Dora Falusi : Le grec ancien en Hongrie, une petite histoire

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article trois.

[Dora Falusi, étudiante hongroise, mariée, mère d’un enfant, a été stagiaire ERASMUS à l’association Connaissance Hellénique à Aix-en-Provence pendant l’automne 2019. Nous avons apprécié sa disponibilité et sa gentillesse. Elle nous fait connaître dans cet article les soubresauts de l’hellénisme hongrois depuis, disons, deux siècles.

Il ne sera donc pas question des grands humanistes de la Renaissance comme Janus Pannonius  ou Joannes Sambucus. Signalons aussi que P. Fermi a consacré un article à l’helléniste franco-hongrois György Dobó ou Georges Devereux (Connaissance hellénique, n°107, 2006, p. 72-77) http://patrick.fermi.free.fr/dvrluknos.htm]

 

Karoly Kerenyi et Vaum Gillmor en 1963

 

LA CONNAISSANCE DU GREC ANCIEN EN HONGRIE 

                                                     

              Avant la conquête hongroise du 9ème siècle, le Bassin des Carpates appartenait à la sphère byzantino-slave. Par la suite, la culture hongroise devint partie prenante de la culture de l’Europe occidentale avec l’utilisation du latin. Au 12ème siècle, les correspondants byzantins traitaient les Hongrois comme les membres les plus orientaux de la communauté culturelle latino-occidentale.

Jusqu’en 1841, la langue de la politique et du droit, et jusqu’en 1844, la langue d’enseignement était le latin. Le hongrois ne devint la langue officielle qu’après la Réforme.[1] A cette époque, la connaissance du grec ancien faisait partie de l’éducation nationale, mais de façon moindre qu’auparavant, et particulièrement parmi les gens d’Eglise. Le premier livre traduit (en partie) du grec en hongrois fut la Bible de Vizsoly, publiée en 1590 par le traducteur Gáspár Károli et d’autres qui utilisaient à la fois la Septante et la Vulgate comme sources.             

La scolarité obligatoire a été introduite en Hongrie en 1868. A cette époque, l’école populaire élémentaire constituait la base de l’éducation et à l’âge de 10 ans, les enfants devaient décider de poursuivre leurs études. La majorité des élèves, issus de la société paysanne, après avoir terminé leurs études dans ces écoles, commençaient le travail. Les enfants des villes (environ 15% des élèves) étaient inscrits dans les collèges et devenaient employés dans l’industrie et le commerce. Les enfants de la bourgeoisie et de l’aristocratie (10% des étudiants) allaient au lycée où il y avait un enseignement obligatoire de grec ancien. Il faisait donc partie de l’éducation de l’élite sociale hongroise.             

L’enseignement universitaire du grec ancien a commencé pour la première fois à l’Université de Pest (maintenant l’Université Eötvös Loránd) dans les années qui ont suivi sa fondation, après 1635. Au 18ème siècle, ce fut János Lajos Schedius[2] qui rédigea le premier manuel universitaire hongrois d’apprentissage du grec ancien après avoir obtenu son diplôme de l’Université de Göttingen. Par-delà la linguistique, Schedius écrivit des monographies sur l’histoire et la littérature anciennes. Le premier département grec fut fondé là par Iván Télfy en 1852 et, en 1874, le département de philologie classique vit le jour. Ses membres furent relativement actifs dans le traitement de la langue grecque antique. L’Académie hongroise des Sciences publia des traductions hongroises du grec dès 1833, puis créa en 1883 un comité de philologie classique. Il commença par publier une série littéraire bilingue (les textes grecs ou latins et hongrois) intitulée Grands écrivains grecs et latins.[3] Le Bulletin Philologique Universel[4] (Archivum Philologicum) fut créé en 1877 dans le but initial de publier des traductions de textes linguistiques, historiques et littéraires grecs et latins.             

Sous l’influence de l’absolutisme éclairé, à la fin du 18ème siècle, l’État avait centralisé l’éducation[5] dans l’Empire des Habsbourg[6], qui était auparavant sous le contrôle des Églises. En conséquence, à la fin du 19ème siècle, le rôle du grec ancien vis-à-vis du latin fut considérablement réduit et son enseignement obligatoire fut supprimé. L’enjeu idéologique était de savoir quelle culture dominerait dans l’État-nation[7] hongrois et l’élite sociale. Selon le « parti grec », lire et interpréter les classiques grecs anciens était un devoir moral fondamental de la société. En revanche, les libéraux soutenaient que la morale antique (faisant référence à la vie quotidienne dans la démocratie athénienne, en particulier à l’homosexualité) était fondamentalement en contradiction avec la morale chrétienne européenne. En dépit de la protestation de l’Église, l’enseignement secondaire obligatoire du grec ancien fut aboli en 1885. Il devint facultatif et, à partir de 1890 : il était possible de passer le baccalauréat sans ce cours. L’Église catholique vécut cela comme un déclin moral.             

Au début du 20ème siècle, la plupart des étudiants hongrois étaient diplômés de droit, de théologie ou d’arts libéraux. Cependant, à cause des changements économiques, les gens de l’époque demandèrent une réforme des écoles secondaires, et par là même, des lycées classiques, qui représentaient la culture humaniste : ces écoles ne répondaient plus aux nouvelles exigences. Pour y remédier, l’Etat introduisit une réforme de l’éducation en 1924, laissant le lycée humaniste à l’élite sociale classique, où l’éducation grecque redevint obligatoire. Il était possible d’apprendre le grec aussi dans les écoles secondaires mais ce n’était pas obligatoire. A travers les lycées, la langue grecque ancienne fit de nouveau partie de l’éducation de l’élite sociale. L’Institut de Philologie grecque et latine fut créé à l’Université de Szeged en 1921 et, en 1926, il devint l’Institut de Philologie classique. Cependant, malgré la publication d’ouvrages comme la Métaphysique d’Aristote en hongrois par le Comité de Philosophie de l’Académie hongroise des Sciences en 1936, il n’existait toujours pas de dictionnaire grec-hongrois et latin-hongrois, ni de résumé historique de toute la littérature grecque et romaine en hongrois.              

Après la seconde Guerre mondiale, la Hongrie entra dans la zone d’occupation de l’Union Soviétique. Une dictature totalitaire stalinienne fut créée sous la direction de Mátyás Rákosi (la période de 1945 à 1956 s’appelle l’ère Rákosi). Suivant l’exemple stalinien, Rákosi appliqua la propagande idéologique de façon intensive. Il s’agissait moins d’une tentative de persuader que de réprimer socialement. Dans les années suivantes, le Parti Communiste centralisa tout pouvoir. Le système scolaire fut radicalement repensé en 1945 pour donner aux enfants des classes sociales inférieures davantage de possibilités de promotion sociale. Le Parti se servit de l’école pour transformer l’ensemble de la société. L’objectif du système était de créer une nouvelle élite sociale basée sur le peuple communiste, telle que décrite dans le programme du Parti Communiste de l’Union Soviétique.[8] Les professeurs pouvaient enseigner seulement avec les manuels approuvés par le Parti. A cette époque, le latin était inclus dans les matières du lycée, mais ce n’était plus le cas du grec, parce que l’éducation classique, réputée élitiste, était désormais considérée comme contraire à la classe populaire. La politique luttait consciemment contre „l’idéologie bourgeoise”, l’éducation tentait d’éliminer la ségrégation culturelle, non pas en élargissant à tous l’enseignement des langues et du savoir classiques, mais en les éliminant.              À la fin des années 1940, le seul obstacle à la pleine puissance du Parti était l’Église catholique. C’est pourquoi, en 1948, la nationalisation des écoles fut entamée. Seuls les professeurs issus d’un univers athée et marxiste-léniniste pouvaient enseigner. L’année suivante, l’éducation religieuse fut également interdite, mais l’enseignement du russe devint obligatoire pour tous les types d’écoles. Le latin et le grec ancien furent complètement supprimés des écoles secondaires.              

Dans le même temps, l’industrialisation forcée du pays commença. Cela nécessitait de nombreux travailleurs qualifiés et davantage de diplômés (principalement des ingénieurs et des enseignants). À cette fin, les examens d’entrée à l’université furent introduits en 1950 pour attirer autant d’étudiants que possible de la classe ouvrière. Ainsi, leur part passa de 3-4% à 30-35%. En lieu et place des langues classiques, ce furent les mathématiques, les sciences et les écoles polytechniques qui firent leur apparition dans le nouveau système d’enseignement.             

Le système Rákosi prit fin avec la révolution de 1956, lorsque le peuple hongrois se souleva contre le terrorisme d’Etat et l’occupation soviétique. La révolution fut matée par les Russes après quelques mois de violents combats urbains.              

Par la suite, János Kádár fut nommé par les Russes à la tête de la Hongrie (ce fut l’époque de Kádár entre 1957 et 1989), qui choisit la forme de persuasion idéologique la plus fructueuse et la moins conflictuelle. La grande leçon qu’on retenait de la révolution de 1956 était que le niveau de vie ne devait pas baisser afin que la société ne s’oppose pas au système dictatorial. C’est pourquoi il était important de maintenir un niveau de vie élevé par rapport aux autres pays communistes, même lorsque cela n’était possible que par des importations. La période de la Hongrie entre 1962 et 1989 est également appelée „communisme du goulash“, ou „socialisme du goulash“,[9] parce que le pays était caractérisé par une relative prospérité par rapport aux autres pays socialistes. Ceux qui ne s’opposaient pas au pouvoir pouvaient vivre en paix. Selon la presse occidentale, la Hongrie était dans cette époque „la caserne la plus joyeuse“ du „camp socialiste“. L’élite sociale changea, et dans les années 1980, la Hongrie afficha le plus faible taux d’étudiants universitaires en Europe.[10]             

L’apprentissage de la langue grecque ancienne ne faisait plus partie de l’éducation de base et n’était le fait que d’un petit groupe d’intellectuels universitaires. À l’Université de Szeged, le département de grec et de latin se scinda en 1946 et fut renommé en 1957 département de philologie classique. Les départements de philologie latine et de philologie grecque de l’Université de Eötvös Lóránd qui avaient fusionné en 1967 se scindèrent en 1971. Les domaines de recherche universitaire typiques de ces années étaient la recherche des racines grecques et latines de la langue hongroise. En 1958, la Société hongroise pour la Science antique fut fondée. Elle organisa des conférences scientifiques et publia des périodiques sous le nom Les Etudes Antiques entre 1954 et 2004. En philologie classique, l’homme le plus remarquable de l’époque fut Gyula Moravcsik.[11] Il écrivit régulièrement dans des revues internationales entre 1929 et 1965 dans le domaine des études byzantines hongroises. Il donna à ses étudiants la possibilité de faire paraître leurs travaux dans les publications qu’il éditait. Au début des années 1960, il envoya plusieurs de ses étudiants en RDA pour des voyages d’étude et des conférences. Il convient également de mentionner le philologue classique Károly Kerényi, qui travailla dans les études religieuses gréco-romaines et inspira plus tard le professeur italien Furio Jesi.             

Le changement le plus important dans l’éducation (avant le changement de régime) se produisit en 1985 : la loi sur l’éducation exigea alors explicitement que tout le monde soit scolarisé jusqu’à l’âge de 16 ans, et déclara que les écoles étaient autonomes sur le plan professionnel et pouvaient développer leur propre système pédagogique.                                       

Depuis le changement de régime en 1989, tout le système scolaire a changé. Les municipalités et les Eglises ont recouvré leurs écoles. Des fondations et des écoles privées ont été créées. Dans l’éducation, les forces politiques libérales cherchent généralement à renforcer l’autonomie des établissements scolaires, alors que les politiciens conservateurs s’efforcent de renforcer le contrôle de l’État. Néanmoins, quelle que soit la politique adoptée, il y a désormais de nombreux groupes de recherche sur les langues classiques (grec, latin) et leur apprentissage est devenu plus accessible, du secondaire au doctorat. 

Dóra Falusi,

Aix-en-Provence, le 15 octobre 2019

 

 BIBLIOGRAPHIE  

Péter HAJDÚ : Az ókori irodalmi műveltség kiszorulásának lépései. in : Műveltség, 2004/2, p.233-246

Attila HORVÁTH : A szovjet típusú diktatúra oktatáspolitikája Magyarországon in : Polgári Szemle, 2006/12, 1-3. Source : https://polgariszemle.hu/archivum/103-2016-augusztus-12-evfolyam-1-3-szam/allam-es-tarsadalompolitika/742-a-szovjet-tipusu-diktatura-oktataspolitikaja-magyarorszagon Dernier téléchargement : 10 octobre 2019 par Dora Falusi

Ödön LÉNÁRD : Erő az erőtlenségben. Kairosz Kiadó, Budapest, 2008, p. 13.

Károly MARÓT : A klasszika-filológia mai állása Magyarországon in : Szellem és Élet 6/1-2, 1943, p. 51-71.

Károly MARÓT : A klasszika-filológia válsága, Széphalom, 1928, p. 37-44.

András NÉMETH : A modern magyar iskolarendszer kialakulása a nemzetközi intézményfejlõdési és recepciós folyamatok tükrében. Source : https://www.researchgate.net/publication/284899672_A_modern_magyar_iskolarendszer_kialakulasa_a_nemzetkozi_intezmenyfejlodesi_es_recepcios_folyamatok_tukreben_Osszehasonlito_intezmenytorteneti_elemzes Dernier téléchargement le 10 octobre 2019 par Dora Falusi.

Béla TOMKA : Európa társadalomtörténete a 20. században. Osiris Kiadó, Budapest, 2009.

NOTES

[1] L’État-nation hongrois a évolué pendant la période de la Réforme (en hongrois Reformkor) entre 1825-1848. A cette époque, sur la trace des États d’Europe occidentale (principalement l’Angleterre et la France), les processus d’innovation et de modernisation commencèrent dans la société hongroise aussi.

[2] Il a vécu entre 1768 et 1847.

[3] En hongrois Görög és latin remekírók. Entre 1885 et 1942, 24 auteurs au total sont apparus dans la série. Ce furent les traductions de 25 œuvres. Depuis lors aucune autre traduction n’a été réalisée.

[4] Série littéraire de 1877 et 1945.

[5] La reine Marie-Thérèse a publié en 1777 la loi de ratione educationis.

[6] À partir de 1526, le Royaume hongrois fit partie de l’Empire des Habsbourg.

[7] Les Hongrois conclurent un accord avec les Habsbourg en 1867 (c’était en hongrois Kiegyezés) et à partir de ce moment-là, ils dirigèrent l’Etat avec eux sous le nom de Monarchie austro-hongroise jusqu’à sa dissolution en 1918.

 

[8] En 1972, l’idéologie marxiste-léniniste, comme vision officielle du pays, a été incluse dans la Constitution hongroise.

[9] Le goulash est un plat typiquement hongrois, facile à préparer et pas cher : une soupe à la viande et aux pommes de terre.

[10] Ensemble avec Romani et Albani. in : Béla TOMK : Európa társadalomtörténete a 20. században. Osiris Kiadó, Budapest, 2009. p.459.

[10] Il a vécu entre 1892 et 1972. Il a écrit plusieurs de ses études en français, par exemple : L’état et les tâches de la byzantinologie 1955. Dans la bibliographie de Manuscrits grecs II, par Gérard Garitte. p.139. Source : https://www.persee.fr/doc/scrip_0036-9772_1958_num_12_1_2967 Dernier téléchargement : 10 octobre 2019 par Dora Falusi.

Moravcsik est encore mentionné par Mátyás GYÓNI : Les études byzantines en Hongrie pendant la guerre 1939-1945. Source : https://www.persee.fr/doc/rebyz_0766-5598_1947_num_5_1_959 Dernier téléchargement : 10 octobre 2019 par Dora Falusi.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.