Editorial et sommaire du ΛΥΧΝΟΣ n° 151, novembre 2018

Emile Henry, La place d’Aubagne, Aquarelle de la fin du XIXe siècle

Editorial (et sommaire)

Rue d’Aubagne, Homère songeait…

[En 1803, rue d’Aubagne à Marseille, le préfet Charles Delacroix, le père d’Eugène Delacroix, a fait ériger une fontaine, un lavoir et un buste d’Homère sculpté par Etienne Dantoine au sommet d’une colonne antique. Elle porte cette inscription « Les descendants de Phocée,à Homère ». Le 5 novembre dernier, deux ou trois immeubles se sont effondrés dans la rue d’Aubagne suscitant une immense émotion. Connaissance Hellénique laisse la parole à Arielle Chopard pour ce cri du cœur qui évoque le poète qui connaissait si bien les mendiants, comme Ulysse, à la porte du palais où les prétendants faisaient bombance…]

Homère songeait à sa muse. L’inspirerait-elle encore pour chanter le délabrement de cette cité grecque, de cette rue d’où montaient maintenant des thrènes mais sans l’exposition des corps difficilement extirpés des décombres ? Quelle guerre avait donc déchiré à nouveau les entrailles de la cité de Protis et Gyptis ? La plus difficile à combattre, celle de la misère.

Dans cette rue d’Aubagne où trône son buste, l’aède songeait au lavoir où se disputaient autrefois les Marseillaises qui battaient leur linge à grands renforts de cris, d’engatses[1],et de vie joyeuse et turbulente. Ah, Ulysse eût été surpris s’il avait accosté ici, se dit-il en imaginant une savoureuse distorsion du temps et de l’espace,et ce n’est pas Nausicaa qui l’aurait accueilli, mais une Ligure au verbe haut et moqueur. Du reste ce raffut était tel que le lavoir fut supprimé à la fin duXIXe siècle. La rue était restée populaire et à l’image de la ville portuaire : boubous africains côtoyant du lin savamment froissé de bobos, djellabas à côté de vêtements tachés d’artistes et appartements remplis de livres ou de mets épicés. Ici se mélangeaient le petit peuple de Marseille et les étudiants ou les enseignants fauchés mais tous appréciaient ces « trois fenêtres » typiquement marseillais. Les tomettes sont un peu disjointes, les plafonds hauts, encore ornés de leurs moulures pour certains. On y habite parce qu’on est pauvre ou que l’on n’a qu’un salaire, et qu’on ne paie pas cher. Certes, il n’y a pas de double vitrage mais des courants d’air partout, et le chauffage électrique revient presque aussi cher que le loyer. Mais on est en plein centre-ville, les pièces sont vastes et on n’entend pas le voisin uriner ou appuyer sur ses interrupteurs. Alors on oublie les fentes dans l’escalier ou les murs qui gondolent. Être pauvre ou sans aucune aide avec un salaire moyen restreint l’horizon de vie. Et le luxe à ce niveau, ce sont des pièces spacieuses et le centre-ville. Au prix de la vie parfois. Alors on espère que son immeuble insalubre ne sera pas déclaré en péril imminent !

Homère songeait à cette peur qui est plus tenace que celle du preux qui sait qu’il va devenir immortel grâce à ses exploits rapportés par l’aède. Ici, on crève dans l’anonymat, et la peur de l’expulsion fait accepter le danger de l’écroulement.Où aller ? Reprendre à nouveau des sacs aux coutures usées, poser un drap par terre et faire un balluchon, prendre les minots par la main et s’en aller sans un regard vers l’arrière car il y aurait trop à voir, laisser les bouquins, les photos, la vieille commode de la grand-mère pour les plus nantis et oublier que l’on est toujours en transit car on est immigré, clandestin ou simplement en dehors des balises sécurisées que donne l’argent.

Homère songeait à la politique qui ne sait plus l’étymologie de son nom. Comment une cité peut-elle oublier à ce point le bien-être des siens ? Du haut de sa colonne, il voyait les rubalises[2] qui flottaient au mistral, les rats qui avaient repris leurs affaires, et les gravats qui avaient englouti huit vies. Dans la rue, un mois après, règne encore un silence de sidération. Les échos des lavandières ont définitivement disparu. Les gamins qui jouaient dans la rue ne traînent plus. Les cafés et les épiceries ne drainent plus de va-et-vient et les voisins ne s’approchent pas des fenêtres pour ne pas voir ce gouffre béant qui semble une entrée des Enfers.

Homère songeait aux passants qui ne levaient déjà plus la tête vers lui depuis longtemps, mais qui maintenant marchaient courbés sous la douleur et la peine. Pauvres mortels ! L’aède n’avait plus envie d’appeler la muse.

Homère ne songeait plus. Du haut de sa colonne, comme un stylite, l’aède regarda la mer. Il descendit…

Arielle Chopard

Sommaire des douze articles :

1. ROBERT W. WALLACE : LA TRAGÉDIE DE L’AJAX DE SOPHOCLE, ENTRE VÉRITÉS ÉTERNELLES ET DÉBAT POLITIQUE

2. NICOLETSÉA GEORGIA : TROIS POÈMES SUR AGAMEMNON, CLYTEMNESTRE ET EGISTHE

3. JEAN-CLAUDE DUTTO : HOMÈRE ENFIN CHEZ LES GRECS !

4. PIERLUIGI LANFRANCHI : FURIO JESI MYTHOLOGUE

5. JEAN-MICHEL ROPARS : A PROPOS D’ULYSSE (3)

6. PAUL CHALLOBOS A LU POUR VOUS « LE DÉMON DE SAINT JÉRÔME » DE LUCRÈCE LUCIANI

7. ISABELLE COGITORE ET ALII, JULES CÉSAR ET LA FIN DE LA MARSEILLE GRECQUE, ÉPISODE 1

8. LAURENT FORCE A LU POUR VOUS « SOCRATE, LE DEMI-CHIEN »

9. CHRISTIAN BOUDIGNON : VOUS PARLEZ GREC ET VOUS NE LE SAVIEZ PAS (N°41)

10. DANIEL DI MEGLIO : ENFIN UN LOGICIEL QUI LIT LE GREC ANCIEN À HAUTE VOIX !

11. JEAN-VICTOR VERNHES : UNE ÉTYMOLOGIE POUR ΚΩΛΥΩ ‘EMPÊCHER’ ?

12. BERNARD BOYAVAL : QUEL EST LE MÉTIER D’HARPALOS ?

Bonne lecture !


[1] Terme méridonal pour « disputes », « embrouilles ».

[2] Rubans servant à baliser une zone d’enquête.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.