Paul Challobos a lu pour vous le recueil “Grillages et grincements” de Christos Mortzos

► ὁ λύχνος n° 159, juillet 2021, article quatorze.

Paul Challobos a lu pour vous : Πλέγματα και τριγμοί, de Christos Mortzos, Cologne, 2020, 60 pages.

 

Jean-François Hue,  Naufrage devant le port de Saint-Malo, Musée de la marine (wikicommons).

Étrange, apparemment obscur et parfois inquiétant, le recueil de poèmes de Christos Mortzos, Grillages et grincements (Πλέγματα και τριγμοί) déroutera sans doute plus d’un lecteur. Extérieurement, cet élégant petit livre de format carré, avec la dorure de son titre, de ses lettrines et de ses initiales, son beau papier bouffant, sa mise en page aérée, la symétrie de sa présentation (24 pièces de six vers, une par lettre de l’alphabet grec, d’alpha à oméga) a tout pour attirer l’œil, la main et l’esprit. Dès lors, l’on va de surprise en surprise. La poésie alphabétique, déjà, n’est plus courante aujourd’hui, alors qu’elle était familière aux Anciens[1]. La syntaxe des pièces, ensuite, frappe par sa sécheresse : chaque vers ne comporte pratiquement que des substantifs et des adjectifs ; les verbes sont très rares (sauf à la lettre Σ, p. 43). On se trouve en présence d’une succession de brefs membres de phrases qui pourraient faire penser à des définitions de dictionnaire si la métaphore n’y régnait pas souverainement. Y a-t-il dans cette série un autre fil conducteur que la contrainte de la lettre initiale de chaque vers ? Parfois non, semble-t-il (et la juxtaposition peut être alors de frappe surréaliste : « Beauté, tache noire du destin »), mais souvent oui. La seconde moitié de chaque vers est fréquemment liée à la première par une communauté de thème, touchant tantôt à la synonymie (lois / règles), tantôt à l’association d’idée (odes / banquets ; hurlements / larmes). En principe, chaque strophe possède une unité thématique représentée par son dernier mot. Voici la liste des 24 « thèmes » (fournie dans la Table de la page 58) : Désobéissance ; Flèche ; Bonace ; Appât ; Amour ; Étourdissement ; Acteur ; Mer ; Échafaudage ; Bon voyage ; Erreur ; Destinée ; Nuage ; Lever du jour ; Rivage ; Deuil ; Frisson ; Flétrissure ; Art ; Sommeil ; Peur ; Corde ; Chuchotement ; Océan).

Cet aspect d’inventaire pouvait susciter l’ennui. Or la plaquette de Mortzos se lit non seulement avec un intérêt constant, mais encore avec une sorte de fascination. L’effet produit, qui s’apparente presque à une sensation de vertige, repose sur le pouvoir des mots choisis par l’auteur, avec la richesse infinie de leur substance. Le lexique est très varié et délibérément artificiel : sous sa trompeuse présentation démotique et monotonique, le grec de notre texte est d’une bigarrure extrême. Les mots homériques (v.g. ἀτασθαλία, μένος, ὠκύπους) ou classiques (v.g. κονιορτός, φρυκτωρία) y côtoient les technicismes modernes (v.g. ενδοφλέβιος) et nombre de vocables composés de la langue contemporaine, à l’occasion originaux (δακρυδόχος, φρενοσχισμές, ψυχοβασανιστές), voire douteux (μυθοπλασίες). On peut se demander si certains termes, rares même dans l’ancienne langue, parlent au lecteur grec « moyen » d’aujourd’hui. Mais qu’importe : l’incantation est efficace, et les vapeurs verbales, pareilles aux fumigations de laurier de la Pythie avant ses vaticinations, procurent une forme d’ivresse.

Mais il y a plus, dans ces strophes, que la pure vertu hypnotique des mots. Les métaphores prennent parfois un ton âpre ou satirique (quelque peu rimbaldien), comme à la lettre Ψ (p. 53) : « Tortionnaires de l’âme, gardiens de la droite voie, / chasseurs de suffrages dans les troubles fonts baptismaux de la bêtise, psaltes à la voix suave dans les temples, dans les sanctuaires de la terreur, pseudo-apôtres de la continence, faux-bourdons de la richesse… ») . Surtout, la subtile combinaison des images, leur accumulation choisie, confèrent au vers un grand pouvoir de suggestion. Par exemple, les eaux profondes du souvenir, où l’esprit tantôt surnage, tantôt coule (« Mon beau navire ô ma mémoire… » disait Apollinaire), sont évoquées par un bel enchaînement (Μυστικά ναυαγών, απόντων σωσιβία, / Μνήμης καταποντισμοί, ψευδαισθήσεις …) dont on donnera la traduction ci-dessous. Le surréalisme déclaré de Mortzos (affiché dès l’exergue, tiré de Claude Cahun) a hérité de Breton ou d’Elytis l’audace et l’entrechoquement des mots et des images ; mais il est comme tempéré par une cohérence conceptuelle qui le rapproche du symbolisme. Cette double ascendance s’exprime dans une langue singulière où se produit un phénomène d’irradiation lexicale résultant du vocabulaire grec mis en œuvre (avec sa profondeur, son aspect composite et disparate, et l’effet de saturation sémantique produit par la sur-représentation du substantif). D’une telle alchimie, l’itinéraire alphabétique de Πλέγματα και τριγμοί tire son charme puissant.

Paul Challobos

Trois extraits (avec traduction  française de Paul Challobos)

 

Αμαρτιών σπιθοβόλημα, φρυκτωρίες,

Αμφιβίων λημμάτων δεξαμενές,

´Αγονος γραμμή, διάπλους απόρρητος,

Ατασθαλίες της μνήμης, φρενοσχισμές,

Ανομβρίες λόγου, ξηρασίας κραυγές,

Αγράφων νόμων, αυστηρών κανόνων

Ανυπακοή.

 

Scintillement des fautes, signaux de feu codés,

Réservoirs de lemmes amphibies,

Ligne stérile, traversée secrète,

Insolences de la mémoire, fissures psychiques,

Impluviosités de la raison, cris de sécheresse,

Aux lois non écrites, aux règles sévères

Refus d’obéir.

 

Μυστικά ναυαγών, απόντων σωσίβια,

Μνήμης καταποντισμοί, ψευδαισθήσεις,

Μυθοπλασίες, σωτηρίας αυτοθυμιασμοί,

Μελαγχολιάς θύσανος, φιλοδοξίας μωρία,

Μουσική εμπνευσμένης αυτοκαταστροφής,

Μένος των ενδεών, των αποκλήρων άδηλη

Μοίρα

 

Secrets des naufragés, bouées de sauvetage des absents,

Engloutissement de la mémoire, hallucinations,

Modelages de mythes, auto-encensement du salut,

Panache de la mélancolie, sottise de l’ambition,

Musique d’autodestruction inspirée,

Fureur des indigents, des déshérités obscure

Destinée.

 

´Ωρες, σταγόνες ενδοφλεβίου φωτός,

Ωδές, νάρκες σε συμπόσια νυκτοβασίας,

Ωραιότης, μελάνη του πεπρωμένου κηλίδα,

Ωρυγή απωλείας, δακρυδόχος χοάνη,

Ωχρό αντίγραφο, των υποσχέσεων στάχτη,

Ωκύπους αγγελιαφόρος συμφορών, αλγηδόνων

Ωκεανός

 

Heures, gouttes de lumière intraveineuse ;

Odes, torpeurs à des banquets de somnambulisme,

Beauté, tache noire du destin,

Hurlement de la perdition, creuset collecteur de larmes,

Copie blême, cendre des promesses,

Messager au pied rapide des malheurs, des souffrances

Océan.

 

 

[1] Il existe en la matière une longue tradition remontant au Psaumes alphabétiques de la bible hébraïque, passant par quelques auteurs ecclésiastiques de l’Antiquité tardive (Hilaire de Poitiers ; saint Augustin avec son Psalmus contra partem Donati ; le poète Caelius Sedulius) ou par des pièces carolingiennes comme les anonymes De bonis sacerdotibus et De malis sacerdotibus, et aboutissant aux compositions mystiques du Frère Mineur Francisco de Osuna, au XVIe siècle. Cette tradition n’est pas éteinte aujourd’hui : pensons, par exemple, aux Poèmes alphabétiques de A à Z  de Pierre-Louis Delvaux.

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.