Chantal Thiérion a relu pour vous “La langue géniale” d’Andrea Marcolongo, avec quelques réticences !

► ὁ λύχνος n° 154, novembre 2019, article trois.

Couverture de “La langue géniale” d’ Andrea Marcolongo

 

Andrea Marcolongo, La langue géniale, 9 bonnes raisons d’aimer le grec, trad. B. Robert-Boisser, Paris, Les Belles Lettres, 2018

Le coup de foudre perdure

Même si je n’ai pas besoin de raison pour aimer « la langue géniale » qu’est le grec – le coup de foudre est arrivé avec l’apprentissage de l’alphabet et perdure -, la présentation enthousiaste du livre d’Andrea Marcolongo par Jean-Claude Dutto dans le n° 149 ( https://ch.hypotheses.org/2171 ) de la revue ὁ λύχνος m’avait donné envie de découvrir ces « neuf bonnes raisons d’aimer le grec » énoncées par l’auteur ; c’est maintenant chose faite, et j’y souscris pleinement et avec grand plaisir.
       

Quelques réticences

Mais après la lecture découverte et dévoreuse, est venue la lecture réfléchie et plus réticente.

        Quand on publie un livre en 2016, peut-on affirmer que la musique grecque « est pour nous aujourd’hui un trésor illisible et impossible à reproduire, comme par exemple les hymnes retrouvés à Delphes destinés à être chantés et joués » (p. 46) ? Même Wikipédia, à l’article consacré à la musique grecque antique, connaît la brillante helléniste et chef d’orchestre Annie Bélis, pour ne prendre qu’un exemple.

        Certaines formulations m’ont arrêtée : puisque « la distinction du grec ancien se faisait entre le genre animé, masculin ou féminin, et le genre inanimé » (p. 65), exemples à l’appui, faut-il en conclure que “le nourrisson”, τὸ τέκνον, était inanimé dans l’Antiquité, puisque « le mot signifiant “être vivant”, τὸ ζῷον, est neutre » (p. 68) ? Et à quel dialecte rare, pour ne pas dire chimérique,  renvoie donc ce τὰς Δελφιάς de la p. 92 que mon fidèle Anatole (Bailly) ne me donne pas ?
        Le traducteur n’est pas en reste, avec un ajout discutable : peut-être est-il exact qu’en italien, langue que je ne connais pas, le neutre n’existe pas ; mais il aurait mieux valu ne pas ajouter « comme en français » (p. 61) ! Nos démonstratifs témoignent du contraire : “cela” à côté de “celui-ci” et “celle-ci” est bien neutre.

        Est-ce une déclaration d’amour à cette « langue géniale » que d’affirmer à son propos que, « étant une langue morte, il n’y a pas de locuteurs survivants, mais seulement des textes, des héritiers muets » (p. 71), affirmation reprise p. 183, que « le grec est mort depuis un millénaire » (p. 132) ? Quand on pense au pourcentage de mots du grec ancien toujours employés dans le grec contemporain…

        La p. 105 d’ailleurs reconnaît que le grec « a toujours eu un développement grammatical continu et silencieux, interne, sans jamais aucune fracture ni révolution. » Pourquoi alors parler du grec ancien comme d’une langue morte ? N’est-ce pas plutôt un état donné d’une langue toujours parlée, comme on peut le dire de l’ancien français ?

        Enfin est-il sérieux et légitime d’écrire que « la première réaction de tout lycéen face à un texte grec va de la terreur à la peur, à la panique » (p. 131), que « le grec […] continue encore à provoquer une peur déraisonnée chez tous ceux qui l’approchent » (p. 132) ? Cette affirmation n’engage que son auteur, dont ce fut apparemment l’expérience, ce qu’elle ne reconnaît que tardivement, dans un entretien publié dans le Journal du Dimanche du 19 août 2018.

Un livre qui ne laisse pas indifférent


        Mais si un bon livre est celui qui ne laisse pas indifférent, alors ce livre d’une helléniste passionnée est excellent.

Chantal Thiérion


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.