Bernard Boyaval commente trois inscriptions grecques d’Egypte

► ὁ λύχνος n° 152, mars 2019, article quatre.

Nicolas Poussin, L’inspiration du poète, Musée de Basse-Saxe (wikicommons)
  1. HERENIOS DE KOM ABOU BILLOU (DELTA)

G. Wagner1 a publié l’épitaphe en prose de ce personnage et l’a traduite ainsi :

« Herenios, poète et auteur d’épigrammes, qui a aimé ses enfants (bon père), âgé d’environ 50 ans. L’an 17, le 23 Choiak. Aie bon courage ».

Sur sa profession, il s’est contenté de reproduire la notice du dictionnaire grec-anglais Liddell-Scott-Jones (LSJ) : « La qualité d’épigrammatographe n’est pas attestée en Egypte. Le terme lui-même ne se trouve que dans une scholie à Théocrite (7, 40) ; il est conjecturé dans un lemma de l’épitaphe de Léonidas de Tarente (Anthologie Palatine 7, 715) où on lit epigrammatophoros que LSJ, s. v., corrige en epigrammatographos ».

En donnant une valeur banalement additive (« et ») au kai qui unit les deux définitions professionnelles d’Herenios, Wagner peut suggérer que celui-ci avait deux activités simultanées, une dans la création poétique en général, ce qui inclut tous les genres littéraires possibles, l’autre dans la composition d’épigrammes, funéraires ou non. Pourquoi aurait-on établi cette distinction ? La conjonction me semble avoir été utilisée, ici, dans un sens analysé par l’Ausführliche Grammatik de R. Kühner et B. Gerth II/2, rééd. 1966, p. 246-247 § 521, 2 : le sens explicatif qui permet à un second mot de préciser la portée, les limites etc. du mot précédent :

« C’est pourquoi kai, comme en latin et, atque, sera employé souvent dans un sens explicatif, par lequel il associe un mot ou une phrase à un autre mot ou à une autre phrase à travers kai qui doit servir à expliquer le mot précédent ou la phrase précédente par un autre mot ou un exemple »

(« Daher wird kai, wie im Lat. et, atque, oft in explikativem Sinne gebraucht, in dem an ein Wort oder einen Satz ein anderes Wort oder ein anderer Satz durch kai angereiht wird, der dazu dienen soll, das vorangehende Wort oder den vorangehenden Satz durch ein anderes Wort oder durch ein Beispiel zu erklären »).

Kühner et Gerth proposent de traduire kai dans ce cas par « en effet » (« nämlich ») ou bien et « ainsi »(« und so »). Je suggère donc « Herenios poète, à savoir épigrammatiste ». Son activité se limitait à un seul genre littéraire, mais, bien qu’il fût poète, le malheureux n’a eu droit qu’à une épitaphe en prose !

1. Wagner G. (1978), « Nouvelles stèles de Kom Abou Billou », Bulletin de l’Institut Français d’Archéologie Orientale (BIFAO), p. 235-258, Le Caire (58 stèles dont 14 malheureusement anépigraphes).

2. A PROPOS DU NOM : LILOUS

En Egypte, ce nom propre est abondamment attesté au masculin et au féminin, par des documents variés, de l’époque hellénistique à l’époque arabe. En voici quelques témoignages, tantôt indéclinés (Lilou) tantôt déclinés à la grecque (Lilous). Il porte un accent circonflexe sur la finale.

Namenbuch (= NB) col. 196

Onomasticon alterum (= OA) p. 179

CEML 712 = CRIPEL 4 (1976) p. 181

Il faut y joindre les graphies

Lilôs NB p. 197

         CEML 34 et 55 = CRIPEL 1 (1974) p. 178 et 184

Loilous CEML 246 = CRIPEL 1 (1974) p. 252

et peut-être les variantes

Lelous OA p. 177

Lol(l)ous NB col. 198 et OA p. 181.

Cette liste non exhaustive suffit à condamner la mélecture Liaous de K. Scott1 sur l’épitaphe d’un certain Tyrannos fils de Néon et de Lilous. Elle procédait d’une confusion alpha/lambda.

La stèle de Tyrannos a connu bien des vicissitudes. En 1896, Ad. Wilhelm l’avait trouvée à Çelindre/Kelenderis, sur la côte de l’ancienne Cilicie Trachée, et publiée dans ses Reisen in Kilikien2. Il avait lu Lilous. En 1924, Scott vit la pierre à Rhodos, et la publia fautivement (Liaous) avec une autre inscription funéraire. Le titre de son article, « Two unpublished Inscriptions from Rhodos » était doublement trompeur car elle n’était pas inédite et sa présence à Rhodes n’impliquait pas une provenance rhodienne. En 1932, L. Robert localisa les deux inscriptions à Taormina et les republia3. Il rétablit Lilous.

Ces péripéties géographiques et éditoriales méritent un ajout. Je ne sais que penser de la remarque de L. Robert notant o. l. p. 200, juste après avoir rétabli la lecture de Wilhelm « très plausible », que « peut-être cependant » il faudrait « accepter (sic) le nom Liaous à côté de Lilous ». A ce jour, Liaous n’apparaît ni en Egypte (NB col. 196 et OA p. 179) ni, à ma connaissance, ailleurs. D’autre part, c’est un nom périspomène. Il faudrait donc unifier l’accentuation de tous ses témoignages et cesser d’en faire des paroxytons comme o. l. p. 200 aux notes 4 et7. Enfin, la graphie Lious ibid. et note 7 est peut-être une faute de gravure pour Li(l)ous.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

  1. SCOTT K. (1924), AJA 36, p. 26.
  2. WILHELM Ad. (1896), Denkschriften Akad. Wien XLIV / 6 p. 95-96 (V. en particulier les pages intitulées Reisen in Kilikien).
  3. ROBERT L. (1932), « IX – Pierres errantes », Revue des Etudes Grecques 45 p. 199-203, Paris. (V. en particulier p. 200 note 8 et 201 notes 1-2 sur les problèmes que soulèvent les déplacements incontrôlés de ces documents et les distances que crée le commerce des antiquités entre les lieux de découverte et les lieux de vente).

3. UNE STÈLE JUIVE DE MARIN

P. J. Sijpesteijn1 a publié une épitaphe grecque. La pierre était entreposée, en Hollande, dans la collection privée Moen sous le n° Inscr. Moen 4. Mais Sijpesteijn n’avait pas remarqué que son texte avait déjà été publié, six ans auparavant par G. Wagner2 qui l’avait trouvé et copié chez un marchand d’antiquités du Caire. La stèle a donc quitté l’Egypte et gagné la Hollande entre ces deux dates. Promptement relevée dans le Supplementum Epigraphicum Graecum (SEG) 28 (1978) p. 406 n°1476, cette malencontreuse duplication n’a rien de surprenant quand on sait comment se font d’ordinaire les découvertes de stèles nouvelles en Egypte : hellénistes, égyptologues et amateurs éclairés font le tour des magasins d’antiquités pendant leur séjour ; la même pierre, repérée par plusieurs visiteurs intéressés peut être publiée dans des revues différentes, en même temps ou à quelques années d’intervalle. Une troisième édition en a été donnée en 1992 par W. Horbury et D. Noy3 qui fournit sa provenance probable, Tell-el-Yahoudijeh dans le delta du Nil.

Il me semble opportun d’ajouter une remarque sur un point de grammaire. Sijpesteijn l’avait soulevé mais ni Wagner avant ni Horbury-Noy après ne l’ont évoqué. Constatant que Marin (pour Marion évidemment) est suivi d’un qualificatif au vocatif (aôré), Sijpesteijn a vu en Marin « probably the vocative of the proper name » et a traduit « O Marion o untimely deceased » ; C’était oublier que d’autres épitaphes de Tell el-Yahoudijeh révèlent la même concurrence ou confusion d’emploi entre les épithètes funéraires au vocatif et des noms de défunts au nominatif, ce dernier utilisé comme « interpellatif ». J’ai évoqué cette particularité dans Kentron 8/3, 1992, p. 126 et ajouté une courte liste, non exhaustive, de témoignages locaux appuyés de références aux publications grammaticales d’E. Mayser, J. Humbert etc. Horbury et Noy ont éliminé l’hypothèse Sijpesteijn et traduit « Marion, untimely dead ». La juxtaposition du nom au nominatif et de son épithète au vocatif aurait dû alerter ce dernier et lui suggérer la provenance de l’épitaphe.

1. SIJPESTEIJN P. J. (1978), « An Unpublished Grave Monument from Egypt », Chronique d’Egypte 53 / fasc. 105, Bruxelles, p. 117.

2. WAGNER G. (1972), « Inscriptions grecques d’Egypte », BIFAO 72, Le Caire, p. 149-150 n°10.

3. HORBURY W. – NOY D. (1992), Jewish Inscriptions of Graeco-Roman Egypt, Cambridge Univ. Press, p. 179-180 n°103.

Bernard Boyaval

Université de Lille III


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.