Laurent Calvié présente le copiste faussaire André Darmarios

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article quatre.

Du nouveau sur le copiste-libraire Andréas Darmarios (1540-après 1591)

 

Canaletto, Le Grand Canal du palais Balbi au Rialto, musée Ca’ Rezzonico (wikicommons)

 

« Depuis la prise de Constantinople, écrivait jadis Henri Omont (1857-1940), Venise était devenue, par ses relations anciennes avec l’Orient et ses nombreuses possessions dans les îles de la Méditerranée, le centre de réunion de la plupart des Grecs exilés, et c’est là que se tint durant tout le cours du 16e siècle le véritable marché des manuscrits grecs »[1]. Des recherches plus récentes l’ont confirmé : Venise, où les collections de manuscrits grecs étaient alors nombreuses et accessibles, et où affluaient pour cette raison les amateurs de toute l’Europe, offrait aux copistes et aux libraires les meilleures conditions de travail[2]. On ne s’étonnera donc pas d’y trouver alors établis des copistes-libraires de manuscrits grecs comme Bartolomeo Zanetti (†1552), un imprimeur qui s’occupait non seulement de copier et corriger des manuscrits neufs, mais aussi de restaurer, relier et vendre d’anciens codex, ce qui lui a valu le petit nom de revendeur de vieux papiers[3] ; Antoine Éparque (1491-1571), un professeur de grec ancien, en même temps que copiste, correcteur-réviseur, chef d’atelier et marchand de manuscrits neufs et d’occasion[4] ; et Andréas Darmarios (1540-après 1591), dont l’activité en ce domaine fut si importante qu’on peut estimer qu’il a fait copier, lui-même transcrit, restauré, annoté ou simplement vendu plus de 500 (1%) des quelque 50 000 manuscrits grecs antérieurs au 18e siècle aujourd’hui conservés dans les bibliothèques du monde entier.

Aucun scribe n’a ainsi mis la main à davantage de manuscrits grecs que ce dernier, qu’il ait seulement commencé et achevé l’ouvrage, en écrivant « de sa plume » les « premières pages, ou tout au moins le titre principal et les premières lignes du texte », ainsi que « le titre et le début des différentes parties dont se compose un volume », et en reprenant « la copie à peu de distance de la fin », l’achevant, la signant « de son nom » et la datant, comme c’était sa « pratique la plus ordinaire » ; ou qu’il les ait lui-même « entièrement ou bien à moitié écrits », bien que, « dans le cas le plus fréquent », il ait cédé « la plume » à l’un de ses collaborateurs « au bout de peu de feuillets, en pleine page, au milieu d’une ligne et souvent d’un mot », l’ait reprise « plus loin pour la céder de nouveau », se réservant « de préférence les titres, ornements, initiales » qu’il traçait « ordinairement en rouge, et les fins de livres », qu’il disposait en cul de lampe[5]. Nul copiste grec n’a non plus fait couler plus d’encre que lui, qu’on se soit intéressé à sa personnalité et à sa vie en général[6], à son œuvre de copiste et à son écriture[7], à son atelier et à ses collaborateurs[8] ou à son travail de faussaire[9].

En ce dernier domaine, sa spécialité consistait en la fabrication et en la commercialisation de « semblants d’anecdota : il prenait pour cela des fragments dans des ouvrages connus, en modifiait le commencement et la fin, changeait çà et là la rédaction, surtout en bouleversant l’ordre des diverses parties, mettait alors un titre à son idée : et il faisait de l’argent avec ces misérables arrangements qui passaient pour de nouveaux débris retrouvés de l’Antiquité »[10]. Sans parler des récriminations répétées de plusieurs des victimes de ses attributions frauduleuses — Giulio Pace (1550-1635), Andreas Schott (1552-1629) et Isaac Casaubon (1559-1614) — contre le prix excessif réclamé pour ses marchandises frelatées, Darmarios ne brillait assurément pas par son honnêteté (I. Casaubon le traite de « copiste grécaillon et, pour tout dire, crétois »). Le 27 avril 1571, János Zsámboky (1531-1584), qui lui donne le nom d’oiseau d’impostor, l’accusait ainsi de lui avoir escroqué 150 écus à Venise, en 1567, en ne lui livrant pas à Vienne, mais en revendant à Antonio Augustín (1516-1586), en Espagne, des manuscrits payés d’avance à Venise [11].

Venise, Vienne, l’Espagne ! Si A. Darmarios était établi à Venise (« in corte da ca Justinian »), il est également connu pour ses voyages d’affaires en Italie — à Rome (1559), Padoue (1560) et Trente (1562) —, mais aussi en Espagne (en 1571, en 1576-1581 et en 1587), en Allemagne (en avril 1566 et en 1583-1584) — peut-être même à Vienne (en 1566) — et à Genève (vers 1570-1572 et vers 1583-1584)[12]. Mais ce dont nul ne s’était jusqu’ici aperçu, c’est qu’entre 1582 et 1585, A. Darmarios n’avait pas franchi les Alpes pour vendre ponctuellement sa marchandise à Genève (vers 1583-1584), à Munich (durant l’été 1583) et dans plusieurs villes allemandes (en mai-novembre 1584) ; de nombreux documents (listes de manuscrits, lettres, préfaces, ex-libris et autres annotations manuscrites) attestent en effet qu’il s’est alors véritablement fait copiste-libraire ambulant et a occupé ses étés à effectuer de longues tournées transalpines (par Augsbourg, Munich, Strasbourg, Tubingue, Fribourg en Brisgau, Bâle, Lausanne et Genève), au cours desquelles il a vendu des centaines de manuscrits grecs, parfois copiés au fur et à mesure de ces tournées, à une douzaine de clients genevois (I. Casaubon et J. Pacius) et allemands, qui forment la fine fleur de l’hellénisme germanique de la fin de la Renaissance : Martin Kraus (1526-1607), dit Crusius, Konrad Rauchfuß (1531-1601), alias Dasypodius, Stephan Gerlach (1546-1612), David Hoeschel (1556-1617), Sebastian Mieg (1555-1596), Gering Müller (1548-1607), dit Myllius, Johann Pappus (1549-1610), Johann Pistorius Niddanus le Jeune (1546-1609), Wolfgang Prommer (1545-1606). Et les manuscrits grecs qu’il leur a alors vendus sont par la suite allés enrichir des bibliothèques non seulement allemandes — la Staats- und Stadtbibliothek d’Augsbourg, la Staats- und Universitätsbibliothek de Hambourg, l’Universitätsbibliothek de Heidelberg, la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, ou la Stadtbibliothek de Nuremberg —, mais aussi variées que la Biblioteca Apostolica Vaticana (fonds Barberini, Ottoboniani, Palatini et Reginenses graeci), la Bibliothèque nationale de France, la Bodleian Library d’Oxford, la British Library de Londres, la Trinity College Library de Cambridge ou l’Universitetsbibliotek d’Upsal. Habent sua fata libelli !

C’est ce que montre un copieux article tout nouvellement paru, qui reproduit pour la première fois l’ensemble de ces documents et identifie la majeure partie de ces manuscrits : Laurent Calvié, « Le commerce transalpin du copiste-libraire vénitien Andréas Darmarios entre 1582 et 1585 », Revue d’Histoire des Textes [n.s.] 15 (2020), p. 89-168.

  1. C.

[1] H. Omont, Catalogues des manuscrits grecs de Fontainebleau, Paris, 1889, p. v.

[2] Voir J. Irigoin, « Les ambassadeurs à Venise et le commerce des manuscrits grecs dans les années 1540-1550 » et P. Canart, « Jean Nathanaël et le commerce des manuscrits grecs à Venise au xvie siècle », in H.-G. Beck & al., Venezia centro di mediazione tra Oriente e Occidente (secoli xv-xvi). Aspetti e problemi, Firenze, 1977, t. ii, p. 399 et p. 401-406 ; et B. Mondrain, « Le commerce des manuscrits grecs à Venise au xvie siècle : copistes et marchands », in M. F. Tiepolo & E. Tonetti (éd.), I Greci a Venezia, Venezia, 2002, p. 473-476.

[3] Voir A. Cataldi Palau, « B. Zanetti stampatore e copista di manoscritti greci », in N. Oikonomides [ed.], The greek script in the 15th and 16th c., Athens, 2000, p. 105-106.

[4] Voir B. Mondrain, « Les Éparque, une famille de médecins collectionneurs de manuscrits », in N. Oikonomides (éd.), The greek script, Athens, 2000, p. 147-148 ; & B. Mondrain, « Le commerce des manuscrits grecs à Venise au xvie s. », in M. F. Tiepolo & E. Tonetti (éd.), I Greci a Venezia, Venezia, 2002, p. 477-478.

[5] Voir Ch. Graux, Essai sur les origines du fonds grec de l’Escurial, Paris, 1880, p. 289.

[6] Voir Ch. Graux, Essai sur les origines du fonds grec de l’Escurial, Paris, 1880, p. 287-297 ; L. Schmidt, « A. Darmarius. Ein Beitrag zur Handschriftenkunde des 16. Jahrhunderts », ZBW 3 (1886), p. 129-136 ; et O. Kresten, « Der Schreiber und Handschrifhändler A. Darmarios. Eine biographische Skizze » (1968), in D. Harlfinger (éd.), Griechische Kodikologie und Textüberlieferung, Darmstadt, 1980, p. 406-419, d’après sa thèse inédite (Der Schreiber A. Darmarios. Eine kodikologisch-paläographische Studie, Wien, 1967).

[7] Voir les notices Ἀνδρέας Δαρμάριος dans les volumes parus du Repertorium der griechischen Kopisten (Wien,   depuis 1981), ainsi que M. Vogel & V. Gardthausen, « Ἀ. Νταρμάριος », Die griechischen Schreiber des Mittelalters und der Renaissance, Leipzig, 1909, p. 16-27 ; O. Kresten, « Statistische Methoden der Kodikologie bei der Datierung von griechischen Handschriften der Spätrenaissance », RhM 14 (1972), p. 44-47 ; A. Karpozilos, « The Yale University Manuscripts of A. Darmarius », Hellenika 26 (1973), p. 67-71 ; O. Kresten, « Die Handschriftenproduktion des A. Darmarios im Jahre 1564 », JÖB 24 (1975), p. 147-193 ; P. Fuentes González, « A. Darmario, copista en Granada de Alejandro de Afrodisíade », BHR 61 (1999), p. 719-728 ; D. Harlfinger & Á. Escobar, « Los códices griegos del Archivo de Torre do Tombo en Lisboa : nuovos datos en torno a la producción darmariana », Euphrosyne 36 (2008), p. 367-384 ; et E. Elia, Libri greci nella Biblioteca Nazionale Universitario di Torino. I manoscritti di A. Darmarios, Alessandria, 2014.

[8] Voir A. Bravo Garcia, « Once more on Darmario’s Collaborators », in N. Oikonomides (ed.), The greek script in the 15th and 16th centuries, Athens, 2000, p. 193-213 ; Á. Escobar, « Hacia un repertorio de copistas anonimos del teller darmariano », in M. D’Agostino & P. Degni (ed.), Alethes Philia, Spoleto, 2010, p. 389-399 ; A. Pia Carolla, « Nuovi manoscritti di Giacomo Episcopopulo. Saggio di un’indagine su alcuni collaboratori di A. Darmario », in A. Bravo Garcia, I. Pérez Martin & J. Signes Codoner (ed.), The Legacy of B. de Montfaucon, Turnhout, 2010, p. 243-255 et p. 809-814.

[9] Voir V. Lundström, « Studien zu spätgriechischen und byzantinischen Chroniken », Eranos 1 (1896), p. 150-168 ; G. Pasquali, « La così detta Metafisica di Erennio e A. Darmario », dans Xenia Romana, Roma-Milano, 1907, p. 23-27 ; R. Browning, « The So-Called Tzetzes Scholia on Philostratus and A. Darmarios », CQ 5 (1955), p. 195-200 ; O. Kresten, « A. Darmarios und die handschriftliche Überlieferung des Pseudo-Julios Polydeukes », JÖB 18 (1969), p. 137-165 ; O. Kresten, « A. Darmarios und die Erotapokriseis des Pseudo-Kaisarios », in R. Riedinger (ed.), Pseudo-Kaisarios. Überlieferungsgeschichte une Verfasserfrage, München, 1969, p. 78-92 ; O. Kresten, « Phantomgestalten in der byzantinischen Literaturgeschichte. Zu vier Titelfälschungen des 16. Jahrhunderts », JÖB 25 (1976), p. 213-222 ; L. Leverenz & D. F. Jackson, « The Sources of Beinecke Ms. 269 », RHT 22 (1992), p. 289-291 ; M. L. Sosower, « A Forger Revisited : A. Darmarios and Beinecke 269 », JÖB 43 (1993), p. 289-306 ; L. Leverenz, « Four Manuscripts of Unattached Scholia on Oppian’s Halieutica by A. Darmarios », GRBS 36 (1995), p. 101-114 ; L. Leverenz, « Two Darmarios Manuscripts of Scholia on Oppian’s Halieutica », RhM 142 (1999), p. 345-358 ; T. Martínez Manzano, « Otra falsificación darmariana », Helmantica 57 (2006), p. 63-75 ; T. Martínez Manzano, « Die Aufenthalte des A. Darmarios in Madrid und Salamanca und ihre Bedeutung für die Recensio der Philostrat- und Oppianscholien », RhM 151 (2008), p. 400-424 ; E. Juhász, A Húsvéti krónika új kritikai kiadásának elókészületei (Prolegomena), ókortudományi Kutatócsoport, 2013 ; E. Juhász, « Scelus nomine A. Darmarius scriptor et veterator nequissimus », in L. Horváth (ed.), Investigatio fontium, Budapest, 2014, p. 107-116 ; E. Juhász, « Die Abschriften des 16. Chronicon Paschale », in E. Juhász (ed.), Byzanz ii, Budapest, 2014, p. 45-51 ; et E. Elia, « Die Methoden eines Kopisten des 16. Jahrhunderts und die Abschriften des Chronicon Paschale », in E. Juhász (ed.), Byzanz iv, Budapest, 2016, p. 149-161.

[10] Ch. Graux, « Rapport sur les manuscrits grecs de Copenhague » (1880), Les articles originaux, Paris, 1893, p. 274, n. 3.

[11] H. Gerstringer, Die Briefe des J. Sambucus [1554-1584], Wien, Böhlaus, 1968, p. 119 ; voir aussi G. Almási & F. Gábor Kiss, Humanistes du bassin des Carpates ii, Turnhout, Brepols, 2014, p. 125, n. 623.

[12] Voir surtout É. Legrand, « A. Darmarius à Tubingue, en 1584 », dans Recueil de textes et de traductions publié par les professeurs de l’École des langues orientales vivantes, Paris, 1889, p. 245-257 ; B. A. Mystakidis, « Μαρτινος ο Κρουσιοσ και Ανδρεας Δαρμαριος ο Επιδαυριος εν Τυβιγγηι 1584 », dans Forschungen und Versuche zur Geschichte des Mittelalters und der Neuzeit, Iena, 1915, p. 499-530 ; G. De Andrés, « Una venta desconocida de códices griegos hecha por A. Darmario en España en 1587 », La Ciudad de Dios 178 (1965), p. 118-127 ; O. Kresten, « Der Schreiber und Handschrifhändler A. Darmarios » (1968), in D. Harlfinger (éd.), Griechische Kodikologie und Textüberlieferung, Darmstadt, 1980, p. 409-411 ; G. De Andrés, « Una venta de códices griegos de A. Darmarius en Marid en 1571 », Emerita 49/1 (1981), p. 365-375 ; & K. Hajdú, « A. Darmarios in München ? Über einen Handschriftenverkauf an die Herzogliche Bibliothek », Bibliotheksforum Bayern 22 (1994), p. 118-128.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.