Janine Kaminski a retraduit la « Lettre de Marseille » de Nikos Kavvadias

 ► ὁ λύχνος n° 154, novembre 2019, article douze.

[Janine Kaminski nous propose une nouvelle traduction de la Lettre de Marseille de Nikos Kavvadias. Nous renvoyons à la traduction de Paul Challobos parue dans ὁ λύχνος n° 150, juillet 2018, article sept. https://ch.hypotheses.org/2347 ]

 

Lettre de Marseille

 

Photo de Nikos Cavvadias, tiré du recueil ΜΑΡΑΜΠΟΥ, éd. ΚΕΔΡΟΣ, 1988, p. 4.

 

J’ai déchiré, mon ami, beaucoup de papier pour t’écrire

Ici Marseille m’a complètement tourné la tête,

et pourtant, croyez-moi, pas un instant, mon cher,

sans que dans mon vertige je ne pense à vous.

 

Je pensai à vous en me promenant sur le Boulevard des Dames

entre deux trotteuses qui faisaient les folles,

tandis qu’autour de nous et parlant fort passaient

des représentants de toutes les tribus sur la terre, semblait-il.

 

Ensuite de nouveau sur la Canebière pleine de monde,

au Vieux Port, dans la grisâtre rue Saint Honoré,

et encore, excusez-moi, je vous ai senti avec moi

dans les cabarets bruyants et remplis de gens.

 

Des marins nordiques se querellent avec des chauffeurs du Sud,

sur leurs genoux sont assises des professionnelles,

le piano joue tout seul et une petite siffle

un air faux d’une vieille mélodie.

 

Et plus tard quand je suis sorti ivre du Tartan

et croyais mon corps indigne et petit

je vous sentais très proche me souriant

de ce rire étrange, triste.

 

Et seulement quand sur la Corniche, dans une maison grise,

autour de juifs qui s’étaient habillés en femmes,

je vous ai perdu de vue un instant, il m’a semblé

que mon ange gardien avait désormais disparu.

 

Demain je pars et apporte à Athènes

des souvenirs étranges, nombreux, en masse

et un triste cadeau, fruit de Marseille,

que m’a offert une Pauline avant-hier aux Numéros…[1]

 

Nikos Kavvadias, Marabout, 1933, (éd. Kedros, 1988)

(traduction Janine Kaminski)

 

Γράμμα ἀπ᾿ τὴν Μαρσίλια

 

Ἔσχισα, φίλε μου, πολλὰ χαρτιὰ γιὰ νὰ σοῦ γράψω.

Ἐδῶ ἡ Μαρσίλια μ᾿ ἔκαμε πολὺ νὰ ζαλιστῶ,

κι ὅμως δὲν πέρασε στιγμή, πιστέφτε, ἀγαπητέ μου,

χωρὶς καὶ μὲς στὴ ζάλη μου νὰ σᾶς συλλογιστῶ.

 

Σᾶς ἐσκεφτόμουν στὸ Μπουλβὰρ ντὲ Ντὰμ σὰν περπατοῦσα

ἀνάμεσα σὲ δυὸ τροτὲζ ποὺ ἔκαναν σὰν τρελές,

ἐνῶ μιλώντας δυνατὰ τριγύρω μας περνοῦσαν

ἄνθρωποι ἀπ᾿ ὅλες, θά ῾λεγες, τοῦ κόσμου τὶς φυλές.

 

Κι ἔπειτα πάλι στὴ μεστὴ ἀπὸ κόσμο Κανναμπιέρα,

στὸ Πόρτο Βέκκιο, στὴν τεφρὴν ὁδὸ Σαὶντ Ὁνορέ,

κι ἀκόμα, συγχωρεῖστε με, σᾶς ἔνιωθα μαζί μου

στὰ θορυβώδη καὶ γιομάτα κόσμο καμπαρέ.

 

Βορινοὶ ναῦτες μπλέκονται μὲ θερμαστὲς τοῦ Νότου,

στὰ γόνατά τους κάθονται κορίτσια τῆς δουλειᾶς,

παίζει τὸ πιάνο μοναχὸ καὶ μία μικρὴ σφυρίζει

ἕναν παράταιρο σκοπὸ μιᾶς μελωδίας παλιᾶς.

 

Κι ὕστερα σὰν ἀπ᾿ τὸ Ταρτὰν ἐβγῆκα μεθυσμένος

καὶ νόμιζα τὸ σῶμα μου ἀνάξιο καὶ μικρό,

πολὺ κοντὰ σᾶς ἔνιωθα νὰ μοῦ χαμογελᾶτε

μ᾿ ἐκεῖνο τὸ παράξενο τὸ γέλιο, τὸ πικρό.

 

Καὶ μόνον ὅταν στὴν Κορνίς, σὲ κάποιο γκρίζο σπίτι,

γύρω ἀπὸ ἑβραίους πού ῾χανε μὲ γυναικεῖα ντυθεῖ,

σᾶς ἔχασα γιὰ μία στιγμὴ ἀπ᾿ τὰ μάτια μου, μοῦ ἐφάνη

ὁ φύλακάς μου ὁ ἄγγελος πὼς εἶχε πιὰ χαθεῖ.

 

Αὔριο φεύγω καὶ μαζί μου φέρνω στὴν Ἀθήνα

ἀναμνησες παράξενες, πολλές, μὲ τὸ σωρό

καὶ κάποιο δῶρο θλιβερό, προϊὸν τῆς Μασσαλίας

ποὺ μιὰ Πωλὶν μοῦ χάρισε προχθὲς στὰ Numeros…

 

[1] En français dans le texte.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.