C. Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°42)

► ὁ λύχνος n° 152, mars 2019, article dix.

ZOO

« Qui veut faire l’ange fait la bête »

Pascal

Statue de basilic, Château de Trsat, Rijeka, Croatie (wikicommons)

La culture française continue, semble-t-il, de faire des ravages. Jusqu’en Arabie saoudite, les films français font des émules. On cite notamment ce grand classique du cinéma français, Le père Noël est une ordure, avec la scène finale où les personnages joués par Thierry Lhermitte et Gérard Jugnot envoient les restes d’un plombier découpé en morceaux aux animaux du zoo de Vincennes. Il faudrait interdire ce film. Car, paraît-il, le dauphin du roi saoudien, Mohammad ben Salman, s’est inspiré de cette scène pour la faire rejouer l’automne dernier en Turquie. Il aurait fait découper un journaliste hostile à son pouvoir et en aurait fait exfiltrer les membres morceau par morceau. De certains esprits rebelles vont même jusqu’à soutenir que le dauphin les aurait fait jeter au zoo de Riyad. Tout cela est, bien évidemment, impossible ! Ce n’est que pure calomnie : comment peut-on imaginer un prince musulman imiter un père Noël ?

Revenons à nos moutons. Cette for-mi-dable invention de l’humanité qui consiste à garder en cage des animaux sauvages porte en français un nom grec : ZOO.

Trois lettres qui font les délices des amateurs de Scrabble. Ces trois lettres forment un mot gréco-anglais ou anglo-grec, comme on voudra. C’est en fait l’abréviation de Zoological garden, ou « jardin zoologique », celui du Regent’s Park, fondé à Londres en 1828. Ce raccourci ne se comprend qu’à partir de l’anglais qui fait précéder le nom de son épithète. Dans cette langue, le terme se prononce [zou]. Le mot n’est entré en français qu’au XXe siècle. Pour moi, le mot se prononce [zo], mais pour le Petit Robert, et dans les souvenirs d’enfance de mon collègue et ami Jean-Victor Vernhes, il se prononçait [zo-o] en double phonème, comme dans zoologie.

En tout cas, la réduction de zoological à zoo et la simplification aujourd’hui de la diphtongue –oo en -o sont pour moi deux signes que le mot est devenu populaire et que l’on a perdu le souvenir de son origine grecque.

Zoo vient donc de zoologique ou zoological, lui-même issu de ζῷον [zôon] « être vivant », « être animé de vie », d’où « animal ». Un jardin où les animaux sont donnés en spectacle à un autre animal, l’homme. Car, si l’on veut bien plaisanter, l’homme est aussi un animal. Il est même dans le « zoo » de Dieu avec le lion, l’aigle et le veau ou le taurillon. C’est ce que dit l’Apocalypse (4,6-7) qui présente autour de l’autel céleste quatre animaux (τέσσαρα ζῷα) fantastiques avec quantité d’yeux et d’ailes : le premier semblable au lion, le second au veau, le troisième à l’homme, le quatrième à l’aigle.

Καὶ ἐν μέσῳ τοῦ θρόνου καὶ κύκλῳ τοῦ θρόνου τέσσαρα ζῷα γέμοντα ὀφθαλμῶν ἔμπροσθεν καὶ ὄπισθεν· καὶ τὸ ζῷον τὸ πρῶτον ὅμοιον λέοντι, καὶ τὸ δεύτερον ζῷον ὅμοιον μόσχῳ, καὶ τὸ τρίτον ζῷον ἔχων τὸ πρόσωπον ὡς ἀνθρώπου, καὶ τὸ τέταρτον ζῷον ὅμοιον ἀετῷ πετομένῳ.

« Et au milieu devant le trône et autour du trône, quatre animaux pleins d’yeux devant et derrière ; et le premier animal est semblable à un lion, et le deuxième animal, semblable à un taurillon, et le troisième animal, avec un visage comme d’homme, et le quatrième animal, semblable à un aigle en vol. » Voilà un « zoo » angélique qui fait rêver.

L’homme est donc un sacré animal. On l’a vu plus haut.

Mais il est un autre « zoo » qui me fait rêver, c’est un zoo totalement imaginaire fait des animaux fantastiques de la Bible. Je voudrais fuir les « cornes des licornes », marcher sur un basilic ou un dragon. A défaut de voir ce spectacle, on peut l’imaginer en ouvrant le livre des Psaumes dans la version grecque des Septante :

σῶσόν με ἐκ στόματος λέοντος καὶ ἀπὸ κεράτων μονοκερώτων τὴν ταπείνωσίν μου

 « Sauve-moi de la bouche du lion et sauve mon humble personne des cornes des licornes » (Psaume 21,22)

ou

ἐπ’ ἀσπίδα καὶ βασιλίσκον ἐπιβήσῃ καὶ καταπατήσεις λέοντα καὶ δράκοντα 

« Sur vipère et basilic tu marcheras et tu piétineras lion et dragon » (Psaume 90,13). Hélas, dans les versions françaises, par exemple dans la Traduction Œcuménique de la Bible, les licornes deviennent de simples buffles et le basilic un simple lion !

Pour entendre « geindre à cinquante lieues / Le rut des Béhémots » ou pour voir « fermenter les marais énormes, nasses / Où pourrit dans les joncs tout un Léviathan » il faut lire Le bateau ivre de Rimbaud dont ces mots sont extraits. On trouve aussi Béhémot et Léviathan cette fois dans les traductions françaises sur l’hébreu de nos Bibles. Mais n’ouvrez surtout pas le livre de Job dans la version grecque des Septante qui traduit platement Behemoth par θηρία [thèria] « bêtes sauvages » (Job 40,15). Quel manque d’imagination ! Quant à Leviathan, il devient un simple δράκων « dragon » (Job 40,25). Quelle platitude ! Non, moi je rêve du zoo de Béhémoth et de Léviathan, le vrai, où, dans la Bible hébraïque, Dieu invite Job à venir se promener. Je suis sûr qu’il a beaucoup de gueule.

Christian Boudignon

Maître de conférences

Département des sciences de l’Antiquité,

Université d’Aix-Marseille (AMU)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.