Janine Kaminski a traduit pour vous 5 poèmes émouvants de Théodore Zaphiriou

► ὁ λύχνος n° 159, juillet 2021, article huit.

Théodore Zapheiriou, Λείπει (Elle manque), Andy’s Publishers, Athènes 2020, ISBN 978-960-565-280-7.

Couverture du recueil de poèmes de Théodore Zaphiriou « Elle manque »

Λείπει, « Elle manque »*. Un titre dont la sobriété, soulignée par le trait noir qui traverse la page de couverture, dit tout : somme de poèmes, à la fois pleine de cruauté et d’émotion, que Th. Zapheiriou dédie à sa femme, décédée le 3 octobre 2019.

* Le verbe λείπει se prononce exactement comme le nom λύπη qui signifie « chagrin, tristesse ».

 

 

À Eleusis une fois

 

Cela n’est pas un chant…

Kostas Karyotakis

 

Encore une fois

Où silencieuse

Tu m’interroges sur Eleusis.

 

Et il m’est difficile

De te répondre

Sans musique.

 

Ce n’est pas un chant… 

Mais c’est encore un son humain

Dans les profondeurs de la nuit.

 

 

Στῆν Ἐλευσίνα μιὰ ϕορὰ

 

Δὲν εἶναι τραγούδι αὐτό…

Κώστας Καρυωτάκης

 

Καὶ μιὰ ἀκόμα

Ποὺ ἀμίλητη

Γιὰ τὴν Ἐλευσίνα μὲ ρωτᾶς.

 

Καὶ μοῦ εἶναι δύσκολο

Νὰ σοῦ ἀπαντήσω

Δίχως μουσική.

 

Δὲν εἶναι πιὰ τραγούδι αὐτό…

Ἀλλ᾽ εἶναι ἀκόμα ἀνθρώπινος ἀχὸς

Στὰ βάθη τῆς νυχτός. 

 

 

 

Refus*

 

Dès l’enfance

J’ai vu la boucherie.

 

Les mêmes Pâques

Le même couteau

 

Le même agneau

Le même sang

 

Le même spasme.

Les mêmes secondes

 

De l’herbe

Au croc.

 

Dès l’enfance

Je savais tout.

 

C’est pourquoi, grand,

Plus rien

 

Ne m’impressionnait.

Même si ce n’était pas Pâques.

 

Même s’il n’y avait pas

De couteau.

 

Ni d’agneau.

Ni de sang.

 

Seulement le même spasme.

Les mêmes secondes

 

Le mouvement

D’un homme

 

Dans l’immobilité

D’un agneau.

 

* Jeu de mots entre ἀρνί (agneau) et ἄρνιση (refus).

 

 

 

 

 

Trop tard

 

Debout et seuls

dans le désert effrayant de la foule.

Manolis Anagnostakis, « Je parle »,

Les poèmes 1941-1971, Néphéli, Athènes, 2000.

 

Quarante cinq ans à marcher,

Et ne dis pas, toujours ensemble,

C’est pourquoi peut-être je n’ai pas compris assez tôt.

 

Il semble que tu te sois tellement fatiguée

Plus par moi, qu’il te faut

Désormais pour te reposer, une éternité.

 

Je ne veux pas ici, où tu es couchée

Et dors si profondément, te déranger,

Encore même si dans ton sommeil

 

Tu peux m’entendre. Mais peux-tu ?

Car alors m’écouteraient aussi tous ceux

Ici autour et parmi eux peut-être quelques

 

Connaissances communes, de l’époque

Des manifestations étudiantes de 74,

Chantant Théodorakis

 

Parlant comme Anagnostakis*

Mais maintenant plus debout, seulement seuls

Dans le désert effrayant de la foule.

 

* Poète de l’après-guerre, très engagé à gauche politiquement et socialement.

 

 

 

La liberté ou la mort

 

La vérité est

Qu’à part toi,

 

Tu ne m’as pas privé de beaucoup de choses.

Presque rien.

 

Si la mort

T’a délivrée,

 

Elle m’a donné à moi

La liberté.

 

Mais pour un instant.

Car pour chaque suivant

 

Et désormais

C’est le contraire,

 

Il faut que je remesure.

La liberté ou la mort.

 

Car pour la maladie

Je n’ai pas le courage.

 

 

Le petit banc

 

Le petit banc était là, à sa place.

Il y avait du soleil et un jeune couple était assis.

 

Soudain – en plein soleil – la brume

Commença à s’étendre. Mais elle cacha

 

Seulement la femme et s’arrêta.

Il resta la moitié d’un banc, avec un homme.

 

Quand la brume se dissipa, le soleil

Acheva son cycle et l’homme partit

 

Et revint, c’était un autre jour.

Il y a quarante huit ans,

 

Le petit banc était là, à sa place.

Avec un jeune couple assis, au soleil.

 

Τὸ παγκάκι

 

Τὸ παγκάκι ἦταν ἐκεῖ, στὴν θέση του.

Εἶχε λιακάδα κι εἶχε καθήσει ἕνα ζευγαράκι.

 

Ξαφνικὰ ἄρχισε —μεσ᾽ στὴν λιακάδα—

Ν᾽ ἁπλώνεται ὁμίχλη. Σκέπασε ὅμως

 

Μόνο τὴν γυναίκα καὶ σταμάτησε.

Ἔμεινε ἕνα παγκάκι μισό, μ᾽ ἕναν ἄντρα.

 

Ὅταν ἡ ὁμίχλη διαλύθηκε, ὁ ἥλιος

Ἔκανε τὸν κύκλο του κι ὁ ἄντρας ἔϕυγε

 

Καὶ ξαναγύρισε, ἦταν μιὰ ἄλλη μέρα.

Σαράντα ὀκτὼ χρόνια πρίν,

 

Τὸ παγκάκι ἦταν ἐκεῖ, στὴν θέση του.

Μ᾽ ἕνα ζευγαράκι καθισμένο, στὴν λιακάδα.

 

 

 

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.