Jean-Claude Dutto a lu pour vous “La part du héros” d’Andrea Marcolongo

► ὁ λύχνος n° 152, mars 2019, article huit.

LU POUR VOUS :  Andrea MARCOLONGO, LA PART DU HEROS, Le mythe des Argonautes et le courage d’aimer, trad. Béatrice ROBERT-BOISSIER, Les Belles Lettres, Paris, 2019, 272 p..

Comment devenir le « héros » de sa propre vie ? C’est cette thématique aussi fondamentale que délicate qu’aborde Andrea Marcolongo dans son nouvel ouvrage, La part du héros, édité aux Belles Lettres.

Après le succès de  La langue géniale, 9 bonnes raisons d’aimer le grec, ce nouvel opus a pour trame narrative  Les Argonautiques  d’Apollonios de Rhodes, épopée composée au IIIème siècle avant notre ère, qui conte les aventures de Jason et de ses compagnons, une bande de jeunes héros grecs embarqués sur le navire Argô pour aller à la conquête de la fameuse Toison d’or, au pays de Colchide, sur la côte orientale de la mer Noire. Bien que mise en vers à l’époque hellénistique, cette histoire est antérieure à l’épopée homérique, l’Odyssée témoignant déjà de la geste argonautique.

Andrea Marcolongo nous présente ici, de manière originale, Les Argonautiques comme un mythe à visée initiatique, une sorte de Bildungsroman ou roman de formation. Même si le Bildungsroman en tant que genre littéraire naît à proprement parler en Allemagne au XVIIIème siècle, il plonge ses racines profondes dans l’antiquité, en particulier chez Homère et son Odyssée.

Comme elle sait si bien le faire, l’auteur fait converser le récit antique avec des réflexions parfois très personnelles (et des témoignages tirés du vécu) sur l’invitation pressante qui est faite à tous – les jeunes, bien sûr, mais aussi les plus âgés, pour qui il n’est jamais trop tard de faire un bilan – de prendre leur propre vie à bras le corps et d’en devenir en quelque sorte le « héros ». À son habitude et pour notre plus grand plaisir, elle émaille très souvent son texte d’éclairages lexicologiques et étymologiques très précieux visant à mieux nous faire comprendre son propos.

À la lecture de cet ouvrage, nous saisissons que, tout comme les Argonautes, et Jason en particulier, nous sommes nous aussi destinés à franchir au cours de notre existence des « points d’irréversibilité », au-delà desquels nous nous trouverons irrémédiablement transformés, le principal étant de rester coûte que coûte en marche vers le but qu’un jour nous nous sommes fixé.

Pour autant, l’essentiel n’est peut-être pas tant d’atteindre cet objectif ultime (même si c’est un aspect important de toute démarche existentielle), que de nous « embarquer » avec le plus de détermination possible et d’affronter sans peur les conditions du voyage qui doit nous y conduire, même si nous savons qu’il nous arrivera immanquablement d’échouer, d’être confrontés à des naufrages. Contre toute attente, nous en ressortirons in fine enrichis plus qu’appauvris, renforcés plus qu’affaiblis.

Comme le dit si bien Andrea Marcolongo, « nous sommes tous constitués au parfait et, en même temps, nous sommes chaque fois, chaque matin et chaque soir, de nouveaux présents » (p.228). À nous donc de faire jouer à plein toutes nos potentialités. De manière générale, la notion d’être « en devenir » est capitale dans le cadre de la démarche proposée par cet ouvrage, qui ne calque toutefois pas le modèle des manuels de développement personnel.

On y verra également que l’aspect « érotique » a une fonction déterminante dans la conduite « héroïque » de toute existence. Comme Jason a été mû par Éros à partir du moment où il s’est trouvé confronté à Médée, la fille du roi de Colchide, et que cette dernière, par amour pour Jason,  a tout mis en œuvre pour la conquête de la Toison d’Or, nous sommes nous aussi invités à nous laisser porter par cette puissance désirante.

Comme le dit Andrea Marcolongo, « Les Argonautes nous enseignent qu’au cours du voyage, le désir est une arme invisible mais invincible. Qui sait désirer s’élève aux étoiles, le regard toujours tourné vers l’immensité du ciel et jamais vers la pointe de ses pieds. Et seul qui sait désirer sait voyager. »

Il faut donc se laisser embarquer par cet ouvrage inspiré, qui pousse tout un chacun à affronter intensément l’aventure de sa propre vie.

                                                                                                         Jean-Claude DUTTO


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.