Jean-Victor Vernhes, « La vie d’Anatole Bailly, l’auteur du célèbre dictionnaire grec-français »

► ὁ λύχνος n° 157, novembre 2020, article douze.

Qui était Anatole Bailly ?

 

Couverture de la Grammaire grecque élémentaire d’Anatole Bailly, Paris, 1873

 

[Nous avons la joie de faire paraître cet article publié récemment dans la revue de l’association Nausicaa.]

Tous les hellénistes francophones ont sous la main, depuis des générations, le dictionnaire grec-français d’Anatole Bailly : le Bailly. Mais qui donc était le savant helléniste qui consacra des années de sa vie à la création de ce bien utile instrument de travail ?

J’ai eu la chance de trouver un jour chez un bouquiniste une plaquette d’une centaine de pages, imprimée en 1913, intitulée Anatole Bailly… sa vie et ses travaux (1833-1911).

Sur la page de garde on lit cette dédicace écrite à l’encre violette (on devine une plume sergent-major !) :

Billet autographe « A monsieur M. Egger, souvenir reconnaissant, Veuve  Bailly »

Ce M. Egger est Max Egger, fils d’Émile Egger dont il sera souvent question dans ce qui suit.

En tournant quelques pages, on découvre ce portrait d’Anatole Bailly :

Portrait d’Anatole Bailly, dans l’ouvrage « Anatole Bailly… sa vie et ses travaux (1833-1911) », Paris, 1913.

La plaquette comporte six textes, suivis d’un appendice (bibliographie, fonctions, distinctions).

Je vais ici puiser ma documentation dans deux de ces textes.

1- Notice de M. Georges Goyau (p. 5 à 43). Cette notice est extraite de l’Annuaire de l’Association amicale des anciens élèves de l’École Normale Supérieure, 1913.

2- Notice de M. A. Bouvier (p. 45 à 74). Cette notice est extraite des Mémoires de la Société d’Agriculture, Sciences, Belles-Lettres et Arts d’Orléans, 1912.

François-Anatole Bailly naquit à Orléans le 16 décembre 1833.

Son père, né durant la Terreur, fut baptisé clandestinement, fit de bonnes classes au Séminaire, fort en thème et en vers latins, mais le système de la conscription le prit en 1813, et le voilà enrôlé à 20 ans au régiment des lanciers rouges, dans les Gardes d’honneur, et faisant les campagnes de Saxe et de France.

« … il put se tirer indemne de la fournaise. À Pirna, il reçut sur le devant de la tête un coup de sabre qu’amortit heureusement le soleil de cuivre de sa schapska, lequel en conserva l’empreinte. À Montmirail, poursuivi par un gros de cavaliers, il doit son salut à un cheval errant qui, galopant près du sien, le protège de ce côté, tandis que de l’autre, se défendant à pleine volée de son sabre, il reçut un coup de pointe au poignet droit, préservé par sa dragonne d’une plus grave blessure. »

Cette citation (p. 54) vient d’un cahier de souvenirs d’enfance écrit par Anatole Bailly septuagénaire. Vous trouverez facilement sur internet l’explication des termes techniques et des faits historiques.

Puis ce fut Waterloo, la fin des aventures militaires, et le retour à la vie civile.

« Les études d’humanités, qu’il avait aimées, étaient alors trop loin de lui pour qu’il pût les continuer utilement ; et ballotté douze ans durant de situation en situation, il avait fini par trouver un poste fixe, où, goûtant la modeste joie d’une vie sédentaire, il s’occupait à faire voyager les autres. Chaque soir, lorsqu’il n’y avait plus de diligences à accueillir ou à expédier, il s’en revenait à son foyer, dans le petit magasin de fruiterie, d’épicerie et de mercerie qu’avaient organisé sa belle-mère et sa femme. » (p. 7). Le voilà donc marié, directeur d’une entreprise de diligences, L’Orléanaise, et bientôt père de deux enfants, un fils et une fille.

Et voici un portrait de son épouse, tout à fait dans l’air du temps : elle était « … fille d’un homme de peine qui travaillait aux quais du fleuve, plié sous les fardeaux qu’on embarquait et déchargeait sans cesse, et qui n’avait qu’un maigre salaire pour élever une famille nombreuse. Mal nourrie, mal logée aux rues humides et sans soleil, la nichée du pauvre diable n’a pu croître. Seule, cette enfant a survécu, frêle et résistante en sa fleur de jeunesse, blonde aux yeux bleus, qui fut douce à tous, première au catéchisme, très considérée pour cela des bonnes sœurs, très peu instruite, sinon de ses devoirs, et qui, épouse et mère, sut aimer, vivre de peu, tenir une boutique d’épicerie, former deux âmes… » (p. 54).

Telle fut l’atmosphère dans laquelle se passa l’enfance d’Anatole Bailly : un milieu modeste, affectueux, des histoires de diligences et de petit commerce, des souvenirs vécus de l’épopée napoléonienne contrastant avec l’ambiance bien moins animée du règne de Louis Philippe.

Il commença à l’âge de sept ans sa scolarité primaire, dans les établissements de M. Feuillâtre, puis de M. Lamadon. « … la mémoire septuagénaire de M. Bailly ravivait encore avec une sorte de fougue l’éclat et l’entrain des beaux récits mythologiques, si turbulents et vibrants, dans lesquels ce brave homme présentait aux enfants les malheurs d’Œdipe ou les adieux d’Hector.

… En octobre 1845, il entrait en sixième au collège royal d’Orléans. … Il avait sur ses petits camarades une avance notable : avant même qu’il ne fût au collège, il avait appris l’alphabet grec, voire même un peu de grammaire, avec un prêtre de son quartier. M. Pessonneaux, qui enseignait alors à Orléans la classe de sixième, eut la satisfaction de saisir, chez ce nouveau venu, quelques bribes de connaissances helléniques, et la façon dont cet enfant étalait en beaux tableaux, sur de larges feuilles, les modes et les temps du verbe λύω, était très appréciée du professeur. » (p. 8).

L’helléniste déjà perçait sous l’écolier.

Durant ces années scolaires, il avait vu le règne de Louis-Philippe faire place à la seconde république. En 1852 il fut reçu au baccalauréat. Alors il s’en alla à Paris pour préparer l’École Normale. Les épreuves eurent lieu en août 1853, l’oral en octobre, quelques semaines avant l’instauration brutale du second empire. Et le voilà admis au célèbre établissement de la rue d’Ulm où il passa trois ans.

Parmi les maîtres dont il suivit l’enseignement, notons et saluons surtout Émile Egger, qui créa à l’École l’enseignement de la grammaire historique et comparée. « Comment il le concevait, comment il le donnait, c’est ce qu’expliqua plus tard M. Bailly, dans la biographie de son maître : “ Pénétré de la doctrine de Bopp et de notre Eugène Burnouf, M. Egger ouvrait à ses élèves des vues toutes nouvelles pour eux sur l’origine, la formation et le développement des langues… plusieurs, qui sont aujourd’hui des maîtres, ont senti leur vocation s’affermir ou se décider dans cette conférence. ” » (p. 12).

Il quitta l’École en août 1856 et à la rentrée fut nommé professeur de quatrième à Lyon, L’année suivante il fut reçu à l’agrégation de grammaire. En avril 1859 il épousa Mlle Doüesnel, puis en octobre il fut chargé de la classe de sixième à l’annexe de Vanves du Lycée Louis-le-Grand. Mais ses ambitions n’étaient ni parisiennes ni universitaires. Son rêve était d’avoir un poste au lycée d’Orléans, de vivre en sa ville natale, parmi ses amis et ses parents, tout en s’adonnant à des activités érudites. À la rentrée 1861, c’est en ce lycée qu’il monta dans ‘la chaire de quatrième’, où il enseigna vingt-sept ans durant. À la rentrée 1871, il déclinait l’offre d’une chaire parisienne au lycée Bonaparte (actuel lycée Condorcet). Le second empire avait vécu, la Commune de Paris avait été écrasée, la troisième république s’organisait,

En ce temps-là, Le jardin des racines grecques, manuel de vocabulaire grec publié en 1664 par Claude Lancelot, était encore la référence en la matière. Le 4 décembre 1867, une circulaire de Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique, avait mis fin à cette situation archaïque. Anatole Bailly avait en préparation son Manuel pour l’étude des racines grecques et latines, dont il entretenait souvent Émile Egger. Ce manuel parut au printemps de 1869.

« Le principe dont partait M. Bailly, c’était que les racines grecques ne pouvaient plus être étudiées à l’écart des racines latines, et que parfois ces deux études devaient être éclaircies par des rapprochements avec le sanscrit, langue sœur du grec et du latin. C’était par excellence une œuvre d’avant-garde. » (p. 21). Les vues de la recherche linguistique la plus avancée entraient par là dans l’enseignement secondaire. Souhaitons qu’un tel processus ne cesse de se renouveler, en référence à l’état actuel des recherches en cette discipline.

Bientôt parut (1873) une Grammaire grecque élémentaire sous deux formes : 1° Grammaire complète. 2° Grammaire abrégée à l’usage des commençants.

Venons-en à la contribution majeure et durable d’Anatole Bailly aux études grecques : son dictionnaire.

Vers la fin de 1875, Émile Egger se mit d’accord avec Hachette pour la révision du dictionnaire grec-français d’Alexandre (1840). « M. Bailly en devait être l’ouvrier, et pour le travail futur de cet ouvrier d’élite, on prévoyait l’aide d’un excellent apprenti, son jeune fils, Paul Bailly. L’exemplaire personnel que possédait M. Egger du Dictionnaire d’Alexandre, et que sans cesse il annotait, fut adressé à M. Bailly. Désormais la correspondance de M. Egger fourmilla de renseignements, de notes de tout genre, destinés au dictionnaire. » (p.29).

Bientôt cette savante allégresse allait être assombrie par le deuil. Anatole Bailly allait perdre sa mère en 1880, son beau-père en 1882. Entre les deux ce fut le décès de son fils unique, Paul Bailly, de santé fragile, à l’âge de 22 ans.

La nature du travail avait évolué. « Car le dictionnaire qui lentement s’avançait, et qui, grâce à la diligence créatrice de M. Bailly, n’était plus seulement une refonte d’Alexandre, mais une œuvre toute personnelle et toute nouvelle… » (p. 32). Anatole Bailly continua de la poursuivre, toujours en liaison avec Émile Egger, et en songeant à tout ce que Paul y avait déjà mis.

« Au fur et à mesure M. Bailly soumettait à M. Egger les feuillets de son manuscrit ; et M. Egger les annotait patiemment. Un jour, hélas ! le grand philologue devint aveugle ; mais sa mémoire des auteurs grecs était si lumineuse et si exacte, que le concours du maître ne fut pas perdu pour le laborieux disciple. “Je lui lisais chacun de mes articles, raconte M. Bailly, et grâce à son étonnante mémoire, à l’étendue comme à la sûreté de sa science, au flair extraordinaire avec lequel il devinait la provenance d’un mot suspect de formation récente, le service que je reçus de son affection, même en cette douloureuse période, ne fut pas moindre que celui que j’en avais reçu jusqu’alors.” Le manuscrit du Dictionnaire était achevé, et M. Egger avait fini d’en ouïr la lecture, lorsque le 30 août 1885 la mort l’enleva. » (p. 33).

Le travail aurait pu être mis sous presse. Mais le ministère de l’Instruction publique prenait des dispositions peu favorables aux études classiques. Nous lisons, en page X de la préface du dictionnaire : « Qu’allait devenir le grec dans cette tourmente ? Était-il prudent de risquer à ce moment la publication d’un tel livre ? D’un commun accord, éditeurs et auteur jugèrent plus sage d’attendre… » Voilà qui a un petit air d’actualité. Anatole Bailly mit à profit cette attente pour enrichir sans cesse son manuscrit. « La rédaction primitive du Dictionnaire donnait seulement les noms des auteurs sur lesquels reposait la justification des sens ; M. Bailly, revoyant son œuvre du premier article au dernier, ajouta la mention des textes, avec renvois précis. Ce fut un travail gigantesque, mais qui transforma le livre en un incomparable instrument de recherche… » (p. 35). D’utiles indications sur les formes dialectales ou difficiles furent en outre ajoutées à la fin de certains articles.

Le ministère semblant revenir à de meilleurs sentiments, la librairie Hachette décida enfin de lancer la composition, hérissée de difficultés techniques, parfois ralentie par la correction minutieuse des épreuves, puis l’impression de l’ouvrage. Le travail typographique fut terminé en novembre 1894, presque dix ans après l’achèvement du premier état du manuscrit.

Pour l’auteur, ce ne fut pas la fin de sa passion lexicographique. Il ne cessa, pour l’amélioration du dictionnaire, de prendre des notes, d’enregistrer les observations qu’on lui communiquait de tous côtés. Le 12 décembre 1911, il y avait travaillé toute la matinée ; vers midi, la mort vint le surprendre.

Telle fut la vie d’Anatole Bailly, une vie calme et équilibrée, une vie de simplicité, d’amitié, d’amour et de création intellectuelle, sur un fond d’actualité politique et sociale où il vit se succéder, avec des transitions violentes, quatre régimes politiques.

Ses notes furent incorporées aux éditions ultérieures du dictionnaire, qui toutes bénéficièrent aussi des apports de nombreux hellénistes. Dans la seizième édition, en 1950, Pierre Chantraine a renouvelé les indications étymologiques.

Tous les hellénistes francophones consultent le Bailly. Que ces quelques pages les incitent, en outre, à aimer le Bailly. À aimer Anatole Bailly.

Jean-Victor Vernhes

Maître de conférences honoraire

Université d’Aix-Marseille

 

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Une réflexion sur « Jean-Victor Vernhes, « La vie d’Anatole Bailly, l’auteur du célèbre dictionnaire grec-français » »

  1. Merci Monsieur Vernhes pour toutes ces précisions biographiques, qui nous plongent dans cette atmosphère très XIXème siècle et donnent véritablement chair à ce bon vieux dictionnaire si attachant, fruit d’une passion littéralement « dévorante » pour le grec et auquel nous ne cessons de nous référer (même s’il est très concurrencé par le Liddell-Scott-Jones).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.