P.M.H. Diouf et S. Faye : “L’éducation des enfants chez Homère et à Sparte”

► ὁ λύχνος n° 154, novembre 2019, article deux.

Portrait d’Homère d’après une copie romaine d’un original grec du ve siècle av. J.-C. , conservé à la Glyptothèque de Munich (Wikicommons) 

[Résumé : Dans cet article, nous nous intéressons d’abord à l’épopée homérique, dans laquelle la notion d’éducation a une résonance assez particulière. On nous y présente à la fois des enfances prodigieuses, mythiques et héroïques, avec bien évidemment une mission particulièrement importante qu’assure le pédagogue dans l’éducation. Pour ainsi dire, l’auteur homérique pense donc, à travers un style allégorique, révéler la vérité cachée du mythe de l’éducation à ses concitoyens, même illettrés. Le mythe devient ainsi une affaire morale. Ensuite, notre intérêt s’est porté sur l’œuvre de Plutarque, la Vie de Lycurgue, où l’auteur nous présente une autre forme d’éducation, celle des Spartiates marquée par une accoutumance à la douleur physique et à l’entraînement militaire, s’inscrivant principalement dans la poursuite d’un idéal collectif, un dévouement total à l’État ; mais également une éducation où la femme, quel que soit son statut, constitue un maillon essentiel de cette chaîne.]

            L’épopée homérique, l’une des plus prodigieuses de son genre, eu égard aux nombreuses réflexions sur le mythe et l’éducation, s’insère dans la riche histoire de l’allégorie. Les mythes homériques, qui méritent souvent une lecture interprétative, créent essentiellement un espace qui rend possible le rapport des personnages avec le divin. Mythe et éducation se côtoient tout au long de l’Iliade et l’Odyssée, œuvres dans lesquelles l’auteur nous propose des modèles de formation d’un homme accompli ou d’un héros, utiles pour toute cité.

En effet, à l’époque homérique et même posthomérique, ce besoin de modèle et d’identité était plus que pressant, car occasionné par la guerre. Aussi le culte de la force, du courage, de la douceur avec les siens et de l’hostilité envers les ennemis de la cité devenait-il une évidence aux yeux des Grecs. Et l’éducation y a joué sans aucun doute une place cruciale. L’auteur homérique (VIIIe siècle avant J.-C.) et Plutarque (IIe siècle après J.-C.) s’évertuent ainsi à poser les bases de programme d’éducation aussi bien pour les enfants que pour les hommes et les femmes, en se fondant sur une sophia (« sagesse ») et un mythos (« récit ») populaires et patriotiques imprégnés de valeurs cardinales qui nous concernent encore de nos jours. Ce mythe devient ainsi un instrument de l’éducation. Les modèles homériques sont porteurs d’un credo collectif, d’un ensemble de règles relatives à la vertu, et le système de Plutarque, à travers le personnage du législateur Lycurgue, se rapproche le plus de l’idéal du citoyen grec, avec une certaine sublimation des qualités guerrières. Ainsi notre travail s’établira comme suit : d’abord nous axerons notre réflexion sur l’éducation achéenne ou homérique (de l’enfance à l’adolescence) avec tous les acteurs qui y participent, c’est-à-dire les pédagogues et pédotribes, les mères et les nourrices ; ensuite nous nous focaliserons sur le modèle spartiate qui, de par sa particularité, a de quoi étonner plus d’un. Ici, également nous parlerons non seulement du rôle et de la place des nourrices et des autres femmes dans cette éducation, mais aussi de ceux du sport et de l’art martial.

  1. L’éducation à travers la poésie homérique
    • L’éducation du héros Achille : l’accompagnement du pédagogue

Dans certains passages de l’Iliade, il est question de l’instruction du héros achéen Achille. On découvre que Phénix lui apprend et l’art de la guerre et l’art de haranguer les foules[1]. Le Centaure Chiron lui enseigne les usages médicaux, des recettes presque magiques pour le soin :

« Mais sauve-moi du moins, en me menant à ma nef noire : entaille ma cuisse, pour en tirer la flèche ; puis lave à l’eau tiède le sang noir qui en sortira ; répands par-dessus les remèdes apaisants, les bons remèdes qu’Achille t’a fait connaître, dit-on, et que lui-même a appris de Chiron, le Centaure juste entre tous[2]. »

 Il lui apprend aussi à manier les armes en guerre :

« De son étui [Achille] tire la pique paternelle, la lourde et longue et forte pique que nul ne peut brandir parmi les Achéens – Achille seul le peut – la pique en bois du Pélion, dont Chiron, qui l’a coupée sur la cime du Pélion, a fait présent à son père, pour porter la mort aux héros[3]. »

Le rôle de Chiron et celui de Phénix, son précepteur, ont été de porter assistance à Achille tout au long de son parcours primaire, certainement en jetant les bases de ce qui devrait lui permettre de s’adapter à l’environnement qui allait être le sien ou de se rendre maître dans ce qu’il allait devenir. Phénix est allé jusqu’à le conduire à cette guerre de Troie qui allait constituer une de ses épreuves, au cours de laquelle il se verrait couvert d’honneur, mais durant laquelle Agamemnon lui déroberait sa concubine, le privant ainsi de son passage à l’âge adulte, ce qui sera le principal objet de son courroux[4].

C’est ici comme si, avant l’invention de « l’école » ou, dans certaines proportions, de l’éphébie, et avant l’entrée des femmes dans la vie masculine, il y avait la gouvernance des pédagogues. Ces derniers ne doivent pas être confondus avec les esclaves à qui était confié, plus tard, à Athènes, l’acheminement des enfants à l’école. Chiron et Phénix étaient plutôt des précepteurs, premiers enseignants d’enfants. Passeurs aussi, pour ainsi dire, de savoir, ils étaient très actifs dans cette sorte de guidance de ce que certains appellent l’âge de nature. Car on leur présentait des héros bruts, pas encore aptes à se couler dans le moule de leur société, en attente d’appartenir aux groupes requis, alors qu’ils étaient encore mineurs, et même enfants (c’est-à-dire sans doute avant sept ans) : « Tu n’étais qu’un enfant (νήπιον), et tu ne savais rien encore ni du combat qui n’épargne personne ni des Conseils où se font remarquer les hommes[5]. »

La mission du pédagogue dès lors n’est pas une sinécure, même si elle est noble. C’est la raison pour laquelle il doit faire preuve d’une grande maîtrise de son art. Il lui faut, comme Chiron, diagnostiquer les besoins essentiels à la formation de l’apprenti. De fait, si Homère semble n’accorder de crédit qu’aux cours de pharmacologie d’Achille et à son apprentissage du maniement des armes, ce n’est pas seulement, comme d’aucuns le pensent, parce que cela exprime l’image idéalisée d’un savoir encyclopédique, mais plutôt parce que ce savoir est utile contre chaque maladie (physique ou morale) et que le contenu de l’enseignement de Chiron accorde une large part à la vertu.

Il faut également au pédagogue conduire son élève, non pas tant en cuistre ou en surveillant, mais en le mettant dans une atmosphère et une situation de collaboration et en lui témoignant de l’affection. Ces qualités comme tant d’autres, l’enfant doit les puiser chez Phénix[6]. Précepteur moins mythique et plus confirmé chez Homère que Chiron, celui-ci se révèle pareil à un bon « conducteur », pour utiliser une image moderne. De manière allégorique, c’est lui qui a mené Achille sur les sentes et les routes de l’arétè (« la vertu »), cette valeur si chère à cette époque. À l’occasion, il a freiné le fils de Thétis et de Pélée pour éviter le choc des dangers qui se présentaient sur la route de son devenir héroïque : mauvaise compagnie, indignité, mauvaise alimentation, manque de savoir-vivre, malice, etc. Loin de le hâter, il l’a accompagné dans cette voie de l’accomplissement de soi, comme le dit Phénix lui-même :

« C’est moi qui ainsi t’ai fait ce que tu es, Achille pareil aux dieux, en t’aimant de tout mon cœur. Aussi bien tu ne voulais pas toi-même de la compagnie d’un autre, qu’il s’agît ou de se rendre à un festin ou de manger à la maison : il fallait alors que je te prisse sur mes genoux, pour te couper ta viande, t’en gaver, t’approcher le vin des lèvres. Et que de fois tu as trempé le devant de ma tunique, en le recrachant, ce vin ! Les enfants donnent bien du mal. Ah ! que, pour toi, j’ai souffert et pâti […][7] »

Attentionné, longanime et polyvalent donc, Phénix ne tirait certainement pas orgueil de ses connaissances et compétences ; il n’effaçait pas totalement les atouts intrinsèques d’Achille pour le faire repartir de rien ; il ne lui déniait pas toute capacité de participation à sa propre réalisation ni toute possibilité de se dépasser. N’est-ce pas lui d’ailleurs qui, le premier entre tous les héros ayant participé à cette guerre de Troie, a désigné Achille du titre honorifique de « pareil aux dieux[8] », réservé à ce dernier dans l’épopée d’Homère ? À lui tout dévoué, il sait son destin héroïque et il est peut-être conscient que son protégé avait à passer par une mort symbolique avant d’être au faîte de la gloire tant recherchée. En tant que témoin majeur de l’initiation de ce héros, notre maître a privilégié le conseil et la prière et lui a manifesté de la considération, lorsqu’il s’est agi de lui parler et aussi à chaque fois qu’il fallait l’assister. Il est heureux au reste qu’Achille lui ait rendu les honneurs, l’ayant promu capitaine des vaisseaux du quatrième rang quand ils allaient à Troie, l’ayant de surcroît désigné arbitre des jeux funèbres organisés en l’honneur de Patrocle[9]

Pour tout dire, le mythe de l’éducation d’Achille révèle quels doivent être le rôle et la place des pédagogues dans l’accompagnement de leurs élèves aussi bien dans l’Antiquité qu’à l’époque contemporaine. Mais on ne peut limiter l’éducation antique inspirée par Homère aux seuls exemples susmentionnés. Au côté du valeureux pédagogue, interviennent également, dans l’éducation des enfants, d’autres individus dont les qualités ne sont plus à dire : il s’agit des nourrices et des mères.

  • L’importance des mères et nourrices dans l’éducation

« Le choix de la nourrice importe d’autant plus que son nourrisson ne doit point avoir d’autre gouvernante qu’elle, comme il ne doit point avoir d’autre précepteur que son gouverneur. Cet usage était celui des anciens, moins raisonneurs et plus sages que nous. Après avoir nourri des enfants de leur sexe, les nourrices ne les quittaient plus. Voilà pourquoi, dans leurs pièces de théâtre, la plupart des confidentes sont des nourrices[10]. »

 Voilà ce qu’écrit Rousseau. La pratique de l’éducation des enfants, du temps de Rousseau, n’était pas si différente, si nous remontons à des périodes de plusieurs siècles antérieures, notamment aux époques archaïque et classique grecques. Généralement, l’éducation grecque était essentiellement d’abord l’affaire des mères, de l’allaitement à l’enseignement moral, à quelques exceptions près. Dans les familles plus aisées, la mère était très souvent secondée d’une nourrice qui, le plus souvent, était de condition servile.

Dans l’Odyssée, nous savons que ce fut la nourrice Euryclée qui reçut dans ses bras Ulysse dès sa naissance :

« ‘Eh bien, j’ai ici une vieille femme qui n’a dans l’esprit que de sages pensées ; c’est elle qui nourrit et soigna cet infortuné, elle qui le reçut dans ses bras, dès que sa mère l’eut enfanté ; elle te lavera les pieds, quoiqu’elle soit bien affaiblie. Mais, allons, sage Euryclée, debout, lave cet homme : il a le même âge que ton maître et sans doute Ulysse lui ressemble maintenant pour les pieds, pour les mains : car il ne faut pas longtemps pour que vieillissent les hommes dans le malheur.’ Elle dit, et la vieille femme cacha son visage dans ses mains[11]. »

L’importance des nourrices semble de mise. Par exemple, dans le Chant VI de l’Iliade, on peut encore observer toute l’importance qui est accordée aux tout-petits et aux nourrices : quand Andromaque devait rencontrer Hector, elle est accompagnée de la nourrice de son bébé :

« Elle vint donc à sa rencontre ; une femme l’accompagnait, tenant sur son sein l’enfant timide, un bébé encore, fils chéri d’Hector, et semblable à un bel astre. Hector le nommait Scamandrios, mais les autres Astyanax (roi  de la ville) parce qu’à lui seul Hector protégeait Ilion. Il sourit en voyant son enfant, sans rien dire ; mais Andromaque s’arrêta près de lui, tout en larmes, planta sa main dans la sienne et lui dit en le nommant : ‘Démon, ton ardeur te perdra ! Tu n’as pitié ni de ton jeune enfant, ni de moi, infortunée, qui bientôt serai veuve de toi. Car bientôt ils te tueront, les Achéens, en se jetant tous contre toi[12].’ »

 Dans un autre passage, Enée, à peine sorti du ventre de la déesse Aphrodite, a été confié aux nymphes[13], nous apprend l’auteur homérique :

« Et Aphrodite, la fille de Zeus, lui répondit : ‘- Anchise, le plus illustre des hommes nés sur la terre, je ne suis pas une Déesse : pourquoi me compares-tu aux Immortelles ? Je suis mortelle, et une femme m’a enfantée. Mon père se nomme Otreus, si toutefois tu as entendu ce nom, et il commande sur toute la Phrygie aux solides murailles. Je sais votre langue aussi bien que la nôtre, car une nourrice troyenne m’a nourrie dans nos demeures et m’a élevée toute petite, m’ayant reçue de ma chère mère. C’est pour cela que je sais notre langue et la vôtre.’ »

Zeus même, dont le récit hésiodique nous rappelle l’extraordinaire naissance, a été confié à Gaïa, pour échapper au terrible Cronos qui avalait ses petits dès leur naissance[14].

Mais il convient de comprendre que la mise en nourrice des enfants permettait à l’enfant de se préparer à une autre forme d’éducation organisée loin du giron familial.

  • L’éducation physique et sportive

Après leur passage dans le gynécée et bien nourris par leurs mères et/ou nourrices jusqu’à l’âge de sept ans au plus tard, les jeunes garçons étaient confiés aux Muses, aux Nymphes et même aux Océanides, si l’on en croit l’épopée homérique, pour l’apprentissage de la chasse, de la pêche et du combat, en général. Et l’usage voulait qu’ils s’habillassent en filles, puisqu’étant encore inaccomplis. Après une sérieuse formation marquée par le goût inaliénable du sport et le déploiement de l’intellect face aux épreuves (« un esprit sain dans un corps sain »), le jeune garçon, ayant atteint la puberté, pouvait prendre femme, en attendant de rivaliser de prouesses avec ses confrères. La course à pied ou la course de chars, la chasse, le tir à l’arc, le lancer du javelot étaient autant d’épreuves qui demandaient de l’adresse, de la droiture et de la sportivité. On peut citer le souvenir marquant du jeune Antilochos sur les propos sages de son père Nestor en matière de course de chars :

« Antilochos, malgré ta jeunesse, tu es aimé de Zeus et  de Poséidon, et ils t’ont enseigné l’art de conduire et tous ses moyens. Ainsi, nul besoin de t’instruire : tu sais bien virer autour des bornes. Mais tes chevaux sont très lents. Aussi je crois que cela ira mal. Les autres ont des chevaux plus rapides ; mais, par eux-mêmes, ils ne savent pas plus que toi avoir de l’idée. Toi donc, mon ami, mets dans ton âme des idées de toutes sortes, pour que les prix ne t’échappent pas. Par l’idée, le bûcheron vaut bien mieux que par la force ; par l’idée aussi, le pilote, sur la mer couleur de vin, guide son vaisseau fin, battu des vents ; par l’idée, le cocher l’emporte sur le cocher. Qui se fie à ses chevaux et à son char, sans réflexion, vire largement, par-ci, par-là ; ses chevaux s’égarent dans la course ; il ne les maintient pas sur le parcours. Mais qui sait ce qui est avantageux, quoique poussant des chevaux inférieurs, regardant toujours la borne, la contourne de près ; il n’oublie pas comment, au début, faire allonger ses chevaux, sous les rênes de cuir ; mais il les conduit sûrement, et observe celui qui le précède[15]. »

  À côté du concours de chars, existe l’épreuve de lutte à laquelle les jeunes garçons sont censés être bien formés, comme des héros. L’épisode du combat qui opposait Ajax à Ulysse en est une belle illustration :

« Tous deux, s’étant ceints, vinrent au centre de l’arène et se prirent étroitement l’un l’autre de leurs bras solides comme les chevrons qu’un charpentier fameux a ajustés, au faîte d’une maison, pour parer aux vents violents. Leurs dos craquaient sous leurs mains hardies, tirés durement. Leur sueur ruisselait. Des tumeurs serrées sur leurs flancs et leurs épaules empourprées de sang se gonflaient. Désirant la victoire pour le trépied bien fait, ni Ulysse ne pouvait faire glisser l’autre et l’amener au sol, ni Ajax arrêté par la forte résistance d’Ulysse… Du talon, Ulysse lui frappa le jarret, fit fléchir ses membres, le renversa en arrière et sur sa poitrine Ulysse tomba… À son tour, le divin, le résistant Ulysse souleva Ajax mais à peine lui fit-il perdre terre, sans l’enlever plus haut ; cependant, il lui ploya le genou et à terre tous deux tombèrent, à côté l’un de l’autre, et se salirent dans la poussière[16]… »

Ces deux exemples d’éducation sportive sur lesquels nous nous sommes limités suffiront à montrer tout l’intérêt que les Achéens accordaient au sport.

Il est également un peuple dont le courage et la force guerrière demeurent les piliers fondamentaux de son éducation : il s’agit des Spartiates. Cet aspect ethnologique et institutionnel qui les distingue des autres cités grecques sera l’objet de notre deuxième point.

  1. La formation de l’élite spartiate d’après le Lycurgue de Plutarque

« [Lycurgue], écartant la mollesse d’une éducation casanière et efféminée trop douce (comme celle des jeunes Athéniennes), n’habitua pas moins les filles que les jeunes gens à paraître nues dans les processions, à danser et à chanter lors des cérémonies religieuses, en présence et sous les yeux des garçons[17]. »

Ce passage de la Vie de Lycurgue de Plutarque nous apprend que les filles lacédémoniennes, loin de mener une vie anachorétique comme dans plusieurs cités hellènes, recevaient une formation rigoureuse, voire martiale au même titre que les garçons, et que la formation à Sparte est universelle, au moins collective. Plus largement, il veut suggérer que l’éducation est inscrite dans un cadre solidaire de dévouement à l’Etat qui permet à toute l’activité spirituelle de se déployer et de se réaliser[18]. L’importance de la femme dans la tradition éducative apparaît dès lors sans ambiguïté.

  • Le rôle et la place des femmes [19]

La femme spartiate avait une double mission à portée pédagogique qui laisse peu de place au doute : elle devait porter des enfants pour la mère-patrie[20]. L’accompagnement de la femme, qui poursuit le dessein déjà tracé par le nomothète plus ou moins mythique, n’est pas simplement initial, mais continu.

Il prend forme bien avant la conception. C’est d’abord par le biais de la formation physique reçue : l’initiation des jeunes filles à la lutte et aux autres activités athlétiques[21] participe à la volonté de créer une bonne race, à l’eugénisme, d’une certaine façon : une complexion forte, robuste des futures-mères, Plutarque précise-t-il, faciliterait l’enfantement, engendrerait la bonne croissance des enfants et ferait d’eux des hommes valides[22] ; « la liberté de leurs allures[23] » ne les rapprochait pas moins des pratiques eugénistes, car alors, aux yeux de notre auteur, le spectacle qui peut paraître scandaleux qu’offraient la nudité ou l’exhibitionisme de ces phainomérides (littéralement « montreuses de cuisses »), loin de gêner ou de déshonorer, « engendrait l’habitude de la simplicité, l’émulation pour la bonne complexion et faisait goûter à ce sexe un sentiment de fierté et non de bassesse, à la pensée que le sexe féminin ne participait pas moins au courage et à l’honneur[24] » et stimulait les jeunes gens au mariage.

C’est logiquement ensuite par le respect de l’institution qu’est le mariage et l’adhésion aux règles et rites hyménéens, au code d’Aphrodite ἄρεια (areia) ou ἐνόπλιος (enoplios)[25], l’exclusion des célibataires des joutes gymniques et les punitions et lazzis y afférant, leur disgrâce au temps de l’heureuse vieillesse, les pratiques qui entourent les nympheumata, la polyandrie ou l’échange de partenaires ou la politique d’enfants communs destinés à « faire fusionner les meilleurs corps et les meilleurs esprits[26] », que se renforce la παιδοποιΐα (paidopoiia), l’art de l’engendrement (cher à l’auteur du De liberis educandis et en usage dans une perspective élitiste). Tout cela contribue plus globalement à rendre la femme mature[27], à la rendre sinon autonome, au moins avertie en matière de gestion de l’oikos (« maison »).

C’est enfin par le biais de la formation intellectuelle que la femme s’éduque. S’il est vrai que notre auteur ne la développe pas comme les épreuves physiques ou le mariage dans cette biographie de Lycurgue, le passage relevé au début de cette partie est assez évocateur :

« Ayant écarté des jeunes filles toute mollesse, éducation casanière et toute nature efféminée, [Lycurgue] ne les accoutuma pas moins que les garçons à faire des processions nues, à danser et à chanter lors des cérémonies religieuses, en présence et sous les regards des jeunes gens. »

 Il résume le contenu et la finalité de cette éducation. Les jeunes filles sont formées à la poésie et à la musique, autrement dit au chant choral, sorte de combinaison de danse et de chant, qui a une longue tradition à Sparte et que l’on utilise dans des moments clefs de la vie de la cité, tels ce festival « du “jeu nu” à caractère assurément initiatique[28] » que sont les gymnopédies. Le contenu de ces chants choraux, et notamment des parthénées (chants féminins poétiques rythmiques), laisse voir que les jeunes filles sont sensibilisées à la vie collective et à ce que Sparte a de plus cher en termes de morale pratique et de mythes. La formation intellectuelle, en dernière analyse, prépare les jeunes filles à l’accompagnement moral et civique de leurs futurs enfants[29].

À la naissance de l’enfant, la femme est aussi présente. C’est tantôt l’avisée sage-femme qui, après l’approbation de la validité du bébé par les anciens, procède au bain avec du vin et non simplement avec de l’eau, comme c’est répandu ailleurs. C’est tantôt aussi la talentueuse nourrice qui le soumet à un régime austère :

« Les nourrices laconiennes, nous dit Plutarque, étaient soigneuses et expertes : au lieu d’emmailloter les bébés qu’elles élevaient, elles laissaient entièrement libres leurs membres et tout leur corps ; elles les habituaient à n’être point difficiles ni délicats sur la nourriture, à ne pas s’effrayer des ténèbres, à ne pas craindre la solitude, à s’abstenir des caprices vulgaires, des larmes et des cris[30]. »

 Cette rigueur de l’éducation des sages-femmes et des nourrices que l’on observe dès la naissance du bébé, où l’enfant impuissant se voit subir pour ainsi dire un bain d’ivresse, être privé de nourriture et habitué à vivre dans l’obscurité peut paraître choquante de nos jours dans les pays dits développés et peut rimer avec de la maltraitance. Mais dans notre contrée laconienne, elle était légitime et participait à la recherche de la perfection. Peut-être même cela avait-il, pour ce qui concerne le lavement du bébé avec le vin en tout cas, une valeur symbolique, et était-ce un rite d’intégration sociale, une manière de faire partie d’un peuple de guerriers.

 Pour tout dire, la femme spartiate, qu’elle soit jeune fille, épouse ou même nourrice, est un maillon essentiel de la chaîne de l’éducation. Bien formée, elle procède pour ainsi dire à un accompagnement pédagogique et même éducatif ; elle contribue efficacement à maintenir le charme d’une agogê (« mode de vie ») séculaire. Mais ce n’est pas seulement ce qui a touché plus d’un dans le système lacédémonien d’éducation. L’éducation physique et sportive parfois mixte est aussi une particularité de la Sparte de Lycurgue.

  • L’éducation physique et sportive parfois mixte

En matière de règles et coutumes primo-éducatives, on ne distingue quasi nullement ce qui est réservé au genre masculin et ce qui l’est au genre féminin. Avant sept ans du moins, les fillettes et les garçonnets sont élevés dans le foyer[31]. À partir de sept ans également, des pratiques leur sont communes : ils sont ôtés du giron familial pour être intégrés dans le système public d’éducation[32]. Mais ce sont surtout les garçons qui appartiennent totalement à l’État. Un patriotisme doctrinal est inculqué à ces derniers, qui peut prendre la forme de l’obéissance, de la sympathie et de la longanimité, sous la haute surveillance d’un magistrat dédié ou d’une sorte d’inspecteur de l’éducation, très souvent connu sous le nom de pédonome. Jusqu’à leurs onze ans, une activité régulière, obligatoire et quotidienne leur est imposée. Une question nous vient à l’esprit : quelle était la place des études de lettres ? Plutarque, sur ce point, nous apprend que les lettres importaient peu dans cette formation des enfants :

« Leur étude des lettres se bornait au strict nécessaire ; tout le reste de leur éducation consistait à apprendre à bien obéir, à supporter patiemment la fatigue et à vaincre à la lutte. C’est pourquoi leur entraînement devenait de plus en dur à mesure qu’ils grandissaient ; on leur rasait la tête ; on les habituait à marcher sans chaussure et à jouer nus la plupart du temps.[33] »

À Sparte, c’est la valeur guerrière qui avait priorité sur tout. C’est la raison pour laquelle les conditions de vie qui avaient un impact sur leurs corps étaient des plus dures.

Après cette deuxième phase, soit entre douze et vingt ans, le jeune garçon spartiate est enrégimenté. Plutarque se tait sur le contenu de « l’instruction pré-militaire[34] », mais s’extasie devant le spectacle du bataillon spartiate marchant en cadence au son de l’aulos (« la flûte ») et dans une placidité à toute épreuve. On en suppute que le maniement des armes, la tactique du combat en phalange en usage depuis longtemps en étaient les éléments essentiels et que les futurs hoplites partageaient avec les jeunes filles la gymnastique et la musique ou la poésie guerrière. L’adolescent lacédémonien n’est pas mieux loti en termes de brutalité de formation qu’à la période précédente. Il subit même une formation plus sévère avec un habillement négligé, une hygiène rebutante, une couchette inconfortable, des châtiments corporels pour les erreurs commises, une nourriture frugale, l’éducation au vol de moyens de subsistance, éventuellement la flagellation sur l’autel d’Orthia, l’épreuve barbare de la cryptie, etc.[35] C’est parce qu’ainsi il se prépare à la vie soldatesque.

En définitive, la rudesse de l’éducation marquée par une accoutumance à la douleur physique s’inscrivait principalement dans la poursuite d’un idéal collectif. Ce qui n’est pas sans récompense ; car hormis leur puissance militaire bien distinguée dans toute la Méditerranée, il y avait également cette révérence qu’on leur manifestait lors des concours et jeux. L’on nous apprend qu’« aux jeux olympiques, les champions spartiates tiennent une place d’honneur. La première victoire spartiate date de la XVe olympiade (720). De 720 à 576, quarante-six Spartiates l’emportent sur quatre-vingt-un vainqueurs olympiques. Dans l’épreuve de la course à pied (course du stade), vingt et un Spartiates sur trente-six vainqueurs gagnent le premier prix[36]. »

CONCLUSION

Notre analyse de la notion d’éducation dans l’Antiquité, tant à travers notre lecture des sources littéraires épiques qu’historiques, a permis de voir que l’éducation est indissociable du sport. D’Athènes à Sparte, l’endurance physique était au cœur de ce dispositif, avec des degrés différents. Si à Athènes l’éducation des enfants constituait un savant mélange qui mettait au premier plan la formation intellectuelle, morale et philosophique, il n’en demeure pas moins qu’à Sparte, cette éducation avait un penchant plus accentué pour la formation guerrière et athlétique, sans distinction de sexe, avec un fort penchant au patriotisme.

Cette éducation spartiate établie par la législation questionne nos sociétés modernes où non seulement parler de « premières puissances mondiales » revient à dire, avant tout, « pays puissants à la fois militairement et économiquement », mais où, bien souvent, le service militaire demeure encore une obligation pour tout jeune citoyen.

Pierre Mbid Hamoudi DIOUF (Maître-Assistant) & Stéphane FAYE (Assistant)

Université Cheikh Anta Diop de Dakar / FLSH

Département de Langues et Civilisations anciennes

Langue, littérature et Civilisation grecques

pmhdiouf@gmail.com   pierre3.diouf@ucad.edu.sn

stephane.faye@laposte.net

BIBLIOGRAPHIE

Calamé C., 2013. « Le chant choral des jeunes filles à Sparte », Cahiers de littérature orale [En ligne], 73-74, mis en ligne le 11 mai 2015, consulté le 13 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/clo/1935 ; DOI : 10.4000/clo.1935.

Clément d’Alexandrie, Le Pédagogue, [en ligne]. URL : http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/clemens_alex_peda_01/lecture/7.htm, consulté le 15 février 2019.

Damet A., 2017. « De Sparte à l’île du Soleil », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-3, consulté le 25 juillet 2019. URL : http://abpo.revues.org/3690.

Hésiode, 1947. Théogonie, Les Travaux et les Jours, Le Bouclier, texte établi et traduit par Paul Mazon, Paris : Les Belles Lettres.

Hésiode, 1986. Théogonie, texte établi et traduit par Paul MAZON, Paris : Les Belles Lettres.

Homère, 1942. Odyssée, chant XIX, Tome IV, texte établi et traduit par Paul Mazon avec la contribution de Pierre CHANTRAINE, Paul COLLART et René LANGUMIER, Paris : Les Belles Lettres.

Homère, 1981. Iliade, chants XIX-XXIV, texte établi et traduit par Paul Mazon avec la contribution de Pierre CHANTRAINE, Paul COLLART et René LANGUMIER, Paris : Les Belles Lettres.

Homère, 1987. Odyssée, chants XVI-XXIV, texte établi et traduit par Victor Bérard, Paris : Les Belles Lettres.

Homère, 1998. Iliade, chant XXII, texte établi et traduit par Paul MAZON et annoté par Hélène MONSACRÉ, Paris : Les Belles Lettres.

Homère, 2009. Iliade, chants I-VI, texte établi et traduit par Paul Mazon avec la contribution de Pierre CHANTRAINE, Paul COLLART et René LANGUMIER, Paris : Les Belles Lettres.

Homère, 2011. Iliade, chants VII-XII, texte établi et traduit par Paul Mazon avec la collaboration de Pierre CHANTRAINE, Paul COLLART et René LANGUMIER, Paris : Les Belles Lettres.

Legras B., 2004. Education et culture dans le monde grec, Paris : A. Colin.

Marrou H.-I., 1948. Histoire de l’éducation dans l’antiquité (t. I Le monde grec), Paris : Seuil.

Meillier C., 1984. « Une coutume hiérogamique à Sparte ? », Revue des Études Grecques, tome 97, fascicule 462-464, juillet-décembre, [en ligne], consulté le 12 août 2019 ; doi : https://doi.org/10.3406/reg.1984.1397   https://www.persee.fr/doc/reg_0035-2039_1984_num_97_462_1397.

Pirenne-Delforge V., 1994, L’Aphrodite grecque, Nouvelle édition [en ligne], Liège : Presses universitaires de Liège, (généré le 12 août 2019). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pulg/1409>. ISBN : 9782821828940. DOI : 10.4000/books.pulg.1409.

Plutarque, 1987. Œuvres morales, t.1, 1ère partie (Introduction générale par R. Flacelière et J. Irigoin, De liberis educandis, texte établi et traduit par J. Sirinelli, De audiendis poetis, texte établi et traduit par A. Philippon), Paris : Les Belles Lettres.

Plutarque, 1964. Vies, t. I : Thésée-Romulus ; Lycurgue-Numa, texte établi et traduit par R. FLACELIÈRE, E. CHAMBRY et M. JUNEAUX, Paris : Les Belles Lettres.

Plutarque, 1993. Vies des Hommes illustres : Lycurgue, Tome I, texte établi et traduit par Emile CHAMBRY, Robert FLACELIÈRE, Marcel JUNEAUX, avec la contribution de Jean IRIGOIN, Paris : Les Belles Lettres.

Rousseau J.-J., 1966. Emile ou de l’éducation, chronologie et introduction par Michel Launay, Paris : Garnier-Flammarion.

Rousseau J.-J., 1969, Émile – Éducation – Morale – Botanique, livre I, Paris : Bibliothèque de la Pléiade, n° 208.

Roussel P., 1960. Sparte, Paris : éd. E. de Boccard.

Ruzé F. et Christien J., 2007. Sparte. Géographie, mythes et histoire, Paris : A. Colin.

Vanoyéké V. 1992. La naissance des Jeux Olympiques et le sport dans l’Antiquité, Coll. Realia, Paris : Les Belles Lettres.

Wathelet P., 2000. « La double initiation d’Achille dans l’Iliade », Héros et héroïnes dans les mythes et les cultes grecs : Actes du colloque organisé à l’Université de Valladolid, du 26 au 29 mai 1999 [en ligne], Liège : Presses universitaires de Liège.

NOTES

[1] Homère, Iliade, IX, 442-443 : « Je devais t’apprendre à être en même temps un bon diseur d’avis, un bon faiseur d’exploits ».

[2] Ibid., XI, 828-832. C’est ici Eurypyle blessé qui mande l’assistance de Patrocle. Chiron a appris les mêmes remèdes calmants à Asclépios qui l’a transmis à son fils Machaon (cf. ibid, IV, 217-219).

[3] Ibid, XIX, 387-391. Le fait n’est pas clairement exprimé par Homère. Il nous semble sous-entendu : que Chiron ait fait don d’une lance aussi magique au père d’Achille peut laisser penser, par exemple, qu’ils avaient des liens privilégiés et que, sous ce rapport, le roi Pélée n’aurait pas ignoré sa disposition à former à la pratique guerrière et n’aurait pas hésité un seul instant à confier la formation militaire de son enfant à un si bon et généreux Centaure. Dans tous les cas, Homère sait que Chiron a formé d’autres héros comme Asclépios et ceux qui viennent après lui confirment ce passage d’Achille entre les mains de Chiron.

[4] Wathelet P., 2000. « La double initiation d’Achille dans l’Iliade », Héros et héroïnes dans les mythes et les cultes grecs : Actes du colloque organisé à l’Université de Valladolid, du 26 au 29 mai 1999 [en ligne], Liège, Presses universitaires de Liège, (généré le 03 octobre 2017) URL : https://books.openedition.org/pulg/760?lang=fr#bodyftn2 .

[5] Homère, Iliade, IX, 440-441.

[6] Phénix est souvent désigné par les auteurs comme le prototype de l’éducateur. Qu’il plaise de faire référence seulement à Plutarque dans le De liberis educandis (4B) et à Clément d’Alexandrie dans Le Pédagogue (I, 7). De plus, Lysimaque, le pédagogue d’Alexandre, dans la Vie d’Alexandre (5, 8) de Plutarque se faisait surnommer Phénix et considérait Alexandre comme Achille, Philippe, père d’Alexandre, comme Pélée.

[7] Homère , Iliade, IX, 485-492.

[8] « θεοῖς ἐπιείκελ’ ᾽Αχιλλεῦ » (Nous n’ignorons pas que certains considèrent les épithètes homériques telle celle-ci comme simplement formulaires). Le second, Hector, s’est frotté à lui avant de découvrir sa primauté (Iliade XXII, 279). Patrocle n’y arrive, en troisième position, que pour des besoins peut-être de structure (Ibid. XXIII, 80). Enfin Agamemnon n’en a la claire vision qu’après sa mort (Odyssée, XXIV, 36). Ce titre donc cache les limites humaines d’Achille et en même temps annonce l’avenir radieux du héros homérique.

[9] Homère, Iliade, XVI, 196 ; XXIII, 361-362.

[10] Rousseau J.-J., 1969. Emile, livre I, Paris : Bibliothèque de la Pléiade, p. 274. (Voir également Rousseau J.-J., 1966. p. 63)

[11]Homère, Odyssée, XIX, 353-359

[12] Homère, Iliade, VI, 400-409.

[13] Homère, Hymnes 3, « Hymne à Aphrodite ».

[14] Hésiode, Théogonie, v 479- 480 : « Et ce fut l’énorme Terre qui lui reçut son enfant, pour le nourrir et le soigner dans la vaste Crète. »

[15] Homère, Iliade, XXII, 306-325.

[16] Homère, Iliade, XXIII, 754-770.

[17] Plutarque, Vie de Lycurgue, 14, 4. Nous adopterons plus généralement la traduction de R. Flacelière et E. Chambry, Paris : Les Belles Lettres, 1964.

[18] Cf. Marrou H.-I., 1948. Histoire de l’éducation dans l’antiquité (t. I Le monde grec), Paris : Seuil, p. 41.

[19] Le terme est à prendre ici dans son sens générique.

[20] Cf. Ruzé, F. et Christien, J., 2007. Sparte. Géographie, mythes et histoire, Paris : A. Colin, p.109.

L’homo lacedaemonius, le paradeigma ou un tant soit peu le type d’homme qui a fait long feu dans cette cité, se révèle être un citoyen-soldat.

[21] Les autres activités athlétiques sont la course, le lancer de javelot et du disque. Ce détail, à notre connaissance, est propre à Plutarque (14, 3). Xénophon dit que Lycurgue a d’abord prescrit des exercices physiques (verbe σωμασκεῖν), sans plus de précision (Constitution des Lacédémoniens, I, 4).

[22] Cf. Plutarque, Vie de Lycurgue, 14, 3, op. cit. Il est heureux de relever avec A. Damet (« De Sparte à l’île du Soleil », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 124-3, 2017, p. 33, consulté le 25 juillet 2019. URL : http://abpo.revues.org/3690) que l’adage hippocratique selon lequel « si une femme engraisse outre mesure, elle ne porte pas d’enfant dans son ventre» (Hippocrate, De la stérilité des femmes, 229) est « en soi une justification de l’activité physique des jeunes filles et des femmes» (Christien, J. et Ruzé, F., Sparte, op. cit.), dans la Sparte antique.

[23] Roussel P., 1960. Sparte, Paris, p. 50.

[24] Plutarque, Vie de Lycurgue, 14, 7, op. cit..

[25] Voir, pour ce mot, Plutarque, Coutumes spartiates, 28, cité par Pirenne-Delforge V., 1994. L’Aphrodite grecque, Nouvelle édition [en ligne], Liège, (généré le 12 août 2019). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pulg/1409>. ISBN : 9782821828940. DOI : 10.4000/books.pulg.1409.

A Sparte, Aphrodite est plus généralement liée au mariage ; c’est, pour ainsi dire, la déesse laconienne du mariage.

[26] Damet A., « De Sparte à l’île du Soleil », op. cit. Pour l’ensemble des idées, voir Plutarque, Vie de Lycurgue., 15, 1-18, op. cit.

[27] Meillier C., 1984. « Une coutume hiérogamique à Sparte ? », Revue des Études Grecques, tome 97, fascicule 462-464, p. 382 [en ligne], consulté le 12 août 2019 ; doi : https://doi.org/10.3406/reg.1984.1397   https://www.persee.fr/doc/reg_0035-2039_1984_num_97_462_1397.

[28] Calamé C., 2013. « Le chant choral des jeunes filles à Sparte », Cahiers de littérature orale [En ligne], 73-74, mis en ligne le 11 mai 2015, consulté le 13 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/clo/1935 ; DOI : 10.4000/clo.1935.

[29] Legras, B., 2004. Education et culture dans le monde grec, Paris : A. Colin, p. 35 et 37.

[30] Plutarque, Vie de Lycurgue, 16, 4, op. cit.

[31] A. Damet (« De Sparte à l’île du Soleil », op. cit., p. 37) suspecte que les filles connaissent le rite de l’exposition au même titre que les garçons ; B. Legras (op.cit., p.33 et p.20) soutient qu’avant d’être adolescentes, les filles étaient formées à la maison, les garçons aussi avant 8 ans.

[32] Tel est l’avis d’A. Damet, op. cit., p. 39 qui affirme que les « jeunes enfants, filles et garçons, sont pris en charge dans le cadre d’une paideia publique et obligatoire, répartis en classes d’âge et soumis en à un contrôle permanent de la cité. »

[33] Plutarque, Vie de Lycurgue, 16, 10-11, op.cit.

[34] Marrou, H.-I., op. cit., p. 48.

[35] Cf. Plutarque, Vie de Lycurgue, 16, 12-14 ; 17, 1-8 ; 18, 1-2, op. cit.

[36] Vanoyéké V., 1992. La naissance des Jeux Olympiques et le sport dans l’Antiquité, Coll. Realia, p. 24, Paris : Les Belles Lettres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.