Paul Challobos a lu pour vous : “L’escalier” d’Olga Votsi (trad. B. Grasset)

► ὁ λύχνος n° 153, juillet 2019, article onze.

Photographie d’Olga Votsi

 

LU POUR VOUS : Olga VOTSI, L’escalier (Poèmes métaphysiques) livre bilingue présenté et traduit par Bernard Grasset, Châtelineau (Belgique), éd. Le Taillis Pré, 2018, ISBN : 978-2-87450-138-8, 14 euros.

Ce livre intéressera particulièrement les amateurs de poésie grecque de notre revue pour deux raisons. La première parce qu’Olga Votsi (1922-1998) est une grande poétesse grecque méconnue. Elle a un talent extraordinaire qui s’exprime de façon souvent grave et presque désespéré, mais avec quelques éclairs d’espoir : ainsi, dans le poème Tu descendais l’escalier (p. 53), elle se voit descendre l’escalier, devenue vieille, et soudain cette descente se transforme en celle d’un saint homme illuminé qui retrouve l’humanité après l’extase sur la montagne :

Tu descendais lentement – lentement

et c’est comme si descendait du sommet de la montagne le saint vieillard

aux blancs cheveux, sanctifiés par maintes et maintes rosées du matin

On croirait lire Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche, mais un Zarathoustra féminin, plein de douceur et de fragilité.

La deuxième raison est que feu Renée Jacquin (qui fut longtemps rédactrice du Lukhnos) avait publié des poèmes d’Olga Votsi sous le titre Le Dernier Ange et autres poèmes aux Editions de la Différence en 1993. Huit ans plus tard, elle adressait à Bernard Grasset les poèmes qu’elle avait traduits mais que l’éditeur avait refusés parce qu’ils étaient trop mystiques ! (Nous nous abstiendrons de commentaire.) Ce sont ces poèmes épars, retravaillés, retraduits par Bernard Grasset qui sont publiés sous le titre L’escalier (Poèmes métaphysiques). Or Bernard Grasset n’est pas pour nous un inconnu. Les lecteurs du Lukhnos connaissent ce traducteur-poète qui a contribué plusieurs fois à la revue[1] et qui nous a adressé ce volume, bouclant ainsi la boucle.

Le titre est bien choisi, car le thème de la descente revient souvent comme dans La solitude (p. 27) :

Tu descends à rebours l’escalier long et étroit

pour écouter peu à peu plus clairement le son sourd du puits,

le bruissement cristallin de l’eau.
Tu descends avec la corde à la main.

Cette descente se fait vers un puits, vers l’Hadès ou vers la grotte des Euménides, mais c’est en même temps une descente vers soi, pour écouter dans la solitude endeuillée le bruit de l’être intérieur.

Un autre thème, antithétique, est celui du vol des oiseaux comme dans le poème Et soudain tu te trouves comme les oiseaux (p. 77) :

Et soudain tu te trouves comme les oiseaux enfiévrés de désir,

au milieu de ce Paradis où, de manière si imprévue, on t’a mise,

duvets et coulée de lumière, touffes d’azur et fièvre indicible, suave…

C’est l’extase fugitive, qui illumine ces poèmes et redonne la joie de vivre. C’est l’illumination du poète, ou même du prophète, si l’on peut continuer la comparaison avec le Zarathoustra de Nietzsche, même si ces poèmes seraient plutôt une réponse aux thèses du philosophe qu’un acquiescement.

Ainsi dans un autre poème, c’est un aigle qui emporte (comme autrefois Ganymède) la poétesse au ciel dans Les aigles t’ont ravi (p. 67) :

Chemin vers le ciel, sur les ailes des aigles tu glissais

et tu t’enivrais avec le vin de l’extase,

une extase bachique

qui déployait le frisson de paupières fermées loin du corps,

loin de l’âme.

Il n’est pas question ici de continuer l’analyse de ces poèmes souvent émouvants. Le traducteur l’a fait à sa façon dans une postface. En tout cas, ces pièces sont très bien traduites par Bernard Grasset, même si l’on peut dire que la traduction de la poésie est impossible. Comment en effet rendre (p. 52) :

“Κατέβαινες ἀργὰ-ἀργὰ

κι ἦταν σὰ νὰ κατέβαινε ὁ ἑκατόχρονος ἅγιος ἀπὸ τὴν κορυφὴ τοῦ βουνοῦ

ὅπου εἶχαν ἀγιάσει τ᾽ἄσπρα τοῦ μαλλιὰ ἀπὸ τὸ πολὺ τῶ πρωινῶν ἀγιάζι” ?

Nous avons cité plus haut la traduction (p. 53) :

Tu descendais lentement – lentement

et c’est comme si descendait du sommet de la montagne le saint vieillard

aux blancs cheveux, sanctifiés par maintes et maintes rosées du matin

Le “saint centenaire” (ὁ ἑκατόχρονος ἅγιος) est devenu “saint vieillard”, on comprend le choix phonétique, mais comment rendre le jeu de mot entre τῶ πρωινῶν ἀγιάζι “givre des matins” et εἶχαν ἀγιάσει “s’étaient sanctifiés” ou “avaient été sanctifiés” ? Le givre (ἀγιάζι) en grec est presque homonyme du participe passé (anciennement infinitif) “sanctifié” (ἀγιάσει). Le givre sanctifie donc, selon le génie de la langue poétique. Le traducteur a déplacé le jeu de mot entre maintes et matin. ET a transformé le givre en poétique rosée. Faut-il jeter la pierre à Bernard Grasset en criant : Traduttore, traditore[2]. Non, car c’est là un geste somme toute habile, et cela nous dit surtout que toute poésie traduite est une recréation.

On espère que cette recréation sera pour le lecteur aussi récréation.

Paul Challobos

[1] Bernard Grasset est un poète bien connu des fidèles lecteurs du Lukhnos, auquel il a offert à plusieurs reprises de remarquables poèmes bilingues (grec ancien-français), brèves pièces descriptives d’une sensibilité et d’une esthétique parfois proche du haïku. Voir les numéros : 63,  p. 11 ; 70, 11 ; 77, 19 ; 84, 14 ; 90, 3 ; 95, 41 ; 104, 32 ; 11, 62-63 ; 122, 72-73. Bernard Grasset a aussi publié des poèmes purement français (cf. son recueil La porte du jour, dont nous avons rendu compte dans le n° 82, p. 3. )

[2] Nous aurions pensé à un jeu de mot entre “sainteté” et “scintillement” de rosée ou de givre. Mais on ajoute une idée, ce n’est pas mieux.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.