Bernard Boyaval : trois notices d’épigraphie égyptienne

► ὁ λύχνος n° 158, mars 2021, article sept.

 

Monnaie d’or à l’effigie de Faustine la Jeune, épouse de Marc Aurèle (148-150), Wikicommons

 

  1. NOTE SUR QUELQUES MOMIES À NOMS LATINS

Les étiquettes de momies d’Égypte contribuent-elles à l’histoire de la diffusion du latin ? Voués à identifier les défunts qu’on portait à leur sépulture, ces textes ne nous renseignent que sur leur onomastique. Presque tous datent du Haut-Empire et beaucoup proviennent des zones funéraires du Sud, Akhmîm-Panopolis surtout.

Les noms latins isolés sont peu parlants. Sur 2195 tablettes recensées en 1976, j’en ai relevé moins d’une dizaine. Je signale donc sans commentaire un Silvanus (B. Boyaval, Corpus des Etiquettes de Momies Grecques, Lille, 1976, = CEMG 2034) et un Taurinus (CEMG 2088). Plus suggestives sont deux mentions d’Hilara (CEMG 492) et Hilaros (CEMG 2130) : le sobriquet latin Hilarus est attesté dans l’emploi de nom propre aussi bien en latin (ex. Cicéron Att. 1, 12,2) que dans le grec nilotique (Namenbuch 148, et Onomasticon 144). À Philadelphie du Fayoum, émergent quatre noms latins, Julius, Publianus, Valerius et Serenus (CEMG 2106, 2110, 2111, 2115), le premier et le quatrième, noms d’un militaire en activité et d’un vétéran, le troisième, surnom d’un orfèvre. Portés par des ressortissants romains, deux d’entre eux n’expriment donc pas un mouvement de romanisation mais seulement une présence de soldats dans ce secteur de Philadelphie et de son port fluvial Kerkè.

Plus explicites auraient pu être les noms latins insérés dans des séries généalogiques s’ils évoquaient plusieurs générations. Mais ces tablettes n’en mentionnent presque toujours que deux, père-mère Õ fils-fille. On dénombre au total une douzaine de passages de l’égyptien au latin et un peu plus d’une quinzaine de retours à l’onomastique indigène.

Voici trois témoins de chaque mouvement :

         CEMG 1064 : Pélilis père de Priscus

         CEMG 1365 : Sisoïs père de Munatius

         CEMG 1419 : Mikkalos père de Dom(i)na

et

         CEMG 142 : Korboullon père de Taténentèris

         CEMG 1528 : Kapitôn père d’Haryotès

         CEMG 1984 : Maximos père de Senpachoumis.

Les trois derniers pères ayant eu des épouses à noms égyptiens,

Corbulo – Thatrès

Capito – Tapsôs

Maximos – Senapollônia,

on pourrait imaginer que le retour des enfants à l’onomastique indigène ait été influencé par elles. Mais, dans la première série, les couples Pélilis-Senpélilis et Mikkalos-Saïpsis ont donné des noms latins à leurs enfants1. Deux étiquettes seulement, CEMG 1534 et 1749, permettent de suivre trois générations et révèlent un retour prolongé à la culture indigène :

Taurinus père de Sarapion grand-père de Tasaïs,

Kapitôn père d’Harémèphis grand-père de Thatrès.

L’ensemble des témoignages atteste un choix limité parmi ces emprunts à la langue de l’occupant :

Capito            CEMG     402, 1528, 1749, 1837

Taurinus        —-        1534, 1664, 2145

Maximos/-a   —-        534, 1984

Faustus         —-        11

Faustina        —-        689, 1092, 1175

Les trois exemples de Faustina nous conduisent à évoquer une influence possible mais discrète de l’onomastique impériale, Macrinus (CEMG 140, 801, 1168), Marcus Aurelius (CEMG 762) et Tiberius (CEMG 1535).

Si malaisé qu’il soit de juger une quarantaine d’anthroponymes sur des milliers, il me semble que l’onomastique latine ait eu un très faible impact, localement, sur les habitudes indigènes. Çà et là, on subodore même leur résistance : je n’ai pu comptabiliser que deux hybrides égypto-latins, Senpriscus (CEMG 927) et Tpaula (CEMG 429) où le déterminatif t3- annonce les formations coptes du type Tanastasia etc. qui se sont généralisées aux siècles suivants.

Les deux tendances, passage de l’onomastique indigène à celle des Romains et retour inverse, apparaissent aussi, simultanément, à Thubursicu Numidarum en Afrique Proconsulaire, à la même époque. Elles y sont particulièrement nettes à cause du grand nombre des documents. Fr. Bertrandy, REA 115, 2013, p. 426 « Indifféremment, un père ayant un nom latin donne à son fils un nom “indigène” ou un fils reçoit de son père, porteur d’un nom “indigène”, un nom latin ». Dans le cas africain comme dans le dossier égyptien, on ne voit pas si une des deux tendances l’a emporté.

2. LE PÈLERINAGE DE PHILASTRIOS

DANS LE MASSIF THÉBAIN

 

Bernand1, en republiant après d’autres le tercet de Philastrios, tracé deux fois à l’identique dans le couloir des syringes 2 et 9 (qui étaient les tombes rupestres de Ramsès II et VI), a proposé de le traduire ainsi :

« Moi qui suis venu à Thèbes, qui ai vu de mes yeux les pierres et les profondeurs des syringes, d’un travail stupéfiant, Philastrios, j’habite l’heureuse ville d’Alexandre ».

Avant Bernand, deux éditeurs français avaient hésité sur l’interprétation à donner du pluriel « les pierres ». Bernand a résumé ainsi p. 534 leurs divergences. Le premier, J. Baillet1 a pensé que ce pluriel désignait les deux Colosses initiaux de Memnon. Après lui, G. Seure2 a estimé que les pierres « ne sont ni les parois des syringes ni les crêtes qui les surplombent » mais «  les assises mégalithiques, les pierres chantantes » du Colosse restant, celui du Nord après restauration. Toutefois, le Colosse est d’ordinaire appelé simplement « Memnon » ainsi sur les graffites d’Hèrakleios, Baillet 1732 = Seure VI p. 355 = Bernand 154 p. 550, et d’Ouranios, Baillet 562 = Seure III p. 352 = Bernand 141 p. 535, ou bien il est désigné du seul mot « pierre » au singulier, comme dans les inscriptions gravées sur la surface de la statue (Bernand o.l p. 534 note 3). Après Baillet et Seure, Bernand a prudemment suggéré une troisième interprétation : « […] il peut s’agir aussi ici du paysage rocailleux et aride dans lequel s’ouvrent les tombeaux des rois ». C’est la plus vraisemblable, me semble-t-il.

On le comprend en se représentant le cheminement du pèlerin. Comme ceux de son temps et ceux d’aujourd’hui, Philastrios a dû arriver par la rive droite, puis il a traversé le Nil et, parvenu dans la plaine de la rive gauche, il a vu devant lui le Colosse subsistant et, fermant l’horizon à l’arrière-plan, l’abrupte falaise thébaine. C’est la route qu’évoque Pausanias I, 42. Après avoir dépassé le Colosse, il est arrivé au pied de la falaise. Le v. 2 de son tercet épouse exactement les trois étapes ultérieures de sa progression : d’abord, il a découvert la hauteur de la falaise et l’entassement des rochers qui la composent (= « les pierres »), ensuite, il est monté par l’un des sentiers jusqu’aux trous creusés dans le flanc de la montagne et qui sont autant de couloirs menant aux tombes royales (= « les profondeurs des syringes »), enfin, il est entré dans ces galeries pour admirer reliefs et peintures (= « c’est un travail stupéfiant »).

  1. Bernand E., Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Paris, 1969, p.533 nos 140 et 541.
  2. Baillet, J., Inscriptions grecques et latines des tombeaux des rois ou syringes à Thèbes, MIFAO 42, 1920 et 1923, Le Caire, nos245 et 1139.
  3. Seure, G., Les impromptus touristiques aux tombeaux des rois, REA 29, 1917, p. 539 IX.

3. LA SUPERSTITION DU CHIFFRE 7 EN ÉGYPTE :

L’EXEMPLE DE KOM ABOU BILLOU (DELTA)

 

Dans son compte-rendu (Chron. Eg. 74, 1999, p. 189) du livre de W. Scheidel « Measuring Sex, Age and Death in the Roman Empire. Explorations in Ancient Demography », JRA, Suppl. Series 21, 1996, et, en particulier, de son second chapitre, « Digit preference in age records from Roman Egypt » p. 53-91, J. A. Straus écrivait que le chiffre 7 aurait été évité « par superstition- surtout par les femmes de la campagne – car il est doué de pouvoirs magiques ».

Il se trouve que le village le plus productif d’Égypte en épitaphes, Kom Abou Billou à la lisière du Delta, était un site à majorité rurale et indigène. Après un premier bilan non significatif en 1976 (ZPE 21 p. 219), en voici un second qui englobe les substantiels accroissements de la documentation entre 1976 et 1996 : BIFAO 78, 1978, pp. 235-258, Archiv Orientálni 48, 1980, pp. 330-355 ; SFKAB, 1985, pp. 13-38 ; ZPE 101, 1994, pp. 113-119 ; ZPE 114, 1996, pp. 115-140. Pour montrer que le chiffre 7 n’a pas été évité, j’ai partout ajouté les âges voisins 6 et 8. J’ai arrêté mes recherches à la soixantaine.

 

Âges au décès Nombre des témoins Âges au décès Nombre des témoins
6 ans 10 36 ans 4
7 7 37 2
8 10 38 2
16 ans 6 46 ans 0
17 7 47 3
18 4 48 3
26 ans 5 56 ans 1
27 4 57 2
28 8 58 2

 

Il est toujours impossible de discerner des réticences sûres au chiffre 7 à Kom Abou Billou, encore moins féminines.

 

Bernard Boyaval

Université de Lille III

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.