Stéphanie Wyler ET ALII, JULES CÉSAR ET LA FIN DE LA MARSEILLE GRECQUE, ÉPISODE 2

La mort de Jules César (assassiné entre beaucoup d’autres par Caius Trebonius et Decimus Iunius Brutus, les deux responsables du siège de Marseille), tableau de V. Camuccini (1804/1805), Galleria Nazionale d’Arte Moderna, Rome (wikicommons)

► ὁ λύχνος n° 152, mars 2019, article sept.

Épisode 2. Fin juin 49. Combat naval devant Marseille

[Pour l’épisode 1, voir : https://ch.hypotheses.org/2793 

[Pendant 551 ans, de sa fondation en 600 jusqu’à 49 avant J.-C., Marseille a été une ville grecque, libre et même conquérante. Puis, ayant choisi le parti de Pompée dans la guerre civile, contre César, elle fut conquise par les armées romaines. Ce sont les derniers jours de son indépendance que nous raconte Jules César dans son ouvrage de la Guerre civile. Avec l’aimable autorisation des Belles Lettres, nous avons la joie d’offrir en un petit feuilleton, les quatre épisodes du siège de Marseille dans la traduction nouvelle et annotée par Isabelle Cogitore, Marianne Coudry, Jean-Pierre De Giorgio, Sabine Lefebvre et Stéphanie Wyler, à paraître prochainement dans César : Guerre civile, guerre des Gaules, Paris, Les Belles Lettres, collection Editio Minor. Qu’ils en soient remerciés ainsi que leur éditeur.]

1.56. 1. Voilà ce qui se passait aux environs d’Ilerda. Pendant ce temps, les Marseillais suivent le plan de Lucius Domitius[1] et envoient dix-sept bateaux de guerre, dont onze pontés. 2. Ils font venir en plus une foule de petits bateaux pour faire nombre et impressionner notre flotte. Une masse d’archers, une masse d’Albiques (nous en avons parlé plus haut)[2] sont à bord, appâtés par les promesses de récompenses. 3. Domitius exige pour son compte le nombre convenu de bateaux et en forme l’équipage avec les fermiers et les bergers qu’il avait amenés avec lui. 4. Leur flotte était ainsi parfaitement équipée et c’est en toute confiance qu’ils se dirigent contre nos bateaux commandés par Decimus Brutus. Ceux-ci étaient ancrés aux abords de l’île qui fait face à Marseille[3].

1.57. 1. Brutus n’avait pas l’avantage du nombre[4], et de loin. Mais César avait choisi pour cette flotte une élite, les plus courageux sélectionnés parmi toutes les légions, des troupes d’assaut[5], des centurions, qui s’étaient portés volontaires pour cette mission. 2. Ils avaient préparé des grappins et des harpons et s’étaient équipés de tout un arsenal d’armes de jet, javelots, tragules[6], etc. Ainsi, quand ils voient approcher l’ennemi, ils sortent les bateaux du port et engagent le combat avec les Marseillais. 3. Dans l’affrontement, des deux côtés, on ne manqua ni de courage ni d’acharnement. Les Albiques n’étaient pas tellement moins braves que les nôtres : ce sont de rudes gaillards de la montagne, bien entraînés au combat. 4. En plus, ils venaient de quitter les Marseillais, tout remplis de leurs promesses, tandis que les bergers de Domitius, motivés par l’espoir d’obtenir la liberté[7], donnaient tout ce qu’ils pouvaient pour être bien vus de leur maître.

1.58. 1. Les Marseillais savaient qu’ils avaient pour eux la rapidité des bateaux et le savoir-faire des pilotes, ce qui leur permettait de nous esquiver quand nos bateaux tentaient un abordage. Quand ils avaient assez de marge de manœuvre, ce qu’ils essayaient de faire, c’était soit de former une assez longue ligne de bateaux et de nous encercler, soit d’attaquer nos bâtiments un par un, en s’y mettant à plusieurs, soit encore de briser nos rames en passant à toute allure près de nous, s’ils le pouvaient[8]. 2. Quand le contact était devenu inévitable, les Marseillais laissaient de côté le savoir-faire des pilotes et leur technique pour s’en remettre au courage des montagnards. 3. Nous, nous étions moins habitués au maniement des rames, nos pilotes étaient moins expérimentés : ils venaient directement de la marine marchande, ne connaissaient même pas le nom des équipements et avaient du mal avec ces embarcations, lentes et lourdes. Elles avaient été construites à la hâte, avec du bois encore vert[9], et n’étaient pas aussi performantes en termes de vitesse. […][10] 4. C’est pourquoi les nôtres, pourvu qu’ils aient l’occasion d’un combat rapproché, se moquaient bien de se battre à un contre deux : grappins jetés, ils retenaient les deux bateaux ennemis, attaquaient d’un côté et de l’autre et passaient à l’abordage. C’est un carnage chez les Albiques et les bergers : une partie de la flotte marseillaise est coulée, quelques bateaux sont pris, leur équipage capturé et le reste de la flotte est chassé vers le port. 5. Bilan des pertes pour les Marseillais ce jour-là : neuf bateaux, en comptant ceux qui ont été capturés[11].


[1] Cf. 1.36.2.

[2] Cf. 1.34.4.

[3] L’île Ratonneau, tout près de laquelle se dresse maintenant le château d’If.

[4] César avait fait construire douze bateaux de guerre à Arles (1.36.4).

[5] Cf. 1.43.3 et la note. Les qualités de cette flotte sont soulignées par Cassius Dion (41.21.3).

[6] Les tragules étaient des javelots munis d’une courroie qui leur servait de propulseur, ce qui augmentait grandement leur portée (cf. BG 5.48.5).

[7] Les bergers employés dans les grands domaines agricoles étaient souvent des esclaves.

[8] Lucain, qui réunit en un seul long passage la description des deux batailles navales successives menées à Marseille (Phars. 3.509-762), met aussi en évidence l’habileté des pilotes marseillais (3.547-548 et 553).

[9] Cf. 1.36.5.

[10] Le début de la phrase suivante fait supposer une brève lacune, où César aurait évoqué la bravoure de ces marins.

[11] Au nombre de six, comme on l’apprend plus loin (2.5.1).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.