Flore Pascal : Chanter les Muses, haïr les dieux (suite et fin)

▶NOUVELLE  A L’ANTIQUE , SUITE & FIN (ὁ λύχνος n° 134, article sept)

 

Chanter les Muses,

Haïr les dieux

Flore Pascal

Etudiante de Lettres Classiques et écrivain.

 

Jupiter de Smyrne, musée du Louvre (Wikicommon)
Jupiter de Smyrne, musée du Louvre (Wikicommon)

 

Merde. Merde. Merde.

Que se passe-t-il ?

J’ai l’impression que l’Olympe est en train d’imploser.

Il faut que je me calme et que je reprenne depuis le début.

Depuis quelque temps, nous étions impressionnés par les humains. Ils se sont remis bien plus rapidement que quiconque ne l’avait imaginé. Je ne vous décris pas les airs fiers d’Athéna quand on le lui a fait remarquer. Elle est devenue la véritable patronne de cette nouvelle génération en compagnie de Dionysos et d’Hermès qui la secondent dès qu’ils le peuvent en compagnie d’autres demi-dieux.

Mais ça n’a pas plu à tout le monde.

Zeus méprise cette génération de mortels.

Depuis la fois où ils se sont soulevés, il désire toujours détruire cette cinquième race et en faire une nouvelle.

Et ça n’a pas raté. Quand il s’est rendu compte que les mortels étaient restés nomades, et avaient appris quelques connaissances pour se cacher des dieux, Zeus est entré dans une rage folle, jurant qu’il les tuerait tous.

Alors que tous se cachaient derrière des colonnes face à sa colère, Athéna s’est dressée contre lui.

Elle a refusé de lui céder les mortels.

Zeus lui a demandé de répéter.

Athéna a répété. Quiconque s’attaquant aux mortels que son père lui avait confiés deviendrait son ennemi.

Zeus l’a menacée. Et croyez-moi, je ne veux même pas décrire la scène.

Athéna n’a pas cédé. Elle a regardé son père dans les yeux et lui a répondu :

« Si telle est la volonté de l’Olympe, alors je quitte l’Olympe. »

Et elle a tourné les talons.

Personne n’a pu la retenir. Avec ses héros, elle est descendue sur terre où Dionysos se trouvait déjà.

Beaucoup de dieux disent que ce n’est rien. Que tout va redevenir dans l’ordre.

J’en doute. Je commence à connaître les Olympiens. Et Athéna n’est pas quelqu’un qui parle à la légère. Elle protégera les humains coûte que coûte. Et j’ai peur qu’ils n’en aient besoin.

Mon encre vient de se renverser et de tacher mes parchemins. J’espère que je pourrai les sauver.

Ca a recommencé.

L’Olympe tremble. Les cieux se couvrent.

Je crains que la colère de Zeus ne commence.

 

 

Zeus a attaqué les humains. Avec l’aide de Poséidon.

Ils ont essayé de ravager la terre.

Mais les dieux humanistes semblaient l’avoir prévu. Ils ont caché la plupart des mortels aux yeux de leurs confrères immortels.

Alors que tous les Olympiens, et même les héros se préparent à ravager la terre, nous n’avons pas eu de nouvelles des Enfers depuis un bon moment.

Est-ce qu’Hadès participera à cette guerre contre les humains ? J’espère que non. Face aux trois fils de Cronos, les mortels n’auraient aucune chance.

J’espère aussi que Scia va bien.

Des bruits de bronze retentissent.

Les héros ont commencé leur entraînement.

J’espère ne pas faire partie de ces combats. Etant donné la méfiance des demi-dieux à notre encontre, je ne m’inquiète pas trop à ce sujet.

 

 

Les héros sont descendus.

Ils ont fait chou blanc.

Ils n’ont rencontré que peu de mortels.

Athéna devait avoir prévu cela. Après tout, c’est une déesse de la guerre. Dionysos est officiellement de son côté. Ses pouvoirs permettent de contrer la famine que Déméter essaye d’envoyer sur terre.

Hermès est toujours en Olympe. Comme moi, il ne peut quitter son poste. Comme moi, il le fait à regret.

Les héros viennent de descendre une nouvelle fois.

Cette fois-ci, Zeus est à leur tête. Poséidon les aide depuis la mer. Arès mènera ses légions sur terre. Héphaïstos les a armés. Apollon veille sur eux. Artémis ne s’en occupe que peu. Elle continue à passer son temps à chasser les monstres. Aphrodite erre, soucieuse, dans les jardins de l’Olympe. Elle semble ne pas savoir vers qui se tourner. Sa fille, Harmonie, l’accompagne, également désespérée.

J’espère qu’Athéna et les siens sont bien cachés.

Les cieux se couvrent comme jamais.  Les éclairs…

… viennent de disparaître ?

Comment est-ce possible ?

Les éclairs de Zeus viennent de disparaître, engloutis par ces énormes nuages noirs.

Mais…

Je n’ai jamais vu de nuages noirs de ce style.

Ce ne sont pas des nuages de Zeus. Pas des nuages normaux.

Et l’air…

L’air semble s’être alourdi. Une brume sombre règne dans les jardins. Je ne comprends pas ce qu’il se passe. J’ai moi-même l’impression que je suis malade.

Mon cœur se serre.

Des cris résonnent dans l’Olympe. Des gémissements. Comme si c’était la fin.

Que peut-il encore se passer ? Je n’ai jamais entendu parler d’une telle chose.

Je me sens mal…

J’ai l’impression que l’on m’ouvre le ventre pour jouer avec mes entrailles.

Il me faut regarder par la fenêtre…

Aphrodite est la seule encore debout, au milieu des jardins. Elle est la seule qui ne s’est pas recroquevillée sur elle-même. La seule à ne pas sentir cette présence qui vient de s’emparer de l’Olympe.

Ses sublimes yeux sont écarquillés d’une peur qu’une enfant d’Ouranos ne devrait pas connaître.

« C’est impossible… »

Son murmure déchire le silence et les gémissements qui l’entourent.

« … Qui a pu faire cela ? Qui a pu tuer les Moires ? »

Ce fut la dernière chose que j’entendis. Inconscient, je m’écroulai à terre.

 

 

Qu’aurais-je donné pour dire que je me suis réveillé dans mon lit, Thalie me posant un linge frais sur le front !

Cela ne s’est pas passé ainsi.

Je me suis réveillé à même le sol, mon corps tout entier criant sous cette douleur que je n’avais jamais ressentie et que je ne pourrai jamais décrire.

Me réveiller à même le sol, soit. J’ai déjà vécu bien pire. Mais ce qui suivit…

J’ai déjà parlé de l’Apocalypse. C’est le mot que j’ai utilisé pour décrire l’ouverture des portes des Enfers. J’aurais dû le garder pour décrire ce que nous venons de vivre.

Me soucier des mortels est une occupation que je ne peux pas me permettre à l’heure actuelle.

Ce qui vient de se passer…

Hadès a tué les Moires.

Toutes.

Le destin a été détruit.

Zeus est descendu.

Hadès a combattu Zeus.

Ils se sont battus à mort. Aucun des deux n’a reculé. Aucun des deux n’a péri.

Mais il aurait fallu qu’il en soit autrement.

Je ne sais pas comment le combat s’est déroulé. Je sais seulement qu’il a chamboulé la terre et le ciel.

J’ai vu Zeus revenir en Olympe.

Ou plutôt, je l’ai vu se faire porter par Héraclès et Achille jusque dans son temple. Son ichor a sali le sol de l’Olympe. Et j’ai vu ce que les héros essayaient de cacher.

Zeus a perdu un bras. Son bras droit a été coupé.

A l’heure qu’il est, Apollon et Asclépios sont à son chevet.

Héphaïstos doit déjà être en train de fabriquer un automate pour son père.

Ecrit ainsi, tout peut sembler calme.

Ce n’est pas le cas.

L’Olympe est en crise.

Personne ne sait quoi faire.

Héra a décidé de poursuivre la voie de son époux. Elle se prépare à faire face à deux fronts.

Les humains et les dieux humanistes ont déjà attaqué des camps immortels sur terre, profitant du chaos.

Et les Enfers…

Ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils ne déclarent la guerre à l’Olympe.

Hadès n’en restera pas là. Pas alors qu’il a voulu ôter la vie de son frère. Bientôt, il nous fera parvenir un message. Et ce ne sera pas un message attestant de sa loyauté envers les cieux.

Pourquoi l’a-t-il fait ? Pourquoi a-t-il tué les Moires et attaqué Zeus ? Nous n’en savons rien. Les rumeurs les plus folles circulent. Mais je sais que, bientôt, nous aurons une explication.

Héra a ordonné de reformer les groupes d’attaque. Elle ne veut pas que les cieux perdent du terrain sur terre.

Même moi, j’ai été appelé. Il va me falloir entrer dans une guerre à laquelle je ne veux pas participer.

Je ne sais pas ce qu’il va se passer. Je ne veux pas le savoir.

Pourquoi ai-je accepté l’immortalité ?

 

 

Zeus…

Tout est de sa faute.

L’Olympe est en ébullition. Moi aussi.

Mais, après la mort de Ploutos…

Alors que nous ne savions pas ce qu’il se passait, des ombres ont envahi l’Olympe. Nous avons compris que les messagers infernaux arrivaient. Mais ce n’était pas la même chose que d’habitude. Normalement, leur arrivée tenait du jeu, là… ils semblaient vouloir savoir jusqu’à quel point ils pouvaient effrayer les cieux.

A l’entrée de l’Olympe, les ombres se sont rassemblées. Et ils sont apparus, tous en habits de guerre. Hécate s’est arrêtée au seuil des cieux. Thanatos et Hypnos l’escortaient, leurs mains posées sur leurs gardes. Derrière eux, les Furies jouaient avec leurs fouets. A leurs côtés, parfaitement calmes, les Aphorètai attendaient. Mon cœur s’est serré quand j’ai vu Scia. Elle était impassible. Le général qu’elle avait été lors de Nea Ilia était revenu. Enfin, trois nouveaux personnages sont apparus. Des hommes que je n’avais jamais vus. Celui du milieu avait les cheveux blancs, celui sur sa gauche était brun, et celui à droite était blond.

Des murmures ont retenti autour de moi.

« – C’est impossible.

– Les trois juges…

– Les trois juges des Enfers sont pour la première fois en Olympe. »

Les murmures m’ont inquiété. Les juges ? Les trois juges infernaux étaient montés ?

Quelle était cette folie ?

« Zeus ! »

La voix d’Hécate a porté à travers l’Olympe.

Une odeur d’ozone a envahi les lieux. Des pas lourds et cadencés ont retenti.

Je me suis tourné. Et ce que j’ai vu m’a inquiété d’autant plus.

Zeus arrivait. A la place de son bras droit, il arborait une prothèse en or. Sa nouvelle main serrait le foudre. A sa droite marchait Héra. Autour d’eux, les plus grands héros les escortaient. Achille, Héraclès, Thésée, Jason, Agamemnon, Castor et Pollux étaient prêts à se battre.

Lorsque j’ai réussi à me détacher de cette vision, j’ai remarqué alors que tous les dieux, mineurs et olympiens, étaient présents. Seuls les dieux humanistes et quelques dieux chthoniens manquaient à l’appel.

Hécate a pointé Zeus du doigt.

« Zeus, nous sommes ici pour obtenir justice ! »

La déesse a tourné l’une de ses têtes vers les trois demi-dieux. Tous trois se sont avancés. L’homme aux longs cheveux blancs a hésité une seconde. Mais le blond, d’un regard rouge, l’a forcé à se reprendre. L’homme aux cheveux blancs a fait apparaître une tablette dans ses mains.

« Zeus, fils cadet de Cronos, roi des cieux, ton frère aîné, Hadès, t’accuse d’avoir fait assassiné son épouse, la reine des Enfers, ta fille, Perséphone. »

Des murmures se sont fait entendre.

Murmures immédiatement coupés par la voix froide de l’homme que je venais de reconnaître comme étant Minos.

« Les Moires elles-mêmes se sont avérées être témoins de cet acte. Qu’as-tu à dire pour ta défense ? »

Les héros se sont écartés, permettant à Zeus de faire un pas en avant.

A cet instant, seulement, j’ai pensé à regarder Déméter. La déesse avait le visage cireux et les yeux écarquillés. Elle attendait la réponse de son frère.

« Pour défendre les cieux et les dieux, j’ai agi ainsi. »

Un cri de bête l’a empêché de continuer.

« Comment as-tu pu ? » hurla Déméter.

Zeus a eu un regard empli de tristesse.

« – C’était le seul moyen de convaincre notre frère.

– C’était ma fille !

– Déméter…

– Ma fille ! »

La déesse est tombée à genoux et a commencé à sangloter.

Le dieu de l’Olympe s’est tourné vers les juges.

« Quelle sera ma punition ? »

Etrangement, Minos n’a rien dit. Le blond a pris la parole.

« La mort. »

Zeus a plongé son regard dans celui du juge aux yeux rouges.

« Tu es bien sévère, Rhadamanthe, mon fils. »

Le juge n’a pas bougé sous son regard.

« Si la mort est ma sanction, quelle sera celle de mon frère pour avoir tué les Moires et m’avoir tranché le bras ? »

Cette fois-ci, le brun s’est avancé.

« Le seigneur Hadès a perdu son épouse et son œil à cause de vos mensonges. Par vos mensonges, les Enfers ont subi une crise que vous n’avez même pas daigné considérer. Sa peine est suffisante. »

Zeus a frotté son menton.

« Je vois… Ainsi les Enfers se déclarent mes ennemis. »

Les trois juges ont fait un pas en arrière et Hécate a avancé.

« Accepte ton châtiment, Zeus et les Olympiens survivront. Refuse, et les Enfers vous déclarent la guerre. Les ciseaux de mort sont entre nos mains. Nous pouvons vous tuer. Vous ne le pouvez pas. »

Zeus a éclaté d’un rire démentiel.

« Ah, Hécate, quelle comique tu fais ! Tu crois vraiment ça ? ! A ton avis, pourquoi ai-je demandé à récupérer les héros ? Mes fils se battront pour moi. Et ne pense pas que je n’ai pas prévu des armes aptes à ôter la vie de la mort elle-même. »

Il a dit cela en regardant Thanatos. Le dieu de la mort lui a rendu un sourire purement démoniaque.

Hécate a hoché la tête.

« Je te remercie de confirmer cela. A partir d’aujourd’hui, les Enfers sont vos ennemis. Nous vous détruirons. »

Hécate a fait demi-tour, suivie par Thanatos et Hypnos, puis par les juges et les Furies. Les Aphorètai ont été les dernières à partir.

Scia a dédié à Zeus un sourire de prédateur.

« Le message a été transmis, s’est-elle amusée. Mais je me demande où vous irez quand vous mourrez. »

Zeus a pointé son foudre dans sa direction.

L’éclair n’a frappé que du vide.

Les ombres venaient de disparaître. Le soleil a récupéré sa brillance habituelle. Mais le silence a persisté. Silence brisé par les sanglots de Déméter.

Zeus l’a regardée un instant avec douceur. Mais, petit à petit, cette douceur s’est transformée en mépris.

« – Te relèveras-tu, ma sœur ?

– Ma fille… Ma fille… »

L’agacement du roi des dieux est devenu visible pour tous. Il s’est avancé. Mais on lui a bloqué la route.

« – Que veux-tu lui faire, Zeus ? a demandé Ploutos.

– Tu ne t’approcheras pas de notre mère. A continué Despina. »

Zeus les a regardés tour à tour.

« – Vous mettez-vous sur mon chemin ?

– Nous protégerons notre mère.

– Nous t’empêcherons de la blesser davantage, traître. »

Un silence funeste s’est abattu sur l’Olympe.

« M’aurais-tu appelé ‘traître’, Ploutos ? » a demandé Zeus d’une voix douce.

Le dieu de la richesse n’a pas reculé et a affronté Zeus.

« – Oui. Tout est de ta faute. Les dieux humanistes, les Enfers… Tu as agi par pur égoïsme sans réfléchir un seul instant aux conséquences de tes actes. Tu as corrompu l’Olympe.

– Ne suis-je pas l’Olympe ?

– Non. Tu es… »

Ploutos n’a jamais fini sa phrase.

Le foudre avait été libéré.

Là où il se tenait, il ne restait qu’un tas de cendres.

Despina n’a pas bougé. Elle s’est contentée de regarder l’endroit où s’était tenu son demi-frère il y avait moins d’une seconde.

Elle n’a pas été la seule. Aucun d’entre nous n’a bougé. Nous étions tous hypnotisés par ce qu’il venait de se passer.

« Je suis Zeus, roi des dieux, a-t-il tonné, quiconque se mettra sur mon chemin sera éliminé. Qu’il s’agisse de mes frères, de mes sœurs, ou de mes enfants. Je gagnerai cette guerre. Même si pour cela il me faut la gagner seul. Suis-je clair ? »

Personne n’a parlé.

Zeus a fait demi-tour et a repris la direction de son temple, encadré par ses héros et accompagné de son épouse.

Despina est tombée à genoux et a posé une main sur les cendres de Ploutos. Quand elle a relevé la tête, ses yeux étaient emplis de haine.

« Qu’il en soit ainsi… », murmura-t-elle.

La déesse des Mystères a soulevé sa mère et a disparu.

Bien des sentiments sont passés sur les visages des dieux. Pour un grand nombre, la peur, ou pire, l’envie, l’a emporté. Mais pour d’autres, j’ai vu la colère prendre le dessus.

Et je ne parle pas des miens. Je haïssais l’Olympe depuis le récit de Scia. Là…

Une main puissante s’est posée sur mon épaule.

Même quand je me suis tourné vers lui, Ganymède ne m’a pas lâché.

« Il est l’heure de retourner travailler. »

La pression sur mon épaule s’est accentuée, m’empêchant de laisser sortir les mots qui voulaient quitter ma bouche.

Sous l’œil attentif du maître échanson, je me suis dirigé vers les cuisines.

Au moment où j’écris, alors que je suis abruti par la fatigue, la haine brûle toujours en moi. Et je sais que je ne suis pas le seul.

Je n’ai pas la force de décrire les repas olympiens. Avec le départ de Dionysos, les fêtes se sont arrêtées et peu importe ce que chantent les Muses ou Apollon. Désormais, les repas sont sinistres. Personne n’ose parler à Zeus depuis la disparition de Ploutos. Les rares rires qui résonnent sonnent faux.

Je sais qu’alors que je cherche mes mots pour retranscrire l’état de l’Olympe, un conseil s’est réuni dans le grand palais pour planifier ces guerres.

Je n’en sais pas plus à ce sujet. Je sais seulement que dès demain, je prierai pour n’avoir jamais entendu leur plan.

 

 

Ce que je prévoyais s’est passé aujourd’hui.

Les grandes lignes de la stratégie olympienne nous ont été dévoilées.

Les héros et un grand nombre de dieux ont été divisés en légions. Comme un certain nombre de dieux mineurs, je fais partie de la réserve. Nos tâches premières sont devenues secondaires. Asclépios profite d’être en Olympe pour perfectionner nos aptitudes. Je ferai partie de son équipe. En parallèle, je prends à nouveau des leçons d’escrime, données par les généraux d’Arès avant qu’ils ne descendent à la bataille.

Le gros des troupes va descendre sur terre une nouvelle fois. Il faut consolider les camps olympiens s’y trouvant. Hermès a repéré une place forte des humanistes. Une partie de nos forces, menée par Arès lui-même, attaquera. Mais ce ne sera pas l’assaut principal. Ils iront pour tester leurs ennemis. Une autre troupe, menée par Deimos et Phobos, attendra, et sera prête à intervenir pour protéger leur divinité.

En Olympe, Zeus surveillera les combats, accompagné d’Héra.

Poséidon, en parallèle, prépare sa propre guerre maritime. Même si les dieux humanistes ont peu de divinités marines, les Enfers peuvent attaquer les fonds marins.

La mort injuste de Ploutos permet à Zeus de ne rien redouter de la part des dieux mineurs qui sont restés. Après tout, beaucoup sont partis depuis longtemps. Mais certains Olympiens doutent. L’errance d’Aphrodite perturbe bien des divinités.

Arès tente de la rassurer. Etant qui il est, ce conflit lui permet de briller, à lui et aux siens. Héphaïstos, quant à lui, est rarement vu. Perdu dans ses forges, il travaille nuit et jour pour l’armée olympienne. Apollon surveille en compagnie d’Hélios le jour ; et la nuit, il aide Asclépios. Artémis… n’est presque jamais en Olympe. Je ne sais pas à quoi elle passe son temps. Hermès n’a plus une seconde à lui. Il les passe à courir entre ses devoirs d’éclaireur et ceux de messager. Déméter a disparu. Depuis que Despina l’a téléportée, personne ne l’a revue. Je pense qu’elle se cache sur terre. J’espère qu’elle aidera les humains pour se venger de Zeus.

L’Olympe tremble.

Les héros commencent à descendre.

Par la fenêtre, je les vois passer en compagnie des dieux mineurs qui ne sont pas déjà sur terre.

J’espère qu’Athéna aura de quoi les combattre.

Je plains ceux qui croiseront le fer avec Achille ou Héraclès, ou même… En fait, je les plains tous.

Où en sont les Enfers ?

Je pense que nous le saurons bien assez tôt.

Se placeront-ils du côté des humains avec Athéna ou bien décideront-ils de faire cavalier seul ?

Connaissant Hadès, je ne sais pas. En revanche, je redoute ses actes. Si Athéna, Dionysos et tous les dieux humanistes ont quelques redoutables combattants comme Ulysse et Persée, ils n’en ont que peu. Contrairement aux Enfers. Hadès n’aura aucune pitié. Il lâchera tous les damnés contre l’Olympe sans arrière-pensée.

Je ne sais même pas si je préfère qu’Hadès accepte une alliance avec Athéna ou non.

Voilà.

L’armée vient de quitter l’Olympe.

Tout à coup, l’endroit est bien calme.

Il ne nous reste plus qu’à attendre le retour des guerriers.

Ganymède va probablement m’envoyer chercher, mieux vaut que je range mon ouvrage.

 

 

J’ai pensé ne jamais pouvoir rejoindre ma chambre.

Mais maintenant que me voilà de retour, et débarbouillé de tout le sang qui séchait sur ma tunique, je peux continuer mes écrits.

La guerre des dieux a définitivement commencé.

Sur terre, la première partie est bien entamée. Arès a attaqué le camp. Comme prévu, au moment critique, il a appelé ses généraux à son aide. Ils ont commencé à gagner. Mais Arès n’avait pas prévu qu’eux-mêmes seraient pris en sandwich.

Une nouvelle armée humaniste a rejoint la bataille.

Une armée menée par Athéna elle-même. Une armée qui avait pour généraux Persée, Hector et Scia. Ses capitaines n’étaient autres que Léonidas, Hannibal et Napoléon. Si Hadès n’a plus les héros avec lui, il semble ne pas hésiter à appeler les mortels descendus chez lui.

L’armée menée par Arès a presque été éliminée. Ils ont été obligés de fuir. Heureusement pour l’Olympe, la légion menée par Héraclès a réussi à regagner l’un des forts olympiens perdus lors de la convalescence de Zeus.

Cependant, la bataille principale a été une défaite retentissante.

Arès est remonté, blessé. La plupart des héros sont restés dans leurs campements sur terre. Les embuscades et les batailles qui s’annoncent ne leur permettent pas de revenir. Parfois, ils arrivent à remonter par escadrons, en prenant des tours. C’est ce qui s’est passé avec Arès. Nous avons dû soigner un groupe le plus rapidement possible. Ils sont redescendus juste après pour être remplacés par d’autres. Et ainsi de suite jusqu’à ce que toute l’armée ait été traitée.

Mais j’oublie un fait majeur. Cette bataille a effrayé les combattants. Comme je le pensais, les Enfers ont rejoint les dieux humanistes. Il s’est passé quelque chose que Zeus lui-même n’avait pas prévu.

Hadès ne s’est pas gêné pour changer le cycle de la vie. Nous ne savons comment, mais ses suivants semblent immortels. Heureusement, il ne s’est pas montré sur le champ de bataille. S’il l’avait fait, je n’ose imaginer ce qui se serait passé.

Si les fils de Cronos, et même les autres Olympiens, ne participent pas à toutes les batailles, il y a une raison. Leur puissance est bien trop grande. Quelles seraient les conséquences d’un tel combat ? Déjà que voir Athéna commander elle-même son armée était un fait exceptionnel… Si les dieux veulent garder une terre vivante et vivable, ils ne peuvent se permettre d’agir sans réfléchir.

Cette guerre est infâme.

Y penser me donne envie de vomir. J’aimerais pouvoir descendre et aller aider Athéna. Mais je ne peux pas. Nous autres, petits échansons et petits dieux mineurs, sommes bien trop surveillés. Pas autant que les paidia, mais presque.

Je viens de me rendre compte que je n’ai pas parlé d’eux… Ma fatigue est bien plus grande que je ne le pensais.

Durant les batailles, les dieux ont asservi des humains. Mais d’humains, ils ne portent plus que le nom. Il s’agit de véritables esclaves, de bêtes que l’on doit nourrir et qui combattent. Il s’agit d’humains capturés, puis torturés pour connaître la base d’Athéna. Personne ne sait où se cachent les dieux humanistes. Après avoir brisé leur esprit, on permet à leur corps de se rétablir. Puis les héros les entraînent. Et les dieux s’en servent comme chair à canon.

Je ne pensais pas que les dieux en arriveraient jusque-là.

Mais il m’a fallu accepter les faits.

Par ma fenêtre, je vois un nouvel escadron qui vient de monter. Louis est allé à leur rencontre. Il a pris mon tour.

Pendant que j’en ai encore le temps, il vaut mieux que j’aille me coucher.

Je reprendrai mes écrits quand je le pourrai.

J’aimerais finir sur une prière. Une prière qui permettrait l’arrêt de cette guerre qui ne fait que commencer. Mais à qui pourrais-je l’adresser ? Les dieux n’écoutent plus.

 

 

Les combats ne s’arrêtent plus.

Dionys, la ville de Dionysos, est désormais assiégée. Beaucoup d’armées s’y trouvent.

Et je redoute que ce ne soit que le début du siège.

Les humains n’ont que deux villes, Dionys et une autre dont nous ne connaissons pas même le nom. Il s’agit de la cité d’Athéna. Mais personne n’a été capable de connaître son emplacement. Les tortures n’ont mené nulle part. Les Olympiens veulent donc faire tomber cette ville à tout prix, en signe d’exemple.

Mais ce siège a un coût. Des membres de la réserve sont désormais appelés. Les demi-dieux et les dieux combattants ne sont pas remontés depuis longtemps. Il faut des forces neuves.

Bientôt, il me faudra descendre.

Ils sont en cruel manque de médecins.

Et je n’ai aucune envie d’y aller, de les aider.

On me dira que je pourrais essayer de m’enfuir pour rejoindre l’autre côté.

Je sais que cela me sera impossible. Les nouveaux dieux sont bien trop soupçonnés pour que l’on me laisse sans surveillance. Les Olympiens redoutent de nouvelles trahisons. Il y en a déjà eu beaucoup. Et ils savent que beaucoup d’autres sont à prévoir, quel que soit le côté.

On est en train de m’appeler.

Clark est mort.

Je dois prendre sa place dans le cortège d’Asclépios. Et si je suis bon, je serai peut-être muté dans un autre escadron.

Je ne veux pas. Mais je ne peux pas refuser.

Pleurer les morts nous est impossible.

Il me faut m’armer et accomplir ma sinistre besogne.

 

 

Je suis descendu sur terre.

Lorsque mon pied l’a touchée, ça m’a fait bizarre. Je ne l’avais pas touchée depuis… depuis la mort de ma famille. Et je ne sais pas à combien de siècles ça remonte !

J’ai regardé la forêt qui m’entourait, espérant y reconnaître quelque chose, aussi idiot que cela puisse être.

Evidemment, je n’en ai pas eu le temps.

Asclépios nous a ordonné d’avancer.

Le groupe s’est mis en marche.

Nous étions neuf à accompagner le dieu médecin. Phaéton, son demi-frère, était bien entendu avec nous, il est son bras droit après tout. Lampétie, Phaétuse et Phoebé ont également reçu une formation de médecin depuis qu’elles ont quitté leurs habits de peuplier. Melpomène et Euterpe sont deux Muses qui voyagent avec nous pour nous aider et pour remonter le moral des troupes. Enfin, surtout Euterpe. Les tragédies de Melpomène ne remontent guère le moral des soldats… En plus d’elles, les fils d’Eos, Hespérios et Phosphoros accompagnent Asclépios pour lui, disent-ils, ‘éclairer le chemin’. Comme si Phaéton ne suffisait pas…

Sans hésiter, Asclépios nous a fait quitter cette charmante forêt pour déboucher sur un paysage dont j’avais entendu parler, mais que j’aurais préféré ne jamais voir.

Le siège de Dionys ressemble à ce que j’avais imaginé pour le siège de Troie.

Les troupes olympiennes avaient rasé toute une partie de la forêt pour installer leur camp et construire des machines de guerre. Une vaste plaine, désormais abreuvée de sang, séparait les deux camps. De l’autre côté, la cité de Dionys trônait sur une large colline. Ses épaisses murailles l’empêchent de céder à ses ennemis.

Asclépios s’est arrêté une seconde pour juger le spectacle qui se trouvait devant nous.

« Nous avons raté une nouvelle bataille », a relevé Phaéton.

Asclépios a hoché la tête et soupiré de sinistre manière.

« Au moins, nous arrivons durant une accalmie. »

Le dieu médecin a repris sa marche.

Il ne s’est pas arrêté pour rendre le salut du garde qui veillait à l’arrière du camp.

« – Au moins, il a un poste tranquille, ai-je remarqué.

– Tu te trompes, m’a contredit Melpomène. Il a la place que personne ne veut. Des embuscades sont prévues à cet endroit. Et il est plus que probable que les renforts humanistes arriveront par là, s’il y en a. »

Sa position m’a semblé soudainement moins enviable.

Traverser le camp me souleva.

Je n’avais jamais vu cela. Certes, j’avais eu mon lot de sang, à travers mes siècles d’existence. Mais j’avais vu ces bains de loin. Jamais je ne m’étais retrouvé au centre de l’action.

C’était désormais différent.

La plupart de ceux que je voyais était des paidia. Mais à plusieurs reprises, j’ai vu des demi-dieux ou des divinités mineures traverser le camp.

Suivant Asclépios, je me suis rendu compte que nous nous dirigions vers la tente la plus grande de la base olympienne.

Voir Asclépios en repousser un pan m’a prouvé que je ne m’étais pas trompé.

Des armes et des coffres occupaient les lieux. En son centre, une table couverte de cartes était entourée par des héros que j’ai immédiatement reconnus.

Agamemnon conversait avec Achille et Thésée. Dans un coin de la tente, Héraclès attendait, poussant des soupirs d’ennui et jouant avec sa massue.

Je fus surpris de voir ce dernier ici. J’avais entendu dire que les Dioscures l’avaient croisé lors d’une de leurs expéditions. Thésée avait dû lui demander de rester…

A la vue d’Asclépios, le vainqueur des douze travaux s’est relevé, revigoré.

« Asclépios ! Enfin une bonne nouvelle ! »

Les trois généraux se sont tournés vers nous.

« – Asclépios, quelle joie de te voir, nous accueillit Thésée. Tu arrives à point nommé. Nous venons de faire une sortie et des hommes sont blessés.

– Où est Arès ? demanda Agamemnon. Il avait promis de nous rejoindre. Tout comme ses généraux. Et je ne pense pas pouvoir supporter Eris plus longtemps.

– Le seigneur Arès est actuellement sur un autre front, lui a répondu Asclépios. Thésée, mène-nous aux blessés. »

Le fils de Poséidon nous a fait signe de le suivre. Agamemnon a failli parler à nouveau, mais Héraclès l’a bloqué et a suivi son vieil ami.

Une fois en-dehors de la tente, j’ai vu Thésée souffler.

« Tant que ça ? demanda Phaéton. »

Thésée a acquiescé de la tête.

« Et encore, vous n’avez pas vu Agamemnon et Achille se bouffer le museau à la moindre peccadille. Quelle idée a eu Arès de les nommer généraux ? S’il ne descend pas, ils s’entretueront.

-Il a dû penser que votre équipe marcherait. Après tout, ces deux-là sont des habitués des sièges, releva Melpomène. »

Héraclès secoua la tête.

« – Peut-être, mais celui qui  a gagné le siège, c’est Ulysse. » Son visage s’est assombri. « Et il n’est pas de notre côté. Arès n’est pas un stratège, c’est une brute aussi épaisse que moi. Et je suis capable de reconnaître que je ne suis pas fait pour les sièges.

– N’oublie pas que tu es le seul à avoir atteint les portes, l’a contredit Thésée.

– Si tu ne m’avais pas demandé de rester, je serai à nouveau sur les routes.

– Il vaut mieux que tu restes là, l’a averti Asclépios. Il paraît qu’il se passe des choses étranges sur terre. »

Le dieu médecin n’a pas eu le temps d’en dire plus. Thésée venait de nous mener à la tente des blessés et nous l’a ouverte.

Je me suis senti défaillir. Je n’avais jamais vu autant de sang et d’autres fluides de ma vie. Les cris auraient dû me donner une idée, mais la vision est définitivement le sens le plus important.

Une énorme tape a failli m’envoyer au sol.

« Eh bien, petit dieu, c’est la première fois que l’on voit les résultats de la guerre ?  s’est moqué Héraclès. Je vous laisse vous amuser. Je serai autant utile ici que dans la tente de commandement. Enfin, au moins, là-bas, je ne traîne dans les pattes de personne. »

Héraclès a quitté la tente.

Thésée s’est tourné vers Asclépios.

« Hippolyte a été blessé. »

Asclépios a hoché la tête et lui a fait signe de lui montrer le chemin.

« Phaéton, a-t-il ordonné, je te laisse les diriger. »

Il a emboîté le pas de Thésée et a continué à travers les blessés.

Le fils d’Apollon s’est tourné vers nous.

« Comme prévu, vous travaillez par équipe de deux. Melpomène, Euterpe vous commencez par le Nord. Hespérios et Phosphoros, prenez le Sud. Phaétuse, Phoebé, vous les suivez. Luc et Lampétie, vous avez le Nord centre. Je prends le reste. Amusez-vous bien. »

Et sans autre forme de procès, nous nous sommes séparés.

Dois-je réellement parler de ce qui a suivi ? Des cris, du sang et des autres fluides qui s’écoulaient de corps déjà en putréfaction ou au seuil de la mort ? Dans ma tête résonnent encore les cris de ceux que nous étions obligés d’amputer. Et croyez-moi, en vrai, c’est encore plus sale que dans n’importe quel spectacle…

Nous avons passé bien trois heures dans ce petit enfer.

Au bout de ces trois heures, Asclépios a sonné le rassemblement. Nous avions d’autres troupes à voir. Nous ne pouvions rester longtemps ici. Même si, après la tournée des divers escadrons, nous reviendrions au siège de Dionys.

Je vous laisse imaginer ma joie !

Les mains dégoulinantes de sang, nous avons acquiescé.

Asclépios a dit à Thésée que nous reviendrions plus tard. Le héros a répondu qu’il attendait notre retour et il a remercié une nouvelle fois le fils d’Apollon d’avoir sauvé son fils.

Sans autre forme, – je ne sais pas, après ce que nous venions de faire, je m’attendais à plus qu’un remerciement et à des montures -, nous sommes repartis.

« Qui devons-nous voir ensuite, Phaéton ? » a demandé Asclépios.

Son demi-frère regarda le soleil et réfléchit.

« – L’escadron des Dioscures est à trois heures d’ici. Ils doivent avoir des blessés.

– Ils ont tous des blessés, a répondu sombrement le soigneur. »

Chevauchant à côté de Lampétie, j’ai demandé :

« – Pourquoi ne rejoignent-ils pas le siège ?

– Tu ne sais pas ? Les Dioscures sont les éclaireurs d’ici. Ils patrouillent pour vérifier que le siège est bien gardé. Ils avancent et reculent en fonction de ce qu’ils trouvent.

– Pourtant, on m’a dit qu’une attaque par derrière était plus que probable.

– Et c’est exact. Les Dioscures ont beaucoup à faire. Il s’agit de notre cavalerie. Ils subissent énormément d’embuscades. En particulier lorsqu’ils servent d’éclaireurs. »

Ce n’était pas étonnant. Les mortels étaient nomades. Et Athéna devait avoir donné des consignes de survie.

A cette idée, je me morigénai. Il ne me fallait pas penser qu’aux dieux. Les mortels devaient aussi avoir des cartes cachées dans leurs manches. Lors des crises, il y a toujours des meneurs.

Le reste de la chevauchée s’est faite en silence.

Nous avions tous conscience du danger permanent qui nous entourait. Il nous fallait donc être rapides et discrets. Si des ennemis apprenaient que le dieu médecin était actuellement en train de faire sa tournée, nous aurions été immédiatement attaqués.

J’ai donc profité du silence pour regarder les paysages.

Nous étions dans une région très boisée. Cependant, je savais que cela pouvait changer en très peu de temps. Les attaques antérieures des dieux contre l’humanité et, surtout, l’ouverture des portes infernales, ont changé la face du monde.

Le Pôle Nord a disparu. Seul le Sud subsiste, créant ainsi un froid intense dans tout l’hémisphère Sud. Comment la terre continue-t-elle à tourner alors que le Pôle Nord a été détruit ? pourraient me demander des scientifiques de mon époque. Je leur répondrais que c’est facile avec l’aide des dieux. Les dieux permettent à la terre de continuer à vivre. Même si elle a bien changé. L’Amérique du Nord s’est rapetissée, l’Amérique du Sud a disparu sous l’eau. Tout comme une partie de l’Afrique. L’Australie a dérivé – ne me demandez pas comment – et s’est retrouvée au Nord de l’Amérique. Les terres centrales, comme on les appelle désormais – Europe, Russie, Inde, Chine – ont été remodelées. Ce qu’il reste du Japon s’est encastré dans la Chine.

Un bien joli tableau, n’est-ce pas ?

Alors que j’arrivais à me faire déprimer tout seul, Phosphoros et Hespérios, nos éclaireurs, nous ont fait signe de nous arrêter. Ils ont disparu durant de longues minutes avant de venir nous chercher.

« Nous avons trouvé le campement des Dioscures. »

Asclépios a hoché la tête et a repris la route.

Dans la voix des dieux, il y avait un je ne sais quoi qui ne m’avait pas mis en confiance. Je ne fus pas déçu.

Des gardes nous ont laissé passer et nous ont salués d’une petite voix. La boue et le sang nous ont fait comprendre qu’ils venaient de se battre, tout comme les gémissements qui retentissaient dans les tentes.

Asclépios a démonté et donné sa monture à un soldat prévu à cet effet. Nous avons suivi le mouvement. Lorsque nous fûmes tous à pied, deux hommes en armure légère sont venus à notre rencontre. D’un mouvement parfaitement synchronisé, ils ont enlevé leur casque et rabattu leurs cheveux blonds, poisseux de sueur et de sang, en arrière.

« Castor, Pollux », les a salués Asclépios.

Les jumeaux divins ont tous deux eu un sourire fatigué.

« – Asclépios, je pense que tu imagines la joie que ta vue nous apporte.

– Niké ne vous a pas suivis lors de votre précédente bataille ? » demanda Phaéton.

L’un des jumeaux – ne me demandez jamais de différencier les Dioscures, j’en suis incapable – a soupiré et nous a fait signe de le suivre.

« – Ce n’est pas tout à fait ça. Pour l’instant, nous ne faisons que de la guérilla. Aucun des deux camps ne l’emporte totalement.

– Cependant, la dernière attaque était pour eux, a continué son frère. Ils nous ont empêchés de continuer notre mission de reconnaissance.

– Pourtant, c’est là où vous êtes les meilleurs, s’est inquiétée Euterpe.

– Normalement, oui. Pas quand nous avons d’autres cavaliers éclaireurs en face.

– Contre qui vous êtes-vous battus ? » a demandé Phaéton.

Les jumeaux ont soupiré d’un commun accord.

« – Il y avait un de ces mortels qu’Hadès n’hésite pas à utiliser. Il était petit, avec des yeux bridés et montait sa monture comme s’il était né dessus. Cela allait faire longtemps que nous n’avions pas combattu un archer aussi talentueux. Comment l’ont-ils appelé ?

– Quelque chose qui finissait en ‘an’… Pan ? Dan ? Kan ? »

A leur description, j’ai immédiatement compris de qui il s’agissait.

« – Gengis Khan ? me suis-je exclamé.

– C’est ça, a acquiescé l’un des jumeaux d’une voix fatiguée. Mais il n’était pas seul. Un deuxième capitaine, ou plutôt son général était présent… »

Les deux frères se sont arrêtés juste devant la seule tente qu’ils avaient dressée dans leur campement.

« Admirez les dégâts causés par Scia », a continué l’autre Dioscure.

Ce qu’il a dit m’a figé encore plus que tous les blessés qui se trouvaient sous la tente.

Même alors que j’essayais de soigner des blessures causées par des épées de cavalerie ou des corps brisés par la chute d’un cheval, cette phrase tournait en boucle dans ma tête.

Scia combattait. Je n’aurais pas pensé que savoir mon amie faire couler le sang me choque à ce point-là. Elle m’avait conté son passé. Je savais qu’elle était au service d’Hadès. Depuis notre première rencontre, j’avais vu qu’elle était une guerrière. Et pourtant, la savoir au-devant de l’ennemi… enfin, de nous, me faisait quelque chose. J’avais du mal à l’imaginer dégainer son glaive pour tuer.

Alors que je me lavais les mains, Hespérios est venu me voir.

« – Les Dioscures doivent bouger leur campement. Ils redoutent une attaque, on repart à Dionys.

– Très bien, merci. »

J’ai essuyé l’eau sanglante sur mon tablier de boucher et j’ai quitté la tente.

Mes compagnons étaient déjà dehors. J’étais le dernier.

Les Dioscures nous attendaient avec nos montures.

« Nous vous remercions de votre venue. Malheureusement, c’est bien la seule chose que nous pouvons faire. »

Asclépios a eu un sourire fatigué.

« Vos remerciements sont largement suffisants. Faites attention à vous. »

Le dieu médecin nous a menés vers la sortie du camp. J’ai jeté derrière moi un coup d’œil. Le campement était déjà en train d’être démonté.

« – Comment vont-ils transporter les blessés lourds ? ai-je murmuré.

– Tu ne veux pas le savoir », m’a répondu Melpomène d’une voix sinistre.

J’ai décidé d’appliquer ce qu’elle me disait. Nous devions déjà retourner à Dionys.

Hespérios et Phosphoros nous ont guidés une fois de plus. Nous avons pris un chemin bien différent de notre aller. Et cette fois-ci, nous avons eu ordre de le faire en silence. Des traces montraient qu’une troupe n’était pas passée loin.

Nous avons été sur le qui-vive tout le long du voyage.

Des bruits de hache nous ont fait sursauter, mais Hespérios nous a dit que nous étions arrivés là où les soldats olympiens coupaient du bois pour leurs machines de siège. Comme Hespérios et Phosphoros étaient déjà passés par là, nous n’avons pas surpris les bûcherons. Mais je pense que même si cela n’avait pas été le cas, ils ne nous auraient probablement pas vus. Il s’agissait de paidia qui se tuaient à la tâche.

Cette vue me serra le cœur. Mais étant donné avec qui j’étais, je ne pouvais me permettre de compatir.

Nous avons continué notre avancée sans nous arrêter.

Hespérios et Phosphoros nous ont menés à travers le campement. Il n’avait pas changé en quatre heures.

Asclépios a pris la direction de la tente des blessés.

« On ne va pas à la tente de commandement ? » a demandé Lampétie.

Asclépios a haussé les épaules.

« Nous les avons déjà vus une fois, cela suffit. »

Résultat, nous n’avons pas eu de repos. Alors que j’avais les mains dans les plaies, un jeune homme roux est venu me voir.

« Qu’est-ce que ça donne ? »

Ayant reconnu le héros, je me suis retenu de dire : « si tu dégageais, ce serait déjà mieux ». Mais le fils d’Achille a toujours eu un caractère encore plus volcanique que son père.

J’ai décidé de rester dans le vague.

« Pas grand-chose, Néoptolème. »

Le héros est parti s’asseoir en face de moi alors que je retirais une flèche cassée. J’avais fait du lait de pavot pour mon patient. La flèche était profondément enfoncée. Et l’essai de destruction de l’humanité par Hadès nous avait fait perdre les anesthésies que je connaissais lorsque j’étais humain. Il nous avait fallu revenir aux sources, au grand dam d’Asclépios.

« Il n’y a pas eu d’attaque aujourd’hui. »

J’ai retenu le ‘si vous n’attaquiez pas, je n’aurais pas mes mains en train de se balader entre les côtes de ce guerrier’ qui voulait sortir.

« Je m’ennuie. »

Voilà la raison pour laquelle je hais Néoptolème. Il ne pense qu’à lui. Jamais aux autres. Il est imbu de sa personne presque autant que Narcisse. Il a été l’un des grands vainqueurs de la première Troie et il a décidé, depuis que les dieux l’ont fait revenir, d’oublier totalement la façon dont il est mort pour se concentrer sur ses exploits. Charmant personnage, non ?

« La dernière attaque était rigolote. Je t’ai raconté comment j’ai réussi à envoyer mon javelot pile dans l’œil d’un de leurs mortels ? En fait… »

Quand je disais qu’il ressemblait à Narcisse… Mais à un Narcisse encore moins joyeux.

Je me voyais déjà lui lancer mes bandages sales à la figure quand un cor a résonné à travers le campement.

Néoptolème s’est levé d’un coup, les yeux brillants.

« Dionys a fait une sortie ! »

Et aussitôt, il est parti. J’ai refermé la plaie de mon patient qui dormait encore gentiment.

Je me suis tourné vers Phaétuse qui était la plus proche de moi.

« Que faisons-nous ? »

Son regard s’est assombri.

« – Vous allez être obligés de faire une sortie.

– ‘Vous’ ? », ai-je relevé.

Phaéton est venu à ma rencontre. Hespérios et Phosphoros l’accompagnaient. Asclépios est arrivé en dernier.

« Venez. Allons à l’armurerie. »

Son ton était fatigué, presque blasé.

Ne me souciant pas de l’état de mon chef, j’ai quand même demandé :

« Mais… On y va ? Je veux dire… On va faire partie de la mêlée ? »

Le regard dégoûté de Phaéton a été encore plus éloquent que sa personne.

« – Bien sûr. On va sur le terrain pour essayer de soigner ceux qui se feront étriper sur place. Comme ça, au lieu de les voir arriver morts, ils mourront dans nos bras.

– Phaéton, ne démoralise pas le petit. Ce sera son premier combat. »

A cet échange, ma gorge s’est serrée et ma vessie a semblé étrangement pleine. Hespérios m’a serré l’épaule.

« Ne t’inquiète pas, on est tous passés par là. »

Dois-je vous avouer que je ne voulais pas passer par là ? Evidemment, comme tout homme, la gloire militaire m’avait attiré, au début. Depuis l’ouverture des portes infernales, et les quelques heures passées sur terre, j’avais vu suffisamment de viscères, de sang et de mort pour ne pas vouloir faire partie d’une mêlée.

Néanmoins, je me suis efforcé d’être digne et j’ai suivi mes compagnons. J’ai choisi mes armes ; après tout j’avais suivi l’entraînement donné par les généraux d’Arès. Mais mettre un casque pour aller à l’entraînement et en mettre un quand la terre vibre sous vos pieds et que des cris de bataille résonnent pas très loin de vous, ce n’est pas la même chose.

« Luc, les soigneurs respectent plusieurs règles. Tout d’abord, tu restes à l’arrière. N’entre pas dans la mêlée, m’a expliqué Asclépios. Nous manquons bien trop de soigneurs qualifiés pour en perdre. Ta vie est bien plus précieuse que celle d’un de ces idiots de héros. Est-ce clair ? »

Je me suis contenté de hausser la tête.

« Pour sa première bataille, mieux vaut qu’il fasse équipe avec quelqu’un d’autre, indiqua Phaéton. »

Asclépios acquiesça.

« – Phosphoros, tu restes avec lui.

– Reçu.

– Messieurs, je souhaite que Fortune soit avec nous. Revenez vivants. »

Nous avons quitté les tentes et l’abri du camp pour rejoindre le champ de bataille.

Le combat avait bien commencé.

Je pouvais voir les guerriers s’étriper gentiment sur toute la plaine face à Dionys. A de nombreux endroits, il y avait des sortes de cercles qui s’étaient formés autour de duels. L’Iliade parlait de ce genre de combat. Mais jamais je n’en avais vus en vrai. D’ailleurs, je n’ai pas eu le temps de détailler les combats qui se passaient à ce moment-là. Notre groupe s’est divisé et j’ai suivi Phosphoros.

Des blessés légers avaient été amenés à l’arrière-garde. Nous nous en sommes occupés. La plupart, à peine bandés, retournaient déjà au combat.

J’étais en train de recoudre un de ces paidia qui servaient de chair à canon quant Pélénéos  est arrivé en sang face à nous.

« Des soigneurs, enfin ! Sur le champ de bataille, Ménélas est blessé. Il vous faut le sortir de la mêlée. »

J’ai vu Phosphoros hésiter. Il m’a jeté un coup d’œil avant de se lever.

« Tu restes avec moi. »

Puis il est parti au pas de course et il a traversé les lignes.

Je l’ai suivi. J’ai avancé, mon bouclier en avant, tailladant tout ce qui s’attaquait à moi.

Je ne sais comment, mais j’ai eu le réflexe de lever mon bouclier.

Un javelot l’a brisé en deux. J’ai été obligé de le jeter. Un homme s’est jeté sur moi. J’ai paré de peu son attaque et j’ai eu le réflexe de lui mettre un crochet du gauche. J’ai continué mon avancée en tailladant. Mais j’avais bien évidemment perdu Phosphoros.

Un Olympien s’est écroulé à côté de moi. Dans ses bras, il tenait ses viscères. J’ai essayé de l’aider. Lorsque ses yeux sont devenus vitreux, j’ai compris que cela ne servait à rien et j’ai aidé un autre combattant un peu plus loin.

Heureusement pour moi, lorsque je bandais un soldat, les Olympiens qui se trouvaient près de moi m’entouraient automatiquement. Sans cela, je ne sais combien de fois je serais mort. Asclépios m’avait dit que les soigneurs étaient des proies faciles sur un champ de bataille. Je ne l’avais pas cru jusqu’à présent.

J’étais en train de bander sommairement mon énième blessé quand des hennissements de chevaux ont surpassé les bruits de combat. Ce fait m’a paru anormal. Tout comme l’étrange silence que ce son a entraîné.

Les armées se sont séparées. Et je me suis retrouvé presque au centre du champ de bataille.

Un véritable fossé venait de se créer. Fossé dans lequel se tenait un char noir comme les ténèbres, aux destriers squelettiques.

Scia est descendue de son char. Vêtue d’une fine armure noire, elle a avancé. Un petit bouclier ornait son bras gauche, à sa hanche pendait son éternelle épée.

« Pourquoi ai-je l’impression de toujours me retrouver du côté des assiégés ? »

Sa voix a porté à travers tout le champ de bataille.

« Parce que tu choisis toujours le mauvais côté », a répondu un timbre bien plus grave.

Scia a eu un mauvais sourire.

« – Agamemnon… C’était toi que j’espérais trouver.

– Pour une fois, je suis d’accord avec toi, chienne des Enfers.

– Vois-tu, mon escadron vient juste de rejoindre Dionys. Nous n’avons pas encore eu le temps d’entrer dans la bataille. Que dirais-tu de parier la prochaine vague d’attaque sur un duel ?

– Laisse-moi deviner, un duel à mort avec toi.

– Je suis impressionnée. Se pourrait-il que ton casque renferme quelques facultés cognitives ?

– Si tu savais ce qu’il renferme… Tu utiliseras tes tours de passe-passe infernaux pour m’abattre par derrière.

– Contre toi ? Même pas besoin. Je n’ai pas envie de t’en faire l’honneur. Je t’étriperai à l’ancienne. »

Agamemnon a éclaté de rire.

« M’étriper ? Toi ? Tu n’es qu’une femme. Ta seule force ne te servira à rien. »

Scia a joué avec son épée.

« – Qu’une femme ? Et si nous voyions cela ?

– Voir cela ? » a questionné Agamemnon en s’avançant à travers la plaine.

Il a secoué la tête.

« As-tu oublié la dernière fois ? Tu as été sauvée. Par un traître.»

Une ombre est passée sur le visage de l’Aphorèta. Une ombre qui m’a fait frissonner.

« – Et pour cela, tu mourras, a-t-elle déclaré d’une voix douce. Viens, finissons ce que nous avons commencé sous les murs de Troie.

– Je te trancherai la tête comme je lui ai tranché la sienne ! »

Agamemnon s’est jeté sur Scia. L’Aphorèta a paré avec son bouclier. Le bruit du choc a résonné à travers la plaine.

Scia a attaqué à son tour. Son coup a été paré avec le bouclier adverse. Elle a usé de sa propre égide pour taper le casque d’Agamemnon, le faisant reculer.

Le fils d’Atrée a arraché son casque, puis secoué la tête. A la dernière seconde, il a réussi à parer la nouvelle attaque de Scia. Il a profité de la position instable de l’Aphorèta pour lui rentrer dedans. Scia a roulé au sol et s’est remise rapidement debout. Le choc avait fait tourner son propre casque. Elle l’a jeté à terre. En parallèle, Agamemnon avait réussi à se reprendre. Ils se sont tournés autour, ne se quittant pas du regard.

Autour d’eux, les clameurs de leurs camps respectifs résonnaient. Les guerriers criaient pour la victoire de leurs généraux.

Agamemnon s’est rué sur Scia. Elle l’a évité, puis elle a essayé de l’attaquer. Agamemnon a paré sa riposte et lui a donné un coup de tête. Scia a reculé, visiblement étourdie. Agamemnon a poussé son avantage et s’est précipité sur elle. Scia s’est jetée sur le côté, puis a roulé par terre. Pour gagner du temps, elle a enlevé son bouclier et l’a lancé sur Agamemnon.

Le fils d’Atrée l’a évité facilement en souriant. Il a enlevé son propre bouclier et l’a jeté plus loin.

« Comme si j’en avais besoin… Regarde ce qu’un faible coup de tête t’a fait ! »

Il a levé son épée, prêt à porter le coup fatal.

Un sourire est apparu sur le visage de Scia. Sourire d’un loup qui a acculé sa proie. Sa main droite s’est levée, parant l’attaque tandis que sa main gauche passait dans son dos. L’éclat d’une dague a brillé au soleil.

Agamemnon a hurlé quand le bronze a mordu sa cuisse là où l’armure ne le protégeait plus.

Pour le repousser, Scia n’a pas hésité à donner un coup de pied dans la jambe blessée de son ennemi.

Agamemnon a crié une nouvelle fois et a reculé précipitamment, laissant une rigole de sang sur la terre.

Scia s’est relevée.

« Je ne suis pas devenue général de Troie grâce à mon joli minois, Agamemnon. Je pensais qu’avec le temps tu aurais appris que la force ne fait pas tout. »

Agamemnon n’a rien dit, mais ses yeux ont porté son message.

Scia a souri.

« Continue à me regarder ainsi. Tu es la seule personne dont la souffrance me plaît. Mais si tu me le demandes, je veux bien abréger tes souffrances. »

En réponse, Agamemnon s’est rué une nouvelle fois sur elle. Mais avec bien moins de force qu’auparavant.

Scia a paré le moulinet. Sa main gauche a fusé vers son ennemi. De son avant-bras droit, Agamemnon a réussi à bloquer l’attaque.

« Quel dommage que tu sois trop grand pour que je te donne un coup de tête », a susurré Scia.

Elle a donné un nouveau coup de pied dans la cuisse de son adversaire. La jambe d’Agamemnon a lâché, il est tombé sur un genou. Du bras droit, il a relâché la pression et a évité l’attaque de Scia en se jetant sur le côté gauche. Son bras armé est remonté. Son épée s’est dirigée vers le visage de Scia. L’Aphorèta a évité le coup principal, mais une entaille sur sa joue est apparue. Elle a reculé.

Agamemnon s’est relevé.

« Tu ne fais pas le poids, petite. Tu prétends vouloir te venger, mais tu as seulement réussi à me priver d’une jambe. Il m’en reste une autre. Ainsi que deux bras. Et une tête. Pas comme certains… »

De la haine est passée sur le visage de Scia.

A une vitesse que je ne lui avais jamais vue, elle a attaqué Agamemnon. Le fils d’Atrée a été surpris par cette attaque soudaine. Il a paré les attaques simultanées de l’épée et de la dague. Scia a attaqué encore, faisant reculer Agamemnon à chacun de ses mouvements. Une seule fois, elle a exécuté un pas en arrière : pour faire disparaître sa dague dans son dos et consacrer ses deux mains au maniement de son épée. Mais même ce mouvement a semblé faire partie de ses assauts perpétuels.

Agamemnon perdait visiblement du terrain.

Les encouragements de son camp commençaient à disparaître. Agamemnon était acculé.

Sa jambe blessée le trahit.

Scia a fait voler son épée plus loin.

Elle l’a regardé, agenouillé devant elle.

Je n’ai pu voir le faciès d’Agamemnon. Il me tournait le dos. Mais je voyais très bien le visage froid comme la mort de Scia. Elle a armé son bras.

Sa voix a tranché le silence mortel.

« J’ai ma vengeance. »

Ses lèvres se sont étirées dans une sinistre parodie de sourire.

« Cassandre et Clytemnestre t’attendent. »

Le fil a chanté, la tête est tombée.

Scia s’est baissée et a récupéré la tête d’Agamemnon qu’elle a levée devant nous.

« Admirez la tête de l’un de vos chefs ! Vous avez osé vous opposer aux Enfers. Sachez que seule l’errance éternelle vous est destinée. »

Elle a fait un signe de son épée.

Un escadron sombre est sorti de Dionys et l’a rejointe. Le corps d’Agamemnon a disparu. Scia a lancé la tête du fils d’Atrée derrière elle. Un jeune homme qui m’était inconnu l’a rattrapée au vol.

Achille s’est avancé.

« – Ses armes sont tiennes. Nous rendras-tu son corps ?

– Non. Il était mien et il le restera. Tout comme il a empêché mon bien-aimé d’obtenir le repos, je veillerai à ce qu’il erre à jamais. En ce jour, la victoire est nôtre. Disparaissez, ou nous vous ferons disparaître. »

Achille n’a pas quitté Scia des yeux. De la main, il a ordonné la retraite, et lui-même s’est exécuté.

J’ai aidé mon blessé, que j’avais totalement oublié durant le combat, à se lever. Mon regard a croisé celui de Scia. L’espace d’une seconde, j’ai vu ses yeux s’adoucir. Mais cela n’a duré que peu. Son expression glaciale a rapidement repris le dessus.

L’armée olympienne s’est retirée du champ de bataille.

Avant même d’entrer dans le camp, on m’a sollicité à de nombreuses reprises. M’étendre sur notre défaite ne m’était pas permis avec tous les blessés que cette attaque avait engendrés. Alors que je recousais un soldat, j’ai appris que Dionys avait été la première à attaquer. Les généraux avaient réagi au quart de tour et envoyé l’armée.

Durant mes soins, je me demandais pourquoi Scia nous avait laissés partir. Si elle avait attaqué avec ses troupes, combien d’entre nous aurait-elle tués ? Je ne sais pas exactement, mais j’étais persuadé d’une chose, elle aurait fait un massacre. Cependant, plus je m’occupais des blessés, plus je comprenais ses raisons. Scia avait focalisé son attaque sur le moral des troupes. Les soldats olympiens, qu’il s’agisse de héros ou de paidia, n’avaient jamais eu le moral aussi bas. Voir la défaite de l’un de leurs meilleurs héros et survivre à l’attaque ennemie grâce à la mansuétude du vainqueur, c’était une humiliation bien trop grande pour eux.

On m’a tapoté l’épaule.

« Ne me fais plus ça, petit, m’a dit Phosphoros. »

Son visage était marqué par la fatigue et le sang. Je me demandais s’il me renvoyait mon propre reflet.

« Mais tu t’en es bien tiré. »

Le nom de Phosphoros a été crié plus loin. Le dieu m’a fait un sourire las avant de disparaître dans la foule.

Je suis retourné à mon travail.

Après je ne sais combien de temps, Asclépios est venu me voir.

« – Allez petit, tu mérites un peu de repos.

– Et vous ?

– Je vais rester un peu plus longtemps avec quelques autres. Les Héliades et les Muses t’attendent pour remonter. »

Même si je n’aimais pas abandonner mes compagnons, je ne me suis pas fait prier pour remonter.

Combien de temps ai-je dormi ?

Je ne sais pas, mais même maintenant, je ne me sens pas au meilleur de ma forme. Je suis certes un dieu, mais la fatigue semble également me toucher. Dans quel état doivent être les autres guérisseurs ? Je préfère ne pas y songer.

Dans tous les cas, telle a été ma première descente sur terre.

J’aimerais me calfeutrer dans ma chambre et ne plus descendre de l’Olympe. Mais je sais que je ne peux pas le faire. Et que je ne le ferai pas.

Ils ont trop besoin de moi.

Même si je hais cette guerre, même si je hais mon propre camp, j’aimerais pouvoir sauver le plus de gens possibles.

On tape à ma porte.

Je pense qu’il est temps pour moi de redescendre.

 

 

Ca va faire longtemps que je n’ai pas écrit…

J’ai l’impression que ça fait des années.

Je ne pensais pas un jour manquer autant de temps alors que je suis un dieu. Et pourtant ! Mes devoirs sur terre sont devenus une priorité.

Je ne sais pas par où commencer.

Il me faut un peu relire mes derniers écrits.

Le duel d’Agamemnon et de Scia… J’ai l’impression de revenir cent ans en arrière.

J’essaie de me souvenir dans quel ordre les événements se sont passés, mais il est tout à fait possible que je me trompe.

Dionys est tombée.

Il aura fallu l’intervention des dieux, mais elle a fini par céder aux Olympiens. Quand ils ont réussi à prendre la cité, les dieux ont été déçus. Ils pensaient trouver des généraux. Des êtres bien plus importants que ceux qui étaient restés. Peut-être même Dionysos.

Ce ne fut pas le cas.

Ce qu’ils trouvèrent ?

Rien.

Tous les hommes qui étaient restés étaient des volontaires. Ils ont couvert la fuite de leur famille.

Nous savons que Dionysos a rejoint Athéna. Mais nous ne savons toujours pas où se trouve sa cité.

Nous pensions que la victoire de Dionys pourrait au moins remonter le moral des Olympiens.

Raté.

Aphrodite a quitté l’Olympe pour les humains. Elle a fondé une nouvelle cité dans les anciens Etats-Unis.

Une cité fondée par Aphrodite, la déesse de l’Amour ? Quelle galéjade, me direz-vous ! La détruire sera d’une redoutable facilité !

Détrompez-vous. Elle est bien plus difficile à raser que Dionys. Aphrodite ne recule devant rien pour protéger sa ville. Elle a amené avec elle tout son cortège.

Et jusqu’à présent, personne n’a été capable de porter la guerre dans sa cité.

Pas même Arès.

Après son humiliante défaite face aux plaisirs, les héros ont décidé de ne plus essayer de s’en prendre à la nouvelle Cythère. Ils préfèrent parcourir les terres à la recherche d’Aidhena. Et ils courent toujours.

Les combats font toujours rage. Plus que jamais. Les embuscades ne s’arrêtent jamais.

Même moi, je suis devenu un vétéran. Je ne compte plus le nombre de compagnons que j’ai vus mourir. Asclépios m’a même demandé de fonder ma propre équipe de soigneurs. Ce que j’ai fait.

Je me dis que j’aurais dû rejoindre Aphrodite… Je me le répète encore et encore. Mais quand elle a fui, j’étais en train de soigner la flotte de Jason qui voguait sur des mers dangereuses. Je n’ai été au courant que trop tard. Maintenant, j’ai trop de responsabilités. Et ces responsabilités englobent la vie de mes petits aspirants.

Et le pire, c’est que je sais que je ne suis pas le seul dans ce cas-là. Je sais que nous sommes nombreux à espérer la fin de cette guerre.

Je m’en suis rendu compte lors de ma dernière descente, celle dont je reviens à peine.

Un de nos groupes, celui commandé par Ajax, avait subi une embuscade. Avec mes petits guérisseurs, nous nous sommes occupés des blessés dans le campement. Pendant qu’ils y restaient, j’ai voulu voir le champ de bataille. Souvent, il reste des hommes gravement touchés. Et même si cela rend mon humeur encore plus noire, je visite ces charniers. J’ai vite compris que nous ne voulons pas mourir seuls. Pas alors que nous sommes du côté des Olympiens. J’écoute donc les dernières paroles des mourants, et j’essaye de les réconforter. Comment réconforter quelqu’un alors que nous savons tous ce qui se passe de l’autre côté, c’est-à-dire l’errance éternelle ? Je ne sais pas. C’est quelque chose qui sort spontanément et à quoi je n’essaye pas de réfléchir.

Il s’agissait donc de ma promenade mortuaire. Mais, alors que je marchais au milieu des morts, j’ai entendu de faibles cris. Je me suis dirigé vers la source du bruit et j’ai découvert, sous un cadavre, un jeune humain, certes blessé, mais pas mortellement.

A ma vue, la terreur a immédiatement remplacé son soulagement.

Je me suis agenouillé à côté de lui.

« Ne t’inquiète pas. Je ne vais pas te faire de mal. »

Il a essayé de me frapper d’un coup de dague. D’une pichenette bien placée, je la lui ai enlevée et j’ai commencé à sortir mes produits.

Au bout de quelques minutes, il a compris que je n’allais pas le tuer.

« – Pourquoi faites-vous cela ?

– Parce que je suis un guérisseur.

– Je suis un ennemi.

– Et ?

– Vos compagnons n’agissent pas ainsi. »

J’ai haussé les épaules pour toute réponse. Ce n’était pas la première fois que je soignais un ennemi. Loin de là. C’est aussi pour cette raison que je fais ces promenades seul. Je tiens ainsi compagnie à des frères d’armes qui expirent et je soigne des blessés ennemis. Après tout, c’est la seule chose que je sois capable de faire pour aider les humanistes.

J’ai fini par lui donner une petite tape dans l’épaule.

« – Et voilà. Si j’étais toi, je m’enfuirais vers le Nord. Je sais que nos armées n’y sont pas encore positionnées.

– Merci. »

J’ai haussé les épaules et j’ai repris ma mortelle marche.

Sur le chemin, j’ai tenu la main de cinq des nôtres. Je n’ai pas rencontré d’autres blessés. Nous étions arrivés bien après la bataille.

« Alors comme ça, c’est à ça que servent les enseignements d’Asclépios ? »

La voix m’a fait me retourner et dégainer avant que je ne comprenne de qui il s’agissait.

Accoudé à un arbre, Hermès me regardait avec un petit sourire dont je n’arrivais pas à savoir si c’était la signature de ma mort ou non.

« – Asclépios a fait de moi un guérisseur. Je fais ce que je sais faire.

– Envers nos ennemis ? »

Il a vu ma position.

« Allons, calme-toi. Tu fais ce que j’aimerais faire… »

Son visage m’a semblé aussi las et fatigué que celui de nombreux guerriers. Je n’avais pas eu le temps de croiser le dieu des voleurs depuis le début de la guerre.

«Pourquoi n’avez-vous pas rejoint les dieux humanistes ? »

Il a eu un ricanement sinistre.

« Pourquoi ? Parce que je ne peux pas. Je suis le messager de Zeus. Et il a bien veillé à ce que je ne me retourne pas contre lui. C’est pareil pour toi, non ? Il t’a fait surveiller, puis tu t’es retrouvé enseveli sous des responsabilités que tu n’as pas eu le courage de rejeter. »

Je n’ai pas eu à répondre. La réponse était bien trop évidente pour que j’en aie besoin.

« – N’est-ce pas une trahison ?

– Quoi ? Quelle trahison ? Où ça, une trahison ? Accompagner les hommes dans la mort est une noble tâche, petit. Après tout, c’était ma place… »

Et là-dessus, Hermès a disparu.

J’ai secoué la tête et j’ai repris ma marche.

Le dieu des menteurs était bien plus amer que moi.

Je devrais faire un catalogue de toutes les pertes que notre côté a subies. Et un du côté des humanistes. Mais je n’en ai pas le courage. Trop de noms veulent se présenter sous ma plume. Des noms qui m’étaient chers, d’autres qui m’étaient odieux.

Cette guerre est encore plus affreuse que je ne me l’étais imaginé. Le monde entier y est pris, sans pouvoir s’en échapper. Et il se passe de plus en plus de choses bizarres sur la terre elle-même. Je ne sais pas ce qui est arrivé à Gaia, mais quelque chose cloche. Jason, durant ses voyages, a dû fuir devant une meute de loups. Même si, selon lui le mot ‘meute’ ne lui fait pas honneur. Il m’a même avoué, alors que je le bandais, qu’il avait cru voir quelque chose d’étrange. Il avait eu l’impression de voir une ombre humaine au milieu de cette meute.

Mais le plus étrange est le fait que des récits similaires apparaissent à travers le monde. Phaéton a entendu une histoire similaire avec des ours. Il paraît qu’Eole aurait vu des sangliers vagabonder avec un homme.

Mais après, ce sont des « on-dit », donc je ne sais ce que cela vaut.

On vient de me donner mes nouvelles assignations.

J’ai encore deux heures de libre. Après cela, il me faudra rejoindre l’escadron d’Euros et de Notos. Ils se trouvent dans les Terres du Milieu. Suite à une vieille plaisanterie, c’est ainsi que nous, les échansons encore vivants, appelons les terres centrales.

J’ai trois heures…

Il me faudrait dormir. J’en ai besoin.

Mais je sais que je ne le ferai pas.

Les cauchemars me suivent même en Olympe. Et j’ai vu bien trop de choses affreuses pour que mon cerveau ne s’amuse pas à me les montrer une nouvelle fois quand je dors.

J’ai déjà bien profité du temps que l’on m’avait donné pour écrire à nouveau dans mon journal. Même si j’ai parfaitement conscience que ce texte est lapidaire et ne retrace qu’une infime partie de tout ce qu’il s’est réellement passé.

Allez, je vais ranger mon journal contre ma poitrine. J’ai décidé de ne plus le laisser en Olympe. J’ai bien trop peur qu’on le trouve, avec les nouvelles règles de surveillance. Après tout, je ne sens même plus le poids de sa protection de bronze. Comme quoi, avec le temps, tout peut arriver.

Ou presque.

L’Olympe ne …

Merde.

Je me suis endormi sur mes écrits comme un idiot. Encore un peu et on trouvait ce que je cache depuis désormais un bon moment.

Ai-je cauchemardé ?

La réponse est bien évidemment positive. C’est ce qui vient de me sauver d’ailleurs. Sans cela, Diké aurait trouvé mes notes quand elle est venue me réveiller. Et je sais parfaitement quel supplice j’aurais subi si cela avait été le cas. Le supplice des traîtres. Mais heureusement, j’ai eu le temps de cacher mes écrits.

Le cor a résonné, il est temps pour moi de redescendre.

 

 

Des combats. Encore des combats.

Je ne suis même plus capable de dire combien de gens j’ai tués. Jusqu’à présent, seul le nombre de soignés ou le nombre de cadavres avait atteint un chiffre que je ne voulais plus connaître. Maintenant, en plus de cela, je suis un vétéran, m’a dit Héraclès tout fier. Ces guerres lui plaisent. Il dit qu’il revit. Cela ne m’étonne pas. Un monde sans combat est le véritable enfer d’Héraclès. Heureusement, tous les héros ne partagent pas son avis. Et moi non plus.

Déjà ? Le cor sonne a à nouveau résonné.

J’ai à peine grappillé quatre heures de sommeil et commencé à écrire, qu’il me faut repartir.

 

 

Toujours la même chose.

 

 

Je suis content. En plus des combats, j’ai réussi à soigner une dizaine de soldats humanistes. Je leur ai donné quelques conseils sur les soins.

A part ça, rien d’autre si ce n’est du sang et des viscères.

 

 

Je ne sais même pas depuis combien de temps je n’ai pas dormi.

Les dieux sont censés être plus costauds, disaient-ils. Ils le sont. Mais même eux ont besoin de dormir.

Cependant, je suis tellement fatigué que je suis incapable de dormir. Et je sais que je n’en ai pas le temps.

De toute façon, étant donné la férocité des combats, il est fort peu probable que j’en trouve, du temps pour dormir…

 

 

On m’a envoyé dormir.

Je n’ai eu la vie sauve que grâce à l’un de mes petits soigneurs. J’ai failli prendre un coup d’épée que ma fatigue m’empêchait d’esquiver. Et nous savons tous que les armes des humanistes sont désormais mortelles pour les dieux mineurs.

Asclépios a ordonné que je me repose. Il m’a ordonné cela alors que son état est pire que le mien. Les soigneurs ne sont pas assez nombreux, comme d’habitude. Mais en former des nouveaux demande un temps que nous n’avons pas.

Les Olympiens eux-mêmes sont constamment sur la terre.

Je me demande ce qu’il restera de la planète lorsque cette guerre s’arrêtera.

Selon moi, pas grand-chose.

 

 

Comme le blanc l’indique, j’ai repris mes fonctions. On avait besoin de moi.

Suis-je remis ? Non. Mais je ferai de mon mieux.

Une fois de plus il me faut y aller.

 

 

Je lui avais bien dit de faire attention à lui. Mais cet idiot s’est fait avoir. Il s’est fait avoir par sa bonté.

Etant donné qu’il m’a transmis ses notes comme étant son testament, je me dois de retranscrire sa mort. Même si je ne sais qui pourrait bien lire ce journal.

Comme d’habitude, Luc avait soigné les blessés de son camp.

Une bataille presque rangée s’était déroulée près du fleuve Thémy. Comme d’habitude, il a voulu faire sa petite promenade mortuaire sur le champ de bataille. Et comme d’habitude, il a soigné tous les hommes qu’il a trouvés.

Mais sa fatigue a changé ses perceptions. Il n’a pas vu qu’il était suivi. On l’a vu soigner et donner des conseils à un humaniste.

On l’a trahi.

De qui s’agit-il ?

Je le sais déjà. Et le nom ne m’a pas étonné. Après tout, leur engeance est maudite.

Oreste ne vaut pas mieux que son père.

Le dernier Atride encore vivant a trahi mon ami. Il l’a fait remonter au plus haut niveau.

Zeus a décidé de lui donner un châtiment exemplaire. Asclépios a tenté de l’en empêcher. Il paraît que même son père a parlé en sa faveur. Mais qu’importe. Zeus n’a visiblement pas changé d’avis. Et le châtiment a été rendu.

Nos éclaireurs nous ont appris qu’un camp olympien, peu renforcé, n’était pas loin de mon escadron de cavalerie.

Je n’ai pas hésité. Nous avons attaqué et nous avons fait couler bien du sang.

Puis je l’ai vu. Ils l’avaient attaché à un poteau, au centre du camp. Son ventre ouvert ne laissait aucune place à l’imagination en ce qui concerne l’anatomie humaine et divine.

Il est mort dans mes bras et m’a demandé de veiller sur ses écrits. Il m’a demandé de veiller sur les humains pour lui.

Je dois avouer que le reste du combat est un peu flou.

Cela allait faire longtemps que je n’avais pas laissé ma colère prendre le dessus.

Mais ce n’est pas le plus important.

Je me suis moi-même occupée de l’âme de Luc. Je l’ai rassurée et je l’ai conduite dans les Champs Elysées, ou ce qu’il en reste. Il m’a demandé si de là, il pouvait aider. Je lui ai dit que ses conseils nous seront précieux, mais qu’il ne devait pas mettre un pied sur la terre. Même mort, il reste un olympien. Zeus pourrait trouver un moyen de l’utiliser. Qu’il repose en paix, il le mérite. Comme nous tous.

 

Scia, première des Aphorètai

 

Fin

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Une réflexion sur « Flore Pascal : Chanter les Muses, haïr les dieux (suite et fin) »

  1. Bonjour,

    je n’ai pas encore eu le temps de lire encore tout votre récit mais je compte bien le faire. Il m’a touché au plus profond de l’âme O Divine Muse du Grand Poète. Que puis je répondre aux premières lignes si ce n’est, que le Minotaure va bientôt, sous ses sabots, voir le sol se dérober, et les murs du Labyrinthe vont s’effondrer. Les jeux Olympiques arrivent à leurs termes, Apollon sera célébré, Athéna aime bien trop l’Olympe pour qu’on la fasse périr, et veille à ce que l’Atlantide, de la profondeur des eaux, émerge plus belle et plus grande, telle une cité d’or, chaque chose retrouvera sa place, et la grandeur de Zeus triomphera, Hadès ne fera plus peur, car dans le fond il n’est pas si méchant, il veille juste à ce que les demi Dieux soient dignes de vivre du sein de Gaïa et fidèle aux Lois de Zeus. J’ai hâte de te lire encore tant tes mots sont une grâce pour les âmes, voir même d’échanger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.