Janine Kaminski traduit 5 poèmes du recueil « Les trains voyagent encore » de Théodore Zaphiriou

► ὁ λύχνος n° 158, mars 2021, article trois.

Les trains voyagent encore

 

Θ.Π. ΖΑΦΕΙΡΙΟΥ, Τὰ τραῖνα ταξιδεύουν ἀκόμα, Andy’s Publishers, Athènes 2020, ISBN 978-960-565-280-7.

 

Couverture du recueil de poèmes : « Les trains voyagent encore » de Th. Zaphiriou

 

Extraits d’une interview de Th. Zapheiriou, donnée le 29 avril 2020 à la revue littéraire grecque en ligne Δίαστιχο au sujet de son dernier ouvrage, Les trains voyagent encore.

« Il s’agit d’un recueil autonome et thématique de poèmes plus anciens et de seize nouveaux. J’ai pris alors exactement conscience que dans tous mes livres précédents (sauf un) les trains voyagent, et couvrent non seulement les distances de leurs trajets, mais aussi celles de trois époques auxquelles ils appartiennent : celles du charbon et de la vapeur, du pétrole et de l’électricité – et bien entendu dans l’espace d’à peine soixante huit ans pour moi !…

Naturellement les trains n’auraient pas de raison de voyager s’il n’y avait pas les voyageurs et à tout le moins les visiteurs des gares, soit pour les accompagner, soit pour les accueillir, soit pour boire leur café, nostalgiques et rêveurs.

[Tous les voyages ne sont pas d’agrément] mais on peut, ne serait-ce que quelques instants, pendant la durée d’un voyage mélancolique, être séduit par la beauté qui a pris place en face de nous et s’oublier un instant dans les variations musicales du train roulant sur les rails…

Comme ma disposition à la nostalgie est continuelle envers beaucoup d’êtres et de choses, je dois vous dire qu’en l’éprouvant je n’ai pas le sentiment de l’usure, indépendamment du fait que je la reconnais, m’attriste et porte le deuil. Mais en même temps je reste attaché à la nostalgie en soi, c’est-à-dire à chaque instant qui passe et devient aussitôt le passé. Et alors je pense que le passé, contrairement à notre constitution biologique, ne s’use pas, il est toujours présent et vivant, puisque ce qui le constitue – images, odeurs, bruits, regards – vit en nous, tant que nous vivons, car après bien sûr il fout le camp avec nous. Dans ce sens le passé, bien qu’il soit aussi matériel que nous, ne s’use pas comme nous. Le temps prend sens de notre propre usure, non de la nostalgie du passé. Cela peut vous paraître paradoxal et mon cas incurable, mais je suis arrivé à éprouver de la nostalgie “à l’avance” !

Mais maintenant s’explique

Cette nostalgie anticipée

Pour des voyages futurs

Puisque – et c’est maintenant avéré –

Ils seraient passés. »

Traduction Janine Kaminski

***

Nikos Karouzos,

Milos Hrma

et Marc Aurèle

à la gare de Larissa

 

Ne me lisez pas,

Si vous n’avez pas accompagné

Des inconnus à la gare,

Si vous n’avez pas vu

 

Les trains passer,

Ne serait-ce qu’au cinéma,

D’ailleurs j’écris à moi-même1

Tout ce que vous lisez.

 

  1. Allusion à Τὰ εἰς ἑαυτόν de Marc-Aurèle.

 

***

 

Ὁ Νίκος Καροῦζος,

ὁ Μίλος Χρμὰ

καὶ ὁ Μάρκος Αὑρήλιος

στὸν σταθμὸ Λαρίσσης

 

Μὴ μὲ διαβάσετε,

Ἂν δὲν ἔχετε συνοδεύσει

Ἀγνώστους σὲ σταθμό,

Ἂν δὲν ἔχετε δεῖ

 

Τὰ τραῖνα νὰ περνοῦν,

Ἔστω στὸν κινηματογράφο.

Εἰς ἑαυτὸν ἄλλωστε

Κι ὅ,τι διαβάζετε γράφω.

 

 

***

 

Le train au Rouf1

 

Corps, souviens-toi…

K.P. Cavafy

 

 

Ce train la locomotive ne le conduit pas,

Mais le son lointain des wagons à l’arrière.

 

Le charbon s’est éteint et elle silencieuse

Écoute la musique, qui arrive jusqu’ici,

 

Comme avant, où elle tenait encore la note.
Mais toi aussi qui es venu jusqu’ici,

 

Corps, souviens-toi d’avant ;

Les trains voyagent encor.

 

 

  1. Quartier d’Athènes, à l’ouest de l’Acropole, où une vieille locomotive et ses wagons ont été transformés en restaurant, centre culturel avec théâtre, concerts, conférences, etc.

 

***

 

Τὸ τραῖνο στὸ Ροὺφ

 

Θυμἠσου, Σῶμα…

K.Π. Καβάφης

 

 

Τὸ τραῖνο αὐτὸ δὲν τ᾽ ὁδηγεῖ ἡ μηχανή,

Ἀλλ᾽ ὁ ἀπόηχος ἀπ᾽ τὰ βαγόνια πίσω.

 

Σβήσαν τὰ κάρβουνα κι ἐκείνη σιωπηλὴ

Ἀκούει τὴν μουσική, ποὺ φθάνει ὡς ἐδῶ,

 

Σὰν ἀπὸ ἐκεῖ, ποὺ κρατοῦσε ἀκόμα τὸ ἴσο.

Ἀλλὰ κι ἐσὺ ποὺ ἦρθες ὡς ἐδῶ,

 

Ἀπὸ ἐκεῖ, θυμήσου, σῶμα,

Τὰ τραῖνα ταξιδεύουνε ἀκόμα.

 

 

***

 

Premier dernier voyage

(comme un rêve)

 

Un phare m’a aveuglé

Et la vapeur d’un train m’a enveloppé.

 

Depuis partout le même air

Et la gare seulement a changé.

 

Charbon, diesel, goudron

Et électricité inodore.

 

Et j’étais retourné quand j’ai vu

Aveugle, le soleil de minuit.

 

***

 

Le train pour Ithaque

 

Quand les autres prenaient à Athènes des postes

Moi je prenais la poste de Larissa1.

 

Douze heures et eux six

Et première classe dans l’express.

 

Seigneur, pas avec eux2. Ils ne comprennent pas

Même à la gare de Larissa3 ce que veut dire désir.

 

Moi j’irai en train à Ithaque.

Car j’ai déjà compris ce que signifient les Larissas4.

 

  1. Train très lent (années 70) qui s’arrêtait à toutes les gares et transportait le courrier. Le parcours Larissa-Athènes durait 12 heures.
  2. Voir le poème de Séféris, « Postscriptum ».
  3. Gare centrale d’Athènes.
  4. Voir le poème de Cavafy, « Ithaque » : « Ithaque t’a donné le beau voyage (référence à l’Odyssée) sans elle tu ne te serais pas mis en route… Tu as enfin compris ce que signifient les Ithaques. »

 

 

***

 

Trellna1

 

Dans la maison la mélodie.

Dehors les chocs des trains.

Peu avant passerait ainsi l’enterrement

Du nouvel Œdipe et le malheur.

 

Père amoureux de son fils

Dans les hôtels d’Omonoia.

Juste sorti de prison

Pur dans l’ignorance.

 

Innocent aussi ? Oui et non. Mélange.

Coupable d’un meurtre, victime d’une anomalie.

Quel stigmate pèse le plus

Sur un condamné de la circonstance.

 

Mais heureusement maintenant tout a été éclairci

Et la tragédie évitée,

Ils sont redevenus une famille

Et le bonheur est complet.

 

D’autres se souviennent du film

Parce que Strella leur a plu.

Moi il me rappelle ma folie,

Que j’appelle trellna2.

 

  1. Voir le film grec Strella (2009) qui renvoie à la tragédie antique d’Œdipe, non pas relations fils-mère mais père-fils. Père sorti de plusieurs années de prison, amoureux d’une « trans » dont il ignore qu’elle est son fils…
  2. Probablement jeu de mot avec τρέλα = folie.

Traduction Janine Kaminski

 

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.