Arielle Chopard a lu pour vous “Stavros” et “Stavros contre Goliath” de Sophia Mavroudis

► ὁ λύχνος n° 158, mars 2021, article deux.

Sophia Mavroudis, Stavros, Les enquêtes à Athènes du commissaire Stavros Nikopolodis, éd. Jigal, Marseille, 2018, 240 p., 17 euros 50, ISBN 978-2-37722-043-4

et Stavros contre Goliath, éd. Jigal, Marseille, 2020, 270 p., 18 euros 50, ISBN 978-2-37722-109-7

Couverture du livre Stavros de Sophia Mavroudis

La vie est toujours pleine de surprises ! Oui, c’est un cliché, mais en même temps que dire d’autre sans tomber dans une emphase ridicule ? Des circonstances quelque peu sombres nous ont néanmoins permis de faire de belles découvertes littéraires et une chambre d’hôpital a été inondée de lumière grecque.
Grâce à une amie chère, nous avons fait connaissance avec Stavros, le commissaire grec de Sophia Mavroudis.

Stavros est le héros classique du polar : charmant, indiscipliné et tourmenté. C’est un excellent joueur de Tavli. Son équipe est évidemment peu encline aux règles. Mais ces standards de la littérature policière n’amoindrissent en rien la force de l’écriture de l’auteur et la richesse de l’intrigue. En fait, le sujet, c’est la Grèce actuelle, décrite sans compromis ni apitoiement. La Grèce qui se débat seule pour tenir encore debout, qui essaie de traverser la tempête politico-financière, et qui garde toute la force de sa culture sans sombrer dans le passéisme.
Et Sophia Mavroudis nous immerge dans la vie quotidienne grecque. Nous nous régalons des plats grecs dans les tavernes qui ont survécu, nous entendons la musique des radios, nous apprenons plein d’expressions populaires, déformées parfois par les régionalismes, nous découvrons quel est le liquide dionysiaque adapté à tel ou tel repas.
Et cette vie athénienne, familière, n’occulte pas les problèmes des migrants, la pression de Bruxelles, les réactions du peuple qui oscille entre la philoxenia encore très ancrée et la colère d’Aube dorée, le tout baigné de dictons populaires et de références aux tragiques. Et n’oublions pas le Tavli, qui est beaucoup plus qu’un jeu. Il représente une sorte de Moira, qu’il faut savoir décrypter.

L’Histoire est présente car les souvenirs de la grand-mère anatolienne de Stavros se mêle souvent au récit et on se demande si la Grèce va pouvoir arrêter de souffrir.

C’est donc un sujet beaucoup plus vaste qu’une enquête policière et Sophia Mavroudis, qui est docteur en sciences politiques, le mène avec une grande maîtrise, et sur un rythme haletant. Elle écrit dans les deux langues et elle est donc son propre traducteur.

Deux enquêtes sont déjà parues, aux éditions Jigal, maison marseillaise et très soucieuse de ses écrivains. Trois autres ouvrages devraient suivre pour former une pentalogie

Régalez-vous déjà avec :

Stavros, Éditions Jigal, 2018

Stavros contre Goliath, Éditions Jigal, 2020

Dans le deuxième tome, nous avons même le récapitulatif des principaux plats grecs et des conseils œnologiques très intéressants. Donc régalez-vous dans tous les sens du terme.

http://polar.jigal.com/?page=liens&s=42

Arielle Chopard

Professeur au collège Sainte-Elisabeth, Les Pennes-Mirabeau (13)



Citer ce billet
Arielle Chopard (2021, 2 mars). Arielle Chopard a lu pour vous “Stavros” et “Stavros contre Goliath” de Sophia Mavroudis. Connaissance hellénique. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmfx

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Sophia Mavroudis dit :

    Merci pour cette si belle critique qui touche énormément !! Sophia Mavroudis

  2. Clement marina dit :

    Sophia Mavroudis est une découverte ! Deux livres prenant , à lire . Nous attendons la suite avec impatience.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search