Jean-Victor Vernhes : Une étymologie pour μύρμηξ, « la fourmi ».

▶ ETYMOLOGIE GRECQUE (ὁ λύχνος n° 134, article huit)

Une étymologie pour μύρμηξ ?

Jean-Victor Vernhes

Maître de Conférences honoraire de linguistique grecque à l’Université d’Aix-Marseille

 

fourmi et ses mandibuls wikicommon)
Fourmi et ses mandibules (Wikicommon)

Après les araignées (voir le précédent numéro 133 de « Connaissance hellénique »), nous allons nous intéresser à la fourmi, en étudiant le mot qui la désigne : ὁ μύρμηξ, τοῦ μύρμηκος

On trouve des formes apparentées dans plusieurs langues indo-européennes (enceltique, en arménien, en slave, en sanscrit…, sans qu’on puisse les faire dériver d’un prototype unique : comme le fait remarquer le dictionnaire de Chantraine, « Les noms d’insectes, qui n’appartiennent pas au fond noble du vocabulaire, sont exposés à des variations où peut intervenir le tabou linguistique ». Le mot latin est formica, qui vraisemblablement est une déformation d’un plus ancien *mormica (on a une semblable déformation dans formido, « l’épouvante » dont le sens premier est « épouvantail » et qui doit être rapproché du grec ἡ μορμώ, « l’épouvantail »).

Les variantes de ce mot dans les diverses langues indo-européennes tournent autour d’un thème *mor, pouvant se développer en *morw, ou *mewr, *mowr (qui peut se déformer en *worm) ; ces informations proviennent de l’article μύρμηξ du Griechisches Etymologisches Wörterbuch de H. Frisk.

Un vocalisme à problème : o / u

L’étude de ce mot présente des difficultés.

Qu’est-ce que ce vocalisme -υρ- ? Les alternances vocaliques dans une telle racine se font sur e/o, timbres conservés en grec. On a proposé de voir dans ce -υ- (anciennement prononcé [u], comme ou en français) le développement d’un point vocalique dans un degré zéro *m°r. Mais ce serait bien insolite : un tel point vocalique donne normalement un a (un o en éolien).

Or on a d’autres exemples de -υ-  d’explication difficile.

Ainsi dans ἡ ἄγυρις, « le rassemblement » (on connaît surtout ἡ πανήγυρις, « l’assemblée générale »). Le mot se rattache évidemment à la racine *ager de ἀγείρω, « rassembler », de ἡ ἀγορά, « la réunion, la place publique ». Mais comment rendre compte du -υ-  ? On comprendrait mieux un *ἄγορις avec vocalisme o de la racine, et le même type de formation que dans ἡ τρόπις, « la quille » (d’un bateau), τρόφις, « bien nourri », etc. Même problème pour le vocalisme de τὸ φύλλον, « la feuille » (à côté du latin folium), ou pour celui de μύλη , « la meule » (à côté du latin mola).

On s’interroge également sur le flottement entre τὸ ὄνομα, le nom et τὸ ὄνυμα (qu’on trouve en éolien et en dorien). On a pourtant une solution simple dans le fait qu’en éolien un o peut se fermer en υ. Ainsi dans ἀπύ à côté de ἀπό.

Certes, les mots présentés ci-dessus sont courants en dehors de l’éolien. Mais il peut y avoir des emprunts entre dialectes. Ainsi ὁ λοχᾱγός, » le chef de bataillon », avec son ᾱ, est un mot venu du dorien, à côté de ὁ στρατηγός, « le stratège ».

Mais il n’est pas indispensable d’avoir recours à l’hypothèse de l’emprunt interdialectal. Ces fermetures de o en u peuvent s’être manifestées sporadiquement et être peut-être des faits de prononciation populaire. Notons qu’en latin, à côté de formica, on a l’attestation d’un furmica.

Il est donc légitime d’envisager un *μόρμηξ à l’origine de μύρμηξ.

 

Quelle est la structure de μύρμηξ ?

Mais comment analyser cette forme et la rattacher à un thème *mor ? Quelle en est la structure ? La finale -ηξ (< *ᾱξ) ne pose pas de problème. On la trouve dans d’autres noms d’insectes, comme σφήξ, la guêpe, σκώληξ, le ver de terre, ἱέρᾱξ, le faucon. Reste à analyser μυρμ < *μορμ. La solution est dans l’étude du phénomène du redoublement expressif, et plus particulièrement du « redoublement brisé ». Nous disposons sur ces questions de l’ouvrage de Françoise Skoda : Le redoublement expressif : un universal linguistique. Analyse du procédé en grec ancien et en d’autres langues (1982).

L’ouvrage étudie des formations comme μαρμαίρω, « étinceler », ποιφύσσω, « haleter », γαργαρίζω, « se gargariser », etc. Un type courant de redoublement expressif, d’où découlent diverses variantes, est le type CVS-CVS (o.c., p. 33 et suivantes); C = consonne, V = voyelle, S = sonante (l,m,n,r sont des sonantes). On trouve ce type de redoublement par exemple dans βάρβαρος, « barbare », βόρβορος, « bourbier », etc. Entrent dans la catégorie du « redoublement brisé » « les formes dans lesquelles le redoublement se réduit à la consonne initiale » (o.c., p.35, note 37). C’est ainsi que CVS-CVS se « brise » en CVS-C (ou CSV-C en vertu d’une certaine labilité dans la place de la voyelle par rapport à la sonante). Un exemple classique est le nom latin du troupeau : grex, gregis sur une racine *ger qu’on retrouve en grec dans γάργαρα, « multitude » (neutre pluriel). On a aussi, dans le dictionnaire d’Hésychius d’Alexandrie (Ve ou VIe s. ap. J.-C.), la forme γέργερα. Au lieu de *ger-ger-, le mot latin présente un radical *greg. Cette racine *ger est distincte de la racine *ager de ἀγείρω, « rassembler ». Ainsi sur *mor-mor a pu être créé un radical *morm dulequel fut dérivé *μόρμηξ (ou plutôt *μορμᾱξ) devenant ultérieurement μύρμηξ.

 

Quelle est la racine de μύρμηξ ?

Mais qu’est-ce que cette racine *mor, ou plutôt *mer/*mor, pour tenir compte du système de l’alternance vocalique ? On a en latin mordeo, « mordre », auquel correspond en sanscrit mardati, « il broie ». Ce pourrait être, élargie par d, notre racine.

Nous écarterons ce que nous propose le LIV (Lexicon der Indogermanischen Verben), qui pose une racine *h2merd pour rapprocher mordeo du grec ἀμέρδω, « priver de quelque chose » (mot homérique : καπνὸς ἀμέρδει καλὰ ὅπλα, « la fumée ternit l’éclat des belle armes », dans Odyssée XIX, 18). Une laryngale initiale h2 donne un α- en grec et rien en latin. Mais elle n’a été supposée ici par le LIV que pour rapprocher ce mot grec et ce mot latin ; or le lien sémantique qui les unit est un fil bien ténu. Nous nous en tiendrons donc à notre rapprochement du *mor de la fourmi avec celui de mordeo : la fourmi peut fort bien avoir été désignée comme étant « la mordeuse ».

Peut-on aller plus loin dans l’exploration de cette racine ? Ici nous nous inspirerons de Calvert Watkins qui, dans The American heritage dictionary of Indo-European roots, propose de voir dans mordeo un élargissement en d de la racine *mer signifiant « la mort ». Cela peut aujourd’hui nous paraître sémantiquement un peu forcé. Mais lorsque l’indo-européen était une langue vivante, l’humanité vivait dans un environnement plus hostile que le nôtre, peuplé d’animaux (fauves, serpents venimeux…) dont la morsure signifiait la mort sûre. Ce qui n’allait pas empêcher mordeo de pouvoir ensuite s’appliquer également à des morsures plus anodines. Peut-on discerner dans les emplois classiques de μύρμηξ quelque chose de ce lien que nous croyons découvrir avec des idées de destruction forte ? Il semble que l’on peut observer cela dans des emplois métaphoriques de μύρμηξ. On trouve ce mot employé pour désigner un récif (les navires s’y brisent). Il désigne aussi, nous dit Hésychius, les πυκτικοὶ ἱμάντες, les lanières des pugilistes, lanières de cuir, pouvant être munies de métal, dont ils se garnissaient les poings, et qui faisaient d’autres dégâts que les actuels gants de boxe.

 

Je ne saurais vous quitter sans vous dire que l’idée de chercher un lien entre μύρμηξ et la racine signifiant la mort m’a été suggérée par Monique Cardell. 

Jean-Victor Vernhes

Maître de conférences honoraire de linguistique grecque à l’Université d’Aix-Marseille

 

Post scriptum

1 J’ai cité, de Calvert Watkins, The American heritage dictionary of Indo-European roots,  5e édition, 2011. Cet excellent ouvrage, qui vise un large public, étudie les racines indoeuropéennes présentes en anglais, soit directement, soit par emprunt, c’est-à-dire la grande majorité de celles-ci. L’ouvrage est introduit par une très bonne initiation à la grammaire comparée des langues indo-européennes.

2 Notons que pour les laryngales, il emploie les anciennes notations 1, ∂2, ∂3 que nous trouvons dans nos ouvrages de base (Chantraine, etc.), alors que les travaux les plus récents emploient h1, h2, h3.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


3 réflexions sur « Jean-Victor Vernhes : Une étymologie pour μύρμηξ, « la fourmi ». »

  1. Jean-VictorVernhes, ton exposé m’a fait rêver et c’est pas donné d’emblée ! Car les fourmis ! Il me semble que le mot breton : « MERIEN  » peut se retrouver dans mort de :  » MARV  » on est loin de l’ ankou ! Et de la nécessité…mais peut-être de l’origine :  » MERVEL  » qui veut dire mourir, s’ éteindre, s’engourdir toujours en breton ! … à bientôt peut-être à Paris..kenavo Philippe wolf

  2. Un grand merci pour cete docte étude.

    La lexie latine formica est à rapprocher, je présume, de l’espagnol ormiga par amuïssement du f initial et par la sonorisation de l’occlusive sourde « c » en occlusive sonore « g ».

    Suis-je dans l’erreur?

    Jean de Goiffon
    Stanford University Alumnus
    Consultant (H) du dictionnaire Robert et Collins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.