Marie-Hélène Delavaud-Roux a lu pour vous : Aurélie Damet, « Le monde grec. De Minos à Alexandre »

► ὁ λύχνος n° 157, novembre 2020, article treize.

Aurélie Damet, Le monde grec. De Minos à Alexandre (1700-323 av. J.-C.), A. Colin, Paris, 2020, 326 p. + un mini-atlas, 26,90 euros.

 

Couverture du livre d’Aurélie Damet, « Le monde grec, De Minos à Alexandre ».

 

Voici un excellent manuel d’histoire grecque tout à fait adapté aux nouvelles générations d’étudiants :

Sa présentation est très ludique, avec ses petites bulles explicatives, ses flèches de renvoi, ses petits tableaux, et ses nombreuses illustrations (notamment l’aryballe corinthienne de Pyrias, p. 231, les machines de siège p. 149, ainsi que les beaux dessins de F. Lissarrague tout au long du volume). Il est d’une lecture agréable et parfois très drôle en rappelant entre autres, p. 87, la manière dont Hésiode désigne à plusieurs reprises son frère, « ce grand bêta de Persès » (Les travaux et les jours, 286 et 633 : « μέγα νήπιε Πέρση », et « νήπιε Πέρση » en 397) qui, après avoir dilapidé stupidement son héritage, s’attaque à celui d’Hésiode. On a ainsi le sentiment d’apprendre son histoire grecque tout en s’amusant.

Sa qualité essentielle est la clarté, indispensable pour de jeunes étudiants.

Il donne de solides repères, par ses nombreuses cartes, son mini-atlas final, ses encadrés sur les points à retenir, et par ses petites chronologies de fin de chapitre très simplifiées (par exemple, p. 29, proposition d’une date entre 1630 et 1520 pour l’éruption du volcan de Santorin, ce qui évite de s’embrouiller dans les problèmes des chronologies hautes et basses et laisse aux enseignants le soin d’expliquer ce vaste débat fondé sur la divergence entre la chronologie relative et la chronologie absolue, cette dernière liée le plus souvent aux analyses de C14). La grande chronologie finale, divisée en trois colonnes, sera bien utile dans la préparation des dissertations pour saisir les articulations des différents sujets. Car il est bien évident que l’on n’utilise pas forcément les mêmes dates pour un sujet d’histoire événementielle que pour un sujet d’histoire culturelle ou sociale.

La simplification à l’extrême du manuel n’empêche pas cependant de rendre compte de toutes les avancées de la recherche de manière systématique dans tous les chapitres. J’en donnerai seulement quelques exemples. La chronologie de la colonisation (p. 80) ne repose plus seulement sur les informations de Thucydide comme c’était le cas dans nombre d’anciens manuels, mais sur les données les plus récentes de l’archéologie. Le lecteur ainsi verra que Syracuse a été fondée en 750, date bien antérieure à celle que l’on restituait auparavant d’après Thucydide, à savoir en 734. L’étude de la famille et de l’éducation athéniennes est particulièrement remarquable, et l’on y sent l’expérience d’enseignement d’A. Damet dans les classes de concours (voir son manuel, Familles et sociétés dans le monde grec (Ve-IIe siècles av. J.-C.), A. Colin, 2017 en collaboration avec Ph. Moreau, et aussi son ouvrage La Septième porte. Les conflits familiaux dans l’Athènes classique, Publications de la Sorbonne, 2012), notamment dans la page sur les épouses sous contrôle, qui comporte une petite mise au point sur le gynécée, qui apparaît bien dans les sources textuelles, mais indécelable sur les sources archéologiques. Il faut donc l’imaginer mobile et pouvant s’établir dans différentes pièces de la maison. L’accès aux femmes reste filtré par l’entrée principale de la maison, et l’andrôn, lieu des symposia masculins possède aussi sa propre entrée, isolée du reste de l’espace domestique. Autre point fort de l’ouvrage, le chapitre sur Sparte, domaine dans lequel A. Damet excelle et a déjà publié plusieurs articles.

L’ouvrage s’enrichit aussi de pages méthodologiques bien utiles sur le commentaire de texte et sur la dissertation en histoire grecque et comporte deux corrigés de sujets entièrement rédigés.

Je ne vous en dis pas plus ! Il faut vraiment le lire !

Marie-Hélène Delavaud-Roux

Maître de conférences en histoire ancienne

Université de Bretagne occidentale

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.