Jean-Claude Dutto a lu pour vous “L’Iliade et l’Odyssée, relire Homère” de Matthieu Fernandez

 ► ὁ λύχνος n° 154, novembre 2019, article six

Lu pour vous : L’Iliade et l’Odyssée, relire Homère, Matthieu Fernandez, éditions Ellipses, octobre 2019, 448 p., 26 euros, ISBN 9782340002685.

HOMER FOREVER…

Ὅμηρος ἐς αἰεί

Couverture du livre  : L’iliade et ‘l’Odyssée, relire Homère, de M. Fernandez

 

Le net recul des Humanités et la perte des repères de la culture classique ont, semble-t-il, rendu les épopées homériques plus étranges, exotiques, voire carrément étrangères, pour nombre de lecteurs de notre temps. C’est l’une des raisons pour lesquelles il convient plus que jamais de les examiner à nouveaux frais, afin d’en clarifier les enjeux et d’en raviver le goût pour les nouvelles générations. C’est à cette très noble tâche que s’est héroïquement attelé Matthieu Fernandez, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, agrégé de lettres classiques et docteur en études grecques, dans son ouvrage L’Iliade et l’Odyssée, relire Homère tout récemment édité chez Ellipses.

 

En effet, pour être tout à fait franc, l’Iliade est infiniment plus qu’un poème rébarbatif sur la guerre (de Troie en l’occurrence) et l’Odyssée infiniment plus qu’un lointain ancêtre des road-movies… Il fallait donc, dans un style clair, accessible et précis, faire chatoyer de leurs mille feux ces deux socles culturels, pour ne pas dire civilisationnels. L’auteur commence par situer les épopées homériques dans les poèmes dits « du cycle » (sous-entendu : troyen), car l’Iliade et l’Odyssée ne constituent à vrai dire que des « moments » de ce vaste ensemble dont ne subsistent que de maigres fragments et des abrégés tardifs. Il y est notamment question des « Chants cypriens », qui narrent les causes de la guerre de Troie et son déroulement jusqu’au moment où l’Iliade prend le relais, et de la « Télégonie », qui s’intéresse plus particulièrement à la fin des aventures d’Ulysse et à sa mort tragique, en contradiction d’ailleurs avec ce qui était annoncé dans l’Odyssée

 

Une fois cette mise en situation opérée, Matthieu Fernandez donne un résumé détaillé des différents chants des deux épopées, avant d’entrer dans le vif du sujet, le cœur du cœur, si l’on peut dire, la fameuse « question homérique », qui prend naissance dès l’Antiquité, qui se développe en une vive controverse aux XVIIème et XVIIIème siècles, et dont les spécialistes débattent encore de nos jours. Les enjeux essentiels en sont les suivants : La guerre de Troie a-t-elle vraiment eu lieu ? Les sociétés décrites par Homère ont-elles une réalité historique ? Et enfin, last but not least, Homère lui-même a-t-il existé ? Est-il, oui ou non, l’auteur des œuvres qui lui sont traditionnellement attribuées ? De l’une d’elles seulement ou bien des deux ? Matthieu Fernandez a l’honnêteté de prendre position dans ce débat épineux.

 

À cette question homérique se rattache directement celle de l’oralité de l’épopée et de sa fixation par écrit. Sous quelles modalités le passage de l’une à l’autre s’est-il accompli ? Un débat passionné a fait rage au XXème siècle et reste d’actualité entre les « unitariens », qui font valoir l’unité des deux œuvres, et les « analystes », qui considèrent de leur côté les deux poèmes comme des compilations de morceaux distincts.

 

Les chapitres suivants s’intéressent plus frontalement aux origines de la guerre de Troie, aux positions stratégiques des Achéens et des Troyens, ainsi qu’aux différences et similitudes entre les deux peuples. S’ensuit une étude détaillée de la composition de l’Iliade, qui se caractérise par une forte unité d’action et un habile procédé de rayonnement narratif qui permet au poète d’évoquer l’ensemble du conflit.

 

Il est temps maintenant d’aborder la composition de l’Odyssée, dont la structure se différencie de celle de l’Iliade par le « tressage » de ses fils narratifs dédoublés, comme l’expliquait déjà Aristote dans sa Poétique. L’Odyssée entremêle en effet savamment deux aventures complémentaires pour la pleine intelligence de son propos : le voyage de Télémaque à la recherche de son père disparu et le voyage d’Ulysse au retour de la guerre de Troie, jusqu’aux retrouvailles des deux hommes et à celles d’Ulysse avec son épouse Pénélope et son propre père Laërte. L’auteur montre que ce qui donne à l’Odyssée toute sa virtuosité, c’est l’enchâssement de ses divers récits.

 

Mais que seraient les épopées sans la présence des dieux et du merveilleux ? Personnifiant les diverses forces psychologiques qui animent les humains et incarnant les éléments ordonnés du « cosmos » grec, les dieux sont vus sous un angle clairement anthropomorphe. Pour Matthieu Fernandez toutefois, si l’Odyssée accorde une place prépondérante au merveilleux, l’Iliade, de son côté, en dépit des apparences, amoindrit la place des dieux pour laisser se développer l’action guerrière des hommes. Au lecteur donc d’adhérer à ce point de vue ou de le contester ! Après un passage obligé par la description du « héros » homérique, cet être d’exception « larger than life » (plus grand que nature), pour reprendre une expression chère à Gregory Nagy, spécialiste américain d’Homère, et l’analyse des valeurs qui le constituent (ascendance divine, force, courage, beauté, éthique de l’honneur et de la gloire), notre auteur se penche sur le sens du « voyage » dans l’Odyssée. Il nous montre que l’itinéraire suivi par Ulysse est avant tout d’ordre symbolique et que les diverses épreuves qu’il traverse revêtent une dimension initiatique visant à prouver sa valeur et sa piété et conduisant in fine à la restauration de son identité héroïque. Quant au voyage entrepris par Télémaque pour retrouver la trace de son père, il constitue en quelque sorte une ébauche de roman d’apprentissage ayant pour but, comme le dit Matthieu Fernandez, de « le confirmer dans sa filiation héroïque ».

 

L’ouvrage offre ensuite un bilan des épopées homériques. L’Iliade, tout en célébrant le caractère héroïque de ses personnages, montre toute la fragilité de la condition humaine face à la puissance des dieux, la force du destin et la violence de la guerre. L’omniprésence de la mort jusqu’en son terme fait apparaître la morale de l’Iliade comme fondamentalement pessimiste. L’Odyssée, pour sa part, penche plutôt pour une morale optimiste, dans la mesure où elle valorise une justice divine rétributive qui pénalise les impies et les injustes et favorise les bons. Elle débouche sur une fin plus heureuse, sur le plan privé comme sur le plan politique.

 

Après l’analyse proprement dite des épopées, il fallait se concentrer sur l’incroyable influence qu’elles ont exercée. C’est ce que fait Matthieu Fernandez, dans un long développement qui occupe plusieurs chapitres de l’ouvrage. En effet, dès l’époque archaïque et jusqu’à nos jours, l’aède Homère et ses épopées constituent un inépuisable réservoir auquel sont allés puiser tous les créateurs. Aucun domaine artistique n’y a échappé, depuis les tragédies et la céramique grecques jusqu’aux diverses réécritures et aux adaptations picturales, musicales ou cinématographiques dont ces œuvres ont fait l’objet. Un petit cahier iconographique central vient illustrer le propos.

 

En conclusion, nous laisserons la parole à l’auteur, pour qui relire les épopées homériques est, selon ses propres termes « un acte culturel fort ». « L’Iliade et l’Odyssée », nous dit-il, « proposent deux expériences anthropologiques universelles : leurs héros ne font qu’incarner sous une forme exacerbée les défauts et qualités humaines comme la colère, l’amitié, l’amour, la ruse, l’endurance. Elles permettent d’embrasser le manteau d’Arlequin de l’existence humaine, avec tous ses contrastes et ses contradictions. (…) Relire l’Iliade et l’Odyssée, c’est en définitive revenir sur soi, approfondir le présent à la lumière du passé, redécouvrir les sources d’une tradition plus vivante que jamais ». CQFD !

Jean-Claude DUTTO

7 novembre 2019

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.