Jean-Victor Vernhes a fait quatre LECTURES pour vous

► ὁ λύχνος n° 152, mars 2019, article deux.

Quelques importantes parutions

1. Marie-Hélène DELAVAUD-ROUX Corps et voix dans les danses du théâtre antique. Publié aux Presses universitaires de Rennes, avec le soutien de l’université de Bretagne occidentale, en Février 2019. 316 pages, 26 €.

Ce sont les Actes du colloque organisé à Brest sur ce sujet du 28 au 29 septembre 2012. Voici le lien vers l’éditeur :

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4775

Voici le texte de présentation :

« Le thème des rapports entre corps et voix dans les danses du théâtre antique touche à une forme originale de spectacle dont certains aspects peuvent apparaître très contemporains : plusieurs chorégraphes actuels font parler leurs danseurs, ou les font évoluer sur un support sonore de paroles (ou de chants). La problématique de l’ouvrage croise différentes approches (iconographie, mise en scène, métrique, musicologie, chorégraphie) et elle rejoint certaines questions qui se posent dans les spectacles d’aujourd’hui, même si le théâtre grec conserve ses caractéristiques spécifiques, notamment le port du masque, la langue grecque, la musique hellénique. »

Marie-Hélène Delavaud-Roux est maître de conférences en histoire ancienne à l’université de Bretagne occidentale, spécialiste de la danse grecque antique. Elle a publié aux PUP (Publications de l’Université de Provence) Les danses armées en Grèce antique (1993), Les danses pacifiques en Grèce antique (1994), Les danses dionysiaques en Grèce antique (1995), et aux PUR (Université de Rennes) Musiques et danses dans l’Antiquité (2011). De la danse grecque antique elle a non seulement la connaissance érudite, mais aussi, avec beaucoup de précision et de virtuosité, la pratique.

Voici un lien pour accéder à ses communications publiées :

https://www.univ-brest.fr/hcti/menu/Membres/Enseignants-chercheurs/Delavaud-Roux_Marie-Helene?onglet=IDHAL

Et pour sa vidéo :

https://www.univ-brest.fr/hcti/menu/Publications/Euripide–Bacchantes–64-167–parodos-

Le livre, qui comporte seize textes, se divise, après l’introduction, en trois parties : 1) Les réflexions des auteurs anciens sur le corps et la voix au théâtre 2) Harmonie ou conflits entre corps, voix et instruments 3) Peut-on reconstituer les danses et les chants du théâtre ancien à l’antique.

On ne saurait ici, dans cette simple présentation, donner un compte-rendu de chaque contribution. On peut en trouver la liste sur le site des Presses universitaires de Rennes, par le premier lien donné ci-dessus. On remarque avec plaisir la présence de contributeurs venus de Queensland, de Brasilia, de Fribourg, de Coimbra, de Chypre. Une introduction et une conclusion substantielles sont de Marie-Hélène Delavaud-Roux, qui a offert en outre une communication sur La gestion de l’essoufflement du danseur. On remarque aussi, de Philippe Brunet, Interactions voix-mouvement-instrument dans la poésie et le théâtre grecs. Philippe Brunet, professeur à l’Université de Rouen, est le créateur et directeur du Théâtre Demodocos (http://www.demodocos.fr).

Ce livre sera précieux à tous ceux qu’attirent ces aspects de la Grèce antique que sont la musique, la danse, le théâtre.

2. Bernard SERGENT, Notre grec de tous les jours. Petit dictionnaire pour un usage quotidien (Éd. Imago, 2017, 380 pages, 25 €).

« Mais qu’est-ce qu’il a, ce type ? »  C’est par cette phrase contenant un mot d’origine grecque (car type vient du grec τύπος) que dans les premières lignes de cet ouvrage Bernard Sergent illustre le fait que le français est ‘farci’ de mots grecs. Voilà qui vous rappelle les articles de Christian Boudignon, publiés dans le λύχνος, dans la série « Vous parlez grec mais vous ne le saviez pas. »

Une abondante introduction nous fait connaître les divers contextes d’histoire et de civilisation par lesquels une multitude de mots grecs est parvenue jusqu’à nous.

Suit le « Petit dictionnaire pour un usage quotidien. » Il nous apporte de précieux renseignements sur les mots français venus du grec, nous faisant connaître leur cheminement, souvent surprenant. L’origine grecque nous est souvent bien connue ; c’est le cas pour cosmos, biographie, théologie, gymnastique…  Ailleurs elle est moins apparente, ou même totalement occultée par l’histoire du mot, et il est intéressant de la découvrir ; ainsi pour guitare, moustache, malaxer, somme, chalumeau, nomade, éloge, pieuvre…

L’auteur, qui a su rendre son ouvrage accessible à tous, en a néanmoins puisé la substance aux meilleures sources, aux sources les plus solides scientifiquement. Cela apparaît discrètement dans les notes et dans la bibliographie, où l’on trouve des références au Bulletin de la société de Linguistique de Paris, au Journal of Indo-European Studies, à la Revue des Études Grecques…

Voilà un livre bien utile à tous ceux qui aiment la langue française, et aiment la faire aimer (je pense en particulier, bien sûr, aux enseignants). Chacun devrait l’avoir dans sa bibliothèque !

Un regret cependant. Les mots grecs cités apparaissent seulement en transcription, et non en caractères grecs : kéntron pour κέντρον ‘centre’, etc. Il aurait fallu le mot grec à la fois en transcription et en caractères grecs, avec sa vraie physionomie (tiens ! encore un mot qui vient du grec, et dont Bernard Sergent nous explique bien les origines). C’est la première chose que j’ai vérifiée lorsque j’ai eu le livre en mains ! Il semble présupposé que les lecteurs sont tous dépourvus de la moindre notion de grec !

Cela m’incite à partager avec vous un souvenir autobiographique, par plaisir et parce que cela pourrait avoir d’intéressantes conséquences. J’ai commencé ma carrière d’enseignant au Lycée de Bayonne. En ce temps-là (je vous parle d’un temps…) on commençait le grec en quatrième. J’étais chargé entre autres d’une classe de cinquième ; en cours de français, je leur expliquais l’origine des mots. Quand l’origine était un mot grec, je l’écrivais au tableau en caractères grecs. Les élèves, ravis, le copiaient. À la rentrée suivante, presque la moitié d’entre eux avait choisi l’option grec. Je n’avais pourtant fait aucune propagande, aucune argumentation en ce sens.

S’intéresser au grec, c’est aussi s’intéresser à ses origines indo-européennes. Sur la question indo-européenne, qui est d’une immense complexité, et qui a été polluée en des sens divers, nous devons aussi à Bernard Sergent un important ouvrage, bien informé, d’une grande rigueur scientifique, utile au chercheur et accessible aussi au curieux (Bernard Sergent, Les Indo-Européens. Histoire, langues, mythes. Éd. Payot et Rivages, 1995, 2e édition 2005. 536 pages, 51 € ; on attend la réimpres­sion). Les questions histo­riques, archéologiques et culturelles y sont particulièrement appro­fondies. Quand et à partir d’où un peuple « indo-européen » s’est-il dispersé, répandant sa langue sur un espace allant de l’Inde à l’Europe ? Question débattue, trop souvent récupérée idéologi­quement. On a longtemps cru que c’était à partir de l’Europe du nord. Mais l’état le plus avancé de la recherche (cf. p. 431 de cet ouvrage) indique qu’il s’agit de la « civilisation des kourganes », qui se situe au IVe millénaire, sur la Volga. Cette théorie est actuellement largement admise.

Merci, Bernard Sergent !

3. Xavier DELAMARRE, Une généalogie des mots. De l’indo-européen au français : introduction à l’étymologie lointaine. Éditions Errance, 2019, 231 pages, 32 €).

Nous connaissions déjà le précédent ouvrage de Xavier Delamarre : Dictionnaire de la langue gauloise. Une approche linguistique du vieux celtique continental. Éditions errance, 2018 [2001].

Dans ce nouveau livre l’auteur nous fait remonter, au-delà du grec, jusqu’à l’indo-européen, au cœur de la préhistoire. Il nous présente cent racines indo-européennes, et 800 mots français s’y rattachant.

L’Introduction de l’ouvrage expose sobrement les notions de base qu’il convient de connaître sur la question linguistique indo-européenne, et débouche sur un texte suggestif d’Antoine Meillet (1866-1936), qui fut et qui demeure un des maîtres les plus importants en la matière.

Suit un arbre généalogique des langues indo-européennes, puis, et c’est le corps de l’ouvrage, l’étude des cent racines. Chacune d’elles est présentée sur deux pages : sur la page de gauche, un texte tout à fait lisible par des non-spécialistes fait l’étude historique de cette racine, et la page de droite un arbre généalogique très clair en montre de façon suggestive la descendance dans diverses langues indo-européennes. Les mots grecs, dans le texte, sont à la fois en transcription et en caractères grecs. C’est bien entendu la première chose dont je me suis assuré, et en mon for intérieur j’ai dit ‘ouf !’ et ‘merci !’

Pour le celtique, les mots bretons sont mentionnés : l’éminent celtisant qu’est Xavier Delamarre ne pouvait oublier de rendre cet hommage à cet aspect du patrimoine linguistique de notre hexagone ! C’est la seconde chose dont je me suis assuré. Mais pourquoi la seconde ? … Peu d’omissions peuvent être relevées : ainsi à la page 134, à propos de l’étymon *néwos ‘nouveau’, (cf. grec νέος < * νέFος, latin novus), le breton nevez serait le bienvenu. On le trouve dans bien des noms de lieu : Plouneour-Nevez, etc.

Nous sommes en désaccord avec l’auteur sur un point : en page 156 est donnée pour ἡ πόλις ‘la cité’ l’étymologie habituellement reçue, qui en fait un corres­pondant du lituanien pilìs ‘citadelle’. La ressemblance entre ces deux mots incite à y voir une parenté, mais Meillet ne nous a-t-il pas enseigné à nous méfier des ressemblances ? L’étymon serait *plh1-s. Mais dans les emplois les plus anciens, qu’on a chez Homère, πόλις peut désigner une simple bourgade, et il est acrobatique de poser *lh1 > ολι. Cela a été développé par le menu dans deux articles du λύχνος :

Juillet 2013 :  https://ch.hypotheses.org/556

Mars 2015 : https://ch.hypotheses.org/tag/polis

En ce qui concerne la typographie, nous regrettons qu’en un endroit important on ait cédé à une certaine mode actuelle de l’illisibilité : aux pages 12-13, le texte de Meillet est imprimé en caractères tout petits et fins comme un cheveu. Sa lecture exige un certain effort oculaire, à moins bien sûr d’avoir l’acuité visuelle d’un pilote de chasse.

On peut relever quelques coquilles. Ainsi en p. 20 manque l’esprit de ἀγρός ; de même pour οἶκος, p. 200 ; en p. 212, manque κλέος en caractères grecs. Ce sont là des vétilles qui n’altèrent pas la valeur de l’ouvrage, et disparaîtront lors de sa réimpression, qui ne saurait tarder, grâce à un succès rapide et mérité du livre.

En page 17, l’auteur fait allusion à un précieux ouvrage de Calvert Watkins, The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots, dont la dernière édition est de 2011. Y sont traitées toutes les racines indo-européennes présentes en anglais, et la grande majorité d’entre elles s’y trouve, soit dans le fond le plus ancien de la langue, soit dans les mots que l’anglais, au fil des siècles, a empruntés à d’autres idiomes indo-européens, au français très largement, au latin, au grec ancien, etc. Souhaitez-vous acquérir une solide initiation aux études indo-européennes ? Vous trouverez votre bonheur dans l’étude de ce livre, qu’on peut se procurer chez tout libraire habitué à commander à l’étranger.

Mais il sera passionnant pour tout le monde de pratiquer le nouveau livre de Xavier Delamarre.

4. Thomas PELLARD & Laurent SAGARD & Guillaume JACQUES, “L’indo-européen n’est pas un mythe”. Ce n’est pas un livre, mais un article publié dans le BSL (Bulletin de la société de linguistique de Paris) 2018, tome 113/1, pp.79-102, qui est une critique du livre de l’archéologue Jean-Paul Demoule Mais où sont passés les Indo-Européens ? (Seuil, 2014), où se trouve mise en doute l’existence d’une langue ancestrale à la famille indo-européenne.

On peut accéder à cet article par le lien suivant :

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01871582?fbclid=IwAR0C2llJqLQtRxjzl8q4qVe8QeSyHlAMeLjONdqdN12ueicellraaTFcecc

On se trouve alors sur le site archive ouverte HAL, et on a sous les yeux le résumé de l’article. Pour lire celui-ci, il faut, en haut à droite, cliquer sous le bandeau FICHIER.   

Depuis 1980, Jean-Paul Demoule développe avec beaucoup de constance et de ténacité des thèses dont on peut se faire une idée d’après cet extrait de son article Mythes et réalités des Indo-européens, paru dans le numéro 9 (août/septembre 1991) de la revue Sciences humaines (pp. 50-55) :

« Depuis quelque temps même, au moins dans les publications destinées au grand public français, la vulgate du peuple originel, tombée en désuétude après l’effondrement du nazisme, a ressurgi avec vigueur, comme si elle allait de soi (cf. par exemple Martinet 1986). Or l’hypothèse linguistique indo-européenne a, dès l’origine, été lourde d’implications idéologiques. Dès le début du XIXe siècle, les linguistes se sont extasiés sur la beauté et la supériorité formelle des langues indo-européennes (indogermanish en allemand). Très rapidement la raciologie s’en est mêlée. Et si le nazisme n’a été que la forme exacerbée du phénomène, des idéologies voisines… ont repris cette tradition depuis les années 1970). »

Les langues du groupe indo-européen, aucun spécialiste de la question ne considère aujourd’hui cela comme une hypothèse, dérivent toutes d’une antique langue disparue, qu’on nomme habituellement l’indo-européen, tout comme les langues latines dérivent du latin.

Dans la période dont il est question ci-dessus, la personnalité emblématique des études indo-européennes était Émile Benveniste (1902-1976). Ses deux parents étaient instituteurs à l’Alliance israélite universelle. Grâce à une bourse de cet organisme, il a étudié au Petit séminaire israélite de Paris. Durant la seconde guerre mondiale, il s’est réfugié en Suisse, après avoir été exclu du Collège de France en application d’un statut des Juifs de triste mémoire. Émile Benveniste aurait-il consacré sa carrière de chercheur à une discipline qui aurait porté dans son flanc le nazisme, lequel n’en serait « que la forme exacerbée ? »  Et que vient faire André Martinet dans cette galère ?

L’auteur de notre citation ne fait pas bien la distinction entre les concepts scientifiques et leur éventuel réemploi dans tel ou tel édicule idéologique, entre ‘implications’ et récupération. Et pourquoi est-il injuste à ce point ?

Le comparatiste Romain Garnier a donné de son livre un compte-rendu dans le n° 2 (2015-2016) de WÉKwOS, revue d’études indo-européennes, pages 279-283. Il donne un échantillonnage de ses multiples erreurs et souligne le caractère obsolète de la documentation : « …cet ouvrage est un véritable gotha de la science du XIXe siècle. »

L’article du BSL évoque l’accueil triomphal qui fut organisé pour ce livre de Jean-Paul Demoule : prix Roger Caillois de l’essai, prix Eugène Colas de l’Académie française, nombreux articles élogieux dans la Presse… Ces thuriféraires, n’ayant pas eu la prudence de consulter des spécialistes de linguistique historique pour s’informer de la justesse scientifique de l’ouvrage, impressionnés peut-être par la masse des références érudites, n’y ont vu que du feu. Ils ne soupçonnaient pas que la matière relève d’une science aussi précise et rigoureuse que la chimie, et dont les théoriciens ne sont ni des extatiques ni des essayistes.

Dans cet article du BSL, comme dans le texte de Romain Garnier, nous trouvons, de façon non exhaustive, les observations qu’auraient pu faire lesdits spécialistes, si on avait jugé bon de leur demander leur avis. Ils auraient pointé les nombreuses erreurs, factuelles ou méthodo­logiques, que contient le livre, dont l’auteur n’a ni la formation de base ni la pratique corres­pondant au sujet qu’il traite.

Il est fait allusion en p.15 (en ligne) de cet article aux « collaborations très fructueuses entre linguistes, archéologues et paléogénéticiens, qui fleurissent récemment un peu partout. » Il faut, pour de tels échanges fructueux, que chacun sache, sous peine de s’illusionner lui-même et de tout gâcher, s’en tenir à son seul domaine, celui dans lequel, après avoir été longtemps apprenti, il est enfin devenu maître : le linguiste n’a pas à être archéologue à la place de l’archéologue, et l’archéologue ne saurait faire autorité sur des questions dont on ne peut traiter valablement sans une maîtrise parfaite de la linguistique historique.

Ne sutor ultra crepidam, dit un proverbe latin, dont on ne saurait donner en français une transposition de la même frappe, mais qu’on peut mi-traduire, mi-gloser ainsi : « Que le cordonnier n’ait pas de jugements allant au-delà de la chaussure. » Autrement dit, nul ne doit porter de jugements sur des questions dépassant sa compétence.

Dans mon enfance on m’a appris un proverbe de chez nous qui, sur un registre moins docte, illustre la même idée, avec le même bon sens : « Chacun son métier, et les vaches seront bien gardées. »

Les études indo-européennes ont jadis été idéologiquement polluées par certains. Les choses aujourd’hui ont changé. Le rôle actuel de ces études est de dévoiler et de restituer à l’humanité une partie de son patrimoine culturel immatériel. Il est bien dommage que Jean-Paul Demoule n’ait pas été intéressé par ces perspectives, et qu’il ait gaspillé tant d’énergie dans une impasse intellectuelle.

Nous le regrettons d’autant plus qu’il nous semble être un fort sympathique archéologue. Le dix-huit janvier dernier, à Arles, chez De natura rerum (librairie, galerie, bières artisanales : http://denaturarerum.fr), sur le thème « Ce que l’archéologie fait à l’histoire », il animait une rencontre avec un public d’une grande variété. Voilà qui n’est pas étranger à l’esprit de Connaissance hellénique.

Jean-Victor Vernhes

Maître de conférences honoraire

Université d’Aix-Marseille


Une réflexion sur « Jean-Victor Vernhes a fait quatre LECTURES pour vous »

  1. Bonjour
    Merci pour ces conseils de lecture.
    Juste une petite remarque au sujet de nevez. S’il existe bien une commune de Névez entre Trégunc, Pont-Aven, Riec-sur-Belon et l’Océan Atlantique, et un Plounévez-Lochrist près de Plouescat, sans compter les nombreux toponymes comme Ti Névez etc. il n’y a pas de Plounéour-Névez, mais seulement Plounéour-Menez (le Plounéour “de la montagne” (d’Arrée)) et Plounéour-Trez (Plounéour-“Plages” si on veut) sur la côte léonarde. Ceci dit j’ai trouvé quelques occurrences de Plounéour-Nevez pour Plounéour-Menez du fait probablement d’erreurs de composition (par exemple dans le journal L’Union agricole et maritime du Finistère du 2 janvier 1916).
    Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.