Editorial et sommaire du numéro 153 de juillet 2019

Plage et littérature grecque

Plage du naufrage à Zante (cliché Alexignatiou, Wikicommons)

L’été est souvent, pour ceux qui n’ont pas leur domicile au bord de la mer, le temps où à la plage ils prennent ou reprennent contact avec la mer, qui n’est pas alors perçue comme la mer de tous les dangers, mais comme celle qui ouvre les horizons, qui défait pour nous les blocages. C’était plus qu’un symbole, c’était une réalité bien concrète, dans l’Anabase de Xénophon (4, 7, 24), pour les Dix-Mille, qui à la vue de la mer poussaient le cri célèbre de « θάλαττα, θάλαττα » : le rivage allait leur offrir le dénouement de leur aventure. Et dans d’autres textes grecs aussi nous voyons les choses, dans le réel ou dans l’imaginaire, se nouer ou se dénouer sur le rivage.

Un certain Justin de Naplouse (100-165 ap. J.-C.), nous dit, dans son Dialogue avec Tryphon, avoir successivement cherché la vérité auprès d’un stoïcien, d’un péripatéticien, d’un pythagoricien, et enfin, à Éphèse où il s’était fixé, d’un platonicien qui lui enseigna une doctrine exaltante. « La contemplation des idées, dit-il, donnait des ailes à mon esprit, si bien qu’après un peu de temps je crus être devenu un sage. » (2,6) Dans cet état d’esprit, il se dirigea vers un certain endroit de la plage d’Éphèse, et fit là une rencontre qui décida du reste de sa vie : « J’étais près de l’endroit où je voulais arriver pour me trouver en face de moi-même. Un vieillard d’aspect respectable, donnant une impression de douceur et de gravité, me suivait d’assez près. » (3, 1) Une longue conversation s’engagea. Le vieillard parla à Justin des prophètes et de Jésus. « Puis il partit après m’avoir prescrit de méditer cela, et je ne l’ai plus jamais revu. Mais immédiatement un feu s’alluma dans mon âme. » (8,1). Et il devint saint Justin, le premier en date des théologiens chrétiens.

C’est également sur une plage que se situe le point de départ du roman Les Éthiopiques d’Héliodore (IVe s. ap. J.-C.), Des brigands, près du delta du Nil, découvrent sur la plage (αἰγιαλός), parmi une multitude de morts et de mourants, « assise sur un rocher une jeune fille d’une si extraordinaire beauté qu’on l’eût prise pour une déesse… Sa tête était couronnée de laurier… Elle contemplait un jeune homme étendu devant elle… Criblé de blessures, il semblait quelque peu revenir à lui, sortant comme d’un sommeil profond proche de la mort. » La jeune fille est Chariclée, prêtresse d’Artémis, et le jeune homme est Théagène, celui qu’elle aime. Toute la suite est riche en rebondissements qui tiennent le lecteur en haleine.

Le jeune Jean Racine, qui aux ‘petites écoles’ de Port Royal, avait bien appris le grec sous le direction de Claude Lancelot, se lança un jour dans la découverte de ce roman. Lancelot s’obstina à le lui confisquer. Racine le racheta deux fois pour en achever la lecture. L’animosité de Lancelot contre Héliodore ne tenait pas au fait qu’il fait partie des ἐρωτικῶν λόγων συγγραφεῖς, des ‘auteurs de romans d’amour’, mais à l’ambiance religieuse de son livre, qui est celle de l’antique polythéisme grec.

Si vous partez à la mer en ce mois d’août, glissez Les Éthiopiques dans votre valise. Vous aurez le plus grand plaisir à le lire à la plage.

Paul Challobos

Et maintenant le sommaire du numéro 153 de juillet 2019 et de ses 13 articles :

1. MARIE-HÉLÈNE DELAVAUD-ROUX : ESCHYLE CENSURÉ

https://ch.hypotheses.org/3176

2. MARC HÉROUET : L’ACCENT GREC ET HOMÈRE OU ESSAI D’UNE PARTITION MUSICALE DE L’HEXAMÈTRE DACTYLIQUE

https://ch.hypotheses.org/3191

3. JEAN-VICTOR VERNHES : QUAND PHRYNÉ DÉVOILAIT SON SEIN, OU DU NOUVEAU SUR L’AFFAIRE PHRYNÉ ?

https://ch.hypotheses.org/3212

4. BERNARD BOYAVAL : TROIS ARTICLES D’ÉPIGRAPHIE GRÉCO-ÉGYPTIENNE

https://ch.hypotheses.org/3219

5. MAYORO DIA : PLATON ET LES ACADÉMICIENS ÉTAIENT-ILS SCEPTIQUES SELON SEXTUS EMPIRICUS ?

https://ch.hypotheses.org/3223

6. THÉODOROS ZAPHIRIOU : LES AUTRES / ΤᾺ ἌΛΛΑ (TRAD. JANINE KAMINSKI)

https://ch.hypotheses.org/3232

Archives : J.V. VERNHES : LA THÉOLOGIE ORTHODOXE, OU COMMENT UNE QUESTION DE PRÉVERBES A ENTRAÎNÉ UN SCHISME ?

https://ch.hypotheses.org/3243

7. THEODOROS ZAPHIRIOU : FLEUVES (UN POÈME D’ACTUALITÉ TRADUIT PAR J. KAMINSKI)

https://ch.hypotheses.org/3248

8. J.V. VERNHES : DEUX LIVRES, DEUX GRAINS DE SEL, UN PAIN ET TROIS LIBRAIRIES

https://ch.hypotheses.org/3256

9. SABINE LEFEBVRE ET ALII, JULES CÉSAR ET LE SIÈGE DE MARSEILLE, ÉPISODE 3

https://ch.hypotheses.org/3264

10. JEAN-CLAUDE DUTTO A LU POUR VOUS « MOI, UN MANUSCRIT (AUTOBIOGRAPHIE DE L’ANTHOLOGIE PALATINE) » DE SIMONE BETA

https://ch.hypotheses.org/3269

11. PAUL CHALLOBOS A LU POUR VOUS : “L’ESCALIER” D’OLGA VOTSI (TRAD. B. GRASSET)

https://ch.hypotheses.org/3274

12. CHRISTIAN BOUDIGNON : VOUS PARLEZ GREC ET VOUS NE LE SAVIEZ PAS (N°43) : parasite

https://ch.hypotheses.org/3285

13. JEAN-MICHEL ROPARS : ULYSSE FIGURE SOUFFRANTE ET LUNAIRE (2)

https://ch.hypotheses.org/3301

Bonne lecture !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.