Bernard Boyaval : 3 notices d’épigraphie égyptienne

 ► ὁ λύχνος n° 154, novembre 2019, article neuf

Aphrodite sortant de l’eau, Pompéi, (wikicommons)

 

  1. UN EMPLOI DU MOT TRYPHÈ EN ÉGYPTE

Les dictionnaires donnent des définitions négatives de la tryphè (τρυφή). Le Bailly par ex. propose : « mollesse, délicatesse, vie molle et sensuelle ; dédain, humeur dédaigneuse ou hautaine, orgueil ». Ses références proviennent presque toutes des philosophes, surtout Platon, et des dramaturges. Signe de la réprobation suscitée, le mot est parfois coordonné à d’autres substantifs qui évoquent démesure, dérèglement moral, appât du gain etc. (ainsi hybris, akolasia, malthakia). Le Liddell-Scott-Jones donne mêmes définitions et références : « softness, delicacy, daintiness, luxuriousness etc. ». Platon République 555b-556c et Polybe 6, 7-9, y ont vu la cause de la décadence des états, Isocrate Philippe 107c et Plutarque Agis 3,1, beaucoup plus précisément de celle des Perses et des Spartiates.

En Égypte, Strabon 17, c796, a affirmé son rôle dans la « corruption » (sic) de la dynastie lagide après Ptolémée III. Mais, après A. Passerini en 1934, J. Tondriau en a suggéré une vision plus tempérée : au lieu d’un dévoiement au profit des plus vils instincts individuels, l’amorce d’une politique globale cherchant à donner confort, aisance et donc « plaisir » aux administrés. On discernait déjà cette orientation chez des gouvernants aussi divers que Denys l’Ancien, Philippe et Alexandre, Démétrios de Phalère etc. Parce que l’Égypte fournit plus de documents que le reste du monde grec, Tondriau a pu ajouter d’autres indices, ainsi la multiplication des épithètes Tryphôn, Tryphônas, Tryphaina, Tryphônis vel similes (Namenbuch col. 446) qui ne peuvent pas avoir été des sobriquets irrévérencieux une fois appliqués à des rois (Ptolémée III, IV, VIII), à leurs proches (les filles de Ptolémée VIII, IX, XII) ou à des personnages importants. Mais Tondriau n’a pas eu la possibilité d’ajouter les nombreux parallèles parus dans l’Onomasticon alterum p. 323, longtemps après son article, et qui renforcent son interprétation.

D’autre part, son analyse avait l’inconvénient de se limiter au cercle étroit des souverains et de leur entourage. Or, une épitaphe nilotique, rééditée en dernier lieu par E. Bernand, offre, à l’époque impériale, une belle illustration de cette tryphè positive qui avait échappé à Tondriau bien qu’elle fût connue déjà. Elle a pour premier mérite de montrer que cette vision favorable s’était répandue dans des couches plus larges de la population et son second intérêt est de suggérer que ce sens positif n’était pas évident pour tous. Le défunt y dit à son père « […] j’avais une bonne vie (tryphè) avant de partir pour l’Hadès ; auprès de toi, en effet, j’avais l’abondance (aphthonia), j’ignorais les privations ([spani]n ?) » (v. 14-15). Avec son addition « l’abondance pas les privations », le v. 15 semble n’avoir servi qu’a fixer le sens précédent sans ambiguïté.

 

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

 

BERNAND E. (1969), « Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Recherches sur la poésie épigrammatique des Grecs en Égypte, Paris, Les Belles-Lettres (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 98) n° 75 p. 304-312.

TOD M. N. (1941), « Journal of Egyptian Archaeology » 27, Londres, p. 99-105 (première édition complète de la stèle).

TONDRIAU J. (1948), « La TRYPHÈ philosophie royale ptolémaïque », Revue des Études Anciennes 50, Bordeaux, p. 49-54 (résume Passerini).

 

***

  1. BEAU, BON OU NOBLE ?

 

Visitant les tombes royales de la montagne thébaine, un certain Bèsas nous a laissé un souvenir émerveillé de celle que la tradition populaire croyait être la tombe de Memnon. Voici son distique dans la traduction d’E. Bernand1.

« À la vue des merveilles des syringes, j’ai fort admiré, moi Bèsas. Mais c’est à la vue de la syringe superbe de Memnon que j’ai le plus admiré ».

Je retiens ici le mot qui avait provoqué jadis la colère de G. Seure2 : l’adjectif esthlos (ἐσθλός) à la fin du v. 2, que Bernand a traduit par « superbe », sans faire allusion à Seure.

Seure, en effet, jugeait cet adjectif « déplorablement choisi » et, pour justifier sa réprobation, écrivait qu’il « marque une certaine perfection de beauté qui est celle des êtres plutôt que celle des choses. Homère applique couramment cet adjectif à de bons et braves guerriers, quelquefois à des mots vagues et collectifs qui signifient cadeaux ou richesses. »

Mais, dans une note, en bas de page, Seure s’est contredit, en admettant qu’un autre poète l’emploie dans le même sens que Bèsas. C’est un poème à la gloire du sphinx de Gizeh (Bernand o.l. p. 520 n° 130) où l’auteur, après avoir détaillé les beautés du monument (v. 2 « son corps et sa hauteur », v. 4 « (le) visage », v. 5 « les membres et la stature d’un lion »), conclut au v. 9 « en quittant cette belle vue, moi, j’ai gravé ces vers ». Il y a donc deux témoins du sens physique de ce qualificatif. Bèsas n’a probablement pas maltraité la langue.

Les autres documents métriques d’Égypte lui donnent des sens différents, plus variés, souvent abstraits. Je profite de cette note pour les réexaminer. Le sens abstrait paraît assuré sur les nos 2, 3 (« noble gloire ») 26, 9 (« la noblesse de l’âme »), 65, 1 (« noble rejeton »). Pour grouper en un mot l’ensemble des dispositions morales qui font la qualité d’un être, Bernand l’a traduit par l’adjectif « bon » (n° 32, 11 « une bonne épouse »), épithète que j’appliquerais volontiers à Thermion, épouse de Simalos (n° 46, 6). En 48, 3 l’allusion à la pesée des âmes au tribunal d’Osiris me pousse à modifier la traduction de Bernand (« bon ») au moyen d’un qualificatif qui évoque plus précisément l’aspect moral de la théologie osiriaque. Je proposerais volontiers d’en traduire ainsi le v. 3 : « La mort n’est pas lourde pour tous également. Mais celui qui est vertueux reçoit aussi pour finir une mort légère ».

Je suis enclin à classer à part deux emplois qu’il me paraît difficile de « fixer » sûrement. Le n° 28, 6 déplore que la Crétoise Nikô soit décédée sans avoir donné à son mari « de beaux enfants » (trad. Bernand), qu’on pourrait imaginer aussi nobles enfants d’après 65, 1, cité plus haut. Le n° 129, 8, a suscité deux traductions divergentes, celle de Seure o.l. p. 354, « le bel Osiris », parallèle à celle qu’il avait critiquée chez ses prédécesseurs, et celle de Bernand o.l. p. 510, « le bienfaisant Osiris ». Le v. 9 du même poème qui fait du dieu « l’auguste guide de la terre d’Égypte » condamne apparemment l’interprétation de Seure.

En résumé, deux emplois au sens de (physiquement) « beau » sont assurés dans ces textes métriques égyptiens. Ailleurs, on peut imaginer quelques ajustements aux traductions proposées.

 

  1. BERNANDE. (1969), « Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Recherches sur la poésie épigrammatique des Grecs en Égypte, Paris, Les Belles-Lettres (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 98), p. 453-454, n° 147.
  2. SEUREG. (1927), « Les impromptus touristiques aux tombeaux des rois », Revue des Études Anciennes 29, Bordeaux, p. 354-355, notice V.

 

***

  1. « MORT (E) PRÉMATURÉMENT À L’ÂGE DE DIX ANS »

 

Une fois soustraites les stèles illisibles, mutilées et anépigraphes de Kom Abou Billou1, il reste assez de témoignages pour esquisser, sous réserve, quelques brèves remarques sur l’emploi local de la séquence « aôros (ἄωρος) + âge ».

Voici le tableau que j’ai pu dresser :

Hommes déclarés morts prématurément

           entre 2 et 7 ans                      9

           entre 11 et 19 ans                  7

           entre 20 et 25 ans                  7

           à 30 et 32 ans                         2

           à 50 et 51 ans                         2

 

L’un des deux aôroi de 30 ans nous est connu par l’Archiv Orientálni 48 (1980) fig. 3 p. 335 : grâce au facsimilé, on peut, je crois, corriger sûrement l’ed. princ., « Ammoniodôros » en « Ammonis aôros ». Ses trois éditeurs, A. El Sawy, J. Bouzek et L. Vidman, ont méconnu un sigma à boucle fermée (O au lieu de C), graphie fréquente en pays nilotique ; quant à la lettre qui précède –ôros, plutôt qu’à un delta, elle ressemble à l’alpha 4 ou 5 représenté sur la planche I de l’article d’A. Bataille2.

Femmes déclarées mortes prématurément

           entre 1 an 1/2 et 9 ans                       12

           entre 11 et 19 ans                  8

           entre 20 et 27 ans                  7

           à 32 et 38 ans                         2

           entre 4[1] et 4[9] ans             1

           à 73 ans                                  1

           à 82 ans                                  1

 

Au masculin comme au féminin, les mentions de cet adjectif diminuent régulièrement en nombre à mesure qu’on va vers de plus grands âges : 9-7-7 chez les hommes, 12-8-7 chez les femmes, si on les classe en tranches d’âges décennales, 0-9 ans, 10-19, 20-29. Avec toutes les réticences qu’imposent des effectifs aussi dérisoires, on peut supposer qu’aôros paraît avoir été prioritairement réservé aux plus jeunes défunts. Au-delà de 25 et 27 ans, les témoignages sont isolés et rares. Serait-ce interroger abusivement les textes que d’imaginer ceci : jusqu’à 25-27 ans, ils pouvaient signifier simplement que l’individu commémoré n’avait pas vécu aussi longtemps qu’on pouvait l’espérer. Au delà de ces chiffres, on voyait peut-être une raison de ne plus employer aôros parce que c’était la limite attendue de la longévité courante, à l’époque. Il me paraît dès lors intéressant de les comparer aux moyennes obtenues sur les étiquettes de momies et les sites les plus riches d’épitaphes.

 

 

Hommes

Femmes

Étiquettes de momies

 

29,5 ans

24,4 ans

Stèles

 

 

Kom Abou Billou

36

29,1

Tehneh

35,3

34,3

Alexandrie

29,6

30,2

Tell el Yahoudijeh

29,2

23,1

Akhmîm

44,8

32,9

 

La limite des 25-27 ans soulignée plus haut donne plus de vraisemblance aux moyennes féminines basses de ce tableau, de 23,1 à 29,1, faisant ressortir encore plus violemment les hautes moyennes de Tehneh et surtout d’Akhmîm, frappées d’irréalité. Il n’est pas inintéressant, non plus, de souligner qu’encore une fois, les étiquettes de momies fournissent les chiffres probablement les plus proches de la réalité démographique de l’Égypte romaine et cela sans appliquer aucune des méthodes correctives utilisées par les démographes contemporains.

 

Bernard Boyaval

Université de Lille III

 

 

  1. BOYAVAL B. (1976), « Remarques sur les indications d’âges de l’épigraphie funéraire grecque d’Égypte », ZPE 21, Cologne, p. 217-243 ; BOYAVAL B. (1996), « Le dernier état du dossier funéraire de Kom Abou Billou », Kentron 12/2, Caen, p. 65-68 ; BOYAVAL B. (1999), « Supplément au dossier funéraire de Kom Abou Billou », Kentron 15/1, Caen, p. 78-80 ; HOMBERT M. PRÉAUX Cl. (1945), « Note sur la durée de la vie dans l’Égypte gréco-romaine », Chron. d’Eg. 39-40, Bruxelles, p. 139-146 ; HOOPER F.A. (1956), « Data from Kom Abou Billou on the Length of Life in Graeco-Roman Egypt », Chron. d’Eg. 62, Bruxelles, p. 332-338.
  2. BATAILLE A. (1962), Rech. Pap. II, Paris.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.