Paul Challobos s’entretient avec Florence Patte sur son livre

► ὁ λύχνος n° 157, novembre 2020, article cinq.

Entretien de Paul Challobos avec Florence Patte

Florence Deville-Patte, La femme qui replantait des mots, Albi, 2020, 194 pages, 16 €

Couverture du livre « La femme qui replantait les mots »

[Paul Challobos apprécie le livre de Florence Patte qu’il a déjà signalé dans notre numéro de juillet 2020, et qui est aujourd’hui l’objet de leur entretien. Le livre, maintenant en version imprimée  est publié par un sympathique et courageux éditeur albigeois, Jérôme Poitte : éditions Un Autre Reg’Art, 17 rue Balzac, 81000 Albi. Tél. 06 30 94 53 09 unautreregart.albi@orange.fr

On peut aussi commander sur le site internet : unautrereg-art.com

Dans les difficiles circonstances actuelles, nous sommes aux côtés de toutes celles et de tous ceux qui, comme Florence Patte et Jérôme Poitte, assureront par leur ferveur la sauvegarde de l’art noble du livre.]

 

Paul Challobos (C.) : Chère Florence, lorsque j’ai en main un livre qui me passionne, je me demande comment est venue à l’auteur l’idée de l’écrire, quelles gestations l’ont préparé, quelle aventure a été, pour lui ou pour elle, son écriture.

Florence Patte (P.) : Moi aussi, lorsque je dévore le livre d’une talentueuse personne, ou lorsque j’écoute une chanson que j’affectionne particulièrement je me demande toujours mais d’où lui est venue l’idée, quel a été le déclic. En somme, je m’intéresse aux principes de l’inspiration, à la genèse des inventions humaines, aux intuitions et aux étincelles premières à l’origine de tout projet. Et maintenant que La femme qui replantait des mots a été publiée, je serais tentée de me poser la même question à propos de moi-même. Pourquoi ce livre plutôt que rien ? L’on dit souvent qu’un parcours personnel se dessine grâce à des rencontres : ce fut bien le cas pour la gestation de La femme qui replantait des mots.

C. : Alors, dis-moi d’où t’est venue l’idée, quel a été le déclic.

P. : En juin 2018 à Marseille, à l’occasion d’une soirée grecque organisée par l’association Nausicaa au Lycée Sévigné, Catherine Faner, qui enseigne en ce lycée, me présente Jean-Victor Vernhes [le fondateur de la revue Connaissance hellénique]. Je me souviens qu’en raison d’une journée particulièrement épuisante, j’avais hésité à venir. Et me voilà attablée en face du fameux helléniste ! Je lui trouvais une certaine ressemblance avec Marc Chagall, qui était d’origine russe, et je me demandais s’il avait lui aussi cette origine. Et comme il faisait allusion à un ami qui enseigne les langues anciennes à Saint-Pétersbourg, je lui ai adressé, pour le tester, la parole en russe… et nous avons eu une petite conversation en cette langue !

C. : Voilà qui renforçait l’illusion. Mais cette illusion a-t-elle beaucoup duré ?

P. : Non, car de fil en aiguille nous avons appris à nous connaître, nous avons évoqué des souvenirs de Grèce : évocation de paysages, rencontres, lectures partagées… Il nous disait sa passion pour le grec, tant ancien que moderne. Sous l’effet sans doute de l’excellent résiné que nous dégustions, il nous a raconté comment dans le golfe de Corinthe, près de Patras, au cours d’une baignade avec son amie grecque (il appelle cela des bains linguistiques) il a failli, disait-il, la noyer. Ils n’avaient plus pied et il la faisait tellement rire par ses propos qu’elle avait bien du mal à nager… Et puis il a raconté d’autres choses encore : l’authentique berger d’Arcadie, le plâtrier helléniste… J’en parle dans ma postface et dans les dernières lignes de mon livre.

C. : Voilà une ambiance qui est bien loin de l’image conventionnelle de la gravité académique et universitaire. On pense à Aristophane ou à Lucien de Samosate, que nous devrions pratiquer davantage.

P. : Et la conversation a opéré sa magie. Ma voisine, Arielle Chopard, a parlé de La jument de Socrate et de quelques autres livres passionnants. C’était comme un signe, un fil tendu. Je renouais avec mes études de linguistique et avec ces séjours en Grèce qui avaient illuminé mes années d’études. Après vingt ans de « sevrage » au cours desquels j’étais partie vivre à l’étranger, sans avoir l’occasion d’enseigner le grec ancien dans les lycées français, je me suis retrouvée au collège André Malraux, à Marseille, où l’option de grec ancien a été créée. Et voici que par un hasard providentiel, tout un passé resurgissait : cet amour que j’avais éprouvé pour le grec revenait en force. Et intact. J’attrapai au vol les étincelles qui scintillaient dans cette tablée. Le lendemain, je dressai l’ébauche d’un livre total, dans lequel je mêlerais l’origine des mots à des souvenirs autobiographiques, leur musique à des odeurs, en jouant sur un double clavier : ce que les mots signifient et ce qu’ils nous suggèrent.

C. : Magnifique ! Des sons et des senteurs : voilà qui est baudelairien ! Et de l’autobiographie entrelacée avec de l’étymologie…

P. : J’ai eu envie de révéler les multiples facettes bienfaitrices de l’étymologie à la fin de chaque chapitre. A la façon dont Shéhérazade s’arrange pour captiver le sultan. Faire de la didactique, l’air de rien, si bien que le lecteur, bercé par la magie des mots, ne se rend pas compte tout de suite qu’il est en train « d’apprendre » quelque chose.

C. : Je reconnais là tes préoccupations pédagogiques.

P. : Elles se réalisent aussi dans les ‘Arbres à mots’ que nous avons fabriqués avec les élèves à l’atelier LAB du collège. Ces arbres illustrent l’intérieur de ma couverture. L’exposition Au cœur des mots a été présentée à la Journée académique de la pédagogie (JAP 2019).

C. : Et pourquoi amalgamer étymologie et aperçus autobiographiques ?

P. Pourquoi ?
 Les textes autobiographiques m’ont toujours fascinée : avec eux, on passe de la confession intime à la dimension universelle. Jean-Jacques Rousseau évoque-t-il un souvenir d’enfance cuisant (l’épisode du ruban volé, dans les Confessions) ? Nous voilà tous concernés par l’injustice qu’il a vécue. J’ai pensé qu’en associant la recherche étymologique aux souvenirs personnels qu’ils m’évoquaient, j’allais entraîner mon lecteur avec moi vers une certaine forme d’universalité.

C. : Tu as su le faire, sans nulle gravité, avec un sérieux qui ne se prend pas au sérieux.

P. : J’ai voulu privilégier l’humour, pour ne pas être dans la poussière livresque et muséale, privilégier aussi l’anecdote pour ainsi renouer avec la tradition littéraire antique, et vivre joyeusement la culture pour mieux la transmettre. Ici aussi, comme tout à l’heure, nous pouvons songer aux textes humoristiques de Lucien ou d’Aristophane….

C. : L’ambiance de ton livre me fait en effet penser un peu à celle de ces textes, et aussi à celle de ton fameux repas grec qui pourrait bien avoir quelque affinité avec Le Banquet de Platon.

P. : Là, tu exagères ! Je dirai simplement que mon souci a été de composer, tout en étant pédagogiquement utile, un essai littéraire artisanal : d’où l’importance des illustrations. La meilleure des pédagogies comporte un aspect artisanal et cousu main … Les meilleurs cours sont ceux que l’on a vécus de l’intérieur et cuisinés soi-même. La pédagogie n’admet pas de placage : ce n’est pas parce que l’on trouve un cours « tout cuit » sur Internet qu’on saura le faire passer…Voilà pourquoi j’ai absolument voulu éviter l’aspect dictionnaire…

C. : En effet, les vingt-quatre mots étudiés ne sont pas présentés comme dans un dictionnaire. Et j’ai apprécié dans ton livre à la fois son utilité pédagogique et ton talent d’illustratrice. Mais quelque chose me trotte dans la tête : c’est son titre La femme qui replantait des mots. J’ai vécu dans une ambiance de jardinage : on semait, on repiquait, on transplantait, on regardait pousser, on regardait mûrir. Alors…

P. : Ce titre s’est imposé à moi dès le début de mon travail. Dès que je me suis attaquée au premier mot, m’est apparu le personnage de Jean Giono qui, dans L’homme qui plantait des arbres, était occupé à faire renaître une forêt en un lieu déboisé. Il semait des graines avec une constance admirable, avec foi. Et l’on vit renaître une vaste forêt. Je me suis lancée dans cette entreprise avec le même état d’esprit, pour reboiser notre vocabulaire. J’avais la ferme intention de bousculer tout ce qui m’insupporte dans notre société actuelle : l’ignorance satisfaite, l’amnésie galopante à l’encontre de notre héritage classique, l’oubli des mots et de leur « épaisseur ». Mon projet a été un projet citoyen.

C. : Et ton livre est une merveille, comme tes livres précédents.

P. : Merci, Paul.

Entretien réalisé le 13 octobre 2020  après-midi au café aixois La Belle Epoque.

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.