Jean-Claude Dutto a lu pour vous « Moi, un manuscrit (autobiographie de l’Anthologie palatine) » de Simone Beta

► ὁ λύχνος n° 153, juillet 2019, article dix.

Nicolas Poussin, L’inspiration d’Anacréon, Musée de Basse Saxe (wikicommons)

LU POUR VOUS « Moi, un manuscrit (autobiographie de l’Anthologie palatine) », Simone Beta, traduit de l’italien par  Thomas Penguilly, Paris,  Les Belles Lettres, avril 2019.

Il fallait oser narrer les péripéties d’un vieux manuscrit daté des alentours de 950 de l’ère chrétienne ! Eh bien, c’est chose faite ! Un professeur italien de philologie classique de l’université de Sienne, Simone Beta, s’y est attelé avec brio. Sur le mode autobiographique, il nous conte en effet les aventures de l’« Anthologie Palatine », un recueil d’épigrammes grecques, courts poèmes composés depuis la période classique jusqu’à la période byzantine. Ce recueil, qui porte aussi plus couramment le nom d’« Anthologie grecque », et dont le maître d’œuvre est un certain Constantin Céphalas, érudit byzantin du 10ème siècle, renferme les poèmes d’une cinquantaine d’auteurs, bien connus pour quelques-uns, la plupart d’entre eux étant plus obscurs. Les genres en sont vraiment très variés : épigrammes satiriques, érotiques ou amoureuses, funéraires, votives, démonstratives, morales, bachiques, homosexuelles ou pédérastiques, chrétiennes… L’auteur fait partir donc son récit de Byzance (Constantinople), où s’origine le manuscrit, et, avec un style enlevé et une érudition impeccable, nous conduit allègrement sur les traces du dénommé Codex Palatinus 23. Ce dernier va donc quitter son lieu de naissance, lors de la prise de Constantinople par les troupes ottomanes en 1453, être embarqué dans les divers remous de l’Histoire et passer de mains d’érudits en mains d’humanistes, pour voyager à travers quasiment toute l’Europe et à travers les siècles. Il finira par se retrouver malencontreusement sectionné en deux parties très inégales, dont l’une, la plus volumineuse, est aujourd’hui conservée à la Bibliothèque palatine de Heidelberg, au sud-ouest de l’Allemagne, et l’autre, beaucoup plus brève, se trouve à Paris, à la Bibliothèque nationale de France. Mais chut ! Comme on le dit de nos jours, il ne faut surtout pas « spoiler » ces aventures rocambolesques…Les amateurs n’ont qu’à s’y plonger le plus vite possible ! Un détail tout de même, qui a son importance ! En effet, à quoi bon écrire l’autobiographie d’un manuscrit aussi ancien si l’on ne peut pas voir de quoi celui-ci a tout bonnement l’air ? Que le lecteur se rassure ! Même si l’ouvrage de Simone Beta ne comporte aucune illustration (dommage…), il professore a tout de même eu l’excellente idée de communiquer les URL (adresses des pages hypertextes) permettant de consulter in extenso les deux parties de l’Anthologie Palatine et leur belle graphie grecque cursive, ce qui ne manquera pas de séduire les passionnés d’originaux. Enfin, pour aller jusqu’au bout de cette affaire, les Belles Lettres, à l’occasion de la célébration de leur centenaire, ont concomitamment édité la traduction en un seul volume de la quasi-totalité de l’Anthologie grecque, soit plus de 700 pages d’épigrammes, ornées de 16 illustrations originales. Amateurs de poésie grecque, vous voilà donc comblés !

Jean-Claude DUTTO


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.