Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas

► ὁ λύχνος n° 160, novembre 2021, article trois.

 

Protocole et eschatole

 

Anonyme, Portrait de Ninon de Lenclos, Château de Bussy-Rabatin (wikicommons)

 

Depuis l’épidémie de coronavirus, on ne parle que de « protocole sanitaire » : lave-toi les mains, mets ton masque sur le nez, aère la pièce et fais-toi vacciner. Ni serrement de main ni embrassade. Le mot de protocole est devenu tellement à la mode qu’il fait tache d’huile. Le fameux animateur de télévision, Stéphane Bern, parle même d’un « protocole amoureux » pour une libertine du XVIIe siècle, Ninon de Lenclos, qui imposait à ses amants le supplice suivant : « longue conversation, rendez-vous galant autour d’un souper, puis passage à la chambre… » C’était, paraît-il, une nouveauté en ce temps-là. Mais en réalité, au IVe siècle avant J.-C., Ménandre avait déjà formulé ce protocole dans la Samienne, v. 63 :

τὸ μὲν βραδύνειν γὰρ τὸν ἔρωτ᾽ αὔξει πολύ

« retarder l’amour l’accroît fortement. »

Il est étrange de penser que ce mot désigne en fait à l’origine « la première feuille collée » à un rouleau de papyrus, plus résistante, pour envelopper et protéger ledit rouleau. Elle portait, outre des formules religieuses, le nom du fabricant du rouleau et du gouverneur sous lequel avait été fait ce rouleau, puisque l’Etat romain avait le monopole de la production. Dans la Novelle 44, 2 de l’année 536 après J.-C., l’empereur Justinien oblige tout notaire de la capitale, Constantinople, à utiliser les feuilles de papyrus avec la date et le nom du ministre du budget de l’époque. Bref, on doit utiliser du papier à entête daté pour éviter que l’on ne trafique l’acte notarié :

« Nous ajoutons ceci à la présente loi : que les notaires n’écrivent leurs actes dans nul autre papyrus vierge que celui qui a un entête (ce que l’on appelle ‘prôtokollon’) commençant par le nom de notre très glorieux comte des largesses sacrées de l’époque, la date de fabrication du papyrus et tout ce qu’on écrit à un tel endroit. Et que les notaires ne découpent pas le ‘prôtokollon’ mais qu’ils le laissent là où il est inséré[1]. »

Justinien, qui fait rédiger ses lois en latin, utilise le mot grec πρωτόκολλον [prôtokollon] « première [feuille] collée », transcrit en latin sous la forme protocollum auquel il donne le sens d’initium, c’est-à-dire de « commencement » ou d’« entête », comme j’ai choisi de le traduire. Le mot vient de πρῶτον [prôton] « premier » et de κόλλα [kolla] « colle », mot qui est en français d’origine grecque.

Le terme n’a pas bougé ni entre le grec et le latin, ni entre le latin et le français, sauf qu’il a vite perdu une aile, si l’on me permet la plaisanterie, ou plutôt un –l. Le Dictionnaire de Nicot en 1606 définit le protocole comme le « registre des minutes ou primitifs des contracts que les notaires reçoivent ». Il appelle aussi, avec deux –l- cette fois-ci, protocolle de la chancellerie de France le « livre qui retient tels formulaires de lettres » et enfin sous le nom de Protocolle, Portecolle ou Porterolle, le « souffleur » d’un comédien ou d’un orateur…

L’écrit l’emporte ici sur la spontanéité de l’oral, comme dans la diplomatie où l’on a depuis longtemps un chef du protocole pour régler toutes les cérémonies. Un ancien titulaire de la fonction racontait qu’une des règles était de ne jamais courir, pour toujours donner l’impression qu’on maîtrisait les événements (qu’on ne maîtrise nullement, à la vérité). En réalité, l’art du chef du protocole est de s’adapter, comme le raconte Daniel Jouanneau dans son livre Souvenirs d’un chef du protocole, Paris, 2021. Ainsi, lors d’un dîner au Clos-de-Vougeot avec le roi du Népal, le chef du protocole se rend compte avec horreur, au moment où les hors-d’œuvre sont servis, que du veau est prévu au menu. Or c’est un animal sacré au Népal. On imagine l’angoisse du chef du protocole. Heureusement, un mariage avait lieu dans l’établissement et on put servir au roi du canard à l’orange prévu pour les invités de la noce.

Ainsi le protocole désigne toutes les règles écrites à suivre et l’influence de la civilisation de l’écrit sur notre petit monde, jusque dans ces petits gestes qui nous sont désormais interdits : plus d’accolade, plus d’embrassade, plus de baiser… Alors permettez-moi de rêver. L’inverse du protocole est l’eschatocolle, la « dernière feuille collée » d’un rouleau de papyrus. Le mot est devenu l’eschatole en français médiéval et désigne la conclusion d’actes notariés.

Laissez-moi donc promulguer céans un « eschatole sanitaire » qui prendra force de loi au matin de la Saint Glinglin, quand enfin le virus couronné sera découronné :

« Plus de gant ni de masque ni d’hydralcool,

qu’on se bécote, qu’on s’embrasse, qu’on se roucole,

qu’on se serre, qu’on s’enserre, qu’on se colle,

adieu virus, adieu Wuhan, adieu le protocole ! »

Christian Boudignon

Université d’Aix-Marseille,

Centre P.A. Février (CNRS, TDMAM, UMR 7297)

[1] Illud quoque praesenti adicimus legi, ut tabelliones non in alia charta pura scribant documenta nisi in illa quae initio (quod vocatur protocollum) per tempora gloriosissimi comitis sacrarum nostrarum largitionum habet appellationem et tempus quo charta facta est et quaecumque in talibus scribuntur, et ut protocollum non incidant, sed insertum relinquant.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.