Jean-Victor Vernhes : Une étymologie pour ΚΩΛΥΩ ‘empêcher’ ?

► ὁ λύχνος n° 151, novembre 2018, article onze.

Pénélope attendant Ulysse, bague en or provenant de Syrie, Ve siècle, Cabinet des médailles, Paris, Cliché Jastrow (Wikicommons)

Consultons pour ce mot les dictionnaires étymologiques du grec. Selon Frisk, « étymologie non éclaircie » (« nicht überzeugend erklärt »). Selon Chantraine,« non expliquée ».  Pour Beekes : < ? >.

Le mot n’est pas chez Homère, ni chez Hésiode. On peut soupçonner pour ce terme relativement tardif soit un emprunt, soit une formation grecque familière qui aurait tardé à entrer dans la langue littéraire.

Nous optons pour cette dernière hypothèse et posons à l’origine une locution κῶλα λύειν ‘couper les jambes’, non au sens chirurgical de ‘sectionner, amputer’, mais au sens donné à ce mot lorsqu’on dit, par exemple à propos d’une boisson comme la bière qu’on aurait mieux fait de ne pas prendre avant de participer à un marathon, ou à propos d’un choc émotionnel : « Ça m’a coupé les jambes. » De là, pensons-nous,vient κωλύειν par haplologie, c’est-à-dire par simplification (du grec ἁπλός‘simple’).

Le premier élément de cette locution est τὸ κῶλον, qui désigne un membre d’un être humain ou d’un animal, plus particulièrement les jambes ou les pattes. Quant à λύω, il a ici un effet de sens se rattachant à l’idée générale de ‘défaire, dissoudre’ : la force de cohésion qui unissait les parties n’existe plus.

Du point de vue sémantique, nous avons là une matrice métaphorique[1] : l’idée d’empêchement s’exprime volontiers par l’image d’un obstacle fait au jeu normal des jambes. Le mot empêcher lui-même reflète le bas latin impedicare, dérivé de pedica ‘piège pour attraper les animaux par la patte’ ou ‘entrave attachée aux pieds’. En latin classique on a impedire ‘mettre dans des entraves’ ou au figuré ‘embarrasser, empêcher’. Ces mots se rattachent au latin pes, pedis ‘pied’. Quant aux mots entrave, entraver, ils se sont employés primitivement pour désigner des liens qu’on attachait aux pattes de certains animaux, les chevaux surtout,pour les empêcher de se déplacer. De tels emplois métaphoriques prennent parfois une tonalité expressive et familière, comme dans l’expression tirer dans les pattes. Pensons aussi à l’anglais to impede, impediment.

De bonne heure, grâce au progrès technologique, les jambes n’ont pas été pour l’homme le seul moyen de déplacement, et le jeu métaphorique a suivi : mettre des bâtons dans les roues.

Nous allons nous attarder quelque peu sur les deux concepts opératoires dont nous sommes en train de faire usage : pour le sens, celui, que nous venons de dégager, de matrice métaphorique ; pour la forme, celui d’haplologie.

Cette dernière est la simplification d’un mot. Elle consiste, lorsque se suivent deux syllabes commençant par la même consonne, ou du moins se ressemblant beaucoup, à supprimer l’une d’elles : ainsi l’ancien verbe contreroler est devenu contrôler.

Le Précis de phonétique historique du latin de Max Niedermann (Paris 1953) en donne pour cette langue plusieurs exemples dans ses deux dernières pages (176-177). Ainsi honestas ‘honorabilité, honnêteté’ (on attendrait *honestitas, formé sur honestus ‘honnête’, avec le suffixe -itas), semodius ‘demi-boisseau’ (on attendrait *semimodius, formé sur modius‘boisseau’, avec le préfixe semi-).On pourrait ajouter d’autres exemples, comme le doublet pulpamentum/pulmentum ‘ragoût,nourriture’.

La Phonétique historique du mycénien et du grec ancien de Michel Lejeune (Paris 1972) nous donne des exemples de ce phénomène (§ 334, p. 291). Le plus connu est ἀμφορεύς ‘amphore’, pour ἀμφιφορεύς attesté chez Homère. Ici aussi,on pourrait ajouter d’autres exemples. Ainsi dans le Dictionnaire étymologique de la langue grecque de Pierre Chantraine (1968-1980), à l’article λαῖλαψ, -απος ‘ouragan’ est cité, provenant d’un papyrus magique, un λαιλαφέτης ‘qui envoie l’ouragan’, pour *λαιλαπ-αφέτης (le second élément -αφέτης se rattache à ἀφίημι au sens de ‘faire partir’). Le nom Βόσπορος, qui désigne le Bosphore et d’autres détroits, interprété depuis l’antiquité comme le «passage du bœuf», peut élégamment s’expliquer par une haplologie de *βοFόσπορος(= βοὸς πόρος)[2].

Revenons à notre matrice métaphorique signifiant la notion d’empê­chement par l’image d’une intervention au niveau des pieds ou des jambes : elle est bien représentée en grec. Sont formés sur le thème du nom du pied (ὁ πούς, ποδός) : ἐμποδίζω ‘mettre une entrave aux pieds’, d’où ‘empêcher’ ; ἀνδραποδίζω, ‘munir un homme d’une entrave’ c’est-à-dire ‘faire un esclave d’un ennemi prisonnier’, d’où, par dérivation inverse, τὸ ἀνδράποδον ‘le prisonnier réduit en esclavage’ ; ἐμποδὼν εἶναι ‘être dans les pieds’, c’est-à-dire ‘gêner, empêcher’ (cf. notre expression familière ‘on l’a toujours dans les pattes’ !). Avec le vocalisme e (celui que nous avons vu dans le latin pes, pedis) : ἡ πέδη et surtout αἱ πέδαι, ‘les entraves’.

Pensons aussi à ὑποσκελίζω ‘faire un croc en jambe’ (cf. τὸ σκέλος ‘la jambe’) : c’est faire quelque chose à la jambe par dessous. Au figuré, c’est compromettre l’action de quelqu’un, lui faire obstacle, l’empêcher de réaliser ce qu’il veut.

Particulièrement intéressante est l’expression γυῖα λύειν ‘relâcher les membres’. Ce terme de γυῖα (dont le singulier n’est pas usuel) désigne les membres et les articulations de façon générale. Les γυῖα sont le siège du tonus physique et moral : ἐκ δέος εἵλετο γυίων ‘il ôta des membres la frayeur’ (Odyssée VI, 140 et passim) ; γυῖα ἐλαφρὰ θεῖναι ‘rendre les membres dispos’ (Iliade, V, 122). Il s’agit plus particulièrement des membres inférieurs. En Iliade, XIII, 512, Idoménée est fatigué : Οὐ γὰρ ἔτ᾽ἔμπεδα γυῖα ποδῶν ἦν ὁρμηθέντι ‘les articulations de ses jambes n’avaient plus de fermeté dans son élan’.

Cette relaxation peut être agréable et bénéfique. En Odyssée XVIII, 189 nous voyons Pénélope dormir d’un bon sommeil, λύθεν[3] δὲ οἱ[4] ἅψεα πάντα, ‘et elle avait toutes les articulations détendues’. Même scène et même expression en Odyssée, IV, 794.

Dans une série de passages homériques le γυῖα λύειν est loin d’avoir cet aspect bienfaisant, le relâchement étant causé par une blessure mortelle, et la victime gît à terre comme un pantin désarticulé.

Iliade, VII, 12. Ἕκτωρ δ᾽Ἠιονῆα βάλ᾽ ἔγχει ὀξυόεντι/αὐχέν᾽ ὑπὸ στεφάνης εὐχάλκου, λῦσε δὲ γυῖα ‘Hector frappa Éionée de son javelot aigu, au-dessous de son casque de beau bronze, et lui défit les membres’.

Iliade, IV, 469. Ici Agénor s’attaque à Élépénor, dont le flanc s’est trouvé un moment découvert : οὔτησε ξυστῷ χαλκήρει, λῦσε δὲ γυῖα ‘il le blessa de sa pique de bronze, et lui défit les membres’.

Iliade, XI, 240. Iphidamas s’avançait contre Agamemnon, mais ce dernier se défendit : τὸν δ᾽ἄορι πλῆξ᾽αὐχένα, λῦσε δὲ γυῖα. / Ὣς τὸν μὲν λίπε θυμός… ‘et il le frappa de son épée à la nuque, et lui défit les membres. Ainsi la force de vie le quitta…’. Puis il se mit à le dépouiller. Alors le frère d’Iphidamas vint pour récupérer son cadavre, mais aussitôt Agamemnon οὔτησε ξυστῷ χαλκήρεϊ, λῦσε δὲ γυῖα ‘l’atteignit de sa pique de bronze, et lui défit les membres’ (260). Ainsi les deux frères ἔδυν δόμον Ἄιδος εἴσω ‘pénétrèrent dans la demeure d’Hadès’.

Iliade, XVI, 312. Μενέλαος ἀρήιος οὖτα Θόαντα /στέρνονγυμνωθέντα … λῦσε δὲ γυῖα ‘le valeureux Ménélas blessa Thoas à un endroit découvert de sa poitrine, et lui défit les membres’.

Iliade, XVI, 465. Patrocle s’attaque à Thrasymène, l’écuyer de Sarpédon : τὸν βάλε νείαιραν κατὰ γαστέρα, λῦσε δὲ γυῖα ‘il le frappa au bas-ventre et lui défit les membres.’

Dans un autre groupe de passages, les choses sont moins cruelles.

Iliade, VII, 6. Il s’agit ici, dans une comparaison, de marins qui se sont épuisés à ramer, καμάτῳ δ᾽ὑπὸ γυῖα λέλυνται ‘et leurs membres sont rompus de fatigue’.

Iliade, XIII, 85. Ici encore, c’est la fatigue qui défait les membres. Les Achéens font une pause auprès de leurs fines nefs : τῶν ῥ᾽ἅμα τ᾽ἀργαλέῳ καμάτῳ φίλα γυῖα λέλυντο ‘leurs membres étaient rompus d’une douloureuse fatigue’.

Odyssée, VIII, 233. Ulysse participe à des jeux chez les Phéaciens. Il peut participer, dit-il, à divers jeux, mais il n’est pas bon à la course, car il a été durement éprouvé sur mer :τῷ μοι φίλα γυῖα λέλυνται, dit-il, ‘j’en ai les jambes rompues’.

Odyssée, XVIII, 238. Au début de ce chant, on a vu le mendiant Iros provoquer et insulter Ulysse, et recevoir de lui au cou un magistral coup de poing le mettant en piteux état. Télémaque souhaite voir les prétendants dans le même état : λελῦντο (optatif[5]) δὲ γυῖαἑκάστου ‘et que tous aient leurs membres défaits !’ Ils seraient comme cet Iros, qui a été mis hors d’état de se mettre debout et de rentrer chez lui, ἐπεὶ φίλα γυῖα λέλυνται ‘car ses membres sont défaits’ (ibid., 242).

Odyssée, XVIII, 341. Ulysse ayant répondu durement aux propos insolents d’une servante, voilà toutes les servantes en proie à la panique, λύθεν δ᾽ὑπὸ γυῖα ἑκάστης ταρβοσύνῃ ‘et de terreur toutes avaient les jambes  flageolantes’.

On a parfois aussi une variante de cette expression avec γούνατα :

Odyssée, IV, 703. Pénélope vient d’apprendre que les prétendants veulent tuer Télémaque ; τῆς δ᾽αὐτοῦ λύτο γούνατα καὶ φίλον ἦτορ ‘et elle était là, les genoux et le cœur défaits’. Les yeux pleins de larmes, elle ne pouvait plus parler.

Odyssée, XVIII, 212. Ici les prétendants voient Pénélope descendue dans la salle où ils se trouvent, τῶν δ᾽αὐτοῦ[6] λύτο γούνατ᾽ ‘et ils étaient là, les genoux flageolant’ d’amour.

Mais c’est avec γυῖα que l’expression est usuelle dans l’épopée. Dans tout ce dernier groupe de passages, γυῖα λύειν ou un équivalent signifie l’empêchement de disposer de ses capacités et de faire ce qu’on veut sous l’effet d’une fatigue, d’une blessure, d’une peur, d’une émotion.

Le mot γυῖα va survivre en poésie, mais disparaître du langage usuel. C’est κῶλον qui va en quelque sorte prendre sa place[7]. Ce mot, comme nous l’avons vu, signifie ‘membre’ et plus particulièrement ‘jambes’ d’un homme, ou ‘pattes’ d’un animal. Dans le domaine végétal, le mot a pu désigner une partie d’une tige de roseau allant d’un nœud à un autre, ces nœuds faisant penser à des articulations. Les κῶλα sont en rhétorique les membres d’une période, et en poésie les composants métriques : il y a là une notion d’éléments structurés, de langage articulé.

On voit par là que κῶλα est en langage courant un quasi-équivalent de ce qu’est γυῖα en langage archaïque. L’expression κῶλα λύειν, que nous avons posée à l’origine de κωλύω, est comme une mise en langage courant de l’antique formule γυῖα λύειν, fréquente dans cette phraséologie homérique bien connue dans le monde grec grâce aux aèdes, mais que le parler de tous les jours ne pouvait conserver telle quelle, avec le bon vieux γυῖα !

Une fois κῶλα λύειν devenu κωλύειν par haplologie, tout comme ἀμφιφορεύς est devenu ἀμφορεύς, nous n’avons plus une locution, mais un verbe. Et ce verbe a été pourvu des constructions syntaxiques correspondant à sa signification : κωλύω τινὰ ποιεῖν τι ‘j’empêche quelqu’un de faire quelque chose’.

Il faut se demander si κωλύω a gardé les alternances vocaliques de λύω. Ce verbe est construit sur une racine λῡ/λῠ, où la forme à ῡ représente le degré plein, et la forme à ῠ le degré zéro. On a ῡ à l’imperfectif, ce qui est normal dans un imperfectif radical thématique (mais il peut, du fait de l’hiatus, s’abréger en ῠ) ; ῡ également à l’aoriste et au futur de l’actif et du moyen. Mais on a ῠ à l’aoriste et au futur du passif (ἐλύθην, λυθήσομαι), ainsi qu’au parfait médio-passif (λέλυμαι). On a ῠ au parfait actif (λέλυκα), ce qui s’explique par une réfection sur la forme médio-passive (c’est ainsi que pour φθείρω ‘corrompre’ l’ancien parfait ἔφθορα, avec le degré plein attendu, a été évincé par ἔφθαρκα, refait sur le médio-passif ἔφθαρμαι (construit régulièrement sur degré zéro)[8].

Qu’en est-il de κωλύω ? A l’imperfectif, actif et médio-passif, on a un υ long ou bref, mais un ῡ long à l’aoriste et au futur de l’actif. Jusque-là,il y a parallèle avec λύω, ce qui est garanti par des références à des textes poétiques. Dans les autres thèmes, ce parallélisme nous fait attendre un ῠ bref. Or la tradition lexicologique (les divers dictionnaires et le répertoire de Veitch[9]) nous affirme qu’il y a un ῡ. Mais les références données renvoient toutes à des textes de prosateurs ! Par des sondages sur le Thesaurus Linguae Graecae (TLG)[10], nous ne sommes pas parvenu à trouver des références dans des passages métriques. Il nous restait à chercher comment on accentue le parfait médio-passif : κεκωλύσθαι (comme λελύσθαι), ce qui indiquerait un ῠ bref, ou κεκωλῦσθαι, ce qui indiquerait un ῡ long ? Résultat : 76 occurrences pour κεκωλύσθαι et 85 pour κεκωλῦσθαι.

Cela serait-il dû à une certaine inadvertance des copistes en ce qui concerne l’accentuation ? Un vaste sondage TLG sur λελύσθαι (y compris dans les verbes avec préverbes ) nous donne 270 attestations de cette forme contre 2 pour la forme fautive λελῦσθαι (chez Eusèbe et Himérius). Cela montre que notre tradition textuelle n’est pas sujette à tant d’inadvertance, et qu’il convient de prendre au sérieux le doublet κεκωλύσθαι/κεκωλῦσθαι.

Comment l’expliquer ? Nous voyons en κεκωλύσθαι la forme ancienne, avec maintien de l’alternance de type λύω. Mais peu à peu la parenté entre λύω et κωλύω a cessé d’être sentie, le premier verbe a perdu toute influence sur le second, et l’alternance radicale λῡ/λῠ, n’ayant plus de pertinence morphologique, a eu tendance à être éliminée par nivellement. La forme κεκωλῦσθαι provient de ce nivellement par généralisation de κωλῡ-. Le doublet en question s’explique bien ainsi dans le cadre de notre hypothèse.

Cette hypothèse, on aimerait aussi pouvoir l’étayer par des attestations textuelles de notre locution κῶλα λύειν avant sa transformation par haplologie. Mais nous ne pouvons avoir de telles attestations, car au temps où cette locution se constituait et se transformait, κῶλον n’était pas dans l’usage littéraire. Le mot n’est ni chez Homère, ni chez Hésiode. Il existait cependant dans la langue du temps de ces poètes. Chez Homère en effet nous avons le dérivé ἡ κώληψ, -ηπος ‘articulation du genou’. En Iliade, XXIII,726, nous assistons à une lutte entre Ulysse et Ajax : Κόψ᾽ ὄπιθεν κώληπα τυχών, ὑπέλυσε δὲ γυῖα ‘d’un coup il lui atteignit l’arrière du genou, et en fit céder l’articulation’.

Cet hapax homérique nous révèle le statut lexical de κῶλον à cette époque : le mot existe, mais, étant sans doute de tonalité familière, il est exclu du style soutenu. Il entrera dans la langue littéraire dans l’Athènes de l’époque classique.

Albert J.Van Windekens, dans son Dictionnaire étymologique complé­mentaire de la langue grecque (Leuven, Peeters, 1986) propose pour κωλύω une solution voisine de la nôtre, mais qui en diffère considérablement en ce qui concerne la partie -λύω. Il suppose un *κωλο-λύω subissant une haplologie effaçant la deuxième syllabe.

Le premier élément est bien entendu κῶλον, et il est question, métapho­riquement, d’entraver la démarche des jambes.

Mais il rattache le second élément au thème λευσ- qu’on a dans κατα-λεύω ‘lapider’, λευστήρ ‘qui lapide’, et qui, comme plusieurs auteurs l’ont pensé, signifierait ‘pierre’.

Sur cette base, il pose *κωλο-λυσ- > κωλύ-. Cela signifierait « mettre, placer une pierre (ou des pierres) devant le jarret, les pattes, les pieds », de manière à empêcher, à gêner la démarche.

Ce qui, dans cette hypothèse, concerne le second élément, est fort critiquable sur plusieurs points.

—L’étymologie de λεύω et obscure, et il n’est pas certain qu’on puisse dégager une racine *λευσ- signifiant ‘pierre’.

—Si ce verbe était formé sur un thème terminé par -σ, on verrait apparaître des formes en -σθην, -σμαι, etc.(cf. l’aoriste passif ἐλεύσθην).

—Le -λυσ- du second élément ne peut être que le degré zéro de λευσ-, et ne peut avoir qu’un ῠ bref. On voit mal comment on aurait abouti à un thème κωλῡ-, avec ῡ long.

—Enfin il ne semble pas qu’on puisse empêcher de marcher en mettant des pierres devant les pieds.

Pour ces diverses raisons, il est préférable de prendre, comme nous l’avons fait, λύω comme second élément. Cela ne pose pas de problèmes morphologiques, et nous avons vu, dans des textes anciens, l’emploi fréquent de λύω pour l’expression de cette matrice métaphorique.

Ajoutons, pour terminer, que pour bien élucider le problème de κωλύω, il faudrait trouver l’étymologie de κῶλον. Mais ceci est une autre question.

Jean-Victor Vernhes

Maître de conférences visionnaire

Université d’Aix-Marseille


[1] L’expression vient de Jean Taillardat, qui a publié dans le Bulletin de l’Association Guillaume Budé, décembre 1977, pages 344-354, un article intitulé Images et matrices métaphoriques.  Il a eu un précurseur en la personne de l’abbé Joseph-Philippe Vollat, auteur de l’ouvrage Idéatique et phonétique (A. Picard, 1914).

[2] C’est l’explication de D. J. Georgacas dans la revue américaine Names19 (1971), p. 65-131. Chantraine fait malicieusement remarquer qu’aucun bœuf ne peut traverser le Bosphore. Mais ce sont des bœufs de légende…

[3] λύθεν < *λύθηντ : forme épique pour ἐλύθησαν.

[4] οἱ : forme épique pour αὐτῇ.

[5] Pour *λελύιντο, avec le -ι- caractéristique d’optatif.

[6] Ici, αὐτοῦ est adverbe de lieu : ‘là’.

[7] Il n’y a tout de même pas parfaite identité sémantique entre les deux mots. Dans γυῖα, il y a insistance sur les articulations, considérées comme des centres d’énergie vitale et même de vie émotionnelle. Mais dans notre présente démarche, nous n’avons pas à nous attarder sur ce décalage.

[8] Ce point de morphologie présente une certaine complexité. Le verbe φύω ‘produire’, bâti sur une racine φῡ/φῠ de même type, a un parfait πέφυκα ‘je suis par nature’ qui présente un ῡ long, donc le degré plein attendu : le *πέφῠμαι qui aurait pu l’altérer n’existe pas.

[9] William Veitch, Greek verbs irregular and defective, their forms, meaning and quantity, Oxford, 1879.

[10] Le Thesaurus Linguae Graecae est un programme de consultation électronique des textes grecs antiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.