Florence Patte : une exposition sur Ulysse à Draguignan

► ὁ λύχνος n° 159, juillet 2021, article treize.

Exposition “Ulysse, voyage dans une Méditerranée de légendes”,

du 4 juin au 22 août 2021 à Draguignan, Hôtel Départemental des Expositions du Var, (Commissaire de l’exposition : Milan Garcin)

Affiche de l’exposition “Ulysse”

Si, par un jour d’été, un visiteur…

Il y a quelques mois, je suis tombée en arrêt devant cette immense pancarte qui annonçait une exposition consacrée à Ulysse, avec son insolite fragment de bras en bronze : était-ce la main énorme d’un dieu enserrant le poignet d’un mortel en péril, ou celle d’un adulte empoignant le bras fragile d’un petit enfant ? Cela m’avait tout l’air d’un sauvetage…

Rien de plus doux que cette idée de main ferme et salvatrice, en ces époques troublées de pandémie. Cette exposition estivale ne nous rappelle-t-elle pas que l’art et la culture nous sont essentiels ? Une invitation au voyage en somme : si je ne pouvais pas aller en Grèce cet été, la Grèce viendrait à moi. C’est ainsi qu’un beau matin caniculaire de juillet, je me mis en route pour Draguignan. Et je ne l’ai pas regretté.

Quelle magnifique exposition inaugurale dans cet Hôtel Départemental flambant neuf ! Le visiteur est invité à redécouvrir les pérégrinations d’Ulysse en dix épisodes majeurs à travers les représentations des personnages qu’il rencontre sur sa route ou qu’il retrouve enfin à Ithaque. Pas moins de 150 œuvres d’art venues de 60 musées différents (Vienne, Munich, Paris, Dresde, Edimbourg, etc.) se trouvent rassemblées pour l’occasion. Au détour d’une salle, ce sont Nausicaa, Calypso, Circé, qui viennent à notre rencontre, mais aussi le cyclope Polyphème, la monstrueuse Scylla et les intrigantes sirènes. Les sculptures et les céramiques antiques côtoient les peintures du XIXe siècle et même les créations d’artistes contemporains qui ont revisité l’Odyssée de la plus belle des façons.

Et comme à chaque fois qu’Homère nous parle, c’est la même fascination qui opère puisqu’il ne fait qu’interroger l’aventure humaine, intemporelle, inchangée malgré l’écoulement des siècles, et si l’Odyssée constitue un voyage initiatique, le parcours de cette exposition l’est aussi : nous nous sentons comme tirés vers le haut, hissés vers les origines, comme par un bras puissant.

Je suis sortie de cette exposition exceptionnelle, émue en même temps qu’un peu contrariée. Emue, grandement, parce que je venais de découvrir dans une vitrine, un fragment de papyrus, très rare, retrouvé en Egypte et conservé à Paris-Sorbonne, sur lequel couraient des vers de l’Odyssée.

Contrariée, un peu, en découvrant que le bras de l’affiche qui m’avait tant impressionnée n’était ni celui d’un dieu, ni celui d’un homme… Daté du Ie s. après J.-C., ce bras de bronze était en fait celui d’un monstre, de Polyphème le cyclope saisissant, de sa main-mâchoire, l’un des compagnons d’Ulysse.

 

Florence Deville-Patte

 

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.