Jean-Claude Dutto a lu pour vous “l’Anthologie de la littérature grecque”

► ὁ λύχνος n° 158, mars 2021, article onze.

Couverture de l’Anthologie de la littérature grecque d’E. Blanc (trad.) et L. Plazenet (éd.)

 

LU POUR VOUS :

Laurence Plazenet (éd.) & Emmanuèle Blanc (trad.), ANTHOLOGIE DE LA LITTÉRATURE GRECQUE, DE TROIE A BYZANCE (VIIIᵉ siècle avant J.-C. – XVᵉ siècle après J.-C.), Paris, Folio Classique, (n° 6864), Gallimard, octobre 2020, 934 pages, ISBN : 9782070359233, 12 euros.

Après avoir présenté, en juillet 2020, Les lettres grecques, anthologie de la littérature grecque d’Homère à Justinien, édité aux Belles Lettres, me voici enthousiasmé par un autre florilège, cette fois beaucoup plus « démocratique ». Il s’agit de l’Anthologie de la littérature grecque, de Troie à Byzance récemment publiée en Folio classique. Les textes ont été choisis par Laurence Plazenet, critique littéraire et écrivaine, normalienne et agrégée de lettres classiques, et les traductions entièrement nouvelles sont l’œuvre d’Emmanuelle Blanc, également normalienne et agrégée de lettres classiques. Cette dernière a d’ailleurs fait partie des coordinateurs pour « Les lettres grecques ».

 

Pourquoi donc cette nouvelle anthologie est-elle plus « démocratique » ? Tout simplement parce qu’elle ne s’avance pas, comme le fait sa grande sœur des Belles Lettres, en ses atours majestueux de langue grecque originale, mais qu’elle se présente en ses modestes vêtements de traduction en langue française. De plus, elle est éditée au format de poche (de grande poche, tout de même : plus de 900 pages…) et à un prix très abordable. Mais, qu’on se le dise, cela ne la rend pas moins attrayante ni précieuse. En effet, pouvoir disposer d’un ensemble de textes très facilement transportable (92 auteurs abordés sur une période couvrant vingt-trois siècles), allant de l’illustrissime Homère au beaucoup moins illustre Laonicos Chalcondyle, est une véritable aubaine pour les amateurs de littérature grecque. Chacun peut y trouver son compte, ceux qui veulent facilement se familiariser avec les grands auteurs classiques, ou bien les relire dans une traduction renouvelée, comme ceux qui souhaitent aller à la découverte d’auteurs et d’époques beaucoup moins connus des non-spécialistes, voire de pièces rares.

 

Ce recueil, qui suit donc un ordre strictement chronologique, vaut également pour la magistrale préface de Laurence Plazenet, au titre évocateur et un brin provocateur : « Oublier Homère », dans laquelle, notamment, elle brosse à grands traits le panorama de la réception de la culture et des lettres grecques dans l’occident chrétien, depuis la chute de Constantinople jusqu’au XXème siècle. Elle y présente ce choix de textes comme un « continuum », le parti pris étant d’éviter les fractionnements et les jugements plus ou moins favorables portés selon les époques sur certains pans entiers de la littérature grecque. Elle aborde, au cours de son propos, quelques notions phares, telles l’hellénicité (to hellènikon), la paidéia, l’hubris, la scholè, l’éros et la philia… Insistant sur l’altérité intrinsèque des civilisations antiques, elle déclare que « scruter l’Antiquité aujourd’hui (…) semble impliquer d’abord de relever écarts et divergences, de mesurer l’éloignement, les distances prises (…), de prendre ainsi conscience de cet autre de nous-mêmes qu’elle désigne, mais pour mieux s’en tenir au discrimen, au ‘discernement critique’, à la ‘distinction’, qui permettent au sens d’advenir, quand toute vision univoque est menacée par la tautologie ou la cécité ». On croirait entendre de lointains échos d’une certaine Florence Dupont (cf. L’Antiquité, territoire des écarts, éditions Albin Michel, 2013).

 

Même si des notices introductives, une chronologie, des notes, des cartes, des suggestions bibliographiques complètent agréablement l’ouvrage, il convient de savoir que les textes eux-mêmes ne sont ni discutés, ni commentés, ni interprétés, de façon à laisser le lecteur aller le plus librement possible à la rencontre des œuvres. Pour donner à cette anthologie une véritable homogénéité, les traductions ont été confiées à une seule spécialiste, qui s’est astreinte à demeurer, autant que faire se peut, fidèle à la lettre du texte et au mouvement de la phrase grecque. Je rendrai, pour finir, la parole à la maîtresse d’œuvre, Laurence Plazenet : « Puisse le souci, semble-t-il d’arrière-garde, de faire rayonner la littérature grecque, non pas sous une forme fragmentée, simplifiée, réduite, mais dans son ample version symphonique, convaincre que ce monde nous est indispensable et qu’il contient encore des enseignements capitaux pour notre siècle : en vouant ce patrimoine au Léthé, c’est avec notre propre charpente littéraire, intellectuelle, philosophique, historique, avec une façon opiniâtre, exemplaire, d’être homme (ou femme) que nous rompons ». Tout cela pour vous convaincre, si besoin était, de faire une petite place à cette belle anthologie dans votre sac à dos (ou dans votre grande poche…), en prévision des balades printanières, puis estivales, qui s’annoncent. Vous pourriez ainsi facilement cueillir les précieuses fleurs de la littérature grecque où que vous vous trouviez…

 

Jean-Claude DUTTO

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.