Arielle Chopard a lu pour vous deux romans policiers situés à Byzance

► ὁ λύχνος n° 160, novembre 2021, article cinq.

Les enquêtes de Léon le Protospathaire

Panagiotis Agapitos, Le luth d’ébène, éditions Anacharsis, mai 2013, 400 p., traduit du grec moderne par Constantin Kaïteris.

Panagiotis Agapitos, L’œil de cuivre, éditions Anacharsis, avril 2021, 319 p., traduit du grec moderne par Constantin Kaïteris.

Couverture du roman de P. Agapitos,  “Le luth d’ébène”

Profitons des soirées plus cocooning pour continuer dans nos découvertes littéraires. Dans un λύχνος précédent, nous avons fait la connaissance de Stavros, le commissaire rebelle de Sofia Mavroudis, ce qui nous a permis de mieux comprendre la situation actuelle de la Grèce. Nous allons maintenant remonter le temps et découvrir un nouvel enquêteur : Léon, le protospathaire (premier porte-glaive, et ambassadeur de l’empereur Théophile). Et quoi de plus chic que de s’évader dans l’Empire byzantin ?

 

Nous sommes à Césarée, en Cappadoce, en 832. Léon est un proche de l’empereur Théophile et il a la mission délicate de négocier la paix avec le Calife de Bagdad. Nos connaissances sur l’Empire byzantin étant fort limitées et n’étant pas particulièrement attirée par ce sujet, nous devons avouer que c’est avec circonspection que nous avons attaqué la lecture du premier volume Le luth d’ébène.

Et nous n’avons plus pu le lâcher ! Panagiotis Agapitos rend très vivante cette période, le IXe siècle, et grâce à des cartes et à un glossaire, la lecture est non seulement aisée mais passionnante.

 

Léon va devoir élucider un meurtre horrible, et son enquête va le mener aussi bien dans les lupanars de Césarée que dans les couvents où se réfugient d’étranges moines. En tant que protospathaire, il jouit du respect de tous mais le milieu interlope de Césarée n’a rien à envier à nos villes actuelles. Léon va donc devoir ruser. Et il a un ami précieux : Moutassim, le frère de l’ameroumnis, c’est-à-dire du Calife. Par ce biais, nous constatons que les enjeux diplomatiques entre ces deux grands blocs religieux et politiques sont tissés d’estime, de méfiance, de rouerie, d’échanges culturels et commerciaux, et que notre prétendue modernité n’a rien inventé, voire a régressé.

Léon a des fonctions importantes, il est conscient de son statut et de sa valeur personnelle. Il est riche et très bien éduqué. Il est aussi très humain et ne supporte pas l’injustice, quel que soit le statut de la victime. C’est un homme d’honneur, raffiné, mais pétri de contradictions et il n’ignore pas qu’il porte lui aussi une part sombre dans son âme.

 

Dans L’œil de cuivre, le deuxième volume, qui se passe à Thessalonique, nous découvrons Léon chargé d’une nouvelle enquête, alors qu’une fois de plus, ce n’était pas le but de son voyage. Et il est encore plus en proie à ses tourments intérieurs. Agapitos a su rendre son héros très attachant et très proche. L’auteur est professeur d’histoire byzantine à l’université de Chypre. Mais à aucun moment son érudition ne pèse sur la lecture. Au contraire, il parvient à nous immerger dans ce monde foisonnant, très intellectuel, encore en construction frontalière et politique. La tolérance envers les peuples qui rejoignent cet empire nous fait rougir en pensant à notre attitude envers les migrants. Les femmes sont beaucoup plus libres qu’on ne l’avait imaginé et la violence conjugale envers elles semble mieux prise en compte qu’actuellement. Et au-delà de ces points fort intéressants, le questionnement intérieur de Léon nous montre aussi combien il est difficile de suivre des choix qui étaient clairs et justifiés au départ mais qui, au contact de gens de bien, se brouillent et deviennent remise en question d’un parcours aussi bien humain que politique.

La description des relations diplomatiques, des rites, des règles et des rythmes religieux, des embûches, et des intérêts aussi bien personnels que nationaux sont captivants à suivre et cela n’alourdit jamais les romans.

 

Une postface vient préciser et éclairer certains éléments du récit, et là encore l’auteur est limpide et ses connaissances n’écrasent pas le lecteur. C’est avec regret que nous avons quitté ce « monde médiéval, [où] le temps était très lent, les distances très longues, la vie très courte, et la mort très rapide. »

 

C’est donc avec impatience que nous attendons la suite des aventures de Léon, le nouveau protagoniste de la littérature « policière » grecque. Et saluons les très belles couvertures des éditions Anacharsis, qui sont aussi leur marque de fabrique, en plus de leur passionnant catalogue.

 

Arielle Chopard

Lycée sainte Elisabeth

Les Pennes Mirabeau

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.