Paul Challobos, Jean-Victor Vernhes et Océane Martin : Sur la prononciation du grec ancien

► ὁ λύχνος n° 158, mars 2021, article douze.

La prononciation du grec ancien :

réflexions et exercices pratiques

J.-L. David, Les adieux de Télémaque et d’Eucharis, 1818, Musée Paul Getty (wikicommons)

[Lors de la réimpression de l’Initiation au grec ancien (ἕρμαιον) de Jean-Victor Vernhes, en juin 2020, les éditions Ophrys ont bien voulu mettre en ligne les enregistrements de textes de ce manuel proposés par Connaissance hellénique :

http://www.ophrys.fr/fr/catalogue-detail/1676/initiation-au-grec-ancien.html

Ces enregistrements sont de deux sortes :

Les uns sont en une prononciation pratique, qui évite les défauts de la prononciation scolaire habituelle : on fait sentir les ‘aspirations’ de φ, ϑ, χ, on marque les accents… Ces enregistrements ont été réalisés en équipe, avec un groupe d’étudiants de l’Université d’Aix-Marseille : Kevin Allard, Eugenia Rapa, Guillaume Andréani, Gabriel Ducros, Naïs Bodinier, Clémence Lamotte et Océane Martin, qui avait la haute main sur la réalisation technique.

Les autres sont en prononciation restituée, dans un esprit de fidélité à ce que nous savons du parler athénien de l’époque classique.

Voici deux textes précisant tout cela : 1. un entretien de Paul Challobos et Jean-Victor Vernhes sur la prononciation restituée de l’attique classique 2. le témoignage d’Océane Martin sur l’enregistrement de textes pour le manuel ἕρμαιον en prononciation pratique par sept étudiants de l’Université d’Aix-Marseille. ]

 

La prononciation de l’attique classique : un entretien de Paul Challobos avec Jean-Victor Vernhes[1]

 

Paul Challobos [envoyé spécial du Λύχνος] (C.) : Depuis l’été dernier, on peut donc écouter en ligne, sur le site des éditions Ophrys, les enregistrements que tu as faits, en prononciation restituée, depuis déjà un certain temps, de textes grecs d’ἕρμαιον. Nous savons, bien sûr, comment les contemporains de Platon prononçaient le grec, mais de là à s’en faire les imitateurs…

Jean-Victor Vernhes (V.) : Ces questions m’ont intéressé depuis longtemps, et depuis longtemps j’ai rêvé de faire des enregistrements en une restituée aussi exacte que possible.

C. : D’où les articles que tu as écrits dans notre Λύχνος : sur ει et ου[2], sur les intonations[3].… Mais de la théorie à la pratique, quel a été ton cheminement ?

V. : Il me fallait d’abord, et j’invite chacun à le faire, même sans aller jusqu’à la pratique d’une restituée pure et dure, penser et prononcer correctement ce que la prononciation scolaire usuelle (appelée improprement et scandaleusement ‘érasmienne’) estropie. Il faut faire sentir ce qu’on appelle ‘aspiration’, c’est-à-dire le souffle final de φ, θ, χ, et prononcer de façon diphtonguée ευ et αυ, et non pas comme leur transcription en français par eu et au.

C. : Il faudrait expliquer aux lecteurs du λύχνος ton ‘improprement et scanda­leusement’.

V. : Érasme a publié en juin 1528 son traité Sur la prononciation correcte du latin et du grec[4].

C. : Je sais, je sais…

V. : Or on y trouve pour le grec la description d’une prononciation restituée du grec classique, qui est dans la plus pure tradition des grammairiens grecs, et dont notre ‘érasmienne’ est une déformation. Ce qui est plus que contestable dans le titre du traité d’Érasme, ce qui est infiniment regrettable, c’est le mot ‘correcte’ (recta dans le titre en latin) : cela donne à penser que toute autre prononciation, en particulier celle du grec moderne, ne serait pas ‘correcte’. La prononciation de toutes les langues évolue plus ou moins au cours des siècles. Nous ne prononçons pas le français tout à fait comme au temps de Racine et de Molière : notre prononciation actuelle n’est pas pour autant incorrecte. Il faudrait…

C. : Mais continue plutôt à me dire ton itinéraire.

V. : Un autre point important est la longueur des voyelles. Le grec ancien distingue nettement les voyelles longues et les voyelles brèves. Pour bien posséder cela en mémoire auditive, il me fallait me pénétrer d’enregistrements d’une langue ayant nettement ces distinctions. Alors je me suis mis à écouter du finnois.

C. : Ah ! Tu parles le finnois ? !

V. : Pas du tout. C’est pourtant une langue très belle et bien intéressante. Je me suis contenté d’en écouter, et d’en répéter, pour bien posséder cet élément de sa phonétique.

C. : Et comment en es-tu venu à sauter le pas ?

V. : Une collègue de Dijon, Monique Roussel, qui connaissait mon intérêt pour ces questions, m’a un jour demandé de faire en restituée un enregistrement de la fable d’Ésope Le laboureur et ses enfants pour un cours du téléenseignement de là-bas. Je voulais faire bien les choses, en respectant les principes que je viens de dire, et avec l’ambition de prononcer les voyelles et diphtongues accentuées avec les bonnes intonations…

C. : …qui sont semblables à celles du lituanien, comme tu l’as bien précisé dans ton article.

V. : Par bonheur, lorsque je suis arrivé à la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence pour y enseigner le grec ancien, un cours de lituanien y était proposé par une collègue d’origine lituanienne, Tania Dupin, née Portnovas, qui enseignait aussi le russe. C’était un personnage merveilleux, rayonnant, spontané. Naturellement je faisais savoir aux étudiants que pour mieux connaître les couches les plus anciennes du grec, il était utile d’avoir des notions de langues indo-européennes comme le lituanien, où sont conservés bien des archaïsmes…

C. : … et du sanscrit ! Mais les étudiants se laissaient-ils convaincre de s’initier au lituanien ?

V. : J’ai rencontré Tania un jour de la première semaine de la rentrée. Elle était désespérée : ‘Je n’ai eu perrrsonne’, me dit-elle. ‘Nous allons arranger cela’, lui dis-je, ‘la semaine prochaine, mardi à 9 h, salle tant, je fais pour les étudiants de troisième année un cours de linguistique grecque ; je laisserai la porte ouverte, tu passeras par là comme par hasard, et je te happerai.’ Ainsi fut fait. Elle avait perfectionné le scénario ; la voilà qui entre, avec une cigarette entre deux doigts, un peu tremblante d’émotion, et qui dit : ‘est-ce que quelqu’un aurrrait du feu ?’ ‘Tania, c’est la Providence qui t’envoie ! Justement, je parlais de sanscrit, de lituanien, etc. Il faut que tu nous donnes quelques explications.’ Avec un peu d’anxiété, mais beaucoup de charisme, elle fit un exposé très clair. À son cours de la semaine suivante, elle faisait salle comble. Pierre et Jocelyne Martin, qui actuellement assurent le secrétariat de Connaissance hellénique, étaient de la partie.

C. : Les études de linguistique ne sont vraiment pas tristes ! Mais revenons à ton enregistrement de la fable d’Ésope. Donc, tu parlais lituanien ?

V. : Je n’ai jamais atteint ce niveau. Et j’avais déjà beaucoup oublié.

C. : Mais pas les petites histoires comme celle que tu viens de me raconter.

V. : Elles sont inoubliables. Quant aux intonations du lituanien, je les avais bien, et je les ai toujours en mémoire. Mais pouvais-je les reproduire de façon correcte ? Tania, qui avait quitté notre université pour enseigner le lituanien à Paris, à l’INALCO, m’avait laissé en partant une grammaire lituanienne publiée à Vilnius en 1965. Les intonations du lituanien y sont présentées avec des graphiques réalisés là-bas en laboratoire de phonétique.

C. : Les graphiques que tu as reproduits dans ton article.

V. : Exactement. Muni donc de cet ouvrage, je suis allé au laboratoire de phonétique de chez nous. Accueilli par Pierre Durand, maître de conférences de phonétique, et par Louis Seimandi, technicien en la matière, j’ai exposé mon problème, et on me fit faire quelques essais. Ce n’était pas mauvais ! Alors j’ai enregistré posément Le laboureur et ses enfants, attentif aux longues et aux brèves, ainsi qu’aux intonations. Cet enregistrement sur cassette fut retouché en laboratoire.

C. : C’était encore le temps des cassettes !

V. : J’étais alors en possession d’un bon modèle. Je l’ai fait entendre un jour à un ami grec.

C.  Quelle idée !

V. : Les Grecs ont une sainte horreur de notre prononciation prétendument ‘érasmienne’. Ils nous disent : ‘Je ne peux pas imaginer que Socrate ait parlé ainsi.’

C. : Ils ont bien raison.

V. : Mais cet ami m’a dit, après avoir écouté ce petit enregistrement : ‘Prononcé comme ça, je veux bien.’

C. : Alors tu t’es lancé dans ces ‘audio’ qu’on peut maintenant entendre sur le site des éditions Ophrys ?

V. : Pas tout de suite. J’ai d’abord voulu écouter de bons enregistrements de lituanien. Cela me fut possible grâce à Marie-José Igolen, qui avait été mon étudiante en grec et ma condisciple en lituanien, et fut ensuite lectrice de français à Vilnius.

C. : Tu parles de bons enregistrements. Y en a-t-il de mauvais ?

V. : Non, mais les intonations se sont modifiées au cours des dernières décennies. Il s’agissait pour moi d’écouter des textes enregistrés par des locuteurs ayant gardé les intonations traditionnelles, parallèles à celles du grec ancien. Michel Chicouène, de l’INALCO, recherchait de tels locuteurs lorsqu’il préparait son Parlons lituanien (chez l’Harmattan). Ses enregistrements sont excellents de ce point de vue.

C. : Et finalement ?

V. : Finalement, après m’être bien imprégné de tout cela, j’ai enregistré mes textes au Service de l’audiovisuel, dans notre Faculté.

C. : Les étudiants en grec devront-ils prononcer de cette façon ?

V. : Pas nécessairement. Ils s’y mettront peut-être en écoutant ces documents, qui de toute façon leur feront mieux connaître les structures phoniques de la langue.

C. : Il est permis de rêver…

V. : C’est plus qu’un rêve. J’en ai eu des échos.

C. : Mais, dis-moi, si tu pouvais, grâce à une machine à remonter le temps, te transporter dans l’Athènes du temps d’Aristophane, de Platon, etc., est-ce que les gens te comprendraient ?

V. : Mais oui, je me ferais comprendre.

C. : Te ferais-tu passer, sans te faire remarquer, pour un de leurs concitoyens ?

V. : Voilà qui est moins sûr. On me regarderait avec perplexité, et on me dirait, du moins si on est quelque peu lettré, ce que dans l’Odyssée Télémaque a dit un jour à un étranger qui se présentait à lui, et qui était en réalité Athéna ayant pris forme humaine. Il lui dit :

Τίς πόθεν εἶς ἀνδρῶν ; πόθι τοι πόλις ἠδὲ τοκῆες[5] ;

‘Qui es-tu et d’où parmi les hommes ? Où sont ta cité et tes parents ?’

 

***

 

Sept étudiants autour d’un micro : l’aventure sonore au cœur de l’Hermaion

 

Témoignage de l’ancienne étudiante en Lettres Classiques Océane Martin

 

Les ‘audio’ pour le manuel ἕρμαιον, Initiation au grec ancien ? Je peux vous en dire plus ! Tout a commencé vers la fin du mois de mai 2018.

Après que M. Christian Boudignon nous eut parlé de ce projet, beaucoup ont été enthousiastes. Je n’en faisais pas partie : j’avais beau être à l’aise devant une caméra et un microphone, je ne me sentais pas légitime pour participer à une entreprise si importante. Ces documents vocaux avaient pour but de compléter l’ἕρμαιον tout en constituant une banque sonore pour “Connaissance Hellénique”, et vu mes résultats — je le confesse sans honte — assez bancals aux épreuves, je ne me sentais pas à la hauteur de la tâche, ce qui est assez drôle quand on sait comment les événements ont évolué !

Après concertation, nous avons réalisé avec MM. Christian Boudignon, Pascal Boulhol et Jean-Victor Vernhes — ce dernier nous avait raconté une merveilleuse anecdote où se mêlaient linguistique grecque et lituanien — une première réunion autour de ce projet. Présentation des objectifs, motivations… Tout y est passé ! Seulement voilà : effectuer des ‘audio’, qui plus est, destinés à un emploi pédagogique, ne se fait pas en une après-midi. Ayant quelques connaissances en matière d’audiovisuel, je me suis permis de poser des questions quant au matériel qu’ils voulaient utiliser… et j’ai bien fait ! Sans vraiment m’en rendre compte, je m’étais lancée dans une aventure qui sortait des sentiers battus : de simple étudiante prêtant sa voix, je me suis transformée en responsable son, montage et réalisation des enregistrements, microphone professionnel en main et casque sur les oreilles. Après quelques dernières mises au point sur la prononciation désirée, il n’y eut plus qu’à appuyer sur « Enregistrer ».

Une salle de la MMSH (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme) d’Aix-en-Provence convertie en studio, les heures passaient sans vraiment que l’on s’en rende compte. Mes camarades défilaient devant mon microphone — qui n’a pas manqué de les impressionner, voire de les effrayer d’ailleurs — les uns après les autres, tandis que M. Boulhol procédait de temps à autre à quelques rectifications et commentaires. Si au début, l’ambiance était très studieuse, elle s’est très vite détendue entre prises ratées, plaisanteries et camaraderie.

Pour donner corps à l’intégralité des ‘audio’, deux séances de quatre heures ont été nécessaires… Et ce n’était que la partie visible de la cité enfouie.

Une fois les pistes réalisées, il a fallu les élaborer. Si ma mémoire ne me fait pas défaut, j’avais plus de trois heures d’enregistrements à découper, nettoyer, monter, optimiser. Pour un ‘audio’ de deux à quatre minutes, c’était plus de quarante-cinq minutes de travail. Inutile, je pense, de préciser que je n’ai pu livrer les pistes finales qu’en milieu d’été, alors que les cours étaient finis depuis longtemps, et ma licence validée depuis tout aussi longtemps.

Vous vous demandez certainement, à ce moment de l’article, en quoi cette réalisation a pu revêtir un quelconque aspect aventurier. Après tout, il ne s’agit que d’audio… Détrompez-vous !

Cette entreprise a été une véritable aventure, tant humaine que pédagogique. Je ne pense pas me méprendre en disant que chacun d’entre nous, étudiants, avons ressenti une certaine fierté en participant à ce projet. Ce n’étaient pas seulement des enregistrements qui se perdraient dans les méandres du web… mais des outils pédagogiques forts, à destination de ces passionnés de langues anciennes ne pouvant apprendre le grec antique qu’en autodidactes.

Fierté, parce que nos professeurs nous avaient demandé à nous, simples étudiants de licences et masters, de prêter nos voix, à nous, qui nous instruisions encore, et ce, quel que fût notre niveau.

Fierté, lors de la réédition de l’ἕρμαιον, de constater que notre labeur avait été récompensé, et aiderait, peut-être, des milliers d’étudiants, et ce, sûrement, pendant plusieurs décennies.

Aventure pédagogique, car nous avons tous appris. Notre prononciation s’est affinée, notre lecture et notre diction de même. En enregistrant pour d’autres, nous avons nous-mêmes contribué à notre propre enseignement.

 

Mais aussi aventure profondément humaine. Nous avons tous accepté de prêter nos voix, pour le plaisir et le frisson de la nouveauté, sans rien attendre en retour. Savoir que nos voix allaient pouvoir aider d’autres étudiants nous poussait à l’excellence tout en nous emplissant d’un sentiment magnifique : la conviction de participer à quelque chose de bien et d’utile.

Humaine, parce que nous nous sommes tous confrontés, sans armure, à l’épreuve du microphone. Je ne peux que vous conseiller d’essayer de vous enregistrer, quel que soit le sujet. Vous vous rendrez bien vite compte que l’exercice est loin d’être sans difficulté. Encore plus lorsque ledit microphone est sur pied, haut d’une trentaine de centimètres, que vous êtes scruté par dix paires d’yeux, et votre voix analysée à la tonalité près. Certains se sont révélés à l’aise devant le microphone tandis que d’autres — et, étrangement, les plus extravertis — ont eu besoin de plusieurs minutes d’adaptation.

Humaine aussi parce que nous avons pu apercevoir une autre facette de nos professeurs : il y a une différence entre les savoir passionnés et les voir passionnés. Quoiqu’ils nous corrigeaient[6] certaines maladresses, nous n’étions plus face à nos enseignants, mais face à des hommes enflammés qui n’aspiraient qu’à une chose : transmettre leur passion.

Cette aventure a su resserrer les liens entre nous tous. Concernant mes collègues de promotion, nous avions beau être ensemble, pour les plus anciens depuis trois années, cette expérience nous a réunis une dernière fois avant que chacun ne prenne une route différente des autres. La suite de nos parcours universitaires nous a séparés, mais nous continuons de suivre nos évolutions respectives, notamment grâce aux réseaux sociaux. Un jour, peut-être que la Fortune nous réunira de nouveau.

Ayant beaucoup plus travaillé sur les ‘audio’, j’ai pu construire des liens tout autres avec MM. Christian Boudignon, Pascal Boulhol et Jean-Victor Vernhes. Pour clôturer ce magnifique projet, nous avons pu nous retrouver autour d’un verre dans un bon restaurant indien. Souvenir que, aujourd’hui et pour le restant de mes jours, je chéris avec tendresse et chaleur. Cette aventure a pu être l’occasion d’apprendre à découvrir les hommes derrière les enseignants, avec leur humour, leur vécu et leurs expériences, tout comme eux ont pu avoir un aperçu de la jeune femme qui se cachait derrière le masque d’étudiante que je portais alors en permanence à l’époque, ne laissant que très rarement transparaître mes aspirations, mes passions et mes déboires.

Aujourd’hui encore, près de trois ans après ce projet, et sur le point de terminer mes études universitaires, j’ai toujours envie de leur faire parvenir la version finale de mon roman en cours de réécriture — non sans appréhension —, afin de recueillir d’ultimes conseils.

Trois ans après cette expérience, j’entretiens toujours une correspondance assez régulière avec Jean-Victor Vernhes, que je peux, sans mentir, qualifier d’ami précieux.

Entre aventure sonore et aventure humaine, cette expérience revêt dans ma mémoire l’apparence d’un souvenir impérissable.

Océane Martin

 

[1] Nous remercions Pascal Boulhol pour la mise au point de ce document.

[2] Voir https://ch.hypotheses.org/3868

[3] Voir https://ch.hypotheses.org/3623

[4] C’est le traité De recta Latini Græcique sermonis pronuntiatione, publié à Paris, chez Simon de Colines.

[5] Odyssée, I, 170. εἶς = εἶ ‘tu es’ : πόθι = ποῦ ; ἠδὲ = καί ; τοκῆες = τοκεῖς (de ὁ τοκεύς ‘le parent’)

[6] De sourcilleux lecteurs reprocheraient volontiers à l’auteur cet indicatif. Les grammaires en effet nous enseignent doctement que quoique se construit avec le subjonctif (parfois avec le conditionnel). Le bon usage de Maurice Grevisse nous donne cependant de nombreux exemples, empruntés notamment aux auteurs classiques, de quoique avec l’indicatif ! n.d.l.r.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.