Bernard Boyaval : quel est le métier d’Harpalos ?

► ὁ λύχνος n° 151, novembre 2018, article douze.

Intérieur de Sainte-Sophie (Constantinople / Istanboul) cliché Ingo Mehling (wikicommons)

L’épigramme funéraire d’Harpalos décrit ainsi son travail d’architecte (traduction d’Et. Bernand, Inscriptions métriques (1969), n°23 p. 128 v. 5-8) :

Οὗτος ὁ κοσμήσας περιμή(κ)εα τείχεα νηῶν

στήσας αἰθούσσαις κίονας ὑψορόφους

πολλάκι καὶ κορυφὰς ὀρέων ἴσα κάρφε(α) κόροι

ἤγαγε πειθομένας λεπταλέοισι κάλοις

« C’est lui qui a orné les très longs murs des temples, qui a dressé dans les portiques de hautes colonnes, et souvent il a déplacé les cimes des montagnes, comme les enfants des bouts de bois, en les faisant céder avec de faibles câbles ».

Il était donc à la fois peintre et sculpteur, procédait à l’élévation et à l’emboîtement des monolithes ainsi qu’à l’extraction et au transport des blocs des carrières,comme Apollodore de Damas qui, sous le règne de Trajan, avait construit un pont sur le Danube avec le titre significatif d’architecte « de tout le travail », expression qui résume sa polyvalence et sa prééminence (Procope, De aedificiis IV, 6, 13). Harpalos et Apollodore répondaient ainsi aux exigences de Vitruve, De architectura I, 1, 1-11, qui demandait à l’architectus romain de son temps une compétence encyclopédique faite de neuf disciplines. Mais, en affirmant que πολυμήχανος ὤλετο τέχνη « la polyvalence a disparu », le v. 3 de l’épitaphe confirme la datation de ses éditeurs successifs, fin du second siècle ou début du troisième après J. –C.

La stèle semble donc dater du début de l’évolution qui a peu à peu abaissé l’architectus romain en lui substituant le mechanicus. Dans Byzantion 18 (1946-1948), p. 99-113, G. Downey en a cité plusieurs témoignages : le décret de 344 qui porte la gradation descendante « mechanicos et geometros et architectos », l’insistance de Procope à souligner que les constructeurs de Sainte-Sophie, Anthemius de Tralles et Isidore de Milet,étaient des mechanici (De aed. I, 1, 24 et 50, II, 3, 14)comme les autres grands bâtisseurs du temps de Justinien, Chrysès d’Alexandrie(o. l. II, 3, 2), Jean de Byzance et Isidore le Jeune qui rebâtit la coupole de Sainte-Sophie après le séisme de 557 (o. l. II, 8, 25).

Downey pense que le mechanicus a supplanté l’architectus quand les maîtres d’œuvres romains ont cessé de reproduire les modèles grecs pour créer des formes nouvelles. On eut désormais besoin de spécialistes en géométrie, pose et projection de plans, calculs de courbures etc. L’ingénieur était dès lors indispensable.

L’épitaphe d’Harpalos ajoute probablement un témoignage nilotique (Hermoupolis) à la liste de Downey qui ne mentionne que des documents officiels et constantinopolitains.

Bernard Boyaval

Université de Lille III


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.