Pascal Goeffret : Voyage dans les rues d’Oxyrhynchos

► ὁ λύχνος n° 159, juillet 2021, article six.

« Rue d’Apollonios le fertilisateur » et « rue de Puce »

Notes sur le Papyrus d’Oxyrhynchos I, 43 et deux noms de rues tardifs.

Apollon du Belvédère, copie romaine d’un original du IVe siècle av. J.-C. de Léocharès, musée Pio-Clementino (wikicommons)

Depuis le travail fondateur d’H. Rink en 1924,[1] la question des noms de rues (hodonymes) grecs de la cité égyptienne Oxyrhynchos, très florissante à l’époque romaine, n’a pas été complètement reprise. Nous souhaitons, dans les lignes qui suivent, revenir sur deux toponymes et réfléchir sur leur sens. Ils se trouvent à la fin du document le plus riche ici, le Papyrus d’Oxyrhynchos I, 43 verso. Rédigé en grec, langue la plus utilisée en Égypte à l’époque romaine, il fut publié en 1898 par l’Université d’Oxford. Daté de 295 de notre ère, il fait état de la mise en place de gardes pour la nuit par le « chef de la garde de nuit » (nyctostratège).[2] Le déploiement, avec à chaque fois le nom du ou des garde(s), se fait alors « rue » par « rue » (ῥύμη) dans le sens contraire des aiguilles d’une montre[3] :

 

Col. I

  1. Dans la rue de la maison {}

} rue {

près de la porte

{D}iogène

les maisons dans la rue à la maison {

Thotos, huilier.

  1. Dans la rue de la maison du foulon K {

(1 garde)

  1. Dans la rue de l’Église du Nord

(1 garde[4])

les maisons de l’étable d’Aionia

  1. Et dans la rue de la maison du grenier à foin (?) ou encore des bâtiments voûtés et du petit puit
  2. Et dans la rue, plus haute, de Seuthès
  3. Et dans la rue de la cuisine (?) et de la maison du prêtre Etsos (?)

Restant dans la maison de l’Amazone, la rue du Kaisareion

  1. Et dans la rue de la maison {} Horion d’Aniketos

Les maisons dans le camp (ἐν … παρεμβολῇ) la rue du petit puits et du bâtiment voûté

 

Col. II

  1. Et dans la maison de Diogène (2 gardes)
  2. Et dans la rue du Sarapeion est {

Du prêtre Thonion…

  1. Et dans le Sarapeion… (6 gardes)
  2. Et dans le temple d’Isis (1 garde)
  3. Et dans la rue du temple d’Isis (1 garde)
  4. Restant dans la rue de la maison de Hierakion
  5. Et dans la rue de la maison de Zoilos (1 garde)

restant près de la maison d’Isidoros, qui connaît le quartier (…)

 

  1. Et dans la rue des Bergers (1 garde)
  2. Et dans la rue de la porte Ouest aux trois arches (1 garde)
  3. Et dans la rue de {

 

Col. III

  1. Et dans la rue du Théâtre (1 garde)
  2. Et dans le Théâtre (3 gardes)
  3. Et dans la rue du Bain chaud (1 garde)

Et dans la rue de la porte de Pesor où se trouve un marché de légumes (1 garde)

  1. Et dans la rue de la rue de Loupas
  2. Et dans la rue des Crétois (1 garde)
  3. Et dans la rue de la porte Sud (1 garde)
  4. Et dans la rue de l’Église du Sud (1 garde)
  5. Et dans la rue de l’Apolloneion (1 garde)

Et dans la rue des bains (principaux ?) et du canal de Krios (1 garde)

  1. Et dans la rue de la maison de Matreos (1 garde)
  2. Et dans la rue de la maison d’Aristo {} assis et du regretté Sarmatos

 

COL. IV

  1. Et dans la rue de la porte de Pses (1 garde)
  2. Et dans la rue du Mutron (1 garde)
  3. Et dans la rue du gymnase (1 garde)
  4. Et dans le gymnase (2 gardes)
  5. Et dans la rue du Tétrastyle de Thoéris (1 garde)
  6. Et dans la rue du Thoereion (1 garde)
  7. Et dans le Thoereion (7 gardes)
  8. Et dans la rue des bains de César (?) (1 garde)
  9. Et dans la rue de la maison d’Ok {}

 

Col. V

 

  1. Et dans le petit Nilomètre (1 garde)
  2. Et dans la rue de Phanios (1 garde)
  3. Et dans la rue d’Apollonios le fertilisateur et du verger (?)
  4. Et dans la rue près de l’abside de la maison de Flavianos
  5. Et dans la rue de Psylle (?)

 

 

Contexte historique.

 

La question de la garde des rues en cas de danger est bien connue en Grèce antique. Elle est abordée par le militaire Enée le Tacticien, auteur d’un ouvrage sur l’art de s’emparer d’une place forte de poliorcétique publié au IVe siècle av. J.-C.  En cas d’attaque il faut :

 

« Choisir les plus robustes du fait qu’ils sont dans la force de l’âge, en pleine jeunesse, et les affecter à la garde des postes et des remparts ; distribuer les autres en piquets de factionnaires proportionnels à la longueur des nuits et au nombre des veilleurs…..(puis) placer enfin les plus ordinaires les uns sur l’agora, d’autres au théâtre, les autres sur toutes les places publiques, pour qu’aucun point de la ville, dans la mesure du possible, ne soit laissé dégarni ».[5]

 

Pour quelle raison ces gardes sont-ils mis en place ?

 

Le document ne le mentionne pas. Notre seul indice reste la date de sa rédaction, le 16 février 295. D’après nos connaissances, la date est à lier à une série d’évènements qui touchent alors la vallée égyptienne.[6] Dans les dernières années du troisième siècle, nous avons ainsi plusieurs insurrections paysannes, des incursions des Blemmyes venus de Nubie et, enfin, une révolte contre Dioclétien.[7] Ce fut l’occasion pour Dioclétien de venir en Égypte pour mettre fin à la révolte.[8] Les sources littéraires, Aurelius Victor[9] ou Eutrope,[10] considère que la révolte contre Dioclétien est due à un certain Aurelius Achilleus. Or, l’étude des monnaies et les papyri a montré que le véritable investigateur est un certain Lucius Domitius Domitianus.[11]

 

Le P. Oxy I, 43 n’est pas le seul de cette nature puisqu’un autre document est proche, le P. Brem. 23, un document originaire d’une autre cité romaine d’Égypte, Heptakômia, daté de 116 ap. J.-C. Nous y voyons aussi la répartition de vigiles rue par rue.

 

Les raisons de cette répartition ne sont pas indiquées dans le document mais la date nous renseigne sur le contexte historique du document. Sous le règne de Trajan (98-117), les communautés juives se soulèvent dans plusieurs régions de l’Empire romain. Cette révolte, qui éclate en 115, a lieu en Cyrénaïque, Chypre et en Égypte.[12] La correspondance entre un Grec d’Égypte, Apollonios, et sa femme Aline, nous donne des renseignements importants sur la révolte et notamment dans le territoire d’Apollinopolite d’Heptakomie. Apollonios réside à Heptakomie, capitale du nome, et sa femme Aline s’inquiète dans une série de lettres de la violence des combats.[13] Ici aussi, des mesures d’urgence sont prises pour protéger la population de la métropole en plaçant des surveillants rue par rue en suivant le conseil donné par Enée plusieurs siècles auparavant.

 

 

La plupart des hodonymes du P. Oxy. I, 43 verso ne posent pas de soucis de compréhension et sont d’un intérêt mineur. Mais certains noms de rues posent plus questions :

 

  • Oxy. I, 43 col. V, 7 : καὶ ἐν ῥύμῃ Ἀπολλωνίου κτίστου ἤτοι πωμαρίου.

 

Il n’est pas évident de proposer une traduction cohérente ici. Faut-il traduire par « la rue d’Apollonios le (re)créateur et du verger » ou par « la rue du fondateur apollinien et de la limite (pomoerium) » ?

 

Commençons par la seconde hypothèse ? Faut-il voir un souvenir du passage d’Apollon de Delphes dans la dernière rue de ce document ?[14] Κτίζω désigne le fait de « défricher » et de « fonder ». Verbe majeur de la colonisation depuis le VIIIe siècle av. J.-C., il est attaché à Apollon, dieu fondateur qui est à l’origine de nombreuses cités, d’où son surnom d’arkhégète. Un terme lui est propre et resta attaché à son action : ἀγυιεύς (Apollon « des rues »). Terme ancien que l’on voit apparaître chez Homère, ἄγυια « rue » est associé à la cité de Delphes où il désigne la voie officielle qui mène au stade lors des concours.[15] Par ailleurs, c’est à Delphes, et à son dieu, que l’on a pu attribuer l’extension des voies de communication dans la Grèce ancienne.[16] Car Apollon, dans son action de fondateur, l’est aussi des « rues » qu’il trace droites. Il est celui qui civilise et police l’espace.[17] Nous pouvons noter que le terme ἄγυια, au contraire d’autres pouvant désigner une voie urbaine comme ῥύμη « rue », λαύρα « sentier » ou πλατεῖα « avenue, place », ne fut jamais retranscrit en copte, signe de sa spécificité dans la pensée tardive.

 

Mis à part Oxyrhynchos, le terme est rattaché à Alexandrie. Mais faut-il bien traduire notre passage par « la rue du fondateur apollinien et de la limite » ? Le passage d’Apollon permet-il la domination de la pensée grecque sur des terres nouvelles ? La présence de ce terme dans les papyri sanctionne-elle la mise en œuvre de la pensée grecque sur des espaces semi-sauvages et inhabités comme ont pu l’être l’oasis du Fayoum ou la zone marécageuse du delta égyptien ? En réalité, le Fayoum, oasis à l’ouest du Nil où se trouve Oxyrhynchos, est habité bien avant l’arrivée des colons grecs.[18] De plus, dans le poème que le Grec Ptolémagrios de Panopolis a gravé à l’entrée de son jardin, le terme κτιστύς désigne l’action de fertiliser des sols « devenus déserts ».[19] Cela pourrait éclairer le mot κτίστης à comprendre non comme « fondateur » mais comme « fertilisateur », « celui qui (re)crée » des sols cultivables. Quant à la seconde partie du toponyme πωμάριον c’est un emprunt au latin pomarium qui, en papyrologie, désigne simplement le « verger » et non pas la limite sacrée pomoerium qui sépare l’espace urbain de son territoire (ager).[20] Par ailleurs, Apollonios est un nom courant à Oxyrhynchos et il faut voir ici une voie limitrophe à l’espace urbain ou à une rue menant à un verger et non une voie sacrée. Il faut donc bien comprendre selon la première hypothèse : « la rue d’Apollonios le fertilisateur et du verger ».

 

 

  • Oxy. I, 43, col. V, 9 : ῥύμη Ψύλλου

 

A la fin du document, se trouve mentionnée une « rue de Psylle ». Comment peut-on l’expliquer ? H. Rink,[21] le premier, a fait le rapprochement avec une ethnie de Libye. Hécatée de Milet puis Hérodote ont laissé les premiers témoignages littéraires que nous possédons sur cette peuplade qui vivaient dans le golfe de la Grande Syrte.[22] Pour Hérodote, les Psylles auraient été anéantis par le vent du Sud qui « se prit à souffler et les engloutit sous le sable ».[23] Mais, selon Agatharchide de Cnide, en réalité ils auraient été décimés par les Nasamons, une autre peuplade.[24] D’autre part nous savons qu’ils possédaient un don de charmeurs de serpents et, c’est à ce titre, que nous les retrouvons dans de multiples points de la Méditerranée.[25]

En vérité, il s’agit sans doute ici d’un anthroponyme[26] qui est dérivé du grec psylla, la « puce ».[27] Il est possible que la ressemblance phonétique entre le nom de l’ethnie et celui en grec de la « puce », ή ψύλλα,[28] soit à l’origine du succès du vocable en Égypte. Il est également possible qu’il indique un statut inférieur dans la société ou une naissance « dans la rue ». Nous retrouvons par exemple l’anthroponyme porté par un esclave dans le Mimes VIII d’Hérondas intitulé Le songe : « Debout, esclave la puce ; combien vas-tu rester à ronfler » ? (Ἄστηθι, δούλη Ψύλλα· μέχρι τέο κείσῃ ῥέγχουσα.)[29]

 

Pascal Geoffret

Université d’Avignon

[1] Strassen und Viertelnamen von Oxyrhynchus, Giessen, 1924.

[2] Fr. Kayser, « Syndics et nyctostratèges dans une inscription de Haute-Égypte », BIFAO 91 (1991), p. 225-230.

[3] Le texte grec est disponible sur le site : http://papyri.info/ddbdp/chr.wilck;;474

[4] Nous ne mentionnons plus le nom du ou des garde(s)

[5] I, 8-9, Ed. par A. Dain et A.M. Bon, Les Belles Lettres, Paris, 1967.

[6] A. Chastagnol, « Les années régnales de Maximien Hercule en Égypte et les fêtes vicennales du 20 novembre 303 », Rev. Numis. 9 (1967), p. 59 n.4.

[7] J. Schwartz, l’Égypte à la fin du III è siècle p.c. et son historiographie, Bulletin de la Faculté des lettres de Strasbourg, 1967, p. 294-303 et J.D. Thomas, « The Date of the Revolt of L. Domitius Domitianus », ZPE 22 (1976), p. 253-279.

[8] W. Seston, « Achilleus et la révolte de l’Égypte sous Dioclétien d’après les papyrus et l’Histoire Auguste », Scripta Varia. Mélanges d’histoire romaine, de droit, d’épigraphie et d’histoire du christianisme, Rome, 1980, p. 190.

[9] Caes. 39,38.

[10] Breu. IX, 22,1.

[11] J.D. Thomas, « The Date of the Revolt of L. Domitius Domitianus », ZPE, 22 (1976), p. 253-279.

[12] Hist. Eccl. IV,2.

[13] Pap. Giessen 19 = CPJud. II, 436.

[14] Sur les dieux fondateurs de cités cf. L. Robert, « Les conquêtes du dynaste lycien Arbinos », Jour. Des savants 1978, p. 39-40.

[15] H.W. Parke – D.E. Wormell, The Delphic Oracle, II, Oxford, 1956, p. 114-115 et J. Pouilloux, « La voie d’accès au stade de Delphes », BCH 107 (1983), p. 217-219.

[16] O. Becker, Das Bild des Weges und verwandte Vorstellungen im frühgriechischen Denken, Hermes, Einzelschiften, IV, Berlin, 1937.

[17] M. Casevitz, Le vocabulaire de la colonisation en grec ancien, Paris, 1985, p. 241-244.

[18] J. Yoyotte, « Processions géographiques mentionnant le Fayoum et ses localités », BIFAO 61 (1961), p. 79-138.

[19] A. Wilhem, « Die Gedichte des Ptolemagrios aus Panopolis », Anzeiger der Phil -Hist.- der Ost. Akad. Der Wissenschaften, 1948, p. 306-326, et M. Casevitz, Le vocabulaire de la colonisation en grec ancien, p. 56.

[20] E. Bernand, inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Annales de l’université de Besançon, 98, Les Belles Lettres, Paris, 1969, n°114 et B. Boyaval, « Notes égyptiennes », Kentron 20-1/2 (2004), p. 165.

[21] Strassen und Viertelnamen, p.

[22] Apud Stéphane de Byzance s.v., éd. Meineke, p. 703 ; FGrHist. I, 1, F 332

[23] IV, 173.

[24] Apud Elien, Hist. Anim, XVI, 27 (FGrHist. II, A, 86, F 21.

[25] Arnobe, Contre les païens, II, 32.

[26] Onomasticon, p. 350.

[27] B. Boyaval, « Notes égyptiennes », Kentron 24 (2008), p. 161-162.

[28] G. Daux, « Deux anthroponymes grecs méconnus : Genon et Puce », REG 85 (1972), p. 78.

[29] Ed. J. Arbuthnot Nairn et L. Laloy, Paris, Les Belles Lettres, 1960, p. 103.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.