Bernard Boyaval, 3 notices sur les orants, les brigands et les momies

► ὁ λύχνος n° 157, novembre 2020, article onze.

La bande de brigands italiens d’Agostino Sacchitiello de Bisaccia (Wikicommons).
  1. LES ORANTS AUX MAINS LEVÉES DE KOM ABOU BILLOU (DELTA DU NIL)

En publiant jadis une épitaphe grecque de Térénouthis/Kom Abou Billou qui commémore un décès à 25 ans, Z. Aly1 avait souligné que la gravure en creux d’une défunte de cet âge représentée en orante (paumes dressées vers le ciel dans la position dite des mains « supines ») contredisait une affirmation ancienne de C. C. Edgar selon qui ce type de représentation était réservé aux très jeunes décédé(e)s. En publiant, longtemps après, une autre épitaphe du même site qui commémore un défunt de 3 ans, G. Wagner2 a repris l’idée d’Edgar : « Les deux mains supines constituent une invocation au soleil justicier en cas de mort violente ou prématurée. Le très jeune âge de Sarapion explique la présence de cet emblème »3.

On ne peut reprendre l’analyse qu’en utilisant des contributions où chaque épitaphe a été accompagnée d’une photo ou d’un facsimilé.

Sur 7 dossiers que j’ai pu étudier grâce à des images à peu près lisibles, j’ai constaté un échelonnement des âges jusqu’à la trentaine. Ce sont :

BSAA 38, 6 âges AO 48, 7 âges
BSAA 40, 8 – SFKAB, 16 –
BIFAO 72, 3 – ZPE 101, 1 –
BIFAO 78, 5 –

 

Sur les 310 pierres rassemblées dans ces 7 articles, dont beaucoup sont anépigraphes, je n’ai collecté que 46 âges (maigre moisson !), dont 44, certains, se répartissent ainsi :

1-9 ans      20

10-19 –       6

20-30 –       18

Deux sont mutilés :

Le n° 7 dans BIFAO 72 p. 146 commémore une mère, Tamyysis, et sa fille, Taninouthis 4 ans. De l’âge mutilé de la mère il ne reste que la haste verticale gauche de la lettre où Wagner a vu avec hésitation K (20) ou N (50). Le petit tableau précédent rend « 20 ans » plus vraisemblable, une maternité à 17 ans étant banale dans l’Égypte du temps.

Le n° 45 des SFKAB p. 19 pourrait donner 29 ou 39 ans au défunt, Dioskoros, mais Wagner a préféré 29 (soit un bêta) qui s’accorde mieux au tableau précédent.

Si, dans les deux cas, la bonne lecture est 20 et 29, on a 20 témoins de 20 à 30 ans, c’est-à-dire autant qu’entre 1 et 9 ans.

Sur ces 7 dossiers, les âges les plus jeunes (1-9) ne sont donc pas majoritaires et, coïncidence à souligner, la répartition de l’ensemble sur les trois premières décennies de la vie correspond à ce qu’on peut raisonnablement déduire de sa durée moyenne d’alors, d’après les étiquettes de momies et l’épigraphie funéraire (ZPE 18, 1975, p. 59-60, et 21, 1976, p. 235-236). La gravure de mains supines n’avait donc pas de lien nécessaire avec les décès prématurés.

  1. Aly Z., More funerary stelae from Kom Abou Bellou, BSAA 40, Alexandrie, p. 109-110 n° IV.
  2. Wagner G., Nouvelles stèles de Kom Abu Bellou, BIFAO 78, Le Caire, p. 238 n° 5.
  3. C’est moi qui souligne.

 

2. DIAZELMIS ET LES BRIGANDS

 

L’épitaphe de Diazelmis, officier lagide décédé presque octogénaire dans le delta du Nil, a été ainsi datée par E. Bernand, Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine (1969) p. 75-80 n° 10 : « basse époque hellénistique d’après le contenu du texte » (p. 76). W. Peek, lui aussi, l’avait assignée aux derniers règnes lagides (p. 79 note 3).

Du coup, le pluriel du v. 15, « Diazelmis que les rois ont honoré » acquiert un intérêt particulier si, comme le suggère Bernand p. 80, il fait allusion aux « essais de monarchie collégiale inaugurés en 170A » plutôt qu’à deux règnes successifs.

Diazelmis déclare avoir « mis en fuite des tribus d’une main meurtrière » (v. 2) et, « dans les vallées d’Asie, repoussant les brigands », il ajoute avoir « pillé les dépouilles des indigènes domptés par la lance »1 (v. 5-6).

L’expression « les brigands » est vague.

Au début du second siècle avant J.-C., le traité d’Apamée sonne le glas des ambitions d’Antiochos III sur l’Asie Mineure. Selon St. Lebreton, REA 107 (2005) p. 672-674, le repli du roi a pu faciliter une recrudescence du brigandage dans la région. Faut-il supposer que les rodomontades de Diazelmis aient fait allusion à des heurts postérieurs à 170 et antérieurs à la reprise en main du secteur par les Romains ? L’hypothèse d’un tel lien ne semble pas avoir été envisagée

  1. Bernand.

3. RECTO VERSO : LE CAS DES ÉTIQUETTES DE MOMIES

 

Beaucoup d’étiquettes répartissent leurs textes sur les deux faces de leurs bois. Tantôt les deux faces sont rédigées en grec, tantôt l’une d’elles est en langue égyptienne, dans sa transcription démotique. Mais partout on se pose la même question : lequel des deux textes a été écrit avant l’autre ?

Dans les lignes suivantes, je me limite aux monolingues grecs.

La chronologie de la rédaction ne fait aucun doute là où les scribes n’ont pas hésité à couper un mot par manque de place sur la première surface utilisée : sur CEMG 1916, où la défunte Senpsansnôs avait Sansnôs pour père et Semphabis pour mère, le matronyme a été coupé en Sem||phabis; de même, sur CEMG 1921, où la défunte était originaire du Hameau de Pachoumis, on lit epoi||kiou. À ces deux témoins on peut ajouter tous ceux dont une face porte une annotation brève qui intervient en complément des informations plus étoffées de l’autre face. L’addition introduite sur la surface la moins remplie d’écriture y est certainement postérieure. Une bonne illustration en serait CEMG 1128 : « Taèrôn dont la mère (est)2 Thatrès || a vécu 22 ans ». Voici quelques-unes de ces additions3 sur l’âge des défunts (CEMG 1032, 1193, 1348) en lien avec une date (CEMG 45, 1437), une date seule (CEMG 593, 866, 1161, 1598, 2102), une origine géographique (CEMG 1729, 1795, 1948, 1449) un patronyme (CEMG 63, 284), un matronyme seul ou associé à un âge ou une localisation (CEMG 452, 1738 etc.). On peut ajouter trois témoignages du théta nigrum (CEMG 1378, 2105, 2106) qui signalait des décès de militaires.

À l’opposé des précédents, les textes que j’évoque maintenant échappent à toute tentative pour déterminer l’ordre de succession de leurs écritures : en effet, leurs deux faces reproduisent exactement le même texte, ainsi CEMG 339 :

« Alexandros (fils) de Pachoumis (et) d’une mère (nommée) Tmosious || Alexandros (fils) de Pachoumis (et) d’une mère (nommée) Tmosious ».

Les témoins de cette disposition sont très nombreux ex. CEMG 395-398, 400-407, 411, 455 etc. Dans leur cas, quelque formulation qu’on retienne, 1 et 2, A et B, recto et verso, toutes sont arbitraires.

Bernard Boyaval

Université de Lille III

  1. Les doubles barres verticales marquent le passage d’une face à l’autre.
  2. Les mots entre parenthèses sont ajoutés pour la compréhension des textes.
  3. Je n’ai rassemblé que quelques exemples de chaque situation, sans intention exhaustive.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.