Christian Boudignon : « Vous parlez grec et vous ne le saviez pas » n°49

► ὁ λύχνος n° 159, juillet 2021, article deux

Pirate et despote

 

Portrait de Barbe Noire d’après Benjamin Cole dans la seconde édition de l’Histoire générale des plus fameux pirates de Charles Johnson (alias Daniel Defoe), 1724 (Wikicommons)

De vilains petits esprits osent accuser le président triomphalement élu d’un pays que l’on ne nommera pas d’avoir fait détourner il y a quelques mois un aéronef pour arrêter un opposant politique. Nous leur ferons remarquer que cela ne saurait avoir eu lieu puisque ce prétendu despote est bien aimé et qu’il n’a pas d’opposant. Que s’il a fait dérouter le Boeing, c’était sans doute pour faire servir des glaces aux passagers et les sauver d’un terrible pirate. Que s’il a arrêté un opposant et sa femme après avoir détourné l’avion, ce n’était bien évidemment pas pour les mettre en prison et à la question, mais bien pour les inviter à sa table où, le soir, il se sent un peu seul. Il ne fait donc aucun doute que le brave homme ne soit ni pirate ni despote, qu’il ne saurait y avoir dans cette affaire nulle manœuvre de basse politique d’un tyran mal élu et n’eussions-nous voulu nous intéresser à deux mots d’origine grecque despote et pirate, nous n’eussions pas ouvert ainsi notre chronique. D’ailleurs, nous n’avons rien dit.

Le premier mot despote vient du grec δεσπότης [despótès] qui signifie « maître de maison ». C’est un vieux composé qui a des équivalents en sanskrit et dans l’ancienne langue iranienne qu’est l’avestique : δες- [des-] signifie « maison » et -πότης [-pótès] veut dire « maître », comme dans le mot πόσις [posis] qui désigne le « mari » en tant que « maître » de sa femme. Quand on gère la chose publique égoïstement comme sa maison, on devient « despote ». Hérodote, Histoire 3, 89, 3, nous raconte ainsi que le premier souverain à avoir été despote, c’est le roi perse Cambyse, fils de Cyrus, qui était dur avec ses sujets :

Δαρεῖος μὲν ἦν κάπηλος, Καμβύσης δὲ δεσπότης, Κῦρος δὲ πατήρ »

« Darius était un marchand, Cambyse un despote, Cyrus un père »

Ainsi s’était corrompu l’Empire perse : Cyrus ne demandait pas d’impôt mais seulement des cadeaux, puis vint Cambyse qui les exigea avec dureté et sans s’en souvenir (χαλεπός τε ἦν καὶ ὀλίγωρος « il était dur et ingrat »), enfin Darius les transforma en contributions obligatoires. Evidemment, le despote est toujours oriental et arbitraire : pour les Grecs, ce fut le Perse ; pour les Francs qui saccagèrent Byzance en 1204, ce fut le Grec. Mais quand les seigneurs francs eurent créé dans l’empire des despoties qu’ils se partagèrent, ils revêtirent alors bien volontiers l’habit de despot (sic) comme on disait à l’époque. C’est ainsi que le mot entra dans la langue française.

Venons-en maintenant aux pirates. Plutarque, Vie de César 2, nous raconte à propos de Jules César une belle anecdote qui, se non è vera, è ben trovata. Se rendant à Rhodes en 75 avant J.-C. pour suivre les leçons d’un certain Apollonios, César est capturé par des pirates (ἁλίσκεται … ὑπὸ πειρατῶν) :

« comme ils réclamaient une rançon de vingt talents[1], il se mit à rire en disant qu’ils ne savaient pas qui ils avaient capturé, et leur en promit cinquante[2]. (…) Pendant trente-huit jours, comme s’ils étaient non ses geôliers mais ses gardes du corps, il se mêla en toute tranquillité à leurs jeux et à leurs exercices. Il écrivit des poèmes et des discours et les prit pour auditeurs : lorsqu’ils n’admiraient pas ses productions, il les traitait d’hommes incultes et barbares, et souvent il les menaça en riant de les faire pendre. Ils s’en amusaient prenant son franc-parler pour un propos naïf et une plaisanterie. Mais lorsque la rançon lui fut parvenue de Milet, qu’il l’eut versée et fut libéré, il équipa des navires dans le port de Milet et cingla sur ces pirates (ἐπὶ τοὺς λῃστὰς ἀνήγετο) : il attaqua ceux qui étaient encore au mouillage dans l’île et s’empara de la plupart d’eux (…) et les fit mettre en croix, ainsi qu’il le leur avait souvent annoncé dans l’île en feignant de plaisanter[3]. »

Il y a deux mots pour dire pirate en grec : λῃστής [lèistès], qu’on pourrait traduire par « pirate » ou « bandit », voire « larron », comme les deux « larrons » au milieu desquels Jésus fut crucifié, et πειρατής [peiratès] qui pourrait se traduire par « assaillants », d’après le sens technique du verbe πειρῶμαι [peirômai] « attaquer, assaillir » (avec un bateau), mais se rend en français habituellement par « pirate » qui en est la transcription. Plus précisément, à la base du mot se trouve la πεῖρα [peira] qui est une « tentative », un « essai », dans la mesure où toute attaque est toujours une entreprise hasardeuse… Signalons que la piraterie est la plaie des temps anciens et que le pirate est dans l’imaginaire antique l’équivalent du terroriste d’aujourd’hui. Comme beaucoup de mots de la marine, le terme est passé en latin, sous la forme pirata puisque le son grec ei se prononçait alors i, et de là il fut transposé en pirate en français dès le XIIIe siècle, en même temps donc que le mot despote. Autrefois synonyme d’effroi, le pirate est devenu romantique avec le cinéma et l’éloignement de la piraterie sur des mers lointaines. On a même désormais un Parti pirate en France qui revendique la défense fraternelle des droits intellectuels. A n’en pas douter, le pirate, ou plutôt son fantôme, est un être décidément à la mode…

 

Christian Boudignon

Maître de conférences de grec ancien à l’Université d’Aix-Marseille

[1] Environ 50 000 euros ?

[2] Environ 125 000 euros ?

[3] Nous reprenons la traduction d’A.-M. Ozanam, Plutarque, Vies parallèles, Paris, 2001, p. 1294

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.