Augustin Tine : « Le coq et le rossignol chez Esope »

► ὁ λύχνος n° 156, juillet 2020, article neuf.

L’IMAGERIE DU COQ ET DU ROSSIGNOL CHEZ ESOPE, LE FABULISTE

 

Le rossignol Philomèle (wikicommons)

 

[Résumé

Les fables d’Esope dépeignent ses personnages ailés sous des traits évocateurs de la condition humaine. Ce sont des êtres revêtus du caractère de l’homme et plongés dans un univers mélodramatique à la fois convivial et hostile. Leurs hymnes cherchent à égayer et à stimuler la vie où ils déploient leur nature. Ainsi le coq est-il symbole de l’orgueil, de l’imprudence, de l’imprévoyance, de l’envie, de la ruse, de la rivalité et du désir de vengeance. A rebours, le rossignol est l’emblème de l’humilité, de l’innocence prise au piège de l’ennemi ou méprisé par le voisin qui le juge anodin et défavorisé par la nature.]

INTRODUCTION

L’intérêt de cette étude est moral. Dans le contexte universel de dissolution des valeurs et des vertus, l’ébranlement des sociétés humaines est une des raisons fondamentales qui m’ont conduit à revisiter, à travers Esope, la sagesse des Anciens. Œuvres imaginaires voilées d’enseignements moraux et allusives, les fables furent chez les Grecs une sorte de code existentiel guidant le genre humain à travers des drames animaliers où la gente ailée, dans sa diversité de caractères, exerce une fonction symbolique. De plus, les oiseaux d’Esope sont dépeints sous des traits tantôt favorables, tantôt défavorables et méprisants. Les apparences à la fois enjouées et satiriques de ces oiseaux aventuriers sont d’ordinaire empreintes d’un lyrisme tragicomique et adaptées à un univers hostile et mélancolique d’où surgit une somme de disgrâces provoquant introspection et soumission au destin. Les personnages ailés d’Esope ne sont pourtant pas partisans d’un fatalisme outré, ni d’un rejet de la nature. Ils sont les garants conscients de leur être, de leur situation et de leur devenir. Aussi vais-je m’appesantir sur leurs caractères avant de décrypter les différentes leçons de vie que traduit leur être à travers la peinture symbolique que le fabuliste en donne. Ainsi l’orgueil et l’humilité sont respectivement incarnés par le coq chanteur et le messager du printemps qu’est le rossignol.

 

I – Caractères différenciés de l’oiseau ésopique

La figure de l’oiseau, à la fois errante et vile, coupable ou vengeresse, cupide et sobre, égarée ou innocente, imprime un registre pathétique aux multiples aspirations auxquelles il se livre et au cours desquelles les esprits fins tournent les situations en leur faveur. Et c’est cet oiseau aux apparences diverses et suggestives que nous retrouvons dans le coq et le rossignol ésopiques.

1 – Les différentes identités du coq chanteur

Le coq ésopique est un oiseau excité par le besoin, ses passions, sa fonction de chanteur, qui ne se laisse nullement flatter par son entourage trompeur disposé à tirer profit de sa naïveté, de sa vigilance et de son innocence. Telles sont les caractères dans lesquels Esope fait paraître ses coqs chanteurs dans les Fables I, II, IX, LI, CXLI qui les mettent en action. En effet, dans la Fable I, Le coq et la pierre précieuse[1], nous sommes devant un être apparemment affamé à la recherche d’une pitance pour assouvir sa faim et celle de ses petits, un être qui ne se laisse pas distraire par une chose splendide sans aucun lien gastronomique avec le grain d’orge pour lequel il se donne tant de peine à racler un fumier très peu généreux. De même, dans la Fable II, Du chat et du coq, le coq ésopique est soucieux d’accomplir son devoir d’éveilleur matinal. Cependant, cette fonction universelle[2] que lui impose son essence ne le met nullement à l’abri du péril puisqu’elle le place sur le chemin d’une funeste inimitié dont il est incapable de venir à bout. En effet, Esope, à travers Le chien et le coq, la Fable IX, habille le coq du manteau du rusé[3] qu’une relation inhabituelle sauve de la tromperie d’enchanteresses harmonies. A cette étape de la pérégrination, le coq tâche de se mettre à couvert en se nichant dans les branches d’un arbre dont son compagnon de route, à savoir le chien redoutable, a la garde. C’est donc aux couleurs de la vigilance et de la prudence qu’Esope peint le coq devant qui il dresse un rempart infranchissable, c’est-à-dire le chien virevoltant ; il l’oppose au discours séducteur du vilain admirateur qu’est le renard en quête de gibier. En revanche, La Fable LI intitulée L’âne, le lion et le coq, présente le coq ésopique dans une double figure[4] de chanteur inopportun et d’instrument de capture inespérée. En effet, c’est au son des harmonies du coq que le lion, dans son aversion pour le chant du coq, s’enfuit, poursuivi par un âne naïf trompé par une fuite inaccoutumée dont il ignore le motif. Certes le lion s’est enfui par antipathie[5], à cause de la voix du coq, mais il s’est surtout enfui pour attirer à lui l’âne qui, par pur excès de zèle, finit par tomber dans ses filets. Le coq de cette fable apparaît alors comme le chantre qui, sans aucun doute, exécute son chant pour nuire au prochain – ici le lion – et par-delà, tire un profit inattendu de l’audace maladroite de son voisin, l’âne. L’honneur et la fierté nés de la victoire, auxquels s’ajoute l’orgueil démesuré du chanteur imprudent, sont d’autre part l’image qu’Esope donne de l’un des coqs rivaux[6] de la Fable CXLI, Les deux coqs et le faucon. En conflit pour l’amour d’une poule, les coqs se battent et le vainqueur se perche sur le toit du poulailler pour chanter sa gloire. Aux aguets, un faucon fond sur lui, pendant qu’il chante et bat des ailes, et le tue. Le chant de ce coq qui fait son propre éloge a causé sa perte. C’est un personnage innocent victime de son orgueil qui attire l’ennemi. Dans la Fable LXVI, Le coq et le coq d’Inde, Esope décrit le coq comme un oiseau lyrique[7], un mâle passionné jaloux de son voisin. L’un athlétique, l’autre aédique, ces coqs ésopiques sont de mauvais rivaux qui ne savent pas tirer bon profit ou user à bon escient de leurs talents. Et il n’en découle que discorde et méfiance.

Outre le coq qu’il a su décrire assez diversement : tantôt innocent, naïf et orgueilleux, tantôt soumis au destin et conscient de son devoir et de sa fonction, le fabuliste s’est également penché sur un autre oiseau de la poésie lyrique, le rossignol.

2 – Apparences identitaires du rossignol

Présenté par les Lyriques grecs comme le messager du printemps, le rossignol se distingue par sa voix aux sonorités mélodieuses qu’envient ses voisins au point de s’en plaindre auprès des divinités accusées de l’avoir favorisé à leur détriment. Parmi ces voisins envieux se trouve le paon au beau plumage qui, dans la Fable LXVIII, Héra et le paon, n’est pas satisfait de ce que lui a offert la nature ou la Providence, c’est-à-dire de son lot de présents innés et inhérents au dessein divin[8], mais se prend pour l’oiseau d’Héra et se plaint de n’avoir pas été doté d’une belle et douce voix comme le rossignol. Sa requête semble justifiée car une belle voix est la seule chose qui lui manque pour être le prince de la gent ailée : plumage et voix mêlés le mettraient au comble de l’esthétique. Il ravirait alors la palme et de la beauté et de l’art de chanter. Mais la nature le lui refuse. En outre, dans la Fable LXXIX, Le rossignol et l’épervier, le chant du rossignol[9], perché sur un arbre, appelle son ennemi qui s’en saisit, quand bien même, pour se sauver, il exhibe sa petitesse et s’efforce de charmer ses oreilles par un bel hymne. Ici c’est l’imprudence du pauvre petit héraut du printemps et son désir ardent de chanter sans veiller au choix des endroits propices qui est mis en évidence. Et pourtant la petitesse du rossignol qui se distingue par sa belle voix semble l’écarter de certains soucis terrestres sur lesquels il médite perpétuellement, soucis qui envahissent les géants comme l’autruche et l’empêchent de se mouvoir aisément. Merveilleux chanteur, le rossignol va d’un arbre à l’autre, fendant de ses doux sons décors et paysages, du moins d’après la Fable CXXXIII, à savoir L’autruche et le rossignol. En effet, le rossignol est petit mais attrayant. Et cette petitesse qu’il soumet en vain à l’épervier pour qu’il l’épargne est la preuve de son talent merveilleux et légendaire qui l’élève plus haut que l’autruche tirant orgueil de sa robustesse.

IIImages emblématiques du coq et du Rossignol ésopiques

Ces deux oiseaux ésopiques sont caractéristiques du lyrisme des fables où des symboles antagonistes traduisent vice et vertu, c’est-à-dire l’orgueil et l’humilité. Coq et rossignol semblent interchangeables. D’où l’aspect métaphorique de leur être, si l’on s’en réfère aux sentiments qu’ils expriment.

1 – Le Coq ésopique chanteur, emblème de l’orgueil

Le coq chantant des fables citées est l’emblème d’un certain nombre de vertus humaines parmi lesquelles on distingue l’innocence et la vigilance. Représentation de l’esprit de bon sens entretenu avec fermeté face à l’orgueil qu’éveillent en lui l’infortune et l’inimitié, le coq, par son air fier, réveille ceux qui sommeillent, ou encore, sans que ce soit là véritablement son intention, exprime ruse et orgueil, aspects discordants de sa nature allégorique, en chantant çà et là. C’est ce que montrent respectivement les Fables I, II, IX, CXLI, à la lecture desquelles naît un fort élan de sympathie devant ce coq reflet de l’homme vicieux et vertueux : Les deux coqs et le faucon[10]. Dans ces fables par ailleurs, le coq chantant est la métaphore de l’homme que le fabuliste veut revêtir des qualités précédemment évoquées et dont il est l’allégorie. Ce n’est pas le coq qui est l’objet de ces fables, mais les sentiments qu’il incarne et qui font de lui un être hybride, la manifestation d’une incompatibilité constante entre sa voix et certains de ses voisins qui ont pour lui une antipathie surprenante. Rappelons-nous ici la Fable LI, l’âne, le lion et le coq où le coq, par sa voix, voulait, à première vue, sauver son voisin l’âne des griffes du lion[11] apparemment plus averti et rusé. Eu égard à son apparence métaphorique, le coq représente le mâle obsédé par son instinct sexuel et sujet à une vaine rivalité amoureuse dont il triomphe avant que le destin ne l’expose à une infortune du fait de sa fierté sans douceur. C’est tout le sens que revêtent la Fable LXVI, Le coq et le coq d’Inde, et la Fable CXLI, Les deux coqs et le faucon, lesquelles mettent aux prises deux coqs rivaux qui s’accusent faussement et se jalousent. Mais le coq n’est pas que cela ; il peut également être vu comme la métaphore de l’homme sage et l’allégorie de la sagesse. Le portrait que le fabuliste en fait dans la Fable IX, le chien et le coq, le rapproche du vieil âge nourri d’expérience[12], arme qu’il revêt pour se sauver face à l’inimitié du fin renard. Son expérience l’a donc spontanément rendu sage, avisé et rusé au point de causer la déroute et le trépas de celui qui tentait de le dévorer. Car des épreuves jaillissent l’intelligence et la ruse.

2 – Le Rossignol ésopique chanteur, emblème de l’humilité

Le Rossignol est symbole de vertus contrastant naturellement avec la vigilance, l’audace et l’orgueil véhiculés par le coq ésopique chantant sur les toits, les arbres, dans les basses-cours et des endroits non identifiés, première marque identitaire qui les distingue.

Comparé à celui du coq, le chant du rossignol n’augure d’aucun malheur. Il donne là des indices de sa présence au guetteur. Mais aussi doux soit le chant du héraut du printemps, même joint à sa sagacité, il n’est pas à même de se tirer des filets de l’adversité. C’est ce que suggère littéralement la Fable LXXIX, Le rossignol et l’épervier : l’offre hypothétique[13] du messager du printemps ne peut distraire l’épervier tout impétueux qui ne veut quitter ce qu’il a pour ce qu’il n’a pas. Ainsi, l’épervier impassible devant la petitesse du rossignol suppliant est la représentation de l’homme passionné de son pouvoir qui, parfois, paraît si épris de l’utile et du nécessaire qu’il ne cède pas aux distractions qui l’en détourneraient. Le rossignol est alors la figure de la fatuité d’une volonté d’éblouir et de ruser en usant de son talent, c’est-à-dire du don reçu de la Nature. Il s’y ajoute que ce don du rossignol le destine à la jalousie et à l’envie : ses voisins dénués d’une belle voix apparaissent comme la représentation de la cupidité et de l’insatisfaction nourries d’aspirations honteuses. C’est cela la signification du paon de la Fable LXVIII, Héra et le paon, où les remontrances de la Déesse[14] couvrent ce dernier de honte, l’embarrassent et le poussent à ne pas prétendre être plus qu’il n’est. De plus, l’image du paon appelle au respect de l’ordre[15] des choses comme le souligne la Fable CXXXII, L’autruche et le rossignol. Dans cette fable, en effet, l’orgueil du robuste oiseau interfère avec l’humilité du petit et célèbre messager du printemps. Mais le rossignol ne s’aliène pas l’autruche. Il se présente dans son décor boisé agrémenté par ses harmonies comme l’emblème de la soumission méditative de chacun à son sort face à l’ostentation peu introspective symbolisée par l’autruche, qui fait sa propre apologie en le tournant en ridicule.

CONCLUSION

Les fables d’Esope sont des récits qui, au-delà du divertissement qu’elles offrent au lecteur, opposent douceur et brutalité, chance et malheur ; il en découle de belles leçons de vie. C’est ce qui ressort des apparences du Coq et du Rossignol. Ces apologues ésopiques fourmillent de personnages que l’instinct naturel pousse à chercher la vertu et à fuir le vice, par delà l’orgueil et l’humilité que représentent le coq chanteur et le rossignol. Par conséquent, les fables ont une valeur didactique, tentant de ramener l’homme égaré à la pleine conscience de sa condition, laquelle est faite pour le bien et le bonheur, par le discernement et la prudence. C’est pourquoi Esope peut être littéralement vu comme une figure universelle de sagesse et de pédagogie dont l’œuvre a pour finalité d’éduquer l’homme.

Augustin TINE,

Docteur de l’Université de Dakar

 

BIBLIOGRAPHIE

1 – J. Baudoin, 1850. Les fables d’Esope phrygien, illustrées de discours moraux, philosophiques et politiques, Amsterdam.

2 – E. Chambry, 1926. « Une édition critique des fables ésopiques », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, n°10, janvier 1926. pp. 25-35 ;

https://www.persee.fr/doc/bude_0004-5527_1926_num_10_1_6371

3 – A. Leroy, 1796. Fables d’Esope, Mises en français, avec le sens moral en quatre vers, et des figures à chaque fable, Nouvelle édition revue, corrigée été commentée de la vie d’Esope, Dédiée à la jeunesse, Lyon.

4 – Monsieur le chevalier Lestrance, 1894. Les fables d’Esope, et plusieurs autres excellents mythologues, Amsterdam.

 

[1]Monsieur le chevalier LESTRANCE, Les fables d’Esope, et plusieurs autres excellents mythologues, Amsterdam, Etienne Roger, 1894, p.2.

[2]Monsieur le chevalier de LESTRANCE, Op.cit., p. 6.

[3]Ibid., p.17.

[4]Ibid., pp. 100-101.

[5]Monsieur le chevalier de LESTRANCE, Op.cit., p.103.

[6]Amable Leroy, Fables d’Esope, Mises en français, avec le sens moral en quatre vers, et des figures à chaque fable, Nouvelle édition revue, corrigée été commentée de la vie d’Esope, Dédiée à la jeunesse, Lyon, 1796, pp.254 -255.

[7]Monsieur le chevalier LESTRANCE, Op.cit., p.

[8]Ibid., p.134.

[9]Monsieur le chevalier de LESTRANCE, Op.cit., pp.156-157.

[10]Amable Leroy, Op.cit., p. 255.

[11]Monsieur le chevalier de LESTRANCE, Op.cit., p. 103.

[12]Monsieur le chevalier de LESTRANCE, Op.cit., p.18.

[13]Ibid., p.157.

[14]J. Baudoin, Les fables d’Esope phrygien, illustrées de discours moraux, philosophiques et politiques, Amsterdam, Etienne Roger, 1850, pp.256-259.

[15]Monsieur le chevalier de LESTRANCE, Op.cit., pp. 133-134.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.