Janine Kaminski a traduit 7 poèmes du recueil « Une comète magique » de Panos Dracopoulos

 ► ὁ λύχνος n° 154, novembre 2019, article huit

« Petite sirène

Aux seins nus

Fontaine de sable

Au corps souple »

 

John William Waterhouse, Une sirène, Académie royale des arts, Londres, 1900 (Wikicommons)

 

Avec ces poèmes de Panos Dracopoulos nous retrouvons un lyrisme jeune et frais où sont convoquées la beauté de la terre et de la mer, les joies de l’été : la nageuse qui plonge et s’enfonce « comme un couteau », la petite sirène aux seins nus, le figuier qui égoutte le suc de ses fruits… « L’amour qui ne se dit pas ». Il y a aussi une célébration de l’univers, du cosmos et plus précisément du temps comme l’expriment le titre « Une comète magique », « C’est le temps d’en haut », et la parabole de l’aérostat : « Aérostat le temps … / Avec son fruit – la fille ou le fils ! » »…

Une œuvre riche et complexe mais dont on peut retenir la leçon : « Si tes lèvres sont sèches / noie-toi / dans la vie ! »

Une musique a été composée par l’auteur pour chacun de ces poèmes, en accentuant ainsi le lyrisme et à retrouver sur le net :

 https://panos-drakopoulos.wixsite.com/enas-komitis-magikos

 

Biographie de l’auteur

Panos Dracopoulos est né au Pirée en 1975, il vit à Rhodes où il enseigne. Membre du comité de rédaction de la revue d’art et de littérature Νησίδες (Petites îles), il a également fondé un atelier de lecture et d’écriture créatives, « Το Κοχύλι » (Le Coquillage).

Ένας Κομήτης Μαγικός (Une comète magique) est son cinquième livre de poésie. Ses autres recueils, tous publiés chez Gavrielidis, sont Πόσιμη ζωή (Vie buvable), 2006 ; Ελεύθερη αγορά (L’agora), 2010, traduit en partie dans le n° 137 de Λύχνος, 49 + 1 βότσαλα (49 + 1 galets), 2012 et Πέρασμα (Passage), 2015.

Janine Kaminski

***

 

Panos DRACOPOULOS, Ένας Κομήτης Μαγικός (Une comète magique), éd. Gavrielidis, Athènes, 2018.

 

 

Voix du rêve

 

Voix du rêve

Bilingue

Et aura du réveil

Toute dorée

 

Dans une vague invisible

Tu nages

Sans respirer

Tu flânes dans mes tréfonds

 

Petite sirène

Aux seins nus

Fontaine de sable

Au corps souple

 

Donne-moi ton parfum

Que je m’en revête

Et que de l’Enfer du Temps

Je sois exilé

 

Ivresse d’Hébé

À la dérive

Tu reviens et brille

Infinie

 

Marche par marche

Je gravis ton sourire

Pour me lever devant toi

Comme un volcan enchanté

 

Billet pour la souffrance

Impayé

Richesse dans le désir

Fabuleuse

 

Je t’ouvre

Comme un coquillage sauvage

Seulement avec

Mes deux lèvres.

 

*

L’aérostat[1]

 

 

Un tout petit instant

Et voici devant toi la lumière

Tu cligneras des yeux

Comme une petite naufragée

 

Et voici ton île

Ta nouvelle terre tout près

Une goutte de sable

À l’ombre de l’univers

 

Un tout petit instant

Et voici devant toi la lumière

Tu feras le premier pas

En toute chose sans cesse

 

Et voici ta scène

Montée dure

Arc aux sept couleurs

Debout dans le ciel

 

Aérostat le temps

T’emmènera loin

Plus loin que ce que tu vois

Que les oiseaux du conte

Plus loin que des nains

Le village enneigé

Plus loin que la forêt

Des trésors cachés

– des baisers enflammés !

 

Un tout petit instant

Et voici devant toi la lumière

C’est ton premier mot

Qui sonne comme un air

 

Oui, c’est ici ta voix

Le baiser des muses

La chanson du souvenir

Dans la mer des instants

 

Aérostat le temps

Il t’emmènera loin

Plus loin que la tanière

Affamée du Loup

Plus loin que la recette

Envieuse de la Sorcière

Plus loin que la cellule

En flammes du Dragon

– avec sa clé perdue

 

Un tout petit instant

Et voici devant toi la lumière

Tu cligneras des yeux

Comme une petite naufragée

 

Oui, c’est ici ton île

Ta nouvelle terre tout près

Une goutte de sable

À l’ombre de l’univers

 

Aérostat le temps

Il t’emmènera loin

Plus loin que le versant

Magique du rêve

Plus loin que ton moi

(Ton moi fermé)

Plus loin là-bas dans ses estuaires

Avec son fruit

– la fille ou le fils !

 

*

Cet instant

ou Sub specie aeternitatis

 

 

À cet instant

sur cette planète

Un nourrisson cherche le lait

d’un sein déjà blessé

Une intuition mathématique

lutte avec l’infini et l’obscur

Un aspirant prend avec nonchalance

et en traînant les pieds sa première garde

Une doctoresse certifie la mort

d’un de ses malades richissimes

Une poignée de traducteurs se mesure

avec l’anglais de Shakespeare

Un incendie mange le patrimoine

d’une paisible agglomération

Un collégien prend

pour argent comptant des théories nécrophiles

Une foule de couples aux appétits et plaisirs divers

flirtent et se pâment

Un petit papillon indien ferre le grondement

d’une tempête sans précédent

            dans le bleu du Pacifique

Une représentation théâtrale très attendue chute

pour « outrage public à la pudeur »

Une chaîne de télévision transgresse son programme

en rediffusant à plusieurs reprises de courtes émissions pour enfants

            et des publicités

L’assemblée plénière d’un conseil des ministres dégaine

au sujet des propositions concernant

            son prochain banquet

Un guitariste plaque un faux accord

sur une mélodie de Satie

Le comptable employé d’un géant touristique

orchestre l’appauvrissement irrémédiable de ses patrons

Quelqu’un rédige une lettre de suicide

            d’un cœur lourd

L’honorable association élue d’étudiants

planifie sa virginale fraude électorale

Un très vieil historiographe décide

de parler sur tout ce qu’il a tu pendant des décennies

dans ses ouvrages illustres

Une mère prépare tout heureuse

la douzième party d’anniversaire de sa fille aînée

Une people mineure des magazines

organise le quorum de son orgie de minuit

Un emprisonné se sent plus libre

que des milliers d’autres loin de sa cellule humide.

 

Cet instant

qui ne ressemble à aucun

sur cette planète

est arrivé

 

Il est arrivé

            est parti

                       C’est fini

 

*

Le souffle de l’eau

 

a)

As-tu jamais saisi de ta main

un songe qui ne mord pas ?

 

b)

L’ange nous ne l’avons vu

que

lorsqu’il a déposé à terre

ses ailes.

 

c)

Qui désire

se charger

d’un crime

au-delà du Léthé ?

 

d)

Chair de notre chair

l’Inconnu.

Comme la bougie qui égoutte au-dessus de nous

le temps !

 

e)

Les poèmes les plus transparents

Ceux

Sans mots.

 

f)

Et de toutes les accoutumances

tu as trouvé à choisir en premier

            l’espoir !

 

g)

Il y a des fois

où même Charon

regardant à terre

sa récolte

            est stupéfait…

 

h)

Hérite-t-on

            de la liberté ?

 

Que dis-tu ?

 

Hérite-t-on ?

 

i)

Et si tes lèvres ont soif

noie-toi

dans la Vie !

 

*

Été

 

En rêve les paroles, pastèque en juillet

fleurit jusqu’aux rivages

et les fillettes jeunes en couleur et duvet

angelot polisson, l’amour veille

et cache toutes les étoiles dans une étreinte.

 

Le matin suivant plongeons dans la vigne

cache-cache dans les feuillages

danse jusqu’au vertige des bêtises

flèches de cris avant de nous laver dans le fleuve

l’hameçon de la nuit nous trouve autour des feux.

 

Les figuiers gouttent, août essaim

qui aiguillonne les cœurs

ombres enivrées dans les ruelles de l’été

et dans les petits cinémas un filet d’air fou

nous envoie tous ensemble à l’abri de la première pluie.

 

*

Le temps botté

 

Je pense aux choses qui auraient pu exister

mais n’ont pas existé

[…] L’autre corne de la licorne.

L’oiseau légendaire de l’Irlande qui se trouvait

en même temps dans deux endroits.

Le fils que je n’ai pas eu.

J.L. Borges, Things That Might Have Been

 

Un bon pépé lui

le temps

Il t’a blessé d’innombrables fois

avec toutes sortes de contes !

 

Tantôt avec des gâteaux illuminés

par des bougies qui sans cesse augmentent

Tantôt avec des notes, des médailles ou des titres

pour chaque échelon qui représente le sommet

Tantôt avec des psaumes édéniques et des mets pittoresques

avec des calandas de fêtes ou des chœurs généreux

Tantôt avec des dieux qui sont ressuscités

Tantôt avec des dieux qui ressuscitent

Avec des sciences dispendieuses et des alchimies gratuites

avec des amours immatures et contes similaires sans intérêt

le temps

un bon pépé lui

te berce

avant que tu arrives à dire mot…

 

Jusqu’au jour plein d’allégresse

nullement à l’improviste

au contraire dans l’attente du rejeton

le rêve en personne

te réveillera !

Avec au début un petit duvet sur la tête

des extrémités frémissantes

comme les pulsations du vent

et des yeux brillants et purs

comme des flammes d’étoiles à peine nées

sans oubli

sans encore de mémoire

surtout sans goutte de mot

le rêve

t’éveillera avec ton propre sang.

 

Et c’est alors qu’une bonne fois pour toutes

il mettra à la porte

le gentil raconteur,

désormais

pieds nus !

 

*

Matin

 

Nous nous sommes éveillés tout près

l’un à l’orient du corps céleste de l’autre.

 

Il n’y a pas de quoi t’étonner

chaque fois que la nuit avec sa musique généreuse

nous métamorphose

en fruits plantureux et affamés

en fruits plantureux et assoiffés

que chaque morsure réciproque

fait renaître en suc et extase.

 

Avec sa traîne de soie silencieuse

le sommeil

nous a ensuite épluchés

tout juste pour que nous nous demandions

comme des amibes souriantes

où en vérité naît le rêve :

au-dessous ou au-dessus des paupières ?

au-dessous ou au-dessus de la lumière ?

 

De quelque façon qu’on épèle la réponse

l’amour établit un autre alphabet

dans la mémoire de nos cellules

comme le baiser un battement de cœur distinct

dans la crypte intérieure du cœur.

 

Toutefois

la dansante signature d’un seul jet de Σαγαπώ et de Σαγαπό[2]

semble finalement

inévitable

dans une telle splendeur.

 

C’est aussi une façon authentique

de continuer

à escalader un horizon

qui porte notre monogramme

– en dépit de ce

que les hommes nomment

            irréalisable.

 

Et c’est

   ce

   qui est arrivé

avec la première odeur baignée de soleil

de notre matin.

 

Nous nous sommes éveillés tout près

l’un à l’orient du corps céleste de l’autre.

 

Traduction J. Kaminski

 

Notes

[1] [NdE] « Aérostat » ou « ballon dirigeable »

[2] [NdE] Je t’aime et ch’taim’

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.