Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°44)

 ὁ λύχνος n° 154, novembre 2019, article quatre

Pédé ! Pédo !

Masque de Dionysos, Musée du Louvre

Bouchez-vous les oreilles. Je vais dire des gros mots. L’autre jour, j’entendis un homme se faire insulter au volant de son Quatre-quatre noir: “Va te faire voir chez les Grecs, sale pédé !”

Je ne relèverai pas l’arbitraire de cette insulte “chez les Grecs”. Pourquoi chez les Grecs et pas chez les Turcs ou chez les Albanais ? D’ailleurs, les Grecs d’Alexandrie disaient dans l’Antiquité avec la même signification “Prends le bateau pour Marseille” Εἰς Μασσαλίαν πλεύσειας (Plutarque, Proverbes utilisés par les Alexandrins I, 60).

Mais ces deux syllabes pé-dé, une des insultes les plus fréquentes de la langue française, m’ont laissé rêveur sur leur pouvoir de violence.

Pédé ! Je ne sais pas si c’est une gloire dont il faut être fier, mais ce mot est grec. C’est une abréviation dissyllabique de pédéraste, selon le génie propre de la langue française actuelle qui adore les abréviations dissyllabiques comme philo pour philosophie ou géo pour géographie

Pédéraste est lui-même transcription du grec παιδεραστής [paiderastès] « amoureux d’enfants ». Le mot est savant en français. Il apparaît au XVIe siècle, sous la plume d’un certain Tabourot des Accords dans ses Bigarrures (1584) qui signale que le poète latin Ausone se moquait d’un « vilain pédant pédéraste » (ch. 15 Des acrostiches), c’est-à-dire d’un « mauvais maître d’école amoureux d’enfant », puisqu’il s’agit apparemment d’une moquerie contre ce qu’on appelle un cunnilingus que le maître d’école syrien Eunus aurait prodigué à une certaine Phyllis qui vend des parfums (peut-être une jeune esclave ?).

Le mot a bien le sens à l’origine d’« amoureux d’enfants », comme en témoigne ce passage[1] de Jean Benedicti, La somme des péchés et les remèdes d’iceux (1596), selon lequel Socrate « était vraiment pédéraste, c’est-à-dire amateur, non pas des corps, mais des esprits des enfants, pour les instruire à la vertu. » Ce n’est qu’au XVIIe siècle que le mot a pris le sens d’homosexuel, comme l’atteste le Dictionnaire françois : contenant les mots et les choses… de Pierre Richelet (1680) qui explique pédéraste par : “sodomite”.

Comment en est-on venu à ce sens ? C’est que le mot παιδεραστής [paiderastès] en grec est fort ambigu. Il désigne le fait que des adultes homosexuels recherchent l’amour de garçons (appelés παῖδες littéralement « enfants ») ou d’adolescents (appelés μειράκια). C’est ce que fait dire Platon à Aristophane, dans le Banquet (192b), qui a eu un grand succès à la Renaissance. Les êtres humains auraient été autrefois des dualités homme/femme, homme/homme ou femme/femme, et séparés désormais en deux, ils recherchent leur moitié. Qui est issu d’une dualité homme/homme rechercherait, quant à lui, l’amour des garçons :

πάντως μὲν οὖν ὁ τοιοῦτος παιδεραστής τε καὶ φιλεραστὴς γίγνεται, ἀεὶ τὸ συγγενὲς ἀσπαζόμενος.

“Ainsi donc, en général, un homme de ce genre est pédéraste (« amoureux de garçons ») et philéraste (« aimant son amant » ?), chérissant tour à tour ce qui lui est apparenté.”

L’homosexualité, telle qu’elle est définie par Aristophane, est asymétrique puisqu’elle va d’un adulte à un jeune homme, voire un jeune adolescent. Contrairement à ce qu’on imagine, cette pratique n’allait pas de soi dans l’Athènes classique. Et les parents étaient soucieux de protéger leurs fils des avances des adultes. Cela explique que le vrai Aristophane dans les Acharniens (v. 263-265) fasse appel au dieu phallique Phalès en le traitant ainsi comiquement :

“Phalès, compagnon de Bacchus

Bambocheur, vagabond nocturne, adultère, pédéraste…”

Φαλῆς, ἑταῖρε Βακχίου,
ξύγκωμε, νυκτοπεριπλάνητε, μοιχέ, παιδεραστά…

De même que le titre d’adultère n’est pas un titre de gloire mais une insulte, de même le mot pédéraste est une injure contre ceux qui qui aiment trop les jeunes adolescents, même si de telles actions semblent à la fois réprimées et tolérées … 

Il faudrait d’ailleurs peut-être traduire ici :

“Bambocheur, vagabond nocturne, adultère, pédophile…”

Car, dans la mesure où le mot pédéraste en est venu à désigner aujourd’hui l’homosexualité masculine entre adultes, la pédophilie désigne aujourd’hui plus spécifiquement cet amour scandaleux des adultes pour les “non-adultes”, qu’ils soient enfants ou adolescents. Le mot παιδοφίλης existe en grec ancien, mais il est très rare et semble synonyme de pédéraste[2]. Aujourd’hui pédophile a pris un sens tout à fait particulier et désigne, selon le Petit Robert : « la personne éprouvant une attirance sexuelle pour les enfants. »

Le mot est très bizarre. En effet, ce mot de pédophile est fondé sur un radical : –phile qui semble, selon Benvéniste[3], désigner plutôt l’affection qu’on porte à ses proches, voire généralement l’amitié (φιλία). Et pourtant, aujourd’hui, il désigne l’abjecte violence sexuelle faite aux enfants et aux adolescents. Au contraire, dans pédéraste, le radical -éraste renvoie à Erôs (ἔρως), à l’amour passionnel et charnel. Cela semblerait le mot adapté… Mais puisque le mot de pédéraste a été réservé pour désigner l’homosexualité, le terme de pédophile en est venu, contre la logique de son étymologie, à désigner “l’amour passionnel et charnel envers les enfants”. Ce sont là les étranges méandres de l’évolution des langues…

Quant à Socrate, était-il « amateur, non pas des corps, mais des esprits des enfants, pour les instruire à la vertu », comme l’écrivait Jea, Benedicti, c’est-à-dire en fin de compte un ami des enfants et des jeunes, comme le pense Platon ? Ou bien comme l’a voté le tribunal démocratique de 399 qui l’a condamné à mort, Socrate n’était-il qu’un horrible pédophile, un « violeur d’enfants, de jeunes » et pour le dire en un raccourci de deux syllabes, un sale pédo ? Par le platane et par le chien[4], je n’en sais qu’une chose, c’est que je n’en sais rien…

 

Christian Boudignon

Maître de conférences de langue et littérature grecques à l’Université d’Aix-Marseille

 

[1] Ce passage est cité par J-L. Hennig, Espadons, Mignons et autes monstres…, Paris, 2014

[2] Voir l’Onomasticon de Pollux, III, 70.

[3] Les institutions indo-européennes I, p. 339-358.

[4] Jurons célèbres de Socrate.

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


6 réflexions sur « Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°44) »

  1. Merci à monsieur Boudignon et à toute l’équipe de Connaissance hellénique, votre approche à la fois sérieuse et décalée me donne l’envie de me mettre vraiment au grec ancien.
    Je voudrais vous faire part de circonstances cocasses où se sont entremêlées les racines :
    τὸ πέδον, -ου
    ὁ ou ἡ παῖς, παιδός
    ὁ πούς, ποδός
    Une partie de mon activité professionnelle a été consacrée à la pédologie. Mon fonds de commerce n’avait rien à voir avec les pieds, pas plus qu’avec les enfants : je parcourais les campagnes une tarière à la main pour cartographier le sol (τὸ πέδον, -ου) et établir des cartes pédologiques. Quand je m’intéressais à la pédogénèse, c’était pour comprendre comment, au fil des millénaires, tel ou tel type de sol s’était développé en fonction de la géologie et du climat.
    Notre bureau d’étude était signalé par une plaque fièrement libellée « Atelier pédologique ». Le hasard a conduit une professionnelle de la santé à devenir notre voisine ; à son tour, elle se rendit visible par une plaque, placée face à la nôtre, qui annonçait : « Podologue ». Que de confusion dans les coups de sonnette et les appels téléphoniques ! « Non, nous, ce n’est pas les pieds ! » « Ah bon, pourtant ! ». Ce fut l’occasion de passer un peu de grec en contrebande aux porteurs de hallux valgus. Des tagueurs égrillards ont tranché en gribouillant sur nos volets respectifs un définitif « bande de pédés ».

  2. Merci Monsieur Boudignon pour toutes ces précisions très intéressantes.
    Vous dites que « Socrate a été condamné, entre autres, sous le chef d’accusation de “corrompre la jeunesse”, c’est-à-dire, il faut appeler un chat un chat, de “violer des jeunes » Or on avance traditionnellement que «  Corrompre » signifie enseigner la possibilité de refuser toute soumission aveugle aux opinions établies, donner à la jeunesse certains moyens de changer d’opinion à propos de normes sociales, de substituer la discussion et la critique rationnelle à l’imitation et à l’approbation et même de substituer la révolte à l’obéissance.
    D’où vient par conséquent cette idée de corruption comme ‘viol physique’ perpétré par Socrate sur des jeunes gens, même si par ailleurs son goût de la beauté masculine était bien connu ?

    1. Cher monsieur Dutto
      On lit dans les « Mémorables » de Xénophon (I,2,1) : « Mais il me semble étonnant que certains se soient persuadés que Socrate CORROMPAIT les jeunes, lui qui, en plus de ce qui a été dit, d’abord était le plus continent de tous les hommes en terme de sexualité et d’alimentation » (C’est ma traduction de la phrase : θαυμαστὸν δὲ φαίνεταί μοι καὶ τὸ πεισθῆναί τινας ὡς Σωκράτης τοὺς νέους διέφθειρεν, ὃς πρὸς τοῖς εἰρημένοις πρῶτον μὲν ἀφροδισίων καὶ γαστρὸς πάντων ἀνθρώπων ἐγκρατέστατος ἦν). Le fait que la « corruption »(διέφθειρεν) soit opposée à une supposée chasteté ou continence dans les plaisirs sexuels (ἀφροδισίων) de Socrate, montre que le mot est entendu au sens sexuel, c’est-à-dire « d’abus sexuel ». J’appelle cela « viols de jeunes ». Il vaudrait d’ailleurs mieux traduire : « CORROMPAIT les jeunes », par : « DETRUISAIT les jeunes » (au sens d’abus sexuel).
      Evidemment, c’est le point de vue de l’accusation. Platon et Xénophon représentent le point de vue de la défense. Qui a raison historiquement, je ne le sais pas, mais clairement l’accusation portait sur des abus sexuels, voire des viols commis sur des jeunes.
      Christian Boudignon

      1. Merci monsieur Boudignon de m’avoir mis sur cette piste. En relisant les premiers chapitres des Mémorables, il semble clair en effet que le réquisitoire porté contre Socrate ait fait de ce dernier, entre autres accusations, un incitateur à la débauche sexuelle (I, 2, 2 : Πῶς οὖν αὐτὸς ὢν τοιοῦτος ἄλλους ἂν ἢ ἀσεβεῖς ἢ παρανόμους ἢ λίχνους ἢ ἀφροδισίων ἀκρατεῖς ἢ πρὸς τὸ πονεῖν μαλακοὺς ἐποίησεν; Comment donc, avec ces qualités, aurait-il pu rendre les autres hommes impies, ennemis des lois, gourmands, débauchés – littéralement : sans maîtrise des plaisirs sexuels- , mous au travail ? ).
        C’est ce que Xénophon va s’évertuer à contrer , en démontrant que Socrate était non seulement lui-même adepte de la tempérance ou même de la continence, mais encore qu’il incitait ses amis et connaissances à éviter toute licence sexuelle (I, 2, 29-30 et I,3, 11-14).

      2. Bonjour,

        Votre article ne laisse pas d’étonner quant à l’interprétation des accusations portées en leur temps contre Socrate.
        Sur la base d’une relation antithétique entre διεφθειρεν et αφροδισιων que vous observez dans le texte de Xénophon (Mémorables), vous concluez que Socrate a été condamné notamment pour avoir corrompu c’est-à-dire, selon vos termes « violé des jeunes ».
        Au delà de ce qu’elle représente par son audace (2400 ans de littérature socratique n’auront pas réussi à faire émerger pareille idée), cette assertion a quelque chose de discutable.
        Si dans le texte de Xénophon, διαφθειρω a bien, en raison du contexte, une connotation sexuelle, l’acharnement que met l’auteur à vouloir laver Socrate de toute souillure invite à tout le moins à s’interroger sur la véritable signification du mot.
        Διαφθείρω dérive de φθειρω qui signifie ruiner, d’où corrompre, séduire par des présents. Renforcé par le préfixe δια, διαφθειρω désigne l’attitude de celui qui corrompt quelqu’un à prix d’argent, qui suborne, qui détourne. Cet usage est attesté chez Eschine (cf Bailly) qui d’ailleurs, fournit la solution.
        Eschine qui fut, contrairement à Xénophon, un familier de Socrate (cf Vlastos) a, dans son réquisitoire contre Timarque (134 et sqq), donné une définition des relations admises entre hommes : si celles-ci sont consenties, entre hommes libres, l’un plus âgé, l’autre plus jeune, elles sont aimables et estimables; si elles sont consenties à prix d’argent (la prostitution), elles sont condamnables et répréhensibles par un tribunal.
        Διαφθείρω dans le passage que vous citez des Mémorables a donc certainement le sens de « séduire, corrompre à prix d’argent ».
        Scandaleuse pour Xénophon, aux yeux de qui Socrate le vertueux n’a pas pu s’engager dans la voie d’un vil libertinage, l’accusation de corruption (dans son sens eschinien) devient inexistante dans l’Apologie de Platon.
        Pour Platon le logicien, l’accusation de corruption dans son acception vulgaire ne tient pas : soit Socrate a eu avec d’autres hommes des relations autorisées par la loi athénienne (et il n’y a rien à dire), soit il a eu des relations entachées de vénalité et de violence, ce qu’Anytos et Mélétos, les accusateurs de Socrate, seraient bien en peine de démontrer.
        D’un revers de main, Platon balaye la calomnie et fait du procès la pierre angulaire de sa métaphysique : insinuer le doute chez autrui, ébranler sa confiance dans les fausses certitudes, c’est d’une certaine manière le modifier, le détourner de l’illusion, détruire en lui la racine du mal. Tel est le délit de corruption dont se rendit coupable Socrate.

        1. Monsieur, dans mon article j’écrivais : « Cela explique pourquoi Socrate a été condamné, entre autres, sous le chef d’accusation de “corrompre la jeunesse”, c’est-à-dire, il faut appeler un chat un chat, de “violer des jeunes”. » Suite à votre réponse, j’ai supprimé cette phrase. Elle était née d’une hâtive interprétation des « Mémorables » de Xénophon. J’ai eu l’occasion de faire une recherche informatique pour vous répondre sur le « Thesaurus Linguae Graecae ». Dans la majorité des emplois, vous avez raison dans votre remarque sur διαφθείρω : cela signifie « corrompre, ruiner, détruire » ; on trouve un bel exemple chez Isocrate, « Sur l’échange », 30 : ὡς διαφθείρω τοὺς νεωτέρους λέγειν διδάσκων « que je corromps les plus jeune en les enseignant ». Cela révèle que c’est l’acte d’enseigner qui conduit à « gâter » (c’est la meilleure traduction de διαφθείρειν) la jeunesse. Cependant un autre exemple savoureux se trouve au livre 13 des « Deipnosophistes » ou « Banquet des sages » d’Athénee. Un certain Stilpon (d’après ce que rapporte l’historien méconnu Satyros) accusait lors d’un banquet une hétaïre nommée Glycéra (la douce !) de « corrompre la jeunesse » (Κατηγοροῦντος γοῦν ποτε Στίλπωνος Γλυκέρας παρὰ πότον, ὡς διαφθειρούσης τοὺς νέους). Celle-ci lui répondit : « On nous accuse de la même chose, mon Stilpon, Car, toi, on dit que tu gâtes ceux qui te rencontrent, en leur apprenant des raisonnements amoureux inutiles, et moi de même. Car il n’y a pas de différence pour les gens écrasés victimes de mauvais traitements soit de vivre avec un philosophe soit avec une hétaïre » «Τὴν αὐτὴν, ἔφη, ἔχομεν αἰτίαν, ὦ Στίλπων. Σέ τε γὰρ λέγουσι διαφθείρειν τοὺς ἐντυγχάνοντάς σοι, ἀνωφελῆ καὶ ἐρωτικὰ σοφίσματα διδάσκοντα, ἐμέ τε ὡσαύτως. Μηδὲν οὖν διαφέρειν ἐπιτριβομένοις καὶ κακῶς πάσχουσιν ἢ μετὰ φιλοσόφου ζῆν, ἢ ἑταίρας.» Même s’il y a peut-être des sous-entendus derrière le verbe διαφθείρειν (glosé par le verbe ἐπιτρίβειν « broyer, écraser » κακῶς πάσχειν « subir de mauvais traitements ») tout comme dans l’anecdote (car on ne sait pas vraiment ce que viennent faire ces raisonnements érotiques / amoureux dans la bouche d’un philosophe), il n’est pas question explicitement de viol mais plutôt de « gâteries », comme on dit en français.

Répondre à Yves MARHIC Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.