Bernard Chevreux : Rome dans le roman de Chariton, “Chairéas et Callirhoé”

► ὁ λύχνος n° 159, juillet 2021, article cinq.

L’ ombre de Rome dans le roman de Chariton, Chairéas et Callirhoé

Portrait de Jules César, musée de Turin (wikicommons)

Dans les quelques romans grecs de l’époque hellénistique qui nous sont parvenus « Rome n’est nommée nulle part et sa puissance n’est jamais mentionnée »1. Pourtant sa présence put y être décelée ici ou là :
dans l’œuvre de Xénophon d’Éphèse, fut ainsi repérée une magistrature qui n’est apparue qu’avec Trajan 2. Dans celle de Chariton intitulée Chairéas et Callirhoé, (dont nous suivons le texte établi et traduit par Georges Molinié, « Les Belles Lettres », Paris, 1979), Marie-Françoise Baslez relève en 1987 que l’itinéraire emprunté par le satrape Mithridate pour aller au plus vite de Carie à Babylone « ne fut mis en place qu’après l’annexion de la Commagène sous les Flaviens » et propose une création romanesque datant du IIe siècle après J.-C., à l’époque d’Hadrien 3. Dans le premier chapitre d’un livre paru en 2007, Steven D. Smith s’étend davantage sur le sujet et mentionne plusieurs universitaires ayant constaté une présence indirecte de Rome dans le roman de Chariton. En premier il cite K.H. Gershmann qui associa l’expression « ‘Aνερρίφθω κύβος » à Jules César et, pour terminer, Saundra Schwartz constatant que Rome « is both nowhere and everywhere ». Smith relève aussi qu’Aphrodisias, la ville de Chariton, tira avantage des liens religieux et mythiques qui la liaient à Rome et à la famille impériale à travers l’iconographie, la monnaie, la sculpture et l’architecture et en conclut que, si Rome et Chariton sont liés, c’est dans la relation entre le corps gouvernemental et le corps gouverné4.

Pourtant le roman de Chariton nous semble receler un faisceau d’indices concrets qui nous ont amené à penser que Jules César, mais aussi Rome, sont bel et bien liés à cette œuvre, éclairant ainsi une partie de celle-ci et donc quelques aspects de l’auteur. Pour ce faire, nous nous appuierons d’abord sur trois détails tirés de la Vie des douze Césars de Suétone, ensuite sur une analyse des noms des héros du roman et de ses principaux personnages et enfin sur l’histoire d’Aphrodisias, en Carie, la ville de Chariton sur lequel nous ne connaissons rien de plus que ce seul roman (dans lequel les philologues ont trouvé de très nombreuses références et influences littéraires) : Chariton y fut le secrétaire d’un avocat nommé Athénagoras, comme il l’annonce dans la première phrase de son texte.

C’est en effet dès le début du roman que Chariton semble s’inspirer de faits rapportés par Suétone et Plutarque. Le premier n’est flatteur ni pour César qui aurait été soupçonné de s’être prostitué au roi de Bithynie, ni pour Chairéas qualifié de prostitué dans le roman5. Le deuxième est le coup de pied au ventre donné par Chairéas à Callirhoé qui tombe apparemment morte, mais déjà porteuse d’un fils. Sur Néron, Suétone écrit qu’il aurait tué son épouse Poppée d’un coup de pied, alors qu’elle était enceinte6. Enfin, quand le pirate Théron se décide à partir piller le tombeau où fut déposée Callirhoé, il prononce le fameux « Ἀνερρίφθω κύβος» qu’employa César avant de franchir le Rubicon, non pas en latin, mais en grec selon Plutarque7. Il est certes possible qu’à cette période de l’Antiquité le terme de prostitué ait été utilisé un peu rapidement, que ce soit dans les conversations privées ou dans des pamphlets. Il nous faut aussi remarquer que la célèbre expression provenant du jeu de dés a dû être largement utilisée puisqu’elle est mentionnée dans la Souda8, que la piraterie a longtemps prospéré et que les pirates risquaient la mort par crucifixion, ce qui arriva à Théron. Enfin, le jeu de dés dont Suétone nous dit qu’il était très apprécié de deux empereurs, Auguste et Néron9, était très répandu.

Rome, par l’intermédiaire de Suétone et de Plutarque, nous semble ainsi déjà bien présente. Pour ce qui est du rapprochement avec Jules César, un auteur de l’époque de Chariton aurait pu puiser dans sa culture générale les éléments mentionnés ci-dessus. En ce qui concerne Néron, il nous semble permis de penser que c’est moins probable et que Chariton s’est inspiré de Suétone.

Ainsi donc la nécessité se fait encore sentir de trouver d’autres indices tendant à montrer que Chariton pensait aussi au premier des Césars lorsqu’il se mit à l’œuvre. Les noms des principaux personnages romanesques nous y invitent, à la différence des personnages ayant existé, comme Hermocrate, le père de Callirhoé, et Artaxerxès, le roi de Perse, qui donnent un cadre historique à une action romanesque se situant bien avant que Rome ne soit vraiment entrée dans l’histoire. Son roman reste ainsi apparemment sans lien avec l’Empire romain. Mais pour y faire allusion Chariton a fait preuve d’invention dans l’attribution du nom de ses personnages fictifs :

Théron (Θήρων), une figure décidément très intéressante du roman, livre encore une fois une clé à notre thèse. Son nom ressemble à celui de Néron (Νέρων), l’empereur joueur de dés et personnage violent, nous l’avons vu plus haut.
Chairéas (Χaιρέας), un nom composé de trois consonnes : « χ » (se prononçant comme la lettre « κ » suivie d’une aspiration), « ρ » et « ς » , de la diphtongue «αι» ainsi que des deux voyelles « ε » et « α ».
Si nous prenons maintenant le nom de César, Καίσαρ, nous retrouvons au début pratiquement le même son « Και », et dans la deuxième partie du nom les consonnes « ρ » et « σ » dans un ordre inversé avec la même voyelle finale « α ». Les deux noms présentent donc une certaine similitude.
Venons-en à Callirhoé, la fille d’Hermocrate. Historiquement ce dernier eut effectivement une fille mais son nom nous demeure encore inconnu. Il est donc vraisemblable que Chariton n’en avait pas connaissance.

Il s’écrit en grec : Καλλιρρόη nom composé de trois consonnes dont les deux premières sont « κ » et « λ » ainsi que de quatre voyelles, « ι » étant la seule qui ne se retrouve pas dans Cléopâtre (Κλεοπάτρα).
Or les deux premières consonnes se retrouvent dans le même ordre que dans le nom de la reine. Les deux voyelles « ο » et « ε »/ « η » sont, elles, inversées.

Hasard ? Fruit de l’inconscient de Chariton ? Il semblerait finalement qu’il n’en soit pas ainsi. Historiquement le nom de Cléopâtre n’est pas seulement lié à celui de César, il l’est aussi à celui d’Antoine, son successeur dans le cœur de la reine. Or il se trouve qu’Antoine se fit appeler le nouveau Dionysos10, nom pratiquement identique à celui du deuxième époux de Callirhoé : Dionysios (Denys en français).

Et quant au nom de ce dernier, il n’est guère possible de parler de coïncidence. En effet selon Plutarque, Denys l’Ancien épousa la fille d’Hermocrate11.
Chariton semble donc bien avoir joué avec les noms de figures historiques12.

Enfin, Mithridate et Pharnace, les deux satrapes du roman, sont deux noms qui devaient encore résonner aux oreilles des lecteurs de Chariton, surtout de ceux originaires de sa ville.

Nous replongeons ainsi à nouveau dans l’histoire romaine et plus spécifiquement dans celle de la patrie de notre auteur, Aphrodisias, dont Tacite souligne la fidélité à Rome13. En effet, Antoine lui avait d’abord accordé l’immunité. Par la suite, elle reçut d’Octave la liberté, le plus envié des privilèges, « pour son attitude courageuse pendant la guerre mithridatique ou l’invasion de Labienus »14, un des anciens lieutenants de César du temps de la guerre des Gaules, rallié à Pompée lors de la guerre civile.
Chariton, homme cultivé, devait avoir tout ceci à l’esprit. De plus, comme tous ses concitoyens, il pouvait voir deux monuments symbolisant les liens de sa ville avec César, le descendant de Vénus/Aphrodite, et Rome. Ces deux monuments sont d’une part le herôon funéraire dressé au « Sauveur et Bienfaiteur de la Patrie », à savoir Caïus Iulius Zoïlos, « esclave, puis affranchi de César, (qui) joua sans aucun doute un rôle dans la résistance de sa cité à Labienus » et d’autre part, bien évidemment, le premier temple en marbre dédié à Aphrodite qu’il avait, riche mécène, fait construire à ses frais15.

A la lecture du roman, force est de constater qu’Aphrodite y est souvent présente et très respectée. Dans son analyse de l’œuvre sous forme de tableau, G. Molinié recense quatorze prières de Callirhoé dont neuf sont adressées à cette déesse. Dès les premières lignes, l’auteur compare son héroïne à celle-ci dont la fête publique est le point de départ d’une série d’aventures. Tout le long du roman, hommages et prières sont adressés à cette déesse. Chariton écrit que même le roi de Perse « pour la première fois, … sacrifia à l’Amour et invoqua souvent Aphrodite, pour qu’elle intervînt en sa faveur auprès de son fils »16 .

Mais le rôle de celle-ci semble être également de protéger Chariton. Si, comme nous le supposons, ce dernier s’inspira entre autres de Suétone, il a dû avoir conscience que reprendre le terme peu flatteur de prostitué pour désigner Chairéas et, de manière ironique, faire prononcer par un pirate une parole de César pouvaient lui causer des ennuis. Suétone ne désigna pas ainsi le divin Jules mais, décidément bien audacieux, parla de ses pillages et de destructions de villes « pour faire du butin », et même de vol de trois mille livres d’or dans le Capitole17.

Il est donc vraisemblable que Chariton fut ainsi incité à ne pas mentionner seulement son nom au tout début de son œuvre. En nommant aussi sa ville, certainement plus connue que lui dans l’Empire, il assurait ainsi de ses bonnes dispositions vis-à-vis de Rome. Se déclarant ensuite secrétaire d’avocat, il montre qu’il est conscient des risques non seulement pour sa propre personne mais aussi pour sa ville car le statut de celle-ci pouvait être à tout moment révoqué par l’empereur18. L’idée d’insérer dans son roman un combat judiciaire mené devant le roi de Perse pourrait donc bien avoir été inspirée par un conflit avec Rome, car il y en eut plus d’un. À ce sujet François Jacques nous rapporte que
« Trajan et Hadrien tranchèrent des litiges en sa faveur », celle d’Aphrodisias. Chariton ne pensait-il pas alors à l’empereur, Hadrien très probablement, lorsque Chairéas demande dans une lettre au Roi de Perse de se réconcilier avec les Égyptiens ? Car, écrit-il, « supporter les offenses est vertu royale par excellence »19.
Au travers de ses personnages, y compris le Grand roi, Chariton témoigne donc d’un très grand respect pour la déesse et donc indirectement pour César et Rome. Il sait aussi qu’il convient d’être extrêmement prudent devant la plus haute autorité, comme le prouve Dionysios qui, dans le dernier livre, voyant le danger de montrer devant Artaxerxès son affliction d’avoir perdu Callirhoé, resta de marbre20 alors que les « manifestations théâtrales de chagrin », même chez les hommes mûrs, ne manquent pas dans le texte21.
Enfin le roman se termine dans le sanctuaire d’Aphrodite où Callirhoé la remercie et lui demande de n’être plus séparée de Chairéas.
Elle y fait alors démonstrativement preuve d’allégeance, à ce qu’il nous semble, en défaisant sa chevelure devant la statue de la déesse. Ce geste, volontaire cette fois, nous rappelle en effet la scène où Théron, après lui avoir fait tomber les cheveux sur les épaules, la présenta comme esclave à l’intendant de Dionysios pour la lui vendre22.

Certes, il n’est pas douteux que ce roman d’amour et d’aventures fut conçu pour divertir. Et comme l’indique Georges Molinié dans sa notice d’introduction, l’auteur y ajouta même l’humour car il « se moque perpétuellement de ses personnages »23. Il est donc probable que les allusions au premier des Césars ont dû aussi faire sourire une partie de ses lecteurs.
Pourtant la dernière scène du roman se termine sur une note plus grave, lui ajoutant ainsi une autre dimension. En s’adressant à sa divine protectrice, Callirhoé ne nous laisse pas l’image d’une femme rayonnante de bonheur, même si elle a retrouvé sa famille à Syracuse au milieu d’une foule acclamant le couple qu’elle forme avec Chairéas. Après toutes ses mésaventures, l’avenir est pour elle une source d’inquiétude la poussant à s’en remettre encore une fois à Aphrodite. Commentant alors l’attitude de Callirhoé, Georges Molinié écrit que ses tribulations l’ont amenée « à la reconnaissance amère et résignée d’un destin individuel qui seul donne un sens à un univers triste et doux à la fois, cruel et tendre où l’on ne distingue ni évolution ni progrès possibles que ceux de la conscience plus ou moins aiguisée de la fragilité de la volonté et du bonheur humains. »24.
Si nous remplaçons dans ce commentaire « destin individuel » par
« destin collectif », alors beaucoup de Grecs, dont Chariton, devaient être peu ou prou dans le même état d’esprit sous les Césars. 
Rome n’est certes pas une des toiles de fond du roman, elle plane simplement au-dessus.

Bernard Chevreux

Rosenstr. 5

47906 Kempen

Allemagne

 

NOTES

  1. Alain BILLAULT, La création romanesque dans la littérature grecque à l’époque impériale, Paris, P.U.F, 1991, p. 22
  2. Suzanne SAÏD, Histoire de la littérature grecque, Paris, P.U.F., 1997, p. 510
  3. Marie-Françoise BASLEZ, « De l’histoire au roman : la Perse de Chariton »,Le Monde du roman grec, Paris, Presses de l’Ecole Normale Supérieure, 1992, p. 199-212, p. 204
  4. Steven D. SMITH, Greek Identity and the Athenian Past in Chariton : The Romance of Empire, Groningen, Barkhuis & Groningen University Library, 2007, p. 10-13 et p. 194 : « If Chariton is to relate to Rome in any capacity it is wihin the relationship between the governing body and the governed body, the master and the servant. »
  5. SUÉTONE, Vie des 12 Césars, « Les Belles Lettres », Paris, 1967,
César, II, traduction de T. Baudemont révisée par Jacques Gascou
et CHARITON, Livre I, II, 3. Georges Molinié traduit « πόρνος par
« mignon », et Pierre Grimal (Romans grecs et latins, La Pléiade, 1958) par „ignoble individu“ en précisant cependant dans une note en page 1457 que le texte va plus loin : „ce prostitué“.
  6. SUÉTONE, Néron XXXV
  7. SUÉTONE, J. César, XXXII et 
PLUTARQUE, Vies, « Les Belles Lettres », Paris, 1973, Pompée, 60, 4
  8. SOUDA : http://www.stoa.org/sol 
édition Adler : alpha, 2310 et epsilon, 3013
  9. SUÉTONE, Auguste, LXXI et Néron, XXX.
  10. PLUTARQUE, Antoine, 60,1 et Dion Cassius, rom. L, 5, selon lequel Antoine se faisait représenter sous les traits de Dionysos, et Cléopâtre sous les traits d’Isis.
Notons au passage que Dionysios a cru à l’apparition d’Aphrodite lorsqu’il vit Callirhoé pour la première fois (Livre II)
  11. PLUTARQUE, Dion, 3
  12. Autre exemple de l‘utilisation des noms par Chariton : 
dans le dernier livre du roman (VIII, III, 10) apparaît furtivement Démétrius, un philosophe égyptien, chargé par Chairéas de ramener la reine Statira à Babylone. Dans la lettre d’accompagnement qu’il adresse au Grand Roi, Chairéas écrit qu’il lui rend son épouse 
« préservée de tout outrage ».
Or Edouard Will nous dit du philosophe Démétrios de Phalère qu’« il se peut que ce soit à l’influence de (celui-ci), qu’il faille rattacher [l’institution des gynéconomes] à Alexandrie » dont la fonction était « la surveillance de la vie publique des femmes. » (E. WILL, Le monde grec et l’orient, P.U.F., 1975, Tome II, p. 522)
  13. Tacite, Annales, III, 62
  14. Maurice SARTRE, L’Anatolie hellénistique, de l’Égée au Caucase, 
Paris, Armand Colin, 2003, p. 242 et 245
  15. Maurice SARTRE, op. cité, p. 263-264
  16. CHARITON, Livre VI, II, 4
  17. SUÉTONE, César, LIV
  18. JACQUES et John SCHEID, Rome et l’intégration de l’Empire (44 av. J.-C.-260 ap. J.-C.), Tome I, Paris, P.U.F, 1998, p. 228
  19. CHARITON, Livre VIII, IV, 3
  20. CHARITON, Livre VIII, V, 11
  21. Corinne JOUANNO, « Chariton et le langage du corps », OPORA, La belle saison de l’hellénisme, Etudes rassemblées par Alain Billault, Presses de 
l’Université de Paris-Sorbonne, 2001, [p. 73-84], p. 76
  22. CHARITON, Livre I, XIV, 1
  23. CHARITON, éd. G. MOLINIE, Paris, “Les Belles Lettres”, 1979, p. 40
  24.  Ibidem

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.