Paul Challobos a lu pour vous moult livres

► ὁ λύχνος n° 156, juillet 2020, article huit.

Publications, réapparitions, innovations

 

Une impressionnante nouveauté :

Les Lettres Grecques, aux éditions Les Belles Lettres, par une équipe de collaborateurs, avec préface de Monique Trédé-Boulmer, de l’Institut. 1632 pages, 65 €. Librairie Guillaume Budé / Les Belles Lettres, 95 boulevard Raspail, 75006 Paris. Tél. : 01 44 39 84 21.

Les étudiants latinistes ont longtemps pratiqué, et pratiquent encore Les Lettres Latines de René Morisset et Georges Thévenot, manuel paru pour la première fois en 1950. C’est un volume de 1300 pages environ offrant un panorama de la littérature latine de – 451 environ (Loi des XII Tables) jusqu’à 430 (mort de saint Augustin). Pour chaque auteur sont présentés des morceaux choisis accompagnés de notes explicatives, et précédés d’une notice donnant les points de repère essentiels. Cet ouvrage est toujours disponible aux éditions Magnard.

Sur ce modèle a été conçu aux Belles Lettres le recueil Les Lettres Grecques. Il est déjà présenté, dans le présent numéro du Λύχνος, par Jean-Claude Dutto. On se contentera d’ajouter quelques indications et observations.

L’impulsion a été donnée par Luigi-Alberto Sanchi, et la réalisation, coordonnée par Emmanuèle Blanc et Odile Mortier-Waldschmidt, a réuni plus de soixante-dix spécialistes. Des extraits de multiples auteurs, depuis l’époque homérique jusqu’à la fermeture de l’École d’Athènes par l’empereur Justinien en 529 constituent un panorama qui fait revivre pour nous quelque quatorze siècles de littérature grecque, un panorama plus vaste que celui que nous offrent Les Lettres latines. En feuilletant l’ouvrage ou en parcourant la table des matières, on est ravi par l’ampleur de l’horizon, ravi de trouver des noms d’auteurs pratiqués seulement par des spécialistes, comme Synésios de Cyrène, Timée de Tauromenion, Aristoxène, les poétesses Érinna, Anytè de Tégée, etc. Voilà qui fait rêver…

Il est difficile d’éviter complètement les coquilles dans un ouvrage d’une telle ampleur. Ainsi, page 967, cinq lignes avant la fin, nous trouvons *ἀμφότεροις pour ἀμφοτέροις, à la ligne suivante *ἐυσύνοπτον pour εὐσύνοπτον, à l’avant-dernière ligne *ἐυδοκιμοῦσιν pour εὐδοκιμοῦσιν. De telles scories, fort rares, disparaîtront lors des réimpressions de ce livre : j’en parle au pluriel, car je crois à la rencontre de l’ouvrage et de son public, ou plutôt de ses publics. À qui s’adresse-t-il ?

On songe d’abord, bien entendu, aux hellénistes universitaires, aux professeurs de lettres classiques, aux étudiants qui se préparent à entrer dans cette carrière. Mais il faut voir les choses plus largement. Selon Jean-Claude Dutto, « ce remarquable travail est digne de figurer dans la bibliothèque de tout honnête homme francophone du XXIème siècle ». Encore faut-il que cet honnête homme (qui peut fort bien être une femme) sache du grec, car les textes sont présentés en grec, avec des notes, mais sans traduction. Doit-il en savoir un peu, beaucoup, passionnément… ? La chose n’a pas été précisée dans les diverses annonces faites pour ce livre, et aurait dû l’être, pour que se réalise au mieux la rencontre dont je vous parle. Passionnément, cela va de soi. Mais… un peu ou beaucoup ?

En nous référant au système pédagogique de « Connaissance hellénique », nous dirons qu’il doit avoir le niveau de notre troisième degré : avoir bien étudié l’ἕρμαιον, dont je vais vous reparler plus loin, et avoir quelque peu complété cela, par exemple en étudiant le Vocabulaire grec de Fontoynont, dont je vais aussi vous reparler plus loin. Connaissant bien les bases de la langue, en grammaire comme en vocabulaire, il pourra, sans être à chaque instant rebuté par des difficultés, s’immerger dans les pages de Platon, Lysias, Sophocle, Aristophane, Lucien, Plutarque, etc. qu’il trouvera dans Les Lettres grecques.

Je parle ici des textes en grec classique, ou en grec proche du classique. Mais il y a aussi les textes dialectaux : Homère, Hésiode, Hérodote…

Une dizaine de pages est consacrée aux particularités dialectales, surtout à la langue homérique (p. 1587 à 1597). Je doute que cela suffise pour permettre l’accès à de tels auteurs, qui demande bien plus de pédagogie. Cette pédagogie, on la trouvait jadis, fort efficace, dans la Petite Odyssée d’Éloi Ragon, ou dans son édition scolaire du chant I de l’Iliade, ou encore dans la Petite Iliade de l’abbé Bertrand. On peut se procurer ces précieux ouvrages, en photocopie ou en format numérique, à « Connaissance hellénique ». Après être passé par là, l’étudiant sera bien armé pour se mettre à lire, dans Les Lettres grecques, les auteurs que je viens de mentionner.

Les responsables et les amis de « Connaissance hellénique » savent par une longue expérience qu’existe, dans les milieux professionnels les plus variés, tout un public atteignant ce niveau, ou disposé à l’atteindre. Jacqueline de Romilly le savait bien. Elle a souligné dans Pour l’amour du grec que « l’intérêt pour le grec s’est étendu dans le grand public » (p. 27). Elle l’a souligné aussi dans sa cordiale préface à la méthode Assimil de grec ancien. Il importe de développer ce public.

Rendons hommage à toute l’équipe qui a réalisé cette belle anthologie de la littérature grecque, et à son courageux éditeur.

Je suis heureux d’avoir acheté ce livre.

 

Une réimpression annoncée pour septembre par Actes Sud, repreneur des éditions Picard : Victor Fontoynont, Vocabulaire grec, commenté et sur textes. Format 24 x 16, ce qui est le format d’origine.

L’ouvrage n’a pas été ratatiné à la réimpression. Saluons le retour d’un grand classique de l’étude du grec, qui était resté quelque temps épuisé.

L’abbé Victor Fontoynont (1880-1958) fut un des fondateurs de la collection « Sources chrétiennes » et un ami de Teilhard de Chardin. Professeur de grec et de philosophie, il doit surtout son renom à son Vocabulaire grec, paru en 1933 chez Picard, pour lequel il a consacré beaucoup de temps à sélectionner huit textes, quatre de Xénophon, trois de Platon, et un de Démosthène, contenant l’essentiel du vocabulaire classique courant. L’ouvrage a parfois un parfum des années trente, ce qui ne l’empêche pas d’être utile par son efficace pédagogie.

Je conseille aux étudiants de survoler d’abord l’introduction (p. V à XV), puis de s’attaquer directement au premier texte (p. 9), en le déchiffrant à l’aide des explications qui lui font suite (p. 14). Pour résoudre les difficultés, on peut se reporter aux traductions des textes (p. 165). On procédera de même pour les textes suivants. Un index alpha­bétique (p. 183, après la table des matières !) permet de retrouver chaque mot dans le contexte où on l’a appris. On s’habitue vite au double système d’annotation : des lettres minuscules renvoient aux notes de bas de page, et des chiffres renvoient aux tranches d’études (de 1, p. 10 à 54, p. 164) qui divisent la matière. En maniant l’ouvrage, en y circulant comme dans un parc aux multiples attractions, on en découvrira et on en appréciera progressivement toutes les ressources.

Une personne ayant connu l’étrange et rayonnant helléniste qu’était Mario Meunier (1880-1960) m’a dit un jour que celui-ci avait toujours sur sa table de travail le Fontoynont.

 

Encore une réimpression (juin 2020) : l’Initiation au grec ancien (ἕρμαιον) de J.-V. Vernhes.

Ce serait un simple fait de routine, que nous ne signalerions pas s’il n’y avait une nouveauté : l’ouvrage est maintenant « avec ressources audio ». Les enregistrements de textes grecs (soit en prononciation ‘restituée’, soit en une prononciation ‘pratique’ meilleure que la prononciation scolaire habituelle) que déjà vous pouviez vous procurer auprès de Connaissance hellénique sont maintenant librement accessibles sur le site des éditions Ophrys ; dans le manuel, des signes indiquent quels textes sont enregistrés et en quelle prononciation. Mais vous pouvez les écouter sur le site même si vous n’avez pas la réimpression.

Les enregistrements en prononciation ‘pratique’ ont été réalisés par des étudiantes et des étudiants de l’Université d’Aix-Marseille, dont Océane Martin, qui a offert une précieuse assistance technique.

Les enregistrements en ‘restituée’ ont été réalisés par l’auteur du manuel. Il va falloir que j’aie pour vous un entretien avec lui à ce sujet. Ce sera, s’il le veut bien, pour le numéro de novembre.

 

Nous vous avons signalé, dans notre numéro de mars, le dictionnaire de Bailly en ligne, en vous indiquant simplement le lien pour l’atteindre :

http://gerardgreco.free.fr/spip.php?article52

Dans ce qui vous apparaîtra après avoir actionné ce lien, vous aurez à cliquer sur : BAILLY 2020 – HUGO CHÁVEZ

Alors vous serez dans le Dictionnaire de Bailly en ligne.

Après avoir fait défiler la préface écrite par Bailly en 1894, vous arriverez à la présentation de cette version 2020, et qui vous donne les renseignements suivants :

« Après trois ans de travaux, la numérisation de l’édition 1935 (libre de droits) du dictionnaire Bailly a été achevée, grâce à une équipe d’environ 40 professeurs de lettres classiques français, belges, suisses, camerounais, canadiens et espagnols que cela a été possible.

De nombreuses erreurs de l’édition de 1935 ont été corrigées. La toponymie souvent surannée a été entièrement revue par Florent Cistac.

Plus de 3 000 notices étymologiques ont été révisées sous la direction de Mark De Wilde, d’après le plus récent des dictionnaires étymologiques du grec : R. S. P. Beekes (avec le concours de L. van Beek), Etymological Dictionary of Greek, Leiden, 2010, et, secondairement d’après d’autres sources, indiquées dans la présentation, dont le dictionnaire étymologique de Chantraine. »

Nous faisons observer, à ce propos, qu’en matière d’étymologie grecque, d’autres sources que celle qu’indique cette présentation, méritent d’être consultées. Signalons d’abord la recension du dictionnaire de Beekes par Alain Blanc dans le Bulletin de la Société de Linguistique de Paris en 2010. On accède à ce texte par le lien suivant :

https://www.academia.edu/39574078/Compte_rendu_critique_de_lEtymological_Dictionary_of_Greek_de_Robert_Beekes_Brill_2010_

Cette recension commente la notion de Pre-Greek, que Beekes a empruntée à Furnée et dont il fait un abondant usage. Il s’agit d’un substrat non-indo-européen. Or d’autres recherches font apparaître des substrats (au pluriel) indo-européens : les étymologistes seront intéressés par l’article de Romain Garnier et Benoît Sagot, « A shared substratum between Greek and Italic », in Indogermanische Forschungen 122/1, 2017, 29-60. Cette recension fait aussi une longue série de remarques étymologiques sur le dictionnaire de Beekes.

Il y aurait lieu aussi d’être attentifs à la Chronique d’étymologie grecque de la Revue de Philologie et aux articles d’étymologie grecque qui paraissent dans diverses revues, comme Wékwos, Revue d’études indo-européennes, ou, bien les chroniques étymologiques de J.-V. Vernhes qui paraissent dans Connaissance hellénique !

Je n’ignore pas, en tenant ces propos, que la critique est facile, tandis que l’art est difficile. La vaillante équipe du Bailly en ligne s’adonnera encore, dans les années qui viennent, à l’art fort ardu de la mise à jour étymologique. Mais dès à présent, soyons-lui reconnaissant pour la qualité de son travail, en particulier pour la parfaite lisibilité du Bailly-2020 sur l’écran.

Ceux des utilisateurs qui ne sont pas encore des hellénistes de haut vol apprécieront une délicate attention des concepteurs, qui dans de nombreuses entrées ont indiqué par un point en haut la structure du mot. Exemples :

ἄ·κοινος, ος, ον, non mis en commun

ἀπ·οργής, ής, ές, non irascible

ἐμ·βλέπω, fixer les yeux sur, regarder

ἰο·βόλος, ος, ον [ῑ], qui lance des traits

μεσό·λευκος, ος, ον, blanc au milieu    etc.

Pratiquons allègrement le Bailly-2020 et soutenons la vaillante équipe. Cela peut se faire par des dons, car elle n’a bénéficié d’aucune aide institutionnelle française. La méthode à suivre est indiquée sur le site.

 

Nicolas de Lavergne, qui en Arles anime De natura rerum, dont nous vous avons déjà parlé (librairie latin-grec, galerie, bières locales), nous donne des nouvelles :

« L’été 2020 sera différent et inattendu, comme le printemps que nous venons de vivre l’a été. Les grands festivals ont été annulés, les gestes barrières limitent les événements collectifs.

Mais nous ne nous laissons pas abattre. Nous vous présentons une nouvelle exposition à fleur de peau « Nu. Le modèle » de Nathalie Bourceret, du 1er juillet au 31 août, dans le cadre d’Arles contemporain. Nous organisons de nouveau des rencontres. Favorinos, le Livre des Rois, la sexualité de l’art antique… Si vous passez par Arles et avez un livre récent à présenter lors d’un apéro chez nous, contactez-nous. Nous continuons d’ajouter des titres à notre catalogue en ligne.

Ainsi vous pouvez repérer des ouvrages avant de venir nous voir, ou nous faire une commande que nous expédions. Nous avons maintenant des comptes chez des éditeurs étrangers (Oxford, Brill, Peeters…), vous pouvez nous passer des commandes… »

 

Florence Deville-Patte, LA FEMME QUI REPLANTAIT DES MOTS. Pour une étymologie vivante. Aux éditions albigeoises Un Autre Reg’art. Ouvrage illustré par son auteur. Format 13 X 22, 124 pages, 16 €.

Le livre est sorti en format numérique IPUB sur le site des Éditions Un Autre Reg’Art : l’édition « papier » sera disponible en septembre 2020 en librairie ou sur les sites tels que La FNAC.

Ce livre, m’a expliqué son auteur, résulte… d’un repas grec organisé à Marseille en juin 2017 par l’association Nausicaa, fondée par Brigitte Franceschetti, et qui se consacre à l’initiation au grec des élèves du primaire. Vous trouverez sur notre site le lien vers Nausicaa.

« La tablée, m’a dit Florence, était animée et conviviale. Ce soir-là, nous avons évoqué, entre autres choses, nos souvenirs de voyages en Grèce tout en dégustant une succulente moussaka, et je sentais se réveiller en moi un projet ancien : consacrer un livre à la passionnante histoire des mots et à l’origine mystérieuse du langage…Mais sous quelle forme ? Le lendemain, j’en commençais la rédaction : il présenterait au lecteur (dès l’adolescence) vingt-quatre mots choisis pour leur richesse étymologique et pour leur résonance autobiographique. D’un côté, la recherche linguistique rigoureuse ; de l’autre, les anecdotes associées à ces mots vécus. »

Florence s’est exprimée aussi en ces termes : « En écrivant La femme qui replantait des mots, à aucun moment je n’ai éprouvé la solitude de l’écrivain devant sa page, puisque je sentais les racines puissantes de ces mots millénaires autant que la présence invisible des êtres aimés. J’ai senti en moi la force de cette alliance intergénérationnelle. À tel point que, lorsque l’on me demande ma profession, j’aurais tendance à vouloir répondre : “Moi ? Je bosse dans les transmissions“ ».

Elle a enfin ajouté : « Je suis heureuse que cet essai soit préfacé par l’architecte Rudy Ricciotti, qui, en ces temps d’abâtardissement du langage usuel, écrit que “la perte des mots annonce le désastre“, et je suis heureuse aussi qu’il soit suivi d’un entretien avec Jean-Victor Vernhes, qui se plaît à m’expliquer que l’étymologie est une affaire de germination. »

Ce livre est un pari réussi. Vivant, pétillant, il fait aimer les mots grecs et se prête à un usage pédagogique.

 

Paul Challobos

 

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.