Quatre notices épigraphiques de Bernard Boyaval

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article dix.

Antinoë [Antinoöpolis]. 1. Plan général des environs; 2. Vue des ruines de la ville, prise du côté du sud-ouest en 1809 (Wikicommons)

 

Bernard Boyaval

Université de Lille III

  1. UNE ÂME BLANCHE SOUS UNE PEAU NOIRE

Une épitaphe grecque d’Antinoé commémore un esclave au service d’un décurion, chef de travaux dans cette ville. Elle a fait l’objet de nombreuses éditions jusqu’à E. Bernand1, le dernier à l’avoir longuement commentée en français. Il l’a datée de « la fin de la haute époque impériale, d’après l’écriture » à la suite de Schmidt, Geffcken, Bilabel, Peek qui l’avaient assignée au IIIe siècle après J.-C. L’esclave, Epitynchanôn, exprime sa reconnaissance à Pallas, un bon maître.

L’esclave venait « de la terre d’Éthiopie », terme qui englobait alors tout ce qui est au Sud de l’Égypte, Haute et Basse Nubie comprises (v. 4), son teint était « assez noir » (v. 5) mais son âme avait « la blancheur des fleurs » (v. 7). Convaincu que « la noblesse de l’âme passe avant la beauté » (v. 9) et qu’elle avait « embelli la noirceur de [son] apparence » (v. 10), il avait « tout caché, le sentiment et la forme qui [le] revêtait auparavant » (v. 14-15, trad. Bernand).

Je ne crois pas inutile d’introduire quelques ajouts au commentaire de Bernand.

Pour qualifier la peau du serviteur, le poète a usé du qualificatif melanteros, traduit « assez noir » comme il se doit quand le comparatif est seul « ohne das zweite Glied der Vergleichung2 ». Ainsi, un individu isolément qualifié de neôteros est « nicht mehr absolut jung, aber auch noch nicht alt », il est dans l’entre-deux comme l’esclave de Pallas qui n’était pas noir sans être blanc non plus. À propos de ce vers, Bernand écrivait « melanteros rappelle les melanchrôtes « les peaux foncées » que l’on trouve dans les papyrus ». Si l’on consulte le Bailly et le LSJ, on constate que melanchrôs et les épithètes de sa famille ont suscité la même hésitation : sur le premier, on lit « de couleur noire ou sombre, particul. de peau brune », sur le second, « black-skinned ou swarthy » càd. hâlé, basané. Melanteros, ici, avait le sens de « basané », qui est la couleur des Nubiens.

Sur la relation d’Epitynchanôn avec autrui, Bernand ajoutait à propos des v. 9-10 « L’épigramme […] reflète davantage l’opinion que pouvaient se faire les blancs au sujet des noirs que le sentiment susceptible d’être éprouvé par un noir à propos de sa négritude ». Instructif surtout est l’embarras où l’ambiguïté du texte a mis les commentateurs : les uns n’y ont pas vu de trace d’une opposition raciale fondée sur une distinction de couleur ; d’autres ont ressenti l’existence de ce conflit en soulignant que l’insistance de l’esclave sur la blancheur de son âme pouvait s’expliquer par l’hostilité à la négritude autour de lui ou par une revendication en faveur de l’homme noir. Fait qui m’étonne, aucun commentateur n’a songé à la possibilité de tensions locales et temporaires entre Égyptiens de Basse ou Moyenne-Égypte et « coloured men » de l’extrême sud. Leurs mauvaises relations sont d’une ancienneté plurimillénaire et se prolongent encore aujourd’hui en conflits tantôt larvés, tantôt déclarés entre Égypte et Soudan. Les nomades de la haute vallée ont toujours inquiété le nord. On peut fort bien imaginer semblables tensions entre les « dark-skinned » méridionaux et les « white-skinned » septentrionaux pendant ce troisième siècle où le pouvoir romain a entrepris des travaux considérables à Antinoé, à l’aide de travailleurs nubiens. Aujourd’hui aussi, on fait appel souvent à eux pour fournir la main-d’œuvre nécessaire aux chantiers du delta. L’épitaphe d’Epitynchanôn nous transmet peut-être un écho de heurts de ce type3.

Deux mots enfin sur les « blanches fleurs » de son âme (v. 7), opposées à « la noirceur de son apparence » (v. 10). La métaphore en forme d’antithèse devait être dans l’air du temps, en milieu païen et chrétien, puisqu’on la retrouve à la même époque et presque identique dans les Griechische christlichen Schriftsteller (GCS), 5, 164-170 ; 8, 36, 115 et 117-118, sous la plume d’Origène. Elle y oppose la blancheur lumineuse de la grâce à la noirceur du péché.

 

  1. BERNAND (1969), « Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Recherches sur la poésie épigrammatique des Grecs en Égypte, Paris Les Belles-Lettres (Annales littéraires de l’Université de Besançon ; 98) n°26 p. 143-147.

CRACCO-RUGGINI L. (1948), « Pregiudizi razziali, ostilità politica e culturale, intolleranza religiosa nell’ impero romano », Athenaeum 46, p. 139-152.

CRACCO-RUGGINI L. (1974), « Leggenda e realtà degli Etiopi nella cultura tardoimperiale », Atti del IV Congresso Internazionale di Studi Etiopici, Accademia dei Lincei, Roma, p.  104-193.

  1. KÜHNER – GERTH B. (rééd. 1966), Ausführliche Grammatik der griechischen Sprache, Hanovre, II/2 Anmerk. 7 p. 305-306.
  2. La méfiance des habitants du Caire envers le sud reste vivace. Il m’est parfois arrivé d’entendre les premiers traiter de « sale(s) nègre(s) » (sic) des ouvriers de la rue qui n’avaient d’autre tort que d’avoir fui la misère nubienne pour trouver du travail dans la capitale. La Haute-Égypte déverse ainsi le surplus de population qu’elle ne peut pas nourrir vers les centres urbains du nord où ils forment un prolétariat démuni et décrié. L’insistance initiale du poème sur l’engagement de l’esclave au service d’un conducteur de travaux renforce l’hypothèse selon laquelle Epitynchanôn serait « descendu » du Haut-Nil pour trouver du travail là où il y en avait d’abondance.

 

***

  1. DIAZELMIS, ZAZELMIS, DIZAZELMIS

 

On connait depuis longtemps un Diazelmis de Kom Abou Billou (E. Bernand1). Une autre épitaphe homonyme, de Kom Abou Billou également, a été publiée par G. Wagner et commentée par moi2. Wagner a signalé ibid. un graffite ptolémaïque d’Abydos, censé porter la forme Zazelmis, retenue dans le Sammelbuch I, 1915, n° 3769. Mais s’il avait pris le temps de consulter un article de P. Perdrizet3, il aurait noté que celui-ci y avait corrigé Zazelmis en Dizazelmis, bien attesté ailleurs.

Il faut donc dresser un nouveau tableau de cette famille de noms thraces :

  1. Zazelmis est à éliminer (Preisigke, Namenbuch116, l’avait déjà suspecté, ce qui a aussi échappé à l’attention de Wagner)
  2. Diazelmis est attesté deux fois par les épitaphes susmentionnées de Kom Abou Billou.
  3. Dizazelmis est attesté par six témoignages déjà recensés par Perdrizet en 1914 : une monnaie d’un roi odryse d’époque hellénistique, l’épitaphe d’un prince thrace fils de Seuthès, deux épitaphes, une latine, l’autre grecque, une épitaphe du Pangée, le graffite corrigé par Perdrizet sur une paroi du temple funéraire de Séthi Ier en Abydos.

L’Onomasticon alterum de D. Forabaschi (1974) n’en a pas ajouté de nouveau témoin en Egypte.

  1. BERNAND (1969), « Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Recherches sur la poésie épigrammatique des Grecs en Égypte, Paris, Les Belles-Lettres (Annales littéraires de l’Université de Besançon ; 98), p. 75-80 n° 10.
  2. BOYAVAL (1995), « Un ou deux Diazelmis ? », La Lettre de Pallas 3, Toulouse, p. 11 note 5.
  3. PERDRIZET (1914), « Dizazelmis », Revue des Etudes Anciennes, Bordeaux, 16, p. 399-404.

***

  1. LES ÉPITAPHES À DÉFUNTS GROUPÉS

DE KOM ABOU BILLOU

  

  1. Aly a jadis édité1 une épitaphe au nom de « Théôniôn et Thermouthis 36 ans ». Dans un développement inutilement long pour déterminer s’il s’agit d’une défunte « Théôniôn également appelée Thermouthis » ou de deux, il a fini par choisir la seconde interprétation. En effet, dans les doubles dénominations, l’article défini masculin ou féminin précède la conjonction kai qui coordonne les deux noms ; or, il est absent ici et il faudrait, en plus, corriger l’oméga final de Théôniôn en omicron pour l’accorder au féminin Thermouthis. La planche jointe montre deux personnages gravés en creux, une femme adulte allongée sur une couche funéraire, la tête à droite les pieds à gauche, et un enfant de taille réduite, dressé verticalement, sur les pieds de la femme, les bras levés en position d’orant.

Une autre stèle funéraire aurait pu lui éviter ce commentaire. Le n° 8 p. 27-29 du même article commémore l. 1 un adulte, Agathas 42 ans, et sans coordination l. 2 Apollôs 1 an. La gravure pl. 8, en creux, représente l’adulte couché dans la même position et la même orientation, avec, au-dessus de ses pieds à gauche, un petit garçon debout, bras levés dans un geste d’orant. Z. Aly a conclu que l’enfant était Apollôs puisque l’inscription dit aussi d’Agathas qu’il « aimait ses enfants ». L’ordre des noms est cependant à l’inverse du n° 1.

À Kom Abou Billou, les âges sont indiqués dans un ordre tantôt croissant tantôt décroissant. Voici quelques exemples de ces groupes :

 

Ordre croissant

BIFAO 72

n° 7 p. 145 « Taninouthis 4 ans Tamyysis 20 ou 50 ( ?) »

 

BIFAO 78

n° 49 p.254 « Thaïsis 25 ans Hèraklas 66 »

n° 54 p.256 « Sarapion 3 ans Betiri 35 ».

 

Ordre décroisant

BIFAO 78

n° 7 p. 240 « Hiérakammon 20 ans Némésous 5 »

n° 53 p. 255 « Epiktètos 40 ans Hèliodôra 4 »

 

Ces groupements de défunts, dont j’aurais pu sans peine quadrupler le nombre, permettent de corriger deux affirmations de G. Wagner : il note2 que les âges de trois adolescents défunts « se suivent en allant crescendo » (14, 15, 16 ans) comme si c’était une particularité de cette stèle. On voit que cet usage était courant à Kom Abou Billou ; ailleurs, il écrit : « Le fait que les noms des enfants précèdent celui de leur mère indique apparemment que leur décès a été collectif ». L’ordre de commémoration des défunts était variable, donc la place des noms d’enfants dans les listes n’avait probablement pas de valeur indicative.

Il reste des mystères. Ainsi, sur une épitaphe déjà citée plus haut, on lit « Sarapion 3 ans » mais la photographie jointe révèle quatre figures de petite taille, donc quatre enfants, en position d’orants. Lequel était Sarapion ? Pourquoi trois noms n’ont-ils pas été gravés ? Sur une autre stèle à quatre noms gravés, on lit « Thermouti(s) 44 ans, Chiparis 4 ans » ; les deux autres étaient Perzétous et Némanous sans âge indiqué. On peut imaginer bien des causes à ces silences : le manque de place sur la pierre ; le manque d’intérêt pour les décès périnataux et protojuvéniles, trop nombreux ; la fragilité du souvenir dans les sociétés sans état-civil ; le souci d’économiser. À propos des épitaphes qui ne portent que des silhouettes gravées sans texte, Z. Aly a supposé qu’elles pouvaient être inachevées ou destinées à une clientèle modeste : « Possibly they were incomplete or it may be that they were cheap memorials intended for sale among the poorer classes ». Son interprétation se heurte à des obstacles : l’achat des pierres, leur taille et la ciselure des silhouettes devaient déjà coûter un bon prix qui ne les destinait pas à un public démuni ; d’autre part, chacune de ces pierres conservées porte un nombre précis de silhouettes, ce qui inclut qu’elle était préparée pour une famille déterminée.

  1. ALY (1949), « Some funerary stelae from Kom Abou Bellou », Bulletin de la Société archéologique d’Alexandrie (BSAA), Alexandrie, 38 p. 3-36
  2. WAGNER (1996), « Nouvelles inscriptions funéraires grecques de Kom Abou Bellou », ZPE, Cologne, 114 p. Ò115-140.

*** 

  1. LA MORT D’HÈRAKLEITOS FILS D’ATTALOS

Hèrakleitos n’a laissé que son épitaphe, pourvue d’un quatrain à la prosodie hésitante. En voici la traduction, due à E. Bernand1 :

« (v. 1-3) Étranger, Hèrakleitos, fils d’Attalos, Macédonien, repose dans ce tombeau, lui qui a achevé trois décades d’années d’existence et cinq unités de plus, période qui doit d’être la plus belle à la jeunesse. (v. 4) Alors qu’elle vient de pousser, pourquoi la fleur de l’âge rencontre t-elle Hadès ? ».

Au v. 4, à quoi pensait le poète en évoquant l’akmês anthos du défunt ? En commentaire, Bernand a noté que la métaphore de la fleur, suscitée par l’image précédente de la pousse, est « souvent employée dans les épigrammes pour des enfants ou des jeunes gens ». Mais, à trente-cinq ans, Hèrakleitos n’était plus un enfant ni même un jeune homme, il était un homme mûr, dans « la plénitude » (akmè) de sa force physique et mentale et son âge au décès était plus élevé que les moyennes de longévité décelées dans l’Egypte gréco-romaine (ZPE 18, 1975, p. 59-60, et 21, 1976, p. 234-237).

Dans un article ancien de P. Boyancé2, une note signalée ci-après suggère une explication. Elle rappelle qu’une fleur, prématurément tombée avant d’avoir produit son fruit, peut symboliser une vie disparue avant d’avoir pu se perpétuer par une descendance. L’expression « la fleur de son akmè » pourrait bien exprimer l’absence de descendance d’Hèrakleitos. Le quatrain ne mentionne d’autre proche que son père. Le défunt était peut-être bien agamos ateknos.

Bernard Boyaval

Université de Lille III

  1. BERNAND (1969), « Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Recherches sur la poésie épigrammatique des Grecs en Égypte, Paris Les Belles-Lettres (Annales Littéraires de l’Université de Besançon ; 98) n° 12 p. 83-85.
  2. BOYANCÉ (1952), « Funus acerbum », Revue des Études Anciennes, Bordeaux, 54, p. 288 n. 4.

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.