J.-Cl. Dutto : hommage à Angélique Ionatos

► ὁ λύχνος n° 160, novembre 2021, article quatre.

Une merveilleuse chanteuse grecque nous a quittés cet été.

 

Couverture du disque d’A. Ionatos et N. Venetsanou, “Sappho de Mytilène”

 

Angélique Ionatos (en grec moderne Αγγελική Ιονάτου), qui portait très haut les couleurs de la Grèce et de ses poètes, est morte le 8 juillet 2021 à l’âge de 67 ans, des suites d’une longue maladie, selon l’expression désormais consacrée.

Athénienne, née en 1954, elle avait fui avec sa famille la dictature des colonels en 1969, pour s’installer temporairement en Belgique, puis avait élu la France comme patrie d’adoption, où elle vivait depuis plus de quarante ans.

Son premier album, Résurrection, était sorti en 1972. Elle y chantait en français et en duo avec Photis, son frère.

Puis elle avait délibérément fait le choix – audacieux – de continuer à chanter dans sa langue natale, ce grec qu’elle aimait tant. Elle s’était produite sur de nombreuses scènes françaises et européennes, devant un public très enthousiaste, même s’il ne comprenait pas toujours les paroles de ses chansons. Mais Angélique Ionatos, parfaitement bilingue, en donnait très souvent la traduction avant de les interpréter, ce qui facilitait bien les choses.

Elle avait réussi une sorte de symbiose parfaite entre la poésie grecque, sa voix, intense et tragique, et sa musique. Je dis bien « sa » musique, car elle composait à la guitare ses propres mélodies, donnant ainsi vie aux fulgurances musicales qui la traversaient.

Elle aimait à faire résonner les textes des plus grands poètes grecs contemporains, tout particulièrement Odysséas Elytis (Οδυσσέας Ελύτης), prix Nobel de littérature en 1979, pour lequel elle avait une prédilection depuis sa jeunesse. Elle avait d’ailleurs même un jour pris l’avion pour aller le retrouver chez lui, en Grèce, afin de lui arracher littéralement la permission de mettre en musique sa poésie. C’est ainsi qu’elle avait, en 1984, créé « Marie des Brumes » (en grec Maria Néphéli), d’après un long poème dialogué d’Elytis, avec la complicité du baryton Spiros Sakkas.

Elle avait également fait une incursion très remarquée dans l’univers de la poésie grecque archaïque en 1991, avec son album « Sappho de Mytilène ». Elle y recréait, presque magiquement, pourrait-on dire, l’univers de la poétesse antique (fin VIIe– début VIe siècle avant notre ère).

« Au lieu de me sentir étrangère à cette émotion d’une langue dite « morte », écrit-elle, je me suis sentie comme chez moi. Comme si je marchais sur un territoire déjà connu. Une odeur que j’aurais oubliée, enfouie dans ma prime jeunesse – et qui venait m’inonder de sa familiarité. Un chant ancien à jamais inscrit dans ma mémoire. J’étais à la fois étrangère et membre de la famille. Il m’a paru évident qu’il fallait que je compose non seulement sur la traduction d’Elytis mais aussi – ou surtout – sur les fragments originaux de Sappho ».

Ce fut un grand succès ! La chanteuse Néna Venetsanou était en duo avec elle sur certains airs très inspirés.

Dix-huit albums se sont ainsi succédé depuis le début de sa carrière, jusqu’au dernier, Reste la lumière, sorti en 2015. Très sensible aux problématiques socio-économiques de notre temps, elle avait déclaré, lors d’une interview à propos de ce dernier disque :

« Oui, effectivement, je cherche la lumière, mais ce disque est autour de la crise grecque. Je suis très en colère et très désespérée de ce qui se passe dans mon pays. J’ai voulu faire un disque entièrement consacré à la Grèce et aux moments tellement tragiques qu’elle traverse. Ce disque est un cri de révolte. »

Angélique Ionatos était certes une exilée, qui était très reconnaissante à la France de l’avoir accueillie. Mais sa véritable patrie, c’était encore et toujours la Grèce, où elle se rendait souvent. Le soleil grec lui manquait énormément.

Elle avait une maison à Lesbos, l’île où vécut Sappho, à une quinzaine de kilomètres au large de la Turquie. Elle était d’ailleurs très touchée par la situation des migrants, voyant à certains moments les réfugiés syriens aborder quotidiennement sur l’île par centaines…

Une merveilleuse chanteuse grecque nous a donc quittés cet été. Elle aimait le soleil mais aussi la splendeur de la lune sur l’île de Lesbos. Elle ne savait pas pourquoi, mais c’était en mode mineur, instinctivement, qu’elle composait ses belles mélodies.

« Le Monogramme » (To Μονόγραμμα)

En guise d’adieu, je voudrais citer un petit poème d’Elytis, justement, un tout petit texte, le dernier du recueil « Le Monogramme » (en grec To Μονόγραμμα), qu’elle avait magnifiquement mis en musique en 1988 :

 

Στὸν Παράδεισο ἔχω σημαδέψει ἓνα νησὶ

Ἀπαράλλαχτο ἐσὺ κι ἓνα σπίτι στὴ θάλασσα

 

Μὲ κρεβάτι μεγάλο καὶ πόρτα μικρὴ

Ἔχω ρίξει μὲς στ’ ἄπατα μιὰν ἡχὼ

Νὰ κοιτάζομαι κάθε πρωὶ ποὺ ξυπνῶ

 

Νὰ σὲ βλέπω μισὴ νὰ περνᾶς στὸ νερὸ

Καὶ μισὴ νὰ σὲ κλαίω μὲς στὸν Παράδεισο

 

[que je traduirais à peu près ainsi]

 

Au Paradis j’ai repéré une île

Semblable à toi et une maison en bord de mer

 

Avec un grand lit et une petite porte

J’ai jeté dans les profondeurs un écho

Pour me regarder chaque matin au réveil

 

Pour te voir à demi traverser les eaux

Et à demi te pleurer dans le Paradis

 

Jean-Claude DUTTO

P. S. : Pour ceux qui aimeraient écouter les chansons d’Angélique Ionatos, il suffit de se rendre sur la plateforme YouTube. De nombreux titres sont disponibles.

L’un de ses derniers concerts, l’un des plus beaux, est disponible sur la plateforme Dailymotion au lien suivant : https://www.dailymotion.com/video/xrikeh

Pour en savoir plus sur le parcours de la chanteuse, une bonne série d’émissions est à réécouter en podcast sur France Culture, « Angélique Ionatos, la Grèce en héritage » au lien suivant : https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/angelique-ionatos-la-grece-en-heritage

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Une réflexion sur « J.-Cl. Dutto : hommage à Angélique Ionatos »

  1. Merci pour ce bel hommage et ce rappel à Sapho, un disque magnifique. J’ai le souvenir de découvrir Angélique Ionatos en concert à la Maison de l’étranger à Marseille il y a bien 40 ans, et d’être époustouflée par sa voix, sa langue et sa douceur pour raconter son chant. Mes pensées sont avec elle, Αντίο

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.