes. Les stratèges pouvaient même être révoqués en cours de mandat, mis en accusation par le peuple, et, dans certaines circonstances, condamnés à mort… Notre historien développe à l’appui de son propos bien d’autres considérations sur le fonctionnement du système grec, que le lecteur pourra découvrir à loisir et qui prouvent l’écart significatif entre celui-ci et nos régimes occidentaux.

Et pourtant, malgré les distances, comme l’admet Patrice Brun in fine, « cet éloignement ne va pas de soi, car il faut bien avouer que cette démocratie nous parle, parce que l’on sent chez les Grecs de l’Antiquité une volonté presque chevillée au corps de s’interroger sur le meilleur des gouvernements possibles et chez les Athéniens de l’époque classique en priorité de faire place au plus grand nombre dans le processus décisionnel » (p. 266-267). Oui, la démocratie grecque ne peut certes plus servir de modèle, mais on peut toujours mettre à son actif sa valeur de tentative visant le « moins mauvais » des régimes, que les Grecs eux-mêmes d’ailleurs ne se privaient pas de critiquer allègrement !

La troisième section de l’ouvrage, « L’incursion du grec et de la Grèce antique dans notre monde », comporte un premier volet beaucoup plus personnel, qui ne manque pas d’intérêt. L’auteur y narre son aventure personnelle, scolaire et universitaire, en tant que membre de la petite classe moyenne, et sa rencontre assez tardive avec le grec, « ce marqueur social qui ne voulait pas l’être », comme il le dit si bien. Il brosse à grands traits le statut socioculturel qu’a pu avoir pendant longtemps le grec dans le cadre de l’enseignement, aujourd’hui complètement détrôné par d’autres critères de sélection et d’excellence (notamment ceux des grandes écoles de commerce et de marketing…). Patrice Brun, disons-le, ne manque pas d’égratigner au passage certaines personnalités politiques et certaines sommités de l’enseignement de la culture grecque, en particulier une « immortelle », Jacqueline de Romilly, au motif qu’elle se serait entêtée à diffuser jusqu’au bout une image de cette Grèce dite « classique », où tout n’aurait été que grandeur, équilibre et beauté. Mais il précise qu’elle était davantage une « littéraire » qu’une historienne, et que les textes ont pu l’emporter loin des realia… Avouons-le : il est vrai que Jacqueline de Romilly était dans l’émerveillement, un peu trop peut-être au goût de certains de ses collègues, surtout ceux des générations suivantes. Néanmoins, sans être historienne, elle était tout de même une spécialiste patentée de Thucydide et elle avait en son temps (1975, pour être précis), publié un ouvrage dont le titre évocateur, « Problèmes de la démocratie grecque », attestait qu’elle n’était pas tout à fait étrangère aux questions et aux difficultés politiques de la Grèce ancienne.

Puis notre auteur s’attaque à l’influence qu’a pu avoir la Grèce antique dans les conflits franco-allemands, l’Allemagne s’inspirant largement d’une vision très largement biaisée et aryanisée de Sparte et de la Macédoine (jusqu’à la période nazie), et la France, de son côté, penchant plutôt à l’inverse pour le régime athénien, ses hommes d’État prestigieux et ses grands hérauts, tel Démosthène. Les autorités helléniques modernes ne sont d’ailleurs elles-mêmes pas en reste pour exploiter jusqu’à présent leur propre histoire, en battant monnaie ou en éditant des timbres mettant en scène la victoire des Grecs sur l’envahisseur perse venu d’Orient. On voit très bien vers qui de nos jours le regard se porte…

Patrice Brun va enfin jusqu’à pointer la récupération utilitaire du point de vue politique qu’a pu faire de la Grèce antique et de ses supposées valeurs de « liberté » et de « droits de l’homme » le président Macron, lors de son allocution à Athènes en 2017, alors que le président américain Obama, pour sa part, avait déclaré avec une grande lucidité, lors de son dernier voyage présidentiel en Grèce : « The earliest forms of democracy here in Athens were far from perfect (…) The rights of ancient Athens were not extended to women or to slaves » (« Les formes les plus précoces de démocratie ici à Athènes étaient loin d’être parfaites (…). Les droits de l’ancienne Athènes ne s’étendaient ni aux femmes ni aux esclaves »).

En conclusion, comme le dit fort bien l’auteur, « Nous ne tirerons pas de l’Antiquité des recettes valables pour notre temps et il n’est guère honnête ni utile de s’abriter derrière des pratiques anciennes pour promouvoir ses propres idées ; il n’est pas interdit toutefois de réfléchir à quelques-uns de ses préceptes » (p. 272).

D’aucuns ont pu relever le manque d’originalité de l’ouvrage, dont l’objectif, répétons-le, est de balayer un certain nombre de clichés qui ont certes déjà été soulignés par les hellénistes contemporains. Il n’en demeure pas moins que l’entreprise de Patrice Brun, qui s’exprime de son point de vue d’historien et offre, dans un style agréable, des précisions bien utiles, notamment sur le fonctionnement de la démocratie antique, mérite tout de même l’attention des néophytes trop enthousiastes et des « idéalistes » (il doit bien en rester quelques-uns…), qui souhaiteraient se faire une opinion plus réaliste de ce qu’était la Grèce ancienne, ad majorem veritatis gloriam (et tant pis pour le grec, cette fois-ci !).

Jean-Claude DUTTO

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.