Henri Tonnet : le grec moderne est du grec ancien évolué !

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article deux.

Le grec moderne ressemble-t-il au grec ancien ?

 

Yannis Psycharis, portrait  (wikicommons)

« Le grec moderne ressemble-t-il au grec ancien ? » Cette question m’était souvent posée au début de ma carrière de néo-helléniste. À cette époque, beaucoup de gens avaient des notions de grec ancien et l’on en voyait certains « se mettre au grec moderne », prenant ainsi le risque, croyait-on, de « gâter leur grec ancien ».

Le temps a passé et les hellénistes se sont faits plus rares, mais la question se pose encore, au moins sur le plan théorique. C’est une question assez complexe qui demanderait de plus amples développements que les quelques points que je touche dans ce court article.

Disons tout de suite qu’il y a deux façons d’aborder cette question : une façon impressionniste et idéologiquement chargée et une manière plus scientifique, historique en l’occurrence.

Les opinions les plus péremptoires et les moins justifiées étaient autrefois exprimées sur deux points : la prononciation et le lexique du grec moderne. Certains affirmaient en Grèce que la prononciation érasmienne était une création artificielle, voire une supercherie, et que le grec ancien classique se prononçait exactement comme le grec d’aujourd’hui. Il n’en est évidemment rien. Inversement il est manifeste que la prononciation scolaire française n’a que très peu de rapport avec la prononciation au grec au Ve siècle avant J.-C. La confusion systématique des occlusives avec les aspirées (κ = χ, τ = θ) ou des aspirées avec les spirantes (φ = f), l’impossibilité de prononcer les voyelles longues accentuées sur leur premier ou leur deuxième temps de brève (ῆ et ή rendus indifféremment par [ε] isochrone), le mélange des timbres de ω et o (le ω prononcé fermé alors qu’il était ouvert), la prononciation « à la française » des digrammes αυ et ευ rendus par [o] et [ö] et le mépris de l’accentuation, non seulement dans sa réalité musicale mais même dans la distinction des syllabes accentuées, tout cela fait de la prononciation usuelle dans notre pays un phénomène sonore bizarre pour les Grecs d’aujourd’hui et probablement aussi pour ceux de l’Antiquité, s’ils pouvaient l’entendre.

Quant au lexique du grec moderne d’aujourd’hui, il constitue un argument supposé très fort pour les Grecs souhaitant prouver que leur langue est, au moins pour son vocabulaire, semblable au grec ancien. Et c’est un fait que presque toutes les racines du grec ancien et beaucoup de ses mots sont présents dans le grec actuel. Il suffit pour s’en persuader de consulter un dictionnaire du grec moderne.

Il faut cependant ajouter deux choses. Cette abondance de mots grecs anciens ou « à la grecque » (c’est-à-dire formés à l’ancienne avec des éléments anciens) dans le grec d’aujourd’hui n’est pas dû à la survie ininterrompue à travers les siècles de tout le lexique grec ancien ; elle provient de la « ré-hellénisation » du grec à partir de la fin du XVIIIe siècle et jusqu’à aujourd’hui. On doit pourtant admettre que ce grec ancien très abondamment réinjecté dans le grec écrit et parlé, contrairement au latin que l’on ne peut pas mêler tel quel au français, ne donne pas à la langue un aspect hétéroclite. Il faut simplement être conscient que le signifié de ces mots antiques est entièrement moderne. Le grec moderne est, tout comme l’hébreu moderne, une langue moderne dont les signifiants sont des mots anciens.

À ne considérer que son vocabulaire, on peut dire qu’une langue qui peut se ré-alimenter à ses sources antiques, sans que cela se voie et se sente, est une variante moderne de sa source ancienne. Le grec moderne est, au point de vue lexical, parfaitement compatible avec le grec ancien.

 

Le grec d’aujourd’hui est surtout l’héritier du grec d’époque romaine

 

Si l’on reprend la question de la prononciation dans une perspective historique et si l’on veut bien penser à ce qu’est pour nous « le grec ancien », on s’aperçoit que les choses sont moins simples que ce que l’on croit d’abord.

La prononciation actuelle est pratiquement en place au IIe siècle après J.-C., les dernières étapes de l’évolution du vocalisme étant le passage du son [ü] à [i] au IXe siècle et l’ultime aventure du consonantisme étant la dissimilation des consonnes au contact : κτ > χτ, χθ > χτ, πτ > φτ, φθ > φτ, vers le XIVe siècle. Mais les changements essentiels dans la prononciation ont eu lieu à l’époque hellénistique et au début de l’époque romaine. Et l’on a pu dire avec vraisemblance que si Périclès était revenu à Athènes à l’époque de l’empereur Hadrien, il n’aurait pas compris ce qui se disait autour de lui.

Il faut ajouter que dans le grec d’aujourd’hui, qui doit tant à la langue purifiée, existe une sorte de purisme de la prononciation qui annihile, pour certains mots et certaines formes, certains phénomènes de la prononciation « médiévale » du grec. Je prends deux exemples : la réduction des voyelles en hiatus appelée « synizèse » (-ια prononcé [ja]) et la dissimilation des consonnes au contact. L’introduction massive de vocabulaire grec ancien a limité l’existence de la « synizèse » dans le vocabulaire actuel du grec standard. On ne dit plus, par exemple, λευτεριά mais ελευθερία. Cette différence de prononciation apporte, du reste, un intéressant enrichissement à la langue : on distingue par la prononciation l’adjectif au féminin άδεια [áδja] « vide » du substantif άδεια [áδia] « permission ». Quant à la dissimilation des consonnes, elle ne concerne que les mots du fond ancien qui ont survécu ; les mots « réintroduits » ne l’observent pas dans la langue « correcte ». On dit χτυπάω « je frappe » et l’on doit dire αντίκτυπος « contrecoup ».

Si l’on veut bien admettre que les œuvres de Plutarque et de Lucien sont écrites en grec « ancien », on considèrera que la prononciation actuelle du grec, tout en étant très différente de celle du grec classique du Ve siècle avant J.-C., ne diffère guère de celle du grec d’époque romaine.

 

Il est une catégorie grammaticale où incontestablement le grec moderne diffère profondément du grec classique, c’est celle des particules (μόρια). Le grec de Platon, par exemple, était d’une infinie richesse dans ce domaine. On y voyait pleinement, grâce à la combinaison des particules, l’élégance et la subtilité de la langue athénienne de la bonne époque. En revanche, le grec moderne est dans ce domaine d’une très grande pauvreté. Les particules logiques γάρ et δέ ayant disparu – cette dernière étant parfois artificiellement réintroduite dans des formules stéréotypées comme ο μεν… ο δε, άλλος μεν… άλλος δε, mais ne fonctionnant pas librement – il est impossible en grec de traduire le français « or » et très difficile de rendre « en effet » (πράγματι ?). Mais pour être juste, il faut remarquer que le jeu des particules s’était déjà très considérablement appauvri à l’époque romaine ; il suffit pour s’en rendre compte de lire les Évangiles. Une fois de plus, on peut dire que le grec d’aujourd’hui est surtout l’héritier du grec d’époque romaine.

 

« Le changement dans la continuité »

 

Dans trois domaines apparaît un phénomène essentiel pour le sujet qui nous occupe et qu’on peut appeler « le changement dans la continuité ». Il s’agit de la morphologie nominale et verbale, de l’accentuation et de l’ordre des mots.

Malgré le mouvement de retour à la langue parlée, le « démoticisme », la morphologie nominale du grec standardisé officiel apparaît comme en partie archaïque. La Grammaire (1941) de Manolis Triantaphyllidis, qui sert de référence à l’enseignement, ne décrit pas seulement une forme systématisée de la langue parlée populaire, ce qui était l’ambition du père du démotique, Yannis Psycharis (1854-1929). Elle repose aussi sur un compromis entre le grec populaire et la pratique urbaine du début du XXe siècle, laquelle était largement influencée par la langue purifiée.

En dehors de la disparition du datif, l’histoire de la langue populaire présente une tendance très forte à ne conserver que deux des trois déclinaisons nominales du grec ancien, celle des thématiques en -α (la première) et celle des thématiques en -o/-ε (la deuxième), alors que celle des athématiques (troisième déclinaison) était condamnée à disparaître. Cette simplification a pu avoir lieu grâce la prolifération des neutres en -ιον devenus neutres en -ι (παιδί-παιδιού remplaçant παῖς, παιδός) et la transformation morphologique appelée « métaplasme » permettant le passage de beaucoup de noms de la 3e déclinaison à la 1e déclinaison en partant de l’accusatif singulier (μητέρα, décliné comme ἡμέρα, remplaçant μήτηρ et πατέρας, décliné comme νεανίας, remplaçant πατήρ).

Mais la morphologie actuelle systématisée par Triantaphyllidis réintègre un bon nombre d’athématiques neutres (catégorie des -μα, -ματος et des -ος, -ους) ainsi que des masculins en -έας < εύς et des féminins en -ση < σις ; cette dernière catégorie ne suit actuellement l’ancienne troisième déclinaison qu’au pluriel, avec des désinences en -εις, et en -εων.

Comme dans tous les secteurs de la langue, cette greffe du grec ancien sur le grec moderne a très bien pris, les locuteurs ne se trompant que rarement dans les déclinaisons d’origine archaïque.

C’est évidemment le verbe qui présente le plus de traits de modernisme. Mais en y regardant de plus près, on s’aperçoit qu’il conserve aussi une des caractéristiques les plus fondamentales du verbe grec ancien.

On est d’abord frappé par l’extrême simplification du système des modes. L’optatif avait disparu au début de l’ère chrétienne, l’infinitif était destiné à le suivre vers le Xe siècle après J.-C. On peut se demander si le subjonctif ancien subsiste, car en raison du passage de η à [i] au IIe siècle après J.-C., il n’a plus de désinences spécifiques. Sous sa forme néo-hellénique, le subjonctif, précédé d’un morphème qui peut être une conjonction (αν, όταν) ou une particule (να, ας, θα), exprime l’éventuel et remplace le futur ancien disparu à l’époque romaine. Le conditionnel n’avait jamais existé en grec ancien. On y suppléait par une combinaison de l’optatif ou de l’imparfait avec la particule ἄν. Le grec de la fin de l’Antiquité, du Moyen Âge et des temps modernes jusqu’au XVIIe siècle a exprimé le conditionnel par l’imparfait ou une combinaison du verbe « vouloir » à l’imparfait (ήθελον/ήθελα) suivi de l’infinitif. Par la suite, ont été créés, peut-être à l’imitation du français, un conditionnel moderne avec θα et l’imparfait et un passé composé (έχω plus participe ou infinitif) à valeur de parfait. Malgré la préservation des désinences personnelles, le système verbal apparaît comme plutôt moderne.

Et pourtant il existe dans le verbe grec moderne, à l’exception du dialecte pontique, une particularité – difficile à maîtriser pour les étrangers – venue de la structure du verbe ancien. C’est l’opposition entre l’aspect verbal synoptique improprement appelé « momentané » (exprimé par le radical d’aoriste) et l’aspect « cursif » ou « continu » (rendu par le radical de présent, souvent refait en grec moderne par l’adjonction d’un infixe -ν- ; cf. grec ancien, φέρω-ἤνεγκον / grec moderne φέρνω-έφερα). Cette opposition apparaît aux deux « temps » du verbe : le présent/futur (désinences -ω, -εις, -ει etc.) et le passé (désinences -α, -ες, -ε etc.).

On commence à prendre conscience de l’importance de l’aspect verbal en grec ancien et de son fonctionnement un peu différent de ce qui se passe en grec moderne.

Avec l’opposition d’aspect, le verbe grec moderne conserve une structure profonde du grec ancien. Il en étend même l’usage au temps futur. Il oppose ainsi, au mode indicatif, au « cursif » (μαθαίνω « j’apprends » et μάθαινα « j’apprenais ») le « synoptique » (έμαθα, « j’appris », « j’ai appris ») et, au mode subjonctif, au « cursif » (να μαθαίνω « que j’apprenne régulièrement », θα μαθαίνω « j’apprendrai régulièrement ») le « synoptique » (να μάθω « que j’apprenne une bonne fois », θα μάθω « j’apprendrai une bonne fois »). Dans ma traduction, une bonne fois, veut rendre le caractère pas forcément unique mais nécessairement achevé de l’action à l’aspect « synoptique ».

Le changement dans la réalisation de l’accentuation et la conservation de la place des accents premiers présente de la façon la plus nette cette remarquable persistance des structures de base à travers une évolution d’ensemble. En grec ancien, l’accentuation était intimement liée à la prosodie, c’est-à-dire à l’opposition entre les voyelles ou diphtongues longues et les voyelles brèves. Sa réalisation était entièrement, ou presque entièrement, musicale. Il ne s’agissait pas d’accents d’intensité mais de tons. En somme, le grec ancien se chantait. Et les oppositions métriques ne se superposaient pas à la place de l’accent. Une voyelle accentuée n’était pas obligatoirement longue, ce qui est le cas en grec moderne.

Le passage à l’accentuation d’intensité à l’époque hellénistique a changé radicalement la musique de la langue. Mais, et c’est cela qui est remarquable, la place des accents n’a pas varié. En dehors des phénomènes phonétiques dus à la synizèse, en particulier dans les formes verbales (cf. l’aoriste μετάνιωσα « j’ai regretté » qui reste proparoxyton pour l’oreille), on n’observe presque pas de réfections accentuelles (cf. cependant l’adjectif στρογγύλος « rond » devenu στρογγυλός par analogie et δίκελλα « binette » accentué δικέλλα, parce que la finale néo-hellénique -λα est tenue pour « longue »).

Bien sûr, les déplacements de l’accent dans le nom en cours de flexion en fonction des anciennes quantités (-ου, -ους, -ων étaient anciennement longs) ne sont pas des réalités linguistiques vivantes senties par le locuteur ; ils proviennent d’une tradition enseignée. Ils entraînent, du reste, des distinction lexicales subtiles entre les noms helléniques où la descente de l’accent doit se faire (ο σίδηρος, του σιδήρου) et les noms néo-helléniques où elle ne se fait pas (το σίδερο, του σίδερου).

Le dernier point sur lequel le grec moderne diffère profondément du grec ancien, c’est celui de l’ordre obligatoire de certains mots. Là encore, il faut souligner que la langue d’aujourd’hui poursuit et achève une tendance du grec de toutes les époques. Dès le grec ancien, l’ordre des mots n’était pas entièrement libre. Cela concerne surtout les clitiques (enclitiques et proclitiques) qui n’ont pas d’autonomie accentuelle. Dès l’origine, l’article défini était nécessairement placé devant le nom et l’ordre des mots dans le groupe article démonstratif et nom était déterminé (ὁ ἄνθρωπος οὗτος ou οὗτος ὁ ἄνθρωπος mais jamais *ὁ οὗτος ἄνθρωπος). Vers le dixième siècle de notre ère, la formation de pronoms personnels monosyllabiques de formes faibles à toutes les personnes (του, της, μας, σας, τους, τις/τες, τα, των), la création de la négation δεν tirée de οὐδέν et la transformation en morphème verbal proclitique de να issu de ἵνα ont entraîné la création de groupes rythmiques verbaux où la place des mots est strictement établie. Cette situation s’est poursuivie avec la création de l’auxiliaire de futur θενά > θα dont la place est aussi assignée. Aujourd’hui l’ordre des monosyllabes dans le groupe verbal est fixé. On dira να μην της το πεις « ne le lui dis pas (à elle) » et δεν θα της το πω « je ne le lui dirai pas (à elle) ». Cet ordre obligatoire s’observe aussi dans une langue moderne comme le français.

Malgré tout, les groupes de mots apparaissent dans la phrase sans contrainte stricte. On remarque seulement que les compléments directs ont tendance à suivre les compléments indirects. Malgré la disparition du datif et beaucoup d’amalgames de désinences (dans les féminins en particulier), la langue grecque moderne reste une langue flexionnelle. Elle reste sur ce point l’héritière du grec ancien.

 

Le grec moderne reste une forme évoluée du grec ancien

 

Je conclurai que le grec moderne, en lui-même et sans tenir compte de la très forte archaïsation dont il a fait l’objet au niveau du lexique et d’une partie de la morphologie nominale, reste une forme évoluée du grec ancien. Il poursuit en les modernisant les tendances profondes de la langue ancienne : maintien des oppositions phonologiques malgré la simplification du vocalisme et la spirantisation des anciennes sonores et aspirées, maintien des opposition aspectuelles dans le verbe malgré une certaine simplification du système, maintien de la place des accents premiers (en fonction de la formation des mots, ce qui permet d’accentuer à coup sûr les noms nouveaux) malgré la disparition de la prosodie et le remplacement des tons par des accents d’intensité.

Le grec a beaucoup changé tout en conservant ses structures essentielles. C’est ce qui explique le remarquable phénomène de feed-back rendant possible sa profonde réhellénisation, essentiellement lexicale. Ce phénomène a entraîné à son tour la restauration partielle de la troisième déclinaison qui accueillait tant de noms verbaux en -μα et en -σις nécessaires à la pensée abstraite moderne.

Tel qu’il est aujourd’hui, le grec est historiquement une langue essentiellement mixte, antique et moderne à la fois. Mais de cela le locuteur natif n’a aucune conscience spontanée. La vigueur des structures maintenues à travers les siècles a ressuscité sans difficulté les éléments morts que la langue a incorporés. Le grec moderne ne ressemble pas extérieurement au grec ancien, il est une forme très évoluée, très simplifiée mais aussi très enrichie du grec qui n’est jamais mort.

 

Henri TΟΝΝΕΤ

 

 

Bibliographie

 

TONNET, Manuel d’accentuation grecque moderne, Paris, Klincksieck, 1984 (disponible sous forme électronique sur le site des Editions Langue ‘O)

TONNET Henri, • Histoire du grec moderne. La formation d’une langue, Paris, L’Asiathèque, 1993, 3 éd. 2011.

TONNET Henri, Précis pratique de grammaire grecque moderne, Paris, Langues et mondes, 2006

TRIANTAPHYLLIDIS, Manolis, Νεοελληνική γραμματική, Athènes, Οργανισμός εκδόσεως διδακτικών βιβλίων, 1941

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


3 réflexions sur « Henri Tonnet : le grec moderne est du grec ancien évolué ! »

  1. Oui merci infiniment pour cet article clair et précis que je vais faire partager aux personnes qui me posent la question de cetet différence.

  2. Merci à Monsieur Henri Tonnet pour ce passionnant résumé de l’historique du grec, cette langue qui se maintient sans interruption tout en évoluant depuis environ vingt-huit siècles…À cet égard tout au moins, on peut parler de « miracle » grec.
    Cet article me replonge avec nostalgie au temps où Monsieur Tonnet donnait ses cours à l’Inalco (anciennement Langues O’). Quels bons souvenirs ! Encore merci et longue vie au grec , ancien et moderne !

Répondre à Jean-Claude Dutto Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.