Dominique Castell : Une vidéo artistique “Vers Cythère, l’île inspirée, elle vogua”

► ὁ λύχνος n° 159, juillet 2021, article douze.

[Connaissance Hellénique est heureuse de présenter une vidéo artistique de Dominique Castell, rêverie étrange et envoûtante inspirée des vers 192-193 de la Théogonie d’Hésiode à propos de la naissance d’Aphrodite :

πρῶτον δὲ Κυθήροισιν ζαθέοισιν   ἔπλητ᾽ἔνθεν ἔπειτα περίρρυτον ἵκετο Κύπρον.

« D’abord, vers Cythère la très divine, / [Aphrodite] vogua, et puis de là elle parvint à Chypre battue par les flots »]

 

« Vers Cythère, l’île inspirée, elle vogua »

vidéographie 13 min, 2018-2019

[à voir sur : documentsdartistes.org/castell

(deuxième document)]

« Vers Cythère, l’île inspirée, elle vogua » est le nom de la vidéographie réalisée en 2018, déployant une nage insolite vers les rivages furtifs de Cythère, l’île de l’amour où est née Aphrodite.

Watteau, Embarquement pour Cythère, Palais Charlottenburg, Berlin (wikicommons)

Synopsis

Ce film transfère dans la géographie liquide des mers, des désirs et des songes une partition composite alternant la matière ralentie des prises de vues réelles et le tracé des dessins fixes et animés. 
Sortant de l’obscur, une nageuse brasse obstinément doutes, inquiétudes, puis flots scintillants qui mènent aux abords écumeux de Cythère. Là aura lieu la coïncidence, le choc inouï avec la déesse Aphrodite. La révélation illuminera alors de grands fonds indigo d’où surgira, quelques instants seulement, l’île inspirée …

Note d’auteur

Je poursuis depuis plusieurs années maintenant une recherche artistique centrée sur le dessin et ses relations étroites avec les sentiments et la géographie. 
Suite à l’édition en 2018, du livre monographique « Géodésir », j’ai cherché dans le monde un lieu qui relance mon goût des tracés et des trajectoires sentimentales…

Mais quel lieu ?
 Où aller pour faire battre à plein le cœur et les courbes de niveau ?
 J’ai regardé sur un globe les endroits qui m’attiraient et aussi consulté, suivant la formule d’Alain Corbin, “mes archives intérieures”, les arrière-pays des souvenirs d’enfance et des désirs secrets. J’ai rêvé sur des noms : Stromboli, Buenos-Aires, Calcutta désert, Tendre… Finalement, un peintre et une déesse ont pointé la toponymie qui sera le programme : Cythère. A l’échelle du globe, l’île mythique de l’amour est invisible et pourtant grâce à elle, le monde tourne et les têtes aussi…
Plus tard, j’ai emprunté à Hésiode la formule décisive qui donne son nom au film. Dans sa Théogonie, au VIIIe siècle avant notre ère, il raconte ainsi l’arrivée au monde d’Aphrodite : « Et d’abord vers Cythère, l’île inspirée, elle vogua ». 
Poursuivant le mouvement, j’ai repensé à Watteau et son célèbre Embarquement pour Cythère, dont la légèreté picturale et l’élégance métaphorique évoquent le charme du transport amoureux et la force attractive d’une île de l’amour si peu visible.
 Il y a du mouvement dans l’amour et c’est cela qui m’intéresse : un trajet vers une destination toujours lointaine mais qui inspire, donne du souffle, aimante et fait sortir de la lourdeur du monde, de la tristesse de l’actualité.
 J’ai pensé que le sujet amoureux avait cette qualité qui fait traverser le monde et être comme hors du temps. “L’amoureux est seulement suspendu ab humanis, loin des choses humaines. C’est un sujet singulier, intempestif, fou…” (1) Voilà comment est arrivée la figure de la nageuse qui brasse sans discontinuer, contre vents et marées, vers Cythère, l’île inspirée.

C’est lors de voyages vers quelques îles de la Méditerranée que j’ai commencé à dessiner (et à filmer) au long cours. Ce temps singulier de traversées en bateau, fait de glissements au fil de l’eau, est propice aux mouvements intérieurs, aux rêveries, que le dessin in situ peut suivre. Tel est le plaisir de dériver graphiquement en temps réel mais hors du temps, avec le simple outil du stylo bille sillonnant tous azimuts l’espace de la feuille, repassant la même zone et parfois laissant vierges quelques minuscules îlots en forme de vagues, de cirrus furtifs ou d’aubes silencieuses. Tracés d’heures, carnets de bord des humeurs, cartes des affects, dessins et vidéos composent cette translation rêveuse d’où Cythère finira par émerger.

Maintenant que le film est terminé, il me semble que l’île inspirée est le rêve même : un trajet onirique qui déploie une tension entre rupture et renaissance, entre inquiétude et attirance. Apparaissant et disparaissant, elle crée du désir tout en le tenant à distance, attire le sujet et lui résiste en même temps. On n’aborde pas cette île, on la laisse se dérober, se présenter comme une énigme, une réserve à songes, un espace décalé, irréel, magique. A la fois sur l’eau et sous l’eau, dedans et dehors, l’espace inspiré ici est un contre emplacement où peut advenir l’inouï, car il fait se croiser le mythe de la naissance d’Aphrodite, des bribes de réalité, de songes, et de désirs.

In fine, l’île inspirée est une fabrication, une opération créant du flottement, du vague, du changeant. Elle est pour moi, non euclidienne, non stable dans sa forme, scintillante (2), affleurante, furtive, et finalement Cythère est comme Aphrodite, “ flottant entre l’impossible et l’inévitable”(3).

Dominique Castell

1- Roland Barthes, Le discours amoureux, la folie de l’Amoureux, Seuil, p. 709

2- Clément Rosset, L’école du réel, Mirages, p. 133

3- Lawrence Durrell, Les îles grecques, Omnia poche, p. 124

 

Pour information :

– des estampes à partir des dessins originaux de Cythère ont été réalisées par L’atelier Vis-à-vis (spécialisé en sérigraphies et estampes d’art) et seront présentées à Art-Ô-Rama (salon international d’art contemporain) à la Friche la Belle de Mai, Marseille le 27, 28, 29 août 2021.

– Puis, une exposition de dessins originaux et de sérigraphies) est prévue au Musée d’Art Contemporain (MAC) Artéum de Châteauneuf-le-Rouge près d’Aix-en -Provence dans le cadre de Paréidolie et de la saison du dessin, du 16 septembre au 30 octobre 2021.

– Enfin, un livre d’artiste « l’île inspirée » est en cours de réalisation, suite à une résidence à l’Atelier Vis-à-Vis (été 2021). Tiré en 50 exemplaires, il sera présenté fin 2021.

– Quant au livre” Géodésir”, 2ème livre monographique, il a été publié en juillet 2017, 
à la Fabrique sensible, Arles,
édition bénéficiant du soutien du département des Bouches-du-Rhône et de la ville de Marseille.

Il est diffusé au Frac de Marseille, à L’histoire de l’œil, à Marseille et à la Fabrique sensible, à Arles.

Toutes les informations sur mon actualité artistique sont à retrouver sur :

dominiquecastell.com

et, pour voir les dessins et la vidéographie :

documentsdartistes.org/castell.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.