Jean-Victor Vernhes a lu pour vous cinq livres

► ὁ λύχνος n° 157, novembre 2020, article dix.

Des livres,

(des castagnettes, des osselets, un ballon et une toupie…)

 

Jean-Baptiste Chardin, Portrait d’Auguste-Gabriel Godefroy jouant à la toupie, 1736, Musée du Louvre.
  1. Henry William Auden, Καλλιγραφία, Comment écrire comme Platon ?

Éditions rue d’Ulm « Versions françaises », 2018, 188 pages, 12 €. ISBN 978-2-7288-0594-5.

 

C’est sous ce titre que Jérémie Pinguet, ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm) nous offre, en un livre élégant, une adaptation française, munie de notes, d’appendices fort intéressants et d’un index, de l’ouvrage publié à Édimbourg en 1899 par H. W. Auden sous le titre Greek Prose Phrase-Book.

Comme le précise la préface d’Estelle Oudot, ce livre « s’inscrit dans le sillage de la Phraséologie latine de Carl Meissner en Allemagne (1878), qu’Auden lui-même a traduite en anglais, comme Charles Pascal l’a fait en français. » Par ‘phraséologie’, il faut entendre un recueil de phrases et d’expressions concernant divers sujets.

Nous avons là une phraséologie grecque répartie en dix-neuf rubriques (le monde et la nature, la vie domestique, le commerce et l’agriculture, la philosophie…). Quelques-unes de ces rubriques se prolongent opportunément par l’indication de textes grecs se rattachant au champ sémantique en question. Les termes et expressions proviennent des auteurs classiques, il est parfois indiqué sommairement que cela vient de Platon, de Thucydide, etc., mais sans référence précise. On peut regretter l’absence de ces indications, mais le livre est tout de même bien utile et bien agréable pour approfondir l’étude du grec classique. Précisons qu’il ne s’adresse pas à des débutants de fraîche date, mais à des connaisseurs des bases du grec, lesquels auront plaisir et profit à se plonger dans cette phraséologie qui fait apprécier et fixe en mémoire certaines élégances de la syntaxe grecque.

L’ouvrage d’Auden, nous dit son adaptateur (p. 134), contenait bon nombre de fautes d’accentuation, qu’il lui a fallu traquer « avec l’aide d’amis à l’œil affûté. » Il soupçonne qu’il peut en rester. Oui, on en a trouvé quelques-unes, et j’invite les possesseurs de l’ouvrage à faire les rectifications suivantes sur leur exemplaire : p. 13  ἐκεῖ  ; p. 19 ἡλικιώτης  ; p. 20 ὀπώρα  ; p. 21 Ἀπατούρια,    μέχρι, βαθέος ; p. 26  κόρη ; p. 29  ἱστόν ; p. 32  μεγάλην ; p. 33  γνωρίμως ; p. 34    ἀποχρώντως ; p. 42    μεγάλῃ ; p. 43  ὅλως ; p. 46  βιβλίον ; p. 47  μονώτην, φρόνιμοι ; p. 57  ἀγχίνους ; p. 72  ὀκτώ ; p. 73  ὑπόχρεως ; p. 89  σταύρωμα ; p. 94 τὰ πυρά ; p. 116  ἕρμαιον ; p. 117  οὐκ ἔστι ; p. 122  ἀγκύραιν. La chasse aux fautes de frappe ou d’impression est toujours entravée, j’en ai l’expérience, par le fait que l’œil, au lieu de percevoir ce qui est sur la page, y projette ce qui devrait y être !

Songeant plus particulièrement aux étudiants qui pratiquent le thème grec au niveau de la licence et de l’agrégation, Jérémie Pinguet leur donne des conseils et des informations. Il présente les principaux ouvrages qui peuvent leur être utiles (et qui sont bien sûr utiles aussi à quiconque s’intéresse à l’étude du grec, même si ce n’est pas en vue d’une épreuve de thème).

Il fait le tour des manuels de thème grec (p. 143-145). Je note avec plaisir son appréciation des Thèmes grecs de Romain Garnier et Lucien Pernée (éd. Ophrys, 2004). Chacun des trente-quatre textes traités, dit-il, « s’accompagne d’une proposition de traduction fine et précise, avec des remarques nourries. » (p. 144). À l’Université d’Aix-Marseille, Lucien Pernée fut mon collègue et Romain Garnier mon étudiant !

Venons-en aux dictionnaires (p. 142-143). Certes, le dictionnaire de poche grec-français de Charles Georgin (Hatier) « cède le pas aux deux autres » que sont le Bailly et le Magnien et Lacroix : en effet il n’est pas d’un grand secours pour le thème grec. Mais je recommande aux étudiants d’avoir sous la main ce petit Georgin pour la lecture des auteurs. La consultation est rapide, et c’est seulement en cas de problème lexical un peu épineux qu’on a besoin d’un des deux autres.

Il est question en page 135 du projet de Gérard Gréco d’une version numérique du dictionnaire de Bailly. Ce projet, auquel Jérémie Pinguet a participé, tout comme il a participé au recueil Les Lettres grecques édité par Les Belles Lettres, est devenu maintenant réalité, et il en a été parlé dans le λύχνος de juillet 2020 : https://ch.hypotheses.org/4054

En ce qui concerne les dictionnaires français-grec, sont mentionnés celui d’Alexandre, Planche et Defauconpret (1ère édition 1861), introuvable en librairie, et les deux, pas toujours bien satisfaisants, qu’on peut facilement se procurer : celui de Louis Feuillet (1ère édition 1897), et celui, fort concis, de chez Hatier-Belin, par une équipe de professeurs, qui est en la matière le seul apport du siècle dernier.

Cela nous invite à nous documenter sur ceux qui au cours du XIXe siècle les ont précédés. En 1847 parut la première édition du Nouveau dictionnaire français-grec à l’usage des classes de Georges Ozanneaux, par ailleurs historien et auteur de vaudevilles (1204 pages, éd. Hachette). C’est, nous dit la préface, le fruit de dix ans de travail.

La même année paraissait la première partie du Dictionnaire Français-grec de Jean-Jacques Courtaud-Divernéresse (chez l’auteur, chez Delagrave et chez Lecoffre). Dans sa Grammaire grecque (1828) il annonçait déjà la mise en chantier de ce vaste travail lexicographique. La seconde partie parut en 1857. Le tout fait 1990 pages bien tassées. Cet ouvrage a pour défaut, selon les normes actuelles, de puiser assez souvent dans des auteurs tardifs, mais on ne peut le feuilleter sans une certaine admiration pour cet ample travail, et la ferveur qu’il suppose.

Un abrégé de ce dictionnaire « à l’usage des classes élémentaires » parut en 1859 chez Garnier : 1015 pages, bien tassées elles aussi. C’est cet abrégé que recommandait aux étudiants Louis Arnould, Maître de Conférences à la Faculté des Lettres de Poitiers, en page 8 de sa Méthode pratique de thème grec (Klincksieck 1892).

Pour la confection d’un moderne dictionnaire français-grec, cet héritage du dix-neuvième siècle serait d’un grand secours. Il est agréable d’avoir en main ces vieux ouvrages. On peut se les procurer d’occasion, mais c’est le plus souvent assez cher. Il existe aussi, pour de tels livres anciens, des possibilités de consultation en ligne (voir les indications données en page 138 par Jérémie Pinguet). En ‘surfant’, comme on dit, sur les vagues de cet océan, on fait d’intéressantes découvertes. Voici par exemple, communiqué par Daniel Di Meglio, un lien menant à un guide de traduction et de conversation anglais-latin-grec publié à Mexico en 1892. C’est pratiquement du grec ancien !

https://archive.org/details/morales-ardaya-franciscus-de-variis-latinis-graecisque-colloquendi-formulis/mode/2up

Jules Vallès eut de l’amitié pour le ‘républicain rouge’ qu’était Courtaud-Divernéresse. Dans ses Souvenirs d’un étudiant pauvre (publication posthume : 1930), quelques pages nous offrent des anecdotes du temps où vers 1850 il préparait ‘le bachot’ au Lycée Bonaparte :

« Les maîtres étaient plus gais que les élèves ; le père Courtaud-Divernéresse lui-même, ce vieux coureur.

Un jour que, comme premier ou second, j’allais lui porter les copies de composition, je le rencontrai en tête à tête avec une poitrine de femme…

Je ne pus faire semblant de n’avoir rien vu, le vieux Courtaud ne s’y trompa pas — il me l’a avoué depuis, au fond d’un petit jardin de la rue des Fossés-Saint-Victor où il vivait retraité, en compagnie d’une servante qui le faisait marcher à la baguette. »

On aime à connaître ainsi les savants auteurs dans leur humanité, qui parfois nous fait sourire.

 

 

Les éditions Les Belles Lettres nous informent de la parution de deux livres, disponibles en particulier à la librairie Guillaume Budé, 95 boulevard Raspail, 75006 Paris. Tél. : 01 44 39 84 21.

 

  1. Christian Jacob, Faut-il prendre ‘Les Deipnosophistes’ au sérieux ? 304 pages, 21€.

Dans Les Deipnosophistes ou Le Banquet des Sophistes, l’écrivain érudit Athénée, de Naucratis en Égypte, né vers 170 ap. J.-C., nous apporte une foule d’informations sur la Grèce antique, et de nombreuses citations d’auteurs dont les œuvres ont par ailleurs disparu. Son ouvrage a été utilisé pour l’article sur la courtisane Phryné paru dans le λύχνος de juillet 2019 :

Jean-Victor Vernhes : Quand Phryné dévoilait son sein, ou Du nouveau sur l’affaire Phryné ?

Christian Jacob nous présente ainsi son livre :

« Aujourd’hui, on banquette ! De l’apéritif à la dernière coupe, Athénée rapporte les conversations d’un cercle de lettrés réunis dans la maison d’un haut fonctionnaire de l’Empire romain, au début du IIIe siècle de notre ère. Médecins, musiciens, rhéteurs, philosophes suivent le rituel du banquet grec ; le dîner, puis le sumposion, temps du vin et des divertissements de l’esprit. Vous serez, chers convives, d’emblée submergés par une encyclopédie improbable sur les fruits et légumes, les poissons et les salaisons, les vins et les gâteaux, la vaisselle, les courtisanes et les devinettes, et mille autres curiosités… »

https://www.lesbelleslettres.com/livre/4337-faut-il-prendre-les-deipnosophistes-au-serieux

 

  1. André Tubeuf, Platon de plain-pied. 304 pages, 21€.

« Relirais-je tout Platon, pour me permettre d’en parler ? Je n’ai plus guère les yeux, ni la patience, ni peut-être le temps. J’ajoute que je n’en éprouve pas la nécessité. Je n’ai jamais prétendu tout savoir de Platon, je n’ai pas tout lu, les Lois, le Parménide aussi, me sont tombés des mains. Mais ce que j’ai lu je l’ai bien lu, comme on fait forcément quand on doit expliquer à d’autres, dont l’attention critique est impitoyable, et qu’on ne saurait payer d’à peu près. Simples angles, pour entrer dans la citadelle par des accès qui parlent. Je n’ai jamais pratiqué un enseignement savant, j’ai essayé de pratiquer un enseignement stimulant… »

On peut estimer aussi, et c’est mon opinion, que les Lois et le Parménide ne manquent pas d’intérêt. Mais ces quelques lignes d’André Tubeuf donnent envie de connaître sa stimulante approche de Platon.

https://www.lesbelleslettres.com/livre/4324-platon-de-plain-pied

 

  1. Sylvain Brocquet, Chrestomathie sanscrite, 816 pages, 2 volumes, 89 €. Éditions Safran, Rue des Genévriers, 32 B – 1020 Bruxelles, Belgique.

edition@safran.be

Les lecteurs du λύχνος connaissent déjà Sylvain Brocquet, qui enseigne la langue et la littérature sanscrites à l’Université d’Aix-Marseille. Dans notre numéro de juillet 2020, il nous a présenté le premier volet de son étude sur l’indianiste grec Dimitrios Galanos (1760-1833). Voici la présentation qu’il nous offre de cette nouvelle publication.

« La Chrestomathie sanskrite, composée d’un peu plus de 800 pages réparties entre deux volumes, est un ouvrage d’une absolue nouveauté, qui à ce jour n’a d’équivalent dans aucune langue : il existe pour le sanskrit d’autres chrestomathies, mais aucune ne propose, en plus des textes eux-mêmes, autant d’explications et d’outils destinés à en faciliter la lecture. Celle-ci rassemble en effet un nombre considérable de textes parmi les plus représentatifs de la littérature sanskrite, en fournissant au lecteur tous les éléments qui lui permettront, à quelque niveau qu’il soit parvenu dans la connaissance de la langue, de les comprendre et d’en apprécier les qualités littéraires : chacun d’entre eux est brièvement présenté et situé dans son contexte, édité en écriture Nāgarī puis en caractères latins, expliqué dans les moindres détails – grammaire, vocabulaire, civilisation –, enfin traduit dans un français qui se veut à la fois élégant et précis. Un appendice portant sur la prosodie et un autre proposant une définition des principales figures de style vient compléter l’ouvrage.

La Chrestomathie comporte cinq parties, qui offrent un panorama complet de la littérature sanskrite :

L’épopée : des extraits du Rāmāyaṇa, un long épisode du Mahābhārata, un chapitre de la Bhagavadgītā.

Les contes : des histoires extraites du Pañcatantra et du Tantrākhyāyika.

Le théâtre : l’intégralité du Fardeau de Karṇa, de Bhāsa, et l’acte V de la pièce célèbre de Kālidāsa, Śakuntalā au signe de reconnaissance.

La poésie savante : Aśvaghoṣa, Kālidāsa, Bhāravi, Bāṇabhaṭṭa, Amaru, Daṇḍin, Māgha, Jayadeva – sans oublier une très célèbre inscription littéraire, le panégyrique du roi Pulakeśin II composé par Ravikīrti.

Les traités : d’importants extraits des Lois de Manu, du Traité de politique attribué à Kauṭilya, du Kāmasūtra de Vātsyāyana, du Traité d’art dramatique du sage Bharata, enfin du Miroir de la poésie, composé par Daṇḍin.

Le choix a été fait d’alterner des extraits relativement brefs mais se suffisant à eux-mêmes avec des textes plus longs – un épisode entier du Mahābhārata, un chapitre de la Bhagavadgītā, une pièce en un acte de Bhāsa dans son intégralité, un chant entier de La Geste de Bouddha d’Aśvaghoṣa ou de La Naissance de Kumāra de Kālidāsa… Le lecteur pourra ainsi prendre le temps de se familiariser avec un style et goûter le plaisir de s’immerger dans une œuvre. Il pourra aussi parcourir les époques et les genres littéraires, comme il le ferait avec une anthologie. Car le but de la Chrestomathie, au-delà de sa fonction didactique, c’est précisément le plaisir du lecteur : lui offrant tous les éclaircissements linguistiques dont il peut avoir besoin et lui épargnant la fastidieuse consultation des dictionnaires, elle s’efforce de lui faire goûter les saveurs multiples d’une littérature d’accès réputé difficile.

Le lectorat auquel s’adresse cet ouvrage est divers : le sanskritiste débutant, dès lors qu’il a acquis les rudiments de la grammaire, y trouvera son compte, tout autant que l’indianiste déjà chevronné. Les textes de lecture aisée y côtoient en effet des œuvres plus complexes et les explications fournies, plus ou moins denses selon la difficulté, peuvent s’utiliser de plusieurs manières, en fonction des acquis de chacun et de ses habitudes en matière d’apprentissage. De plus, au-delà de ceux qui ont entrepris l’étude du sanskrit, la Chrestomathie s’adresse également à l’honnête homme qui, sans prétendre lire les textes originaux, prendra plaisir à découvrir à travers leur traduction quelques-uns des chefs-d’œuvre d’une des littératures les plus remarquables que le génie humain ait produites.

Il est aisé de commander la Chrestomathie sanskrite sur le site des Éditions Safran de Bruxelles, qui l’expédie en France dans un délai de trois ou quatre jours, franco de port. Il suffit de suivre ce lien et de se laisser guider :

http://www.safran.be/proddetail.php?prod=LCA32

La page à laquelle on accède par ce lien contient une présentation de l’ouvrage, une table des matières détaillée, ainsi qu’un autre lien permettant de visualiser, sous forme de PDF, l’introduction et l’intégralité du premier texte (un extrait du Rāmāyaṇa), avec ses notes explicatives et sa traduction – il ne manque que le lexique. Ces pages permettent de se faire une idée des principes qui ont guidé la rédaction.

La Chrestomathie vient compléter un ensemble d’ouvrages didactiques écrits par le même auteur et destinés, ensemble, à procurer au lectorat francophone de bons outils pour apprendre le sanskrit ou en approfondir ses connaissances :

Tout d’abord, la Grammaire élémentaire et pratique du sanskrit classique, qui propose sous une forme accessible l’essentiel de la grammaire, à travers vingt leçons accompagnées d’exercices corrigés, complétées par deux lexiques, sanskrit-français et français-sanskrit. Un ensemble de dix textes – essentiellement des contes en prose –, expliqués et traduits, parachève l’ouvrage. Elle est vendue selon les mêmes modalités, sur la page suivante :

http://www.safran.be/proddetail.php?prod=LCA26

Cette page contient elle aussi un lien vers des extraits représentatifs (une leçon, un extrait de texte, une page d’un lexique, une page de l’appendice prosodique, la table des matières). Elle propose également un lien vers l’enregistrement audio de l’intégralité des textes de la Grammaire (textes de présentation des leçons composés par l’auteur, textes littéraires figurant à la fin de l’ouvrage), lus par le Professeur Gopabandhu Mishra, qui enseigne le sanskrit à la Hindu University de Bénarès : ces enregistrements sont précieux pour se former une idée précise de la prononciation du sanskrit, du rythme de la langue, de la manière de lire ou de réciter. Ils aident le lecteur dans tous ses apprentissages.

D’autre part, le Cahier d’exercices supplémentaires et corrigés, qui contient un nombre d’exercices beaucoup plus important que la Grammaire, donc beaucoup plus gradués, permettant d’éprouver et de fixer séparément l’acquisition de chacun des points étudiés. Suivant pas à pas la progression de la Grammaire, à laquelle il renvoie de manière précise et systématique, il rassemble des exercices structuraux ainsi que des exercices de version et de thème. Chacun des vingt chapitres, correspondant aux vingt leçons de la Grammaire, se termine en outre par un extrait expliqué du premier chapitre du chant I du Rāmāyaṇa, qui propose, en une centaine de strophes, un résumé de l’épopée. Ce Cahier peut être commandé sur la page suivante :

http://www.safran.be/proddetail.php?prod=LCA27

Elle vous offre le même type d’information.

Merci à Sylvain Brocquet pour ces informations précises. J’ai consulté le site Safran : il est en effet très simple de passer commande. On peut régler par chèque (France uniquement), par virement, par carte, par Paypal. Il est heureux que la Chrestomathie puisse être pratiquée à des niveaux différents. Beaucoup d’hellénistes (de niveaux différents également) aimeront la pratiquer. J’en connais qui (possédant déjà les bases du sanscrit) pratiquent les Textes épiques sanscrits de Romain Garnier (Ophrys). Cet intérêt pour le sanscrit tient à la fois à son prestige littéraire et à sa parenté avec le grec, dont il éclaire les structures les plus anciennes.

Couverture du livre de Bernard Plessy, Ἐπιγράμματα.
  1. Bernard Plessy, Ἐπιγράμματα, Travaux et jours dans la Grèce antique. Choix d’épigrammes présentées et traduites en édition bilingue par Bernard Plessy. Éditions Paradigme, 2020, 95 pages (format 11,50 x 21 cm) : 9,80 €.

Voici encore un livre élégant, qu’on aime regarder et tenir en mains. Il fait partie de la collection Passerelles en poésie, des éditions Paradigme, qui se propose de faire connaître en version bilingue des poésies du monde entier.

On peut se le procurer chez l’éditeur : tél. 02 3853 15 00 ; courriel : editions-paradigme@dmail.com ; site : www.editions-paradigme.com

Les livres de Paradigme sont disponibles aussi à la librairie L’Autre Livre, 11 rue de l’École Polytechnique, 75005 Paris (M° Maubert).

On peut également commander par courrier postal accompagné du règlement, augmenté de 4€ pour frais d’envoi : Éditions Paradigme, Éditions Corsaire, 11 rue de Chateaudun, 45000 Orléans.

L‘Anthologie grecque ou Anthologie palatine est un recueil de courts poèmes ou épigrammes qui vont de la période classique à la période byzantine de la littérature grecque. Elle est présentée ainsi sur le site des Éditions Paradigme :

« Perdue, elle fut découverte par un humaniste français, Claude Saumaise, en 1606, à Heidelberg, dans la bibliothèque du comte Palatin. Elle fut éditée en 13 livres, classés par thèmes. Certains sont connus : poèmes amoureux, épitaphes. Le livre VI l’est moins. Il comporte les inscriptions qui accompagnaient les offrandes faites aux dieux en différentes circonstances de la vie. Des ex-voto. À travers la description de ces offrandes, les sentiments qui les inspirent, les dieux et les déesses auxquels elles s’adressent, on peut entrevoir une vie familiale et professionnelle plus rare dans les grands textes. »

Dans ce livre délicieux, vous découvrirez d’abord quatorze pages de présentation nous révélant comment ces offrandes et les courts poèmes qui en donnent la signification nous montrent divers aspects de la vie des anciens Grecs. Puis nous sont présentées quatre-vingts de ces épigrammes, choisies par Bernard Plessy dans ce livre VI : Sauvé par une grenouille ? Une pêche miraculeuse, Un bouclier parle, Un autre lui répond, Un maraîcher comblé, Un bibliophile exaspéré, La courtisane déchue, Un vigneron amateur d’art… Des poèmes de poètes disparus dont les noms font rêver : Antipater de Sidon, Phanias, Damocharis de Cos, Crinagoras de Mytilène, etc.

Pour nous habituer à la consultation d’Ἐπιγράμματα, prenons par exemple le numéro 60, pages 74-75 :

Τῷ Ἑρμῇ παρὰ Φιλικλέους

Εὔφημόν τε σφαῖραν ἐϋκρόταλόν τε Φιλοκλῆς

Ἑρμείῃ ταύτην πυξινέην πλατάγην

ἀστραγάλαις θ᾽ αἷς πολλ᾽ἐπεμήνατο, καὶ τὸν ἑλικτὸν

ῥόμβον, κουροσύνης παίγνι᾽ ἀνεκρέμασεν.

« ADIEU À L’ADOLESCENCE

Son fameux ballon, ses cliquetantes castagnettes

De buis, les osselets dont il était fou, et sa toupie

Tourbillonnante, Philoclès les a consacrés

À Hermès : c’étaient les jouets de son enfance. »

De qui est ce poème ? Réponse dans le SOMMAIRE, juste après la page de titre. Il est de Léonidas de Tarente. Quelle époque ? Consultons la Table des auteurs d’épigrammes, pages 94-95 : IIIe siècle avant J.-C. Ce Léonidas trouvait souvent son inspiration dans la vie des gens les plus simples, le maçon, la tisseuse, la joueuse de flûte…

Le titre donné à la traduction française indique l’idée générale de l’épigramme. Il vient du traducteur, et ne correspond pas au titre grec. Ce dernier (ici ‘À Hermès de la part de Philoclès’) nous dit de la part de qui et à quelle divinité une offrande est faite. Ces indications sont présentes aussi dans le texte de l’épigramme : la traduction du titre grec n’était donc pas indispensable. L’offrande, qui est souvent un objet de la vie quotidienne, est liée à un aspect de la vie du fidèle qui opère ce rituel.

Si vous n’avez jusqu’à présent pratiqué que le grec attique, ce qui est le cas de la plupart des adeptes de ‘Connaissance hellénique’, vous serez un peu dépaysé de découvrir, dans les textes originaux, des formes dialectales, de l’ionien, du dorien… On s’y habitue : si au lieu de ἡμέρα vous rencontrez ἡμέρη, c’est de l’ionien ! si vous rencontrez ἁμέρα, c’est du dorien ! Votre dictionnaire vous aidera. Si quelques difficultés subsistent, ce n’est pas grave ! Elles s’éclairciront plus tard. Je songe aussi à celles et à ceux qui auront le livre en main sans connaître un mot de grec. Les épigrammes leur plairont en traduction, mais je souhaite que leur arrive ce qui m’est arrivé lorsque j’allais vers mes quatorze ans, et que j’ai eu du grec entre les mains pour la première fois. C’étaient des passages de l’Hippolyte d’Euripide. Je ne saurais dire quelle pyrrhique ou quel sirtaki les lignes en caractères grecs dansaient devant mes yeux. Je me suis bien vite rendu chez le bouquiniste qui était en face de mon lycée (d’Albi), et j’y ai trouvé la vieille grammaire Ragon, un livre d’exercices qui n’allait pas avec, ainsi que, providentiellement, Les mots grecs de Martin. Et puis voilà !

 

Jean-Victor VERNHES

Maître de conférences honoraire

Université d’Aix-Marseille

 

 

 

 

 

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.