Bernard Boyaval : Trois notices épigraphiques

► ὁ λύχνος n° 159, juillet 2021, article neuf.

  1. SOSIBIOS « ASSESSEUR DE MINOS »
Bernin, “Le rapt de Perséphone”, palais Borghese, Rome (Wikicommons)

Après correction de F. Chamoux (Mélanges Vercoutter, 1985, p. 47-48), les v. 3-4 de l’épitaphe de Sôsibios (E.Bernand, Inscriptions métriques, 1969, n° 3 p. 47-49) peuvent être traduits ainsi : « j’irai dans les sombres demeures de Pluton et de Perséphone, comme assesseur de Minos1 chez les Bienheureux ». La séquence Minô synthôkos apparaît au début du v. 4, pentamétrique.

En écrivant (o.l. p. 49, commentaire au v. 4) que c’est là le seul témoignage à date ancienne de cette épithète2, Bernand n’a pas pour autant expliqué sa présence dans ce texte. Mais, en signalant ibidem, note 5, que cette fonction d’associé à des personnages du mythe ou de l’histoire dans le monde des morts est souvent désignée par le synonyme synthronos (Peek 642, 6, 1162, 5-6, 1513,10), il a suggéré, sans l’énoncer, l’explication probable de cette originalité linguistique.

Synthronos forme un dactyle que la stèle Peek 1162, 6, par ex. montre utilisé en début de pentamètre. Un dactyle était, ici, impossible en seconde position du premier hémistiche, d’où la substitution sunthô|kos| qui ajoutait à minô| le second spondée nécessaire suivi du pied 3.

La présence de cette épithète à date aussi haute était très probablement un subterfuge prosodique.

NOTES

  1. C’est la traduction de Chamoux, o. l. p. 48, malgré la réserve de Th. Reinach, REG 16, 1903, p. 182 sur le mot « assesseur ».
  2. « Le plus ancien exemple […] ne semble attesté qu’à basse époque d’après les dictionnaires ». La stèle a été datée du IIIe–IIe siècle avant J.–C. (Bernand, o.l. p. 47 note 7).

2. POURQUOI A-T-ON CONDUIT PAPONTÔS À OXYRHYNCHOS ?

Dans le BASP 50, 2015, p. 39-42 et pl. p. 42, Brice C. Jones a publié un papyrus de la Yale University, le P. CtYBR Inv. 5087, sous le titre « Papontos and the Hermaion Amphodon of Oxyrhynchos ». Petit rectangle de 12,8 X 7,7 cm, aux marges très larges (« generous margins ») et au texte complet (3 lignes d’une main très professionnelle, « a fluid, practiced cursive »), je le traduis ainsi dans le respect de sa disposition :

« Vers le quartier Hermaion,

Papontôs fils de Pétosiris

(et) d’une mère (nommée) Tsenapynchis »

Jones a traduit « (responsible ?) for the quarter of Hermaion », parce qu’il a cherché des motifs administratifs au déplacement de Papontôs (p. 40-41). C’était en vain. Le manque de contexte et de motif explicite (alors qu’il y avait de la place pour le signaler) prouve que ce coupon n’était pas destiné à des bureaux. L’imprécision de l’adresse n’était pas non plus un inconvénient aux yeux de son rédacteur car les amphoda ou quartiers d’Oxyrhynchos étaient de toute petite taille : « relatively small clusters of a few streets each, mostly named after local landmarks (especially sanctuaries), ethnic groups and craft specialities » (p. 40).

Le plus probable, me semble-t-il, c’est que Papontôs était un défunt et ce papyrus un billet d’accompagnement du corps. La main exercée qui a tracé ce texte était peut-être celle d’un scribe des taricheutes [scil. des embaumeurs]. Elle fait penser à d’autres mains, aussi expertes, qu’on rencontre sur des étiquettes de momies. La taille du papyrus est proche de celle de nombreuses tablettes et il présente un formulaire-standard « A fils de B, d’une mère C » qui est celui de beaucoup d’entre elles ex. SB 5477, 5491. Autre ressemblance enfin : la destination où envoyer les corps était souvent précisée en tête du formulaire des étiquettes, ex. SB 3545, 3547, 3892, 5538, comme ici. Je suis également tenté de rapprocher le papyrus de Yale des P. Lille C. 76/1-2 (ZPE 31, 1978, p. 118-120) qui avaient servi à accompagner deux corps vers un même village : ils ont tous trois une forme identiquement rectangulaire, une taille initialement proche et avaient été rédigés par des mains très professionnelles.

3. LES DÉCLARATIONS DE DÉCÈS DU NOME ARSINOÏTE (FAYOUM)

A. Martin a publié une liste de déclarations de décès de toute l’Égypte gréco-romaine (Chron. Eg. 55, 1980, p. 276-283) qui rend inutiles les précédentes, d’O. Montevecchi, Aegyptus 26, 1946, p. 111-112 et W. Brashear, BASP 14, 1977, p. 3-10, ainsi que l’addendum aux P. Strasb. 501-540, 1971, p. 48.

Sa liste groupe 82 papyrus dont 57 seulement fournissent l’origine géographique des défunt(e)s (nome et parfois villages) et le mois de décès (parfois précisé du jour). Sur ces 57 documents, 45 parviennent du nome Arsinoïte, 11 de l’Oxyrhynchite, un seul d’ailleurs. Je ne parlerai donc ici que du Fayoum, même si ses 45 attestations sont bien peu pour justifier la minime observation qui suit.

Sur les douze mois du calendrier égyptien, les dates se dispersent en petits groupes non significatifs de deux ou trois témoins mensuels, sauf en Tybi et Méchir (27-28 décembre au 24-25 février) qui en rassemblent 19 en deux mois soit 42 % du total. Certes, ces totaux sont dérisoires, mais n’y a-t-il pas là un petit indice de poussée hivernale de mortalité ? J’étais parvenu à la même constatation dans un article du MIFAO 104 (Livre du Centenaire de l’IFAO), 1980, p. 281-286, « La mortalité saisonnière dans l’Égypte gréco-romaine », en utilisant les données, infiniment plus nombreuses, de l’épigraphie nilotique (épitaphes, étiquettes de momies etc.).

Le Fayoum, l’hiver, subit l’influence de la Méditerranée et les températures y baissent plus qu’ailleurs dans la vallée. Il ne serait donc pas surprenant que la documentation antique ait gardé quelques traces, même infimes, de cette réalité.

 

Bernard Boyaval

Université de Lille

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.