Christian Boudignon, « Vous parlez grec et vous ne le saviez pas » (n°47)

► ὁ λύχνος n° 157, novembre 2020, article sept.

« C’est un scandale « 

L’idée de cette chronique m’est venue après m’être fracturé bêtement l’orteil du pied droit en butant sur une pierre alors que je gambadais gaiement dans la garrigue.

Illustration du scandale de La Cadière dans « Histoire du Père Jean-Baptiste Girard, Jésuite & Recteur du collège de la Marine à Toulon, et de Damoiselle Marie Catherine Cadière. » Paris, s.d., (1735) (Wikicommons)

« C’est un scandale ». Quand j’étais petit, je me souviens que l’on s’amusait à parodier ainsi le dirigeant du parti communiste Georges Marchais, dont c’était là une expression fétiche. « C’est un scandale », disait-il en allongeant le a et en insistant sur le l.

Quand j’y repense, c’est amusant de penser que ce petit mot grec « scandale » employé par Georges Marchais est issu des évangiles : « quiconque scandalise l’un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux qu’on lui attache au cou une meule d’âne et qu’on l’engloutisse dans la haute mer. » Ὃς δ᾽ ἂν σκανδαλίσῃ ἕνα τῶν μικρῶν τούτων τῶν πιστευόντων εἰς ἐμέ, συμφέρει αὐτῷ ἵνα κρεμασθῇ μύλος ὀνικὸς ἐπὶ τὸν τράχηλον αὐτοῦ, καὶ καταποντισθῇ ἐν τῷ πελάγει τῆς θαλάσσης. (Mt 18,6).

Le mot σκάνδαλον [skándalon] désigne en fait un « piège », voire une « occasion de chute » — ô triste chute ! ô malheureux caillou qui m’a fait trébucher ! — et il est apparenté à σκανδάλη « trébuchet d’un piège ». « Scandaliser », c’est faire tomber dans un piège, comme sous prétexte de dévotion conduire à la débauche. Un exemple frappant de cela a inspiré jadis un roman sulfureux du marquis aixois Jean-Baptiste Boyer d’Argens, Thérèse philosophe. Marie-Catherine Cadière, jeune fille à la santé physique et mentale fragile suite à la peste de 1720, qui « avoit de beaux yeux, la peau blanche, un air de vierge, la taille assez bien faite[1] » était âgée de 18 ans en 1728 et avait des visions mystiques. Elle fréquenta à Toulon le père Girard, un jésuite charismatique, qui abusa d’elle. Un procès retentissant s’en suivit en 1731 à Aix, que présida le père du marquis Boyer d’Argens : la jeune fille fut d’abord condamnée à mort puis innocentée dans un second procès. Double scandale donc d’une victime abusée par un jésuite pervers et condamnée à mort.

Le mot σκάνδαλον [skándalon] devenu en latin d’Église scandalum est passé en français sous le terme scandale, mais il a eu un petit frère escandale selon une habitude qui apparaît en Gaule au IIe siècle après J.-C. Ainsi la schola devient l’ischola et notre école. Le scándalum devient l’escándale ou l’escandle puis l’esclandre avec chute de la syllabe non accentuée et passage du l au r encore liquide (comme en italien). Le mot a donné « faire un(e) esclandre » : le scandale provoque de la fureur, du bruit, un bruit que l’on aimerait mieux cacher comme en mettant la poussière sous le tapis. Mais le peuple ne l’entend pas ainsi : la bonne ville d’Aix se divisa, puis toute l’Europe, pour ou contre la Cadière, sainte ou sorcière. Dans la ville, des émeutes s’ensuivirent et des pamphlets, chansons, romans se déchaînèrent contre la Cadière et le père Girard. Ainsi va le scandale, il ne se laisse pas si facilement étouffer, c’est une pierre sur laquelle on bute en chemin et qui laisse de graves séquelles.

 

Christian Boudignon

Université d’Aix-Marseille, Centre P.A. Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297)

 

[1] C’est ce qu’écrit d’elle Boyer d’Argens dans ses Mémoires.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.