Jean-Pierre di Giorgio et alii, César et Marseille (épisode quatre et dernier)

► ὁ λύχνος n° 156, juillet 2020, article six.

[Nous finissons ici notre feuilleton sur la prise de Marseille : Jules César et la fin de la Marseille grecque,

épisode 1, 11.2018, 151 : art. 7 (https://ch.hypotheses.org/2793),  épisode 2, 03.2019, 152 : art. 7 (https://ch.hypotheses.org/3121),  épisode 3, 07.2019, 153 : art. 9 (https://ch.hypotheses.org/3264).

Signalons que Jean-Pierre di Giorgio a dirigé l’excellente et admirable entreprise de traduction de l’œuvre de César en français :

César, Guerres, (Guerre des Gaules. Guerre civile)

Introduction de : Marianne Coudry, Jean-Pierre De Giorgio, Isabelle Cogitore, Sabine Lefebvre, Stéphanie Wyler, Traduit par : Isabelle Cogitore, Marianne Coudry, Jean-Pierre Giorgio, Sabine Lefebvre, Stéphanie Wyler, Notes de : Marianne Coudry, Sous la direction de : Jean-Pierre De Giorgio

« Les Belles Lettres », Paris, 2020, 516 p. 29 euros]

La mort de Jules César (assassiné entre beaucoup d’autres par Caius Trebonius et Decimus Iunius Brutus, les deux responsables du siège de Marseille), tableau de V. Camuccini (1804/1805), Galleria Nazionale d’Arte Moderna, Rome (wikicommons)

 

  • Épisode 4. Octobre 49. Capitulation de Marseille

2.22. 1. Les Marseillais sont épuisés par tous leurs malheurs[1] : ils subissent une terrible famine ; ils ont été battus deux fois sur mer, ils ont été dispersés à chacune de leurs sorties. Et les voilà confrontés à une grave épidémie, conséquence du siège qui traînait en longueur et de la corruption de la nourriture : tous consommaient du millet périmé et de l’orge avariée qui avaient été stockés depuis un bon moment dans les entrepôts publics en prévision de situations de ce genre[2]. Une tour était détruite, une grande partie du rempart s’était écroulée. Ils ne pouvaient plus compter sur l’aide des armées des provinces puisqu’ils savaient qu’elles étaient passées sous le contrôle de César. Aussi, ils décidèrent de se rendre sans entourloupe. 2. Or quelques jours plus tôt, Lucius Domitius avait appris ce que les Marseillais comptaient faire et s’était mis en route à la faveur d’une violente tempête, avec trois bateaux armés : il en avait attribué le commandement des deux premiers à des proches et avait embarqué sur le troisième[3]. 3. Il fut repéré par les bateaux qui veillaient toutes les nuits devant le port, sur l’ordre de Brutus. Ils levèrent l’ancre et se lancèrent à sa poursuite. 4. Sur les trois, seul celui de Domitius s’acharna à s’échapper et profita de la tempête pour disparaître de leur champ de vision. Les deux autres bateaux, pris en chasse par les nôtres, paniquèrent et revinrent au port. 5. Les Marseillais se plient aux ordres, ils déposent les armes et sortent les machines de guerre hors de la ville. Ils font sortir du port et des chantiers navals les bateaux et remettent l’argent public[4]. 6. Une fois que les Marseillais se sont exécutés, César épargne la cité, compte tenu de sa longue histoire et de ce que représente son nom plutôt que de sa conduite envers lui[5]. Il laisse là deux légions en garnison et envoie les autres en Italie. Lui-même part pour Rome[6].

[1] Plus haut César avait décrit les difficultés de leur situation militaire, qui les amenèrent à capituler (2.16.3) ; ici, il ajoute d’autres causes.

[2] Cf. 1.36.3.

[3] Cassius Dion indique qu’il partit en cachette à l’instigation des Marseillais (41.25.2).

[4] Ce sont les conditions habituelles d’une capitulation (deditio).

[5] Strabon décrit de façon analogue les mesures prises par César : « il préserva leur autonomie » (4.1.5), tout en indiquant que le choix partisan qu’avaient fait les Marseillais leur coûta leur prospérité. Cassius Dion est plus lapidaire : « César leur ôta plus tard tout ce qui restait, sans rien leur laisser que l’apparence de la liberté » (41.25.3).

[6] On estime, sur la base d’informations indirectes, que la capitulation de Marseille eut lieu en octobre 49, et César évoque au début du livre 3 ses activités comme dictateur, à Rome, qui se placent en décembre. Mais il passe sous silence l’étape qu’il dut faire à Plaisance, dans le nord de l’Italie, pour calmer la mutinerie de ses légions, un épisode largement évoqué par d’autres auteurs, notamment Lucain (Phars. 5.237-374), Appien (BC 2.47) et Cassius Dion (41.26-35).

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.